Gary Brooker – A whiter Shade of Pale

En regardant la télé alors qu’il vivait chez sa mère, Gary Brooker tombe par hasard sur une publicité pour Hamlet Cigars dont la bande son fait clairement appel à une suite pour orchestre composée en son temps par Jean Sébastien Bach. Sur son piano, il retrouve la mélodie et a l’idée de la faire coïncider avec un texte de Keith Reid. Nous sommes en 1967, et tandis qu’à San Francisco les hippies rêvent rêvent d’un nouveau monde en écoutant The Mamas and the Papas, un groupe anglais totalement inconnu, Procol Harum, envahit les ondes avec A Whiter Shade of Pale. Une nuance de blanc plus pâle qui squattera le sommet des charts britanniques pendant 6 semaines et installera la formation londonienne au panthéon d’un rock artistique aux mélodies complexes, aux textes alambiqués et aux orchestrations à grande échelle, parfois même symphoniques. Le 19 février, la voix de Procol Harum s’est éteinte. Gary Brooker est décédé des suites d’un cancer et c’est une énorme perte pour la musique, la grande, mais aussi pour celle qui sème le trouble quand la lumière baisse et que résonnent les premiers accords du slow le plus célèbre de tous les temps. Celui grâce auquel tout deviendra peut-être possible: ″Vous dansez mademoiselle?″ – ″Non merci!″. Eh merde!!!

Patrick BETAILLE, février 2022