Julie London – Calendar Girl

Julie London: Calendar Girl 1956Au cours des années 50 Julie London (1926-2000) jouit d’une popularité considérable. En tant qu’actrice, cette californienne physiquement très intelligente, a tourné la bagatelle de 22 films dont certains aux côtés Gregory Peck et Rock Hudson. Musicalement elle connaît un succès fulgurant avec “Cry me a River” qu’elle interprète dans le film “The Girl Can’t Help It (La blonde et moi) sorti en 1956. Cette année là également parait ‘Calendar Girl’, le deuxième opus d’une discographie riche de 34 albums.  La mode est aux Pin-Up. Qu’à cela ne tienne ! La belle se retrouve mise en scène dans 12 tableaux calendaires qui détrôneraient à coup sûr les chalets enneigés et les chevaux neurasthéniques grâce auxquels les Petits Travailleurs Tranquilles nous délestent  annuellement de quelques euros. 12 poses…12 mois… Calendrier… Le concept du contenant s’applique aussi au contenu. 12 chansons, une pour chaque mois de l’année. Même pas peur ! Chaque titre intègre le mois qui lui revient de droit: 1.’June in January’, 2.’February Brings the Rain‘… 12.’Warm in December‘. Y figure même un ‘Thirteenth Month’ bien négocié puisque illustré par une photo dont la suggestivité contribuera grandement à l’image de sex symbol de la dame.

Julie London: Calendar Girl Thirteenth Month

A l’époque délicieusement dans l’air du temps, Jazzy à souhait, Calendar Girl bénéficie d’ une orchestration soignée et savamment adaptée  à la voix chaude et suave qui aujourd’hui encore résonne dans certains lounges où des businessmen stressés rêvent d’un futur sans Powerpoint statisticiens. Pour conclure il convient d’ajouter que Julie London a été mariée à un certain Bobby Troop, célèbre pour avoir composé l’un des plus grands standards du Rock’n’Roll:  ‘Route 66‘!!!