Elspeth Beard – Lone rider

Charlie Hebdo – Virez Hanouna!

Charlie Hebdo: Virez HanounaAprès la séquence homophobe diffusée dans ″Touche pas à mon poste″ et la polémique qui a suivi, certains chroniqueurs avaient invoqué ″le droit à la caricature″ pour défendre Cyril Hanouna. Valérie Bénaïm a même rappelé en plateau que ″des gens sont morts pour le droit à la caricature″. Celle à la Une de ″Charlie Hebdo″ ne devrait donc pas trop les émouvoir. Cette semaine, Coco représente l’animateur en anus, la langue tirée et titre ″Virez Hanouna, virez l’hémorroïde du PAF″. Ce n’est pas la première fois que la dessinatrice tape sur l’animateur de C8; déjà en décembre 2016 la Une de l’hebdo titrait : ″Hanouna, le virus qui rend con″.

Henri Lœvenbruck & Jean William Thoury – L’Assaut des Motards

Gilles Loevenbruck: Les événements d'HollisterChapitre 1: ″Naissance d’une contre culture″: Henri Lœvenbruck nous livre un rappel historique et une analyse des incidents d’ Hollister lors du rassemblement de motards le 4 juillet 1947. Événements californiens qui donnèrent naissance à l’un des phénomènes socio-culturels les plus emblématiques de l’après-guerre et qui marquent officiellement la naissance du mouvement biker et du fameux 1% (One percent).

Chapitre 2: ″L’ Assaut des Motards″: traduite par Henri Lœvenbruck, la nouvelle de Frank Rooney, « Cyclist’s raid », qui inspira directement le film culte ″The Wild One″.

Chapitre 3: Jean William Thoury, lui, décortique et analyse ce même film, réalisé en 1953 par Laszlo Benedek et adapté en France sous le titre ″L’ Équipée Sauvage″.

Chapitre 4: Coupures de presse et photos prises à Hollister viennent illustrer et compléter l’ouvrage.

120 pages qui offrent une étude objective des épisodes d’ Hollister et prennent une dimension historique quant à la compréhension de la culture biker. Un régal à 10 euros disponible ici: Serious Publishing!

Carlingue #5 – Black & White

Carlingue #5 Vintage & LocomotionJe viens de relire les rubriques consacrées à ce beau trimestriel et soudain je sens pris d’une étrange émotion… Moi le farouche, l’endurci, le caractériel, je sens ma gorge se nouer. Mes doigts tremblent sur le clavier. Le voile du passé se déchire et une clarté indéfinissable inonde la pièce. Il est là, devant moi, ce putain de numéro 5! Oubliés les retards de La Poste, balayés les dégâts occasionnés par de pervers manipulateurs puisque désormais Carlingue coince la bulle dans son enveloppe craft. Black & White les clichés de Robert Frank, le photographe qui ″a tiré de l’Amérique un poème triste qu’il a coulé dans la pellicule″ (Kerouac). Black ″L’étonnante″, le Cafe Racer BMW R69S du Briochin Luwig Ascher. PiiiRaaat! White l’oiseau blanc Levasseur. White la Graham 1938 de Saoutchik et les Chaparral de Jim Hall. Black enfin la musique de St. Paul & the Broken Bones, des faces de craie qui se prennent pour Otis Redding avec une Soul érectile qui claque comme un élastique de string. Pas de couleur dans ce numéro  mais de la lumière c’est sûr! Abonnements et promo Pack Five à 50 € disponible ici > Carlingue!

Nick de Ville – Albums, création graphique et musique

Albums, création graphique & musiqueAlbums, l’anthologie de Nick de Ville n’est pas le seul ouvrage consacré aux jaquettes de 33 tours mais au même titre que ″Vinyles″ de Mike Evans il est, pour peu que l’on s’intéresse à l’art du disque, indispensable. En parcourant les 254 pages de ce pavé on retrouve bien sûr les incontournables Warhol, Hipgnosis, Cal Schenkel ou Roger Dean, mais aussi d’autres noms moins connus généralement mentionnés en tout petit au verso de l’emballage. Des premières pochettes de Jazz aux outrages Punk en passant par l’ Heroïc Fantasy du Hard Rock et le  Psychédélisme criard, tout est illustré, bien sûr, mais aussi expliqué et commenté. Couleurs, collages, photos, lettrages retracent le parcours d’un genre sous influence dont les errances visuelles ont été honteusement mises à mal  par l’arrivée du minimaliste compact disc. Plus d’infos ici > Neosphères!

PB, mai 2017

Baron Wolman – Groupies and Other Electric Ladies

Groupies and other Electric LadiesEn 1967 Jann S. Wenner,  qui est en train de fonder le magazine musical Rolling Stone,  rencontre Baron A. Wolman à qui il propose le poste de 1er photographe. Ce dernier accepte et durant trois années il photographie les têtes d’affiche de l’aristocratie du Rock. Les clichés mettent en scène les Stones, Hendrix, Joplin et bien d’autres qui, mêmes s’ils se prêtent à des séances studio, se retrouvent capturés dans leur quotidien, sur scène et bien sûr backstage où ils se laissent aller, notamment avec les filles qui ne manquent pas d’investir les lieux.  Ces filles, souvent très jeunes, Baron Wolman leur rend hommage à l’époque dans un numéro spécial de Rolling Stone qui connait d’emblée un énorme succès. En 2012, le photographe organise un exposition des meilleurs clichés afin de promouvoir la sortie de ″Groupies and Other Electric Ladies″. Le livre, réédité fin 2016, raconte l’époque vue par ces nymphettes en quête de célébrités et de célébrité, plus souvent ingénues et déjantées que réellement perverses. On y croise Pamela Des Barres qui compte parmi ses conquêtes Jagger, Page, Hendrix et Morrison. Présente également, Cynthia Plaster Caster, devenue célèbre grâce à ses moulages de pénis de rockstars dont – encore lui – Jimmy Hendrix. Quant à Miss James, l’une des plus belle, elle a fréquenté Dylan, côtoyé les Beatles,  eu un enfant avec un membre des Moody Blues et des aventures avec Page et Jagger. Encore eux! Avec plus de 150 photos, des interviews et des témoignages, ″Groupies″ est véritable un document social, culturel et historique sur l’une des décennies musicales les plus marquantes du 20e siècle. Rock’n’Roll bordel!

