Ellas McDaniel, aka Bo Diddley

Bien moins célèbre que Bill Haley, Elvis Presley, Buddy Holly, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran, Chuck Berry ou Little Richard,  Ellas MacDaniel est probablement celui à cause de qui tout à commencé, ou presque. Son surnom lui vient du Diddley Bow, un instrument rudimentaire constitué d’un morceau de fil de fer accroché à un mur sur lequel on faisait glisser un goulot de bouteille. Né dans un famille pauvre du Mississippi, Bo Diddley se retrouve à Chicago en 1934 où la famille s’installe dans un quartier difficile. Là, il suit ses études et s’oriente vers la lutherie, discipline qui l’amène à s’intéresser de près à la musique. Il commence par apprendre le violon mais après avoir découvert Muddy Waters et John Lee Hooker il se met à la guitare. À partir de 1943, Bo Diddley commence à se produire dans les rues, les marchés et finalement en club en 1951. En 1952, il acquiert un ampli qu’il bricole lui même pour sortir un son saturé allié à un vibrato électronique qui deviendra le Diddley sound. Sa formation de luthier l’amène également à concevoir des guitares – très souvent des Gretsch – aux formes surprenantes (rectangulaires, carrés) dont il bidouille l’électronique et avec lesquelles il devient l’un des premiers à utiliser l’accord ouvert issu du blues, et à l’enseigner autour de lui, notamment aux Rolling Stones dès leurs premières tournées. En 1955, avec son premier single, il révèle au grand public un rythme syncopé qui fera date dans le monde du blues et du rock: le Jungle Beat. Le Bo Diddley de la face A et le I’m a Man de la face B (inspiré d’un chanson de Muddy Waters) feront – avec Who do you Love, Hey Bo Diddley! et Before you accuse Me – partie de la tracklist du premier long play éponyme paru en 1958.  À partir de là et jusqu’à sa mort en 2008, Bo Diddley n’a cessé d’inspirer des groupes majeurs: Doors, Animals, Johnny Kid, les Kinks, les Stones (Dont le répertoire des débuts était presque exclusivement composé de ses titres), mais aussi Chicago, les Yardbirds, Dr. Feelgood, George Thorogood, Eric Clapton, et tant d’autres. En 1979 Bo faisait la première partie des Clash au cours de leur tournée aux USA. À ce sujet il déclarera dans une interview: ″Mec, depuis ce jour là mes oreilles sont complètement niquées″! Élu membre du prestigieux musée Rock and Roll Hall of Fame en 1987, celui qui en 1961 avait joué lors du concert d’investiture de John Fitzgerald Kennedy aimait à dire: ″Je ne joue pas du rock’n’roll, je joue du Bo Diddley″

Patrick BETAILLE, décembre 2020

 

3 commentaires sur « Ellas McDaniel, aka Bo Diddley »

  1. Pour completer la liste des noms de ceux qui ont été influencés par Bo DIddley, on peut citer, entre autres, les WHO (I’m The Face, Magic Bus), DONOVAN (Hey Gip), et, U2 (Desire)…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s