Île de Man – Au cœur de la légende

En Irlande du Nord, à quelques kilomètres du triangle Portstewart/Coleraine/Portrush où se déroule la NorthWest 200, se trouve The Giant’s Causeway, une curiosité géologique inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO et qui en son temps inspira Hipgnosis pour réaliser le cover art du zeppelinien Houses of the Holy. L’occasion donc de se pencher sur la légende justifiant la naissance de l’Île de Man qui tous les ans au mois de juin héberge les courses de l’extrême du Tourist Trophy.

Irlande: The Giant's Causeway

Finn MacCool, un géant irlandais capable de réaliser maints tours de force, avait en Écosse un rival du même acabit répondant au nom de Benandonner. Tous deux ne s’étant jamais rencontrés se contentaient d’invectives et de mugissements hostiles par dessus la mer d’Irlande. Prêts à en découdre une bonne fois pour toutes, ils réalisèrent qu’aucun bateau n’était assez grand pour les transporter l’un et l’autre. D’après la légende,  Finn, persuadé que l’écossais faisait de même de son côté, tenta donc de contourner la difficulté en construisant, à l’aide de colonnes de pierres, une chaussée reliant les deux pays. En entendant le pas lourd de Benandonner et constatant de visu que ce dernier était bien plus imposant que lui, l’irlandais battit en retraite et, avec l’aide de sa femme, construisit un berceau dans lequel il se blottit armé et emmitouflé dans des hectares de langes. Lorsque le géant écossais arriva, impressionné par la taille du nourrisson et évaluant les proportions supposées du père, prit peur et décida de renoncer au combat.  Benandonner hors de vue, MacCool lui jeta une motte de terre mais le manqua. En retombant, le projectile donna naissance à l’Île de Man; l’endroit où il avait été prélevé forma au centre de l’Irlande du Nord, le plus grand lac des îles Britanniques: le Lough Neagh.

Patrick BETAILLE, mai 2019

Indian Chief – La première moto de Steve McQueen

Steve McQueen Indian Chief king of coolS’il est bien un symbole qui colle à la peau de cette tête brûlée c’est bien la moto. Que ce soit sur circuits, à l’ écran ou au quotidien, sa passion immodérée pour les deux roues a amené Steve McQueen à piloter des machines qui restent définitivement associées à sa légende. Comme tout passionné qui se respecte, l’anti-héro déclarait que sa première bécane occupait une place toute particulière dans son cœur. Cette Indian Chief de 1946 il en fait l’acquisition en 1951. A l’époque, le cinéma et la célébrité ne sont pas encore au rendez -vous et ce sont les économies personnelles qui passent dans l’achat d’un side-car Indian plus tard amputé de son panier. Steve est heureux, sa copine du moment moins. Lassée d’être secouée… dans le side qu’elle commence à détester elle lui dit un jour: C’est ta moto ou moi! La moto est restée. On est le King of Cool ou pas!

Harley Davidson – X8E Steve McQueen

Harley-Davidson X8E Steve McQueenMise sur le marché en 1912, cette Harley-Davidson X8E doté d’un moteur de  988 cc se distingue en tant que modèle ayant été doté pour la première fois d’une transmission par chaîne. Autre particularité, et non des moindres, la machine en question a appartenu à Steve McQueen qui à l’époque fit appel à son pote Von Dutch pour réaliser une peinture personnalisée. La moto avait été vendue à un particulier en 1984 lors de la liquidation de la succession de l’acteur; elle est aujourd’hui aux bons soins de Bonhams qui organise des enchères qui devraient se conclure par une vente estimée aux environs de 120 000 euros. Détails et photos ici: The Las Vegas Motorcycle Auction