Kaffeemaschine – Moto Guzzi Le Mans III

En Mars 2021, Moto Guzzi a fêté ses 100 ans d’existence. Une belle occasion pour Kaffeemaschine Motorcycles de souffler une centième bougie avec une préparation digne de ce nom. Dans son atelier de Hambourg, Axel Budde –  le taulier de l’atelier basé à Hambourg –  s’est donc attaqué à la refonte complète d’une Guzzi Le Mans III. Première étape, démontage complet afin de sortir le moteur du cadre pour restauration et optimisation. D’origine proposée en 850 cm3, cette Le Mans perd une quarantaine de kilos mai gagne quelques chevaux et pas moins de 150 cm3 grâce à notamment à un kit pistons, des modifs au niveau des soupapes, un ensemble de carburateurs Dellorto et des lignes d’échappements faites maison. Il n’était pas question de conserver la carrosserie anguleuse des années 1980. Selon l’adage ″on est jamais mieux servi que par soi-même″,  les gars de Kaffeemaschine décident de fabriquer un nouveau carénage minimaliste en fibres de carbone et en Kevlar. Pour Coller parfaitement au style du café racer, la position sur la moto a été entièrement revue. Exit le style roadster du modèle d’origine, place à une position bien plus racing grâce à l’ajout d’un guidon bracelets et de repose-pieds reculés. Des clignotants en bout de guidon, un seul rétro côté gauche, un feu arrière à leds, un compteur Motogadget, une selle en cuir, un bouchon de réservoir racing et des roues à rayons viennent apporter la touche finale à un look résolument rétro. Mais la perfekzion à un prix: quasiment 50 000 euros. Ach! Détails (en anglais) et photos: Pypeburn.

Patrick BETAILLE, juin 2021

Analog Motorcycles – Ducati Paul Smart 1000 LE

Chez Ducati, au sein de la gamme des SportClassic, la PAUL SMART 1000 LE se démarque des autres modèles à bien des égards. Comme son nom l’indique, elle rend hommage au pilote qui remporta les 200 Miles d’Imola en 1972 au guidon d’une 750 SS. Apparue en 2006, cette édition limitée à 2000 exemplaires est devenue l’un des plus grands succès de Ducati. Enfin, c’est probablement l’une des plus belles modernes classiques jamais produites. Aussi, quand un client se pointe chez Analog Motorcycles et demande une personnalisation de sa Paul Smart 1000, Tony Prust, le patron se retrouve confronté face à un sérieux dilemme. Comment s’y prendre pour customiser une machine déjà parfaite en tous points? Fidèle à sa réputation, le préparateur américain l’a fait et bien fait. Non seulement la rareté, la beauté et le côté exclusif de la belle italienne ont été respectés, mais en plus Il a donné un judicieux coup de jeune à ce cafe racer emblématique, notamment en allégeant considérablement la ligne d’échappements. Mais ce n’est pas tout! La suite est ici: BikeExif.

Patrick BETAILLE, avril 2021

UpCycle Motor Garage – Ducati 998

Commercialisée avec un succès timide de 2002 à 2004, la remplaçante de la Ducati 996 reste évidemment une moto mythique, au même titre que sa sœur, la 999, qui lui a succédé au rayon des sportives italiennes. La métamorphose dont il est question ici a vu le jour sous le ciel californien. Elle est l’œuvre de Johnny Nguyen – le boss de Upcycle Motor Garage – qui s’est ingénié à donner à une 998 un look rétro digne des bécanes de compétition qui tournaient sur les circuits au cours des années 70. Tout en conservant l’ossature générale, le moteur Testastretta de 123 chevaux et le réservoir, le travail s’est essentiellement focalisé sur le look de la belle italienne de 2002. L’énorme carénage vient de celui d’une Yam TZ 250, modifié, retaillé et adapté pour coller parfaitement aux mensurations de la Ducati qui, par la même occasion profite d’une refonte de la boucle arrière, désormais boulonnée au cadre. C’est un 2 en 1 Werkes qui vient renforcer la touche rétro d’un relooking à la fois minimaliste et audacieux sublimé par le carénage jaune vif et le choix du blanc pour le cadre et les jantes. Last but not least, un petit phare à leds décentré vient apporter sa touche de modernité sans pour autant nuire à l’ensemble. Classe! Source, infos, et photos: Designboom

Patrick BETAILLE, mars 2021

 

Max Hazan – Doublé Velocette

Fichtre!″ – s’écria la comtesse –″qu’elle audace, quelle classe! Charles Edouard, appelez immédiatement vos amis de l’A.C.F.! À n’en pas douter cela risque fort de les interpeler″.

