David Gilmour – Comfortably numb!

David Gilmour comfortably numbEn 1968, quand Syd Barrett, ravagé par les acides, quitte Pink Floyd c’est David Gilmour qui le remplace pour prendre en marche le train du Psychédélisme. Il se montre alors tout à fait apte à faire passer sa Fender pour un ovni en mélangeant chorus inspirés et savantes recherches sonores. Dans la période la plus progressiste du groupe (Ummagumma 1969, Meddle 1971) c’est grâce à lui que le contact est maintenu avec le monde du Rock. Quand en 1973 le Floyd se lance, avec Dark side of the moon, dans une musique franchement plus commerciale, David apparaît comme le plus à l’aise pour entretenir la pétulance électrique des débuts. Si Roger Waters donne au Floyd sa teneur conceptuelle c’est bien Gilmour qui apporte un sens incontestable de la dramaturgie. Quand ils n’évoquent pas des ambiances de science fiction (″Echoessur Meddle) ses solos explosent en frénésie suraiguë (″Time″, ″Money″ sur Dark side of the moon)  ou distillent  une majesté incandescente souvent profonde (″Comfortably numb″sur The wall en 1979).  Son jeu assez bluesy s’exprime tout en finesse, tensions et torsions mais possède de grandes qualités mélodiques, parfaitement exprimées en 1975 sur l’admirable prélude de l’album ″Wish you were here″.

Ecouter en priorité: The pipers at the gate of dawn (1967) un des plus grands disques psychédéliques de l’histoire. Wish you were here (1975). Brillantissime ! Un grand disque en hommage à Syd Barrett.

Voir absolument: Dark Side of the moon. En Dvd et dans la série Classic Albums les membres du Floyd racontent la genèse de l’un des albums les plus vendus au monde. Un must !

PB, mai 2012

Un commentaire sur « David Gilmour – Comfortably numb! »

Les commentaires sont fermés.