PB, mars 2017

Carlingue #4 – Le Rouge Hemi

Carlingue, vintage et locomotionPlus question de lâcher la manette des gaz ou de freiner! A fond de 4, Carlingue est en zone rouge!  Rouge, la Fiat S76 qui libère ses 290 Cv. Rouge le Speedboat qui flirte avec les 242 Km/h poussé par un v12 de 4.5l. Rouge, la Dodge Coronet avec ses 8 pipes d’admission turgescentes. Rouges, les Futurliners de la Parade of  Progress de General Motors. Rouge, l’Airphibian qui voulait être à la fois avion et voiture. Rouge, le biplan avec lequel Betty Skelton s’envoie en l’air en se mettant sur le dos. Rouge, le Pégase qui perd ses plumes au cours de la saga pétrolière Mobil. Rouge, le béton organique des bulles, pas si coincées que ça, de l’architecte Antti Lovag. Rouges, les discrets liserés qui viennent sublimer cette BSA 500 de 1949 de Max Hazan. Rouge, la manifestation du plaisir généré par le décorticage du moteur hémisphérique Chrysler.  Rouge enfin, l’alerte lancée par le Rédac Chef: Les 4 premiers numéros de la revue Carlingue au prix de 40€ au lieu de 56€! c’est le Full Pack disponible ici > Carlingue!

Vinyles – Mike Evans

Livre de Mike Evans: VinylesMike Evans connait la Musique. Passé par le Cavern Club, avec deux singles à son actif, il a côtoyé la scène de Liverpool et, en 1969, joué aux côtés de Led Zeppelin et de Bob Dylan. Par la suite il se tourne vers la radio et le journalisme pour Sounds, le Melody Maker et le Guardian. Depuis la fin des années 1980, il a écrit ou édité de nombreux ouvrages. Parmi ceux là certains, généralistes, ont consacrés au Blues, au Rock’n’roll ou aux affiches et billets de concerts. D’autres, plus ciblés, traitent d’Elvis, de Woosdtock, de Bowie, des Beatles, de Ray Charles ou de Fleetwood Mac. Avec ″Vinyles″  publié aux éditions Gründ, Evans propose de remonter le temps. De l’encombrant 78 tours à l’universel 45T, du confidentiel EP au légendaire LP, des Limited Editions aux Picture Discs, l’auteur a exhumé des bacs tout ce qui illustre l’histoire et l’évolution de la mythique et désormais  vintage galette noire. On y apprend ainsi que l’un des premiers 45T fut édité par RCA Victor le 31 mars 1949; on y entend Eddy Arnold qui interprète  ″Texarkana Baby ″. Ouvrage intéressant et instructif à ranger pas loin de ″Vinyles, l’art du disque″.

Patrick BETAILLE, décembre 2016

Jazz – 100 photos pour la liberté de la presse

RSF-Magnum 100 photos JazzReporters sans frontières est une organisation non gouvernementale internationale qui a vu le jour en France en 1985. ″Dans certains pays, un journaliste peut passer plusieurs années en prison pour un mot ou une photo. Parce que emprisonner ou tuer un journaliste, c’est éliminer un témoin essentiel et menacer le droit de chacun à l’information ». C’est en ces termes que depuis 53 ans RSF œuvre au quotidien pour défendre la liberté d’informer et d’être informé. Afin de promouvoir et de soutenir son action, l’association édite et commercialise chaque année un album intitulé ″100 photos pour la liberté de la presse″. Le millésime 2016, fruit d’une collaboration entre RSF et l’agence de photographes MAGNUM, rend hommage aux célébrités du Jazz. La sélection unique de photos qui compose le portfolio met en scène Miles davis, Ray Charles, Sarah Vaughan et tous ceux qui constituent l’essence même de cette musique. Magique!  En savoir plus!

 

Carlingue #3 – Le Numéro Bois

Carlingue, le numéro boisDans sa troisième livraison Carlingue chantourne un sujet sur Tabarly,  passe le tampon sur la Culture Surf,  dégrossit une Matford de 1948, encaustique les Gee Bee des frères Granville,  vernit une magnifique Triumph 650 de 1964, dégauchit le monde des psychotropes et ponce la Sinclair Oil Corporation. Quant à l’aubier des canadiens de Ought qui marchent dans la sciure des Talkings Heads et de Television… Comment dire?… Musicalement  ″Moi le machin, une fois que j’en ai fait des copeaux, et ben je peux très bien mettre le feu au plumard…!″ [Léodagan, Kamelott]. Somme toute une belle réussite que cet assemblage! De l’ébénisterie plutôt que de la menuiserie. Du travail hors poussière, tout à l’huile de coude. Que des essences nobles, pas un nœud, pas une écharde. Ça flambe, ça réchauffe et c’est beau à regarder. C’est Carlingue et c’est le numéro Bois qui nous fera tenir jusqu’à la parution du Rouge Hémi en janvier.