Triumph Bonneville – La piste aux étoiles

De gauche à droite et de haut en bas: Lemmy Kilmister – Paul Newman – James Dean – Bruce Springsteen – Elvis Presley – Clint Eastwood – Bob Dylan – Steve McQueen – Warren Beatty – Fonzie – Marlon Brando.Celebrities on TriumphSeptembre 1956. Le tonnerre gronde sur les Salt Flats de Bonneville dans l’Utah. Le texan Johnny Allen pulvérise le record de vitesse à moto en atteignant plus de 345 km/h au guidon d’un engin propulsé par un moteur Triumph de 650 cm³ alimenté au méthanol. Triumph devient alors le constructeur de deux-roues motorisés le plus rapide de l’histoire et dévoile au Salon de la Moto de Londres en 1958 la Bonneville T120. Le succès est immédiat et le modèle se décline en différentes versions. Coupes et trophées viennent garnir les étagères du constructeur. La Bonneville remporte de nombreuses victoires sur le Tourist Trophy et devient dans les années 60 & 70 une véritable icône lorsque les stars de l’époque décident à rouler en anglaise… Steeve McQueen évidemment mais également Clint Eastwood, James Dean, Bob Dylan, Marlon Brando et d’autres s’approprient le désormais emblématique bicylindre… Véritable mode de vie, symbole de liberté, de rébellion et de contre culture, la Bonneville devient la moto dont tout le monde rêve. Autres temps autres mœurs. Dans les années 2000, après une longue période d’oubli provoquée par l’ hégémonie de la production japonaise, la mode néo rétro repositionne la marque anglaise sur le devant de la scène. Les célébrités découvrent les charmes d’antan et surfent avec une allégresse sans égale sur la vague désormais tendance et rémunératrice du Vintage. Films, courts métrages, séries, publicités et autres événements médiatiques remettent la Bonnie au goût du jour en confiant son guidon à David Beckham, Hugh Laurie, Daniel Day-Lewis, Tom Cruise, Bradley Cooper, George Clooney ou Ewan McGregor. Même Pink a jeté son dévolu sur un T100 pour accompagner Carey Hart, son mari et ancien pilote de motocross et de free style. C’est dire!

 

Triumph – For the Ride!

Triumph: Go your own Way

Maman? L’homme parfait existe t’il?  Oui ma chérie! Il roule en Triumph Bonneville

 

Heiwa MC – Triumph TR6 ″Dirty Pigeon″

Heiwa Mc Dirty Pigeon

Cette préparation prouve, si besoin en était, qu’au pays du Soleil Levant la Custom Culture n’as depuis longtemps plus rien à envier à celle en vogue au pays de l’oncle Sam. Cette préparation sur Triumph TR6 de 1971 importée des USA est l’œuvre de Kengo Kimura, fondateur inspiré de Heiwa Motorcycle dont l’essentiel de l’activité repose sur la customisation de bécanes anglaises et japonaises. Ce ″Dirty Pigeon″ qui n’a plus grand chose à voir avec le modèle d’origine a été présenté à l’annuel Hot Rod Custom Show de Yokohama de 2017. L’originalité, la pureté des lignes, mais aussi la haute technicité des choix mis en œuvre ont valu à cette réalisation la plus haute marche du podium dans sa catégorie. Plus de détails sur Bike Exif.

BA·AK Motocyclettes – Triumph T120 ″Dandy Bonnie″

Triumph T120 Dandy Bonnie

Fondée à Lyon en 2012 par Rémi Reguin, BA.AK Motocyclettes s’est bâtit une solide réputation dans le monde de la préparation moto et de la fabrication maison d’accessoires dédiés. Que ce soit sur Royal Enfield, Moto Guzzi, ou Triumph, les réalisations artisanales de cet atelier sont principalement axées sur l’esthétisme. Chez BA.AK élégance et sobriété sont de mise et peuvent répondre aux attentes d’une clientèle exigeante. Pour preuve cette magnifique Bonneville T120 partie sillonner les routes du côté de Barcelone: la ″Dandy Bonnie″.

Triumph 2018 – Bobber Black & Speedmaster

Triumph 2018 Bobber Black

Avec son Bobber, Triumph a récemment enregistré une progression commerciale sans précédent; au point de rentrer dans le top ten des motos le plus vendues au Royaume Uni. Fort de ce succès, la marque arrive en 2018 avec une nouvelle version de son monoplace qui pour l’occasion se voit affublé d’un habillage noir intégral très réussi. Mais pour une fois la nouveauté ne se contente pas seulement d’une approche uniquement esthétique. En effet, la Bonneville Bobber Black se voit dotée d’une nouvelle fourche à fourreaux de 47 mm (au lieu de 41 mm) et de double disques à étriers Brembo à l’avant sur une roue de 16 pouces. Signe des temps, éclairage full led et régulateur de vitesse sont de mise. Un vent de renouveau souffle également sur la Speedmaster qui pour le coup et avec le 1200 High Torque gagne 25% de puissance par rapport à l’ancien moteur de 865 cc. Au passage, le cruiser bénéficie en standard du Cruise Control et du ride by wire. Infos, détails et photos: Motorcycle.com.

Triumph Street Cup – Le Thruxton descend dans la rue!

Nouveauté Triumph Street CupCette Triumph Street Cup c’est un peu le Thruxton destiné à celui (ou celle) en quête de look plutôt que de réelles performances. Dans un contexte néo-rétro-vintage-étoussa, le  but devrait être atteint sans problème grâce à des accessoires adaptés. Ligne sobre, selle à dosseret, saute vent, bracelets et rétros en bout de guidon, tout est là pour créer l’illusion caferisante. En terme d’efficacité, opter pour ce type de machine revient à se contenter des petits 55 Cv délivrés par le 900 CC déjà présent sur la Bonneville ou le Scrambler déclinés en version ″je suis nés dans la rue″. De là à prétendre que Street Cup = Thruxton ″low coast″…  Avec un tarif hors options à hauteur de 10 500€, pas vraiment! Infos, détails et essai > Ici

Triumph – Street Scrambler

Nouveau Triumph Street ScramblerLa vague néo-retro n’en finit pas de déferler sur le monde du deux roues. Récemment sont apparus sur le marché des Scramblers en provenance de chez Ducati, BMW ou Moto Guzzi pour ne citer que les principaux. Il était donc temps pour Triumph de revoir et d’actualiser un des modèles phares de la marque. C’est chose faite avec la refonte de l’emblématique crapahuteur en version ″Street″ (Sic!). 900 Cc, 55 Cv, 198 Kg, nouveau cadre dédié tout terrain, jantes à rayons de 19 et 17 pouces et double échappement en acier brossé façon Zard. Voilà pour l’essentiel auquel il convient de rajouter ABS, antipatinage (déconnectables) et, très important, une prise USB! Ce Street Scrambler serait il la moto idéale pour… sauter le trottoir de la brasserie d’en face, retrouver ses potes en terrasse et surfer sur la toile avec un téléphone chargé à bloc?