On ne présente plus Max Hazan, ce doux et talentueux dingue dont la principale activité consiste à fabriquer à la main des motos tout droit sorties de son imagination fertile. Véritables œuvres d’art audacieuses et élégantes, ses réalisations mettent un sacré coup de pied au cul des conventions qui, en règle générale, régissent le monde de la préparation moto. Sa réputation lui a amené un client qui n’a pas hésité à lui donner carte blanche pour construire quelque chose de complètement fou. ″Vas-y, fais ce que tu veux, éclate toi!″ lui a t’il dit. Résultat, après quelques semaines de gamberge, le concept a pris forme et a donné naissance à du jamais vu jusqu’alors. 2 moteurs Velocette de 350 cm3 associés à une transmission Matchless 4 vitesses, un cadre chromé entièrement réalisé à la main, une fourche à pantographe dotée d’un seul ressort, des putains de roues à rayons habillées d’un assemblage d’enjoliveurs en aluminium usiné, un résé profilé lui aussi tapé à la mimine, un système de freinage maison, et, intégrés dans la ligne du cadre, des silencieux chromés qui viennent se planquer sous l’arrière d’une selle composée de 9 couches de cuir. Fantasbleux et fabulistique! Source, infos, détails et images: Bike Exif.

Foutredieu Marie-Chantal, c’est étonnant, je bande!″ – gémit le comte – ″Accepteriez-vous que je vous saillisse sauvagement, là, maintenant?″.

Patrick BETAILLE, mars 2021

FCR Original – Scrambler Triumph ″Classic Legend″

Dirigé par Sébastien Guillemot, FCR Original est en train de consolider son image de marque dans l’hexagone. Situé à Chauvigny, une commune du département de la Vienne, cet atelier de customisation moto, dispose de toutes les compétences – bureau d’étude, atelier, carrosserie, etc. – pour pouvoir réaliser d’intéressantes préparations sur n’importe quelle bécane, avec toutefois une appétence marquée pour les modèles de la marque Triumph. Ce tout récent Classic Legend le confirme avec la métamorphose très réussie d’une Triumph Bonneville 865 de 2015 en un scrambler qui semble tout droit sorti des années 60 et qui n’aurait pas laissé indifférent un certain Steve. Au premier coup d’œil, on aime particulièrement la ligne des échappements, le compteur minimaliste, le petit phare jaune et la peinture bicolore. Après, pour le plaisir, on peut s’attarder sur le guidon renforcé, la selle, les garde-boue alu, la boucle arrière, le feu, les petits clignos et tout le reste. À ceux qui disent: ″Ouiiii, bof, toussa, du déjà vu, rien d’original!″,  Je réponds: ″Peut être , mais avec autant d’homogénéité, de bon goût et de classe, rarement!.. Et Bud serait d’accord avec moi, alors! Source infos et détails Ici et .

Patrick BETAILLE, février 2021

 

Eimor Customs – Ayla, un Bobber Royal Enfield

Pas grand chose à se mettre sous la dent en ce moment. L’occasion peut être d’aller voir en Inde si j’y suis pas et de se pencher – mais pas trop quand même faut pas déconner – sur cette customisation made in Eimor Customs. C’est un RE 350 Classic qui, pour la circonstance, a été doté de tout ce qui caractérise le bobber staïle. Fourche inversée,  garde-boue avant et arrière raccourcis, Guidon surélevé, selle solo réglable, roues de 19″ à l’avant et 15″ à l’arrière, pneus à crampons et l’ensemble plaque/feu arrière en position basse. Seule modification majeure sur cette préparation baptisée Ayla, le châssis a été rallongé de 10 centimètres (Ben si! Ça se voit quand même! Non?). Le réservoir reste à l’identique mais perd ses grippe-genoux et bénéficie, comme comme le reste, d’une peinture grise et or à dominante noire. Sobre et équilibré, l’ensemble est assez réussi. Bien plus en tous cas, et surtout beaucoup moins kitsch, que de précédentes prépas sorties des ateliers de Hyderabad. Quant au moteur, aucun changement. Il s’agit toujours du monocylindre de 346 cm3 d’à peine 20 Cv refroidi par air. À vrai dire – sauf à prévoir un déménagement en Inde – il y a là juste de quoi inspirer les amateurs du genre qui, s’agissant de garder leurs points pour rider pépère et parader devant les terrasses de cafés quand elles seront ouvertes, privilégient le look et se foutent complètement des perfs.

