Troubles de l’élection

Trois candidats se présentent aux élections. Actualité ou pas, premier ou deuxième tour, peu importe. D’une manière générale, en son âme et conscience il faut accomplir son devoir et, tôt ou tard, faire un choix.

  • Le premier est handicapé par des séquelles de polio, souffre d’hypertension et d’anémie. Il ment régulièrement, consulte souvent une astrologue et trompe sa femme. Il fume aussi comme un pompier et consomme du Martini sans modération.
  • Son rival a déjà perdu deux élections. Il est obèse, cardiaque, dépressif et misogyne. Non content de fumer le cigare au mètre, il vide chaque soir une demi-bouteille de whisky ou de cognac avant de se gaver de somnifères.
  • Le troisième larron, lui, est un héros de guerre, décoré à plusieurs reprises. Végétarien, il ne fume pas et ne boit qu’une bière de temps en temps. De plus, il adore les animaux et n’a jamais eu d’aventures extra-conjugales.

Au premier abord, le choix est évident. En fait, en votant pour le troisième candidat, Roosevelt et Churchill se retrouvent sur la touche et laissent la place à… Adolf Hitler! De la fiction? Pas si sûr!

Patrick BETAILLE, mars 2020.

 

Le Chat – Portraiture

Catherine Levesque: Portrait de ChatLe Chat n’est pas adopté, il adopte. Son amitié est une faveur. Rien moins que l’animal fidèle et docile que l’on pense pouvoir s’approprier, ce fauve familier, indépendant et solitaire entre tous, nous tolère seulement. C’est tout juste s’il condescend à nous prêter attention, à nous accorder un regard. Et à peine l’a-t-il fait, à peine s’est-il laissé caresser qu’il se dérobe, ayant obtenu de nous ce qu’il souhaitait obtenir. Lui dont Churchill disait ″il nous toise avec dédain″. Dédain peut-être, mais alors quel honneur, quel privilège lorsqu’il consent à se laisser approcher! Tout de charme et de légèreté sans volonté de séduire, tout de grâce et de désinvolture sans même faire d’effort, le chat se dévoile alors sous tous les aspects de sa féline beauté.

Winston Churchill – Citations Misogynes

Citations Winston ChurchillUne députée:Monsieur Churchill, vous êtes ivre!. Churchill:Et vous, Madame, vous êtes laide… Moi, demain, je serai sobre!″.

Lady Astor: ″Monsieur Churchill, si j’étais votre femme, je verserais du poison dans votre café!″. Churchill: ″Et moi, Madame, si j’étais votre mari, je le boirais!″.