Fête des voisins 2019 – Volens Nolens!

″Je me passionne pour mon immeuble, tant qu’on n’y fait pas de fêtes de voisins″ (Fabrice Luchini).

20 ans de Fête des VoisinsAujourd’hui 24 mai, on célébre les 20 ans de l’Événement à la gloire du ″Vivrensemble″: La Fête des voisins! A l’origine de ses réjouissances, un certain Atanase Périfan, conseiller municipal UMP de Paris XVII, qui avait lancé l’idée en 1999. Ainsi va la vie dans notre société désormais ponctuée de réjouissances à date fixe qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte. La tranquillité est à ce prix: suivre le mouvement, se fondre dans la masse, faire une croix sur son émancipation, renier son particularisme. Volens nolens! Qu’on le veuille ou non, faire ainsi bonne figure en participant à un grand moment de convivialité sensé créer ou rétablir le lien social. Certes, en boycottant ce raout, on ne sera pas publiquement vilipendé mais il ne faudra pas s’étonner d’acquérir dans le quartier une réputation honteuse de mauvais coucheur et d’asocial.

Patrick BETAILLE, mai 2019

 

 

 

6 commentaires sur « Fête des voisins 2019 – Volens Nolens! »

  1. Ça c’est si tu n’as pas eu la bonne idée de passer pour un vrai connard auprès de tes voisins, auquel cas il seront tous très heureux que tu ne sois pas de la fête 🙂
    C’est comme jouer aux échecs, il faut avoir un coup d’avance !!

  2. Il y a des gens qui fêtent ça « la fête des voisins » ? :-))
    Perso, je ne connais personne dans mon entourage, mes relations, qui y participe. Puis ce sera le tour en juin de la Fête de la Musique (misère) et de la Fête du Cinéma (ambiance de jours de soldes). Pas grave. Quand on aime la musique ou le ciné, c’est tous les jours la fête. La passion se vit à chaque respiration.

  3. La fête des voisins. De très loin, cela me rappelle les banquets républicains des années 1790 relatés dans certains bouquins sur la Révolution.

  4. Ce bon vieux Luchini… qui récite à n’en plus finir du Philippe Muray à qui veut bien (encore) l’entendre. Sa délectation et sa gourmandise finiront peut-être par en user les mots. Mais ce que ce conteur hors pair, ainsi que cette auteur affuté (créateur de l’Homo Festivus), à l’œil redoutable d’analyse et de justesse oublient de mentionner, c’est que leur point de vue n’est que citadin, pour ne pas dire exclusivement parisien. Il y a quelques lustres, avant d’installer ma famille à la cambrousse, je me réjouissais de se foutage de gueule, dénigrant la quiche aux poireaux infecte de la voisine du deuxième, rotant la sangria indécemment sucrée du couple du quatrième et finissant par vomir le gâteau « bourre-ta-gueule » de je ne sais plus qui. Sans parler des sourires obligés, de la torture inhumaine de certaines conversations et surtout, ce parisianisme bien moins supportable qu’un violoncelliste première dan. Arrivé au grand air, loin de la sur concentration, débarrassé de toute hypocrisie obligatoire pour arriver à supporter les autres, jouissant d’un espace vital plus que confortable, l’humanité (la vraie, celle qui fait attention à l’autre) à repris naturellement ses droits, ponctuée de coups de main, d’entraides, de conseils et de bienveillance qui ont eu raison de mon mépris pour cette fête obligée, la transformant en moment convivial entre gens normaux (c’est à dire non-parisien), permettant de se rassurer sur la santé de chacun, s’inquiétant des projets et donc des coups de main à venir, regrettant l’absence, volontaire ou pas de certains, se rassurant ainsi sur les bases de ce qu’on oubli bien trop… la société dans ce qu’elle peut avoir de plus noble.
    La quiche est toujours dégueulasse, la sangria tiède et je fuis le gâteau, mais tout ça est fait avec cœur et humanité.
    N’est-ce pas ce que l’on reproche à cette société… son manque d’humanité ?

Répondre à etoile31 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s