Patrick BETALLE, février 2021

Tamarit – Triumph Thruxton Gullwing

¿Hola, qué tal? La Mercedes 300 SL est l’une des voitures les plus indémodables de tous les temps. Elle fut construite en deux versions. Produite de 1954 à 1957, la première édition était dotée de portes portes-papillon (gullwings). À partir de 1957 et jusqu’en 1963 elle fut déclinée en version roadster pour être finalement élue voiture de sport du siècle, pas moins. ¡Cuidado! Tamarit, le spécialiste des prépas sur bases Triumph néo-classiques, a décidé de rendre hommage à l’emblématique teutonne. ¡Si claro! Les designers espagnols se sont penchés sur le design, les lignes et les contours de la Mercedes afin de créer un kit de carrosserie haut de gamme avec lequel ils ont habillé un Thruxton 900 cc à carbus. ¡De prisa! 9 exemplaires seulement de ce Gullwing ont été produits. ¡Olé! Avec un tarif qui flirte allègrement avec les 30 000 euro, chaque machine arbore l’une des combinaisons de couleurs de la gamme originale des Mercedes Gullwing. Por fin, à l’heure du Brexit, il faut reconnaitre qu’esthétiquement cette union anglo-germanique célébrée au pays de Cervantès à tout de même une sacrée gueule. ¡Vamos! Détails, specs, photos, vidéo, tout est là chez Tamarit: L’effet Papillon!

Patrick BETAILLE, janvier 2021

George Woodman – Yamaha XSR 700 ″Hommage″

Architecte d’intérieur et designer, George Woodman dirige le George Woodman Garage, un atelier situé à Biarritz. C’est là qu’en tant que passionné du travail du bois il exerce son art en personnalisant des motos qui, entre ses mains, deviennent de véritables œuvres d’art. Pour preuve, cette Yamaha XSR 700 dotée d’une boucle arrière et d’un carénage complet en hêtre inspiré des motos de course des années 70. Hommage est le nom de cette préparation qui au passage se voit dotée – entre autres – d’une fourche Ohlins, de filtres K&N et d’échappement XRace. ″Pour façonner les pièces en bois, j’ai tout fait à la main à l’aide d’une meuleuse et de disques de ponçage, un boulot de dingue. Je suis incapable de dire combien d’heures j’ai passé là dessus mais c’est probablement le premier et le dernier carénage complet en bois que vous pourrez admirer″. Source, infos et photos: George Woodman Garage.

Patrick BETAILLE, décembre 2020

 

 

 

Valespeed Motorcycles – Valespeed 28

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? Il y déjà pas mal de temps que Ben Hall, le fondateur de Valespeed Motorcycles, ne se pose même plus la question. Il le prouve avec cette Valespeed 28 fraichement sortie de ses ateliers anglais créés en 2013 à la frontière du Worcestershire et Gloucestershire. Du concept à la mise en route, Il aura fallu 18 mois pour que cette réalisation entièrement faite main voit le jour. Inutile de chercher une base quelconque pour cet engin inspiré des boardtrackers des années 20. Tubes soudés pour le cadre, la partie cycle, la fourche et l’échappement. C’est du fait maison, y compris la selle et le réservoir qui, comme les embouts de guidon, est obturé par un bouchon de champagne. « Keep it simple »! Roues de 19″ dotées de freins à tambours, des cale-pieds de BMX et une motorisation assurée par un mono Lifan 150 ou 230 cc (tlé tlé bon moteul!) doté d’un carbu Mukini. Last but not least, la Valespeed peut recevoir un panier Watsonian. Là encore, Ben la joue facile. L’adaptation du side en question ne lui pose aucun problème puisqu’il œuvre régulièrement pour le célèbre fabriquant anglais. Ouate ze feuque! Ce petit bijou simple, soigné, fun et vintage est financièrement abordable: 6 600€ pour le modèle solo et 11 000€ pour la version side-car. La 28 avait été présentée au Bike Shed 2019 par Ben Hall himself: Ici!

Patrick BETAILLE, octobre 2020

Kingston Custom – The Good Ghost

C’est la troisième customisation BMW en provenance des ateliers Kingston Custom. Tout droit sorti des délires futuristes des années soixante, ce Good Ghost succède à la White Phantom et à la Black Phantom. C’est Bobby Haas – un collectionneur américain – qui a élaboré le cahier des charges de ces exclusivités destinées a être exposées au Haas Moto Museum (Texas, USA). Pour les deux premières Phantom, le préparateur allemand Dirk Oehlerking a travaillé à partir de BMW R80. Le Good Ghost lui, bénéficie d’une base de BMW R100. A n’en pas douter, avec un tel look et même sans chaine, ce fantôme là n’a pas fini de hanter le futur. Source, détails et photos: BikeExif .

Patrick BETAILLE, septembre 2020