Odeith – Street Illusion

Né à Damaia près de Carcavelos au Portugal, Sergio Odeith a commencé à flirter avec le graffiti dans les années 80. Ayant pris conscience des limites imposées par les représentations graphiques sur plans plats et très intéressé par les ombres et les perspectives, il se lance rapidement dans la 3D dans un style qu’il qualifie de ″Sombrio 3D″. Très rapidement son talent dépasse les frontières de son pays natal et en 2005 il touche cette fois à l’art anamorphique, technique consistant à utiliser des éléments existants pour y appliquer des illusions d’optique. En 2019 il réalise une œuvre saisissante en peignant sur un bloc de béton d’une friche industrielle un vieux bus abandonné et en piteuse condition. Le rendu est parfait, grâce notamment au sens du détail qui s’étend jusqu’aux ombres portées sur le mur mitoyen. En juillet 2020 Odeith révèle au public une autre fresque à connotation apocalyptique d’un réalisme incroyable. Il s’agit d’une locomotive dans un état de décrépitude avancée à l’avant de laquelle un tag annonce la couleur: COVID=EnD! Galerie Odeith.

Patrick BETAILLE, JUIN 2021

 

Robert Vargas – Eddie Van Halen

Au 7425 du Sunset Boulevard à Hollywood de trouve l’un des plus importants magasins de guitares au monde. Le Guitar Center à récemment mis à disposition l’une de ses façades à l’artiste Robert Vargas afin qu’il réalise une peinture murale en hommage à Eddie Van Halen. L’œuvre a été dévoilée le 26 janvier, date à laquelle le guitariste aurait fêté ses 66 ans si la maladie n’en avait pas décidé autrement. Il aura fallu deux semaines à Vargas pour que se matérialise à temps un gros plan sur Edward jouant de son iconique Frankenstrat. Sur 5 mètres de haut et 32 mètres de long, la fresque orne désormais la totalité de la façade arrière du Guitar Center californien. ″Eddie était l’un de mes héros″ déclare le peintre en ajoutant: ″Jeune, le premier album de Van Halen fut le premier que j’ai jamais possédé. Quand j’ai appris son décès, j’ai su que je devais faire quelque chose de créatif en son honneur et je ne pouvais imaginer un autre endroit que celui-ci pour cet hommage″.

Patrick BETAILLE, janvier 2020

Death NYC – Death is Free

Street Art Death NYC Don'tVéritable révélation dans le monde du Street Art, Death NYC exerce son talent sur les murs de la Big Apple. Sous ce pseudo se cache une artiste qui, à l’instar d’un Bansky, a choisi de rester anonyme afin de pouvoir travailler sans contraintes. Bien qu’il prête à confusion, le terme DEATH est en fait un acronyme qui signifie ″Don’t Easily Abandon The Hope″ (N’abandonne pas l’espoir facilement). A ses débuts, Death peignait sur les murs et les sols de magasins de Soho et Chelsea. Aujourd’hui son travail, essentiellement basé sur le détournement des images et symboles de la culture populaire, s’affiche un peu partout dans New York. Au détour des rues on peut ainsi croiser Kate Moss, Mao, Obama ou une Marylin Monroe au rouge à lèvres dégoulinant affublée d’un nœud rouge dans les cheveux et brandissant un spray de Jack Daniel’s. Imprégnées de Pop Art, souvent humoristiques ou empreintes de dérision, les œuvres de Death NYC sont parfois sombres mais elles restent esthétiquement épurées et percutantes. ″Pourquoi je pratique le Street Art? Parce ce que dehors tout semble plus beau!″, c’est ce que déclare la Street Artiste sur son site.

Patrick BETAILLE, juillet 2019

CitéCréation – Lyon: Le Mur des Canuts

Mur des CanutsSitué dans le quartier nord de la Croix-Rousse du Vieux Lyon, cette oeuvre monumentale fait partie de de la vingtaine des murs peints qui colorisent la ville. Réalisée pour la première fois en 1987, cette fresque revisitée en 1997 et 2013, est visible à l’angle de la rue Denfert-Rochereau et du boulevard des Canuts qui doit son nom aux ouvriers de la soie. Une coopérative d’artistes créée en 1978, est à l’origine de cette fresque en trompe-l’œil sur une paroi aveugle d’habitations de 1200 m2 sur laquelle s’organise la vie quotidienne d’authentiques habitants du quartier. Les peintres du collectif CitéCréation ont acquis leur renommée en partie grâce à ce Mur des Canuts qui représente l’une de leurs premières réalisations, et compte parmi les œuvres majeures qui depuis lors ont permis à ces enlumineurs d’acquérir l’occasion d’exprimer leur art un peu partout dans le monde. Passer à Lyon sans rendre visite à L’Horloger de Saint-PaulLucie Aubrac ou Gérard Collomb, pourquoi pas; mais parcourir la vieille ville sans faire le mur, impensable!Bas du Mur des Canuts

Patrick BETAILLE, avril 2019

Thoma Vuille – M. CHAT

Street Art Thoma Vuille: M.ChatEn 1997 à Orléans, lors d’un atelier de création artistique pour enfants, l’artiste franco-suisse Thoma Vuille adopte le félin imaginé par une petite fille et le décline d’abord sur les murs de la ville puis, très vite, lui fait découvrir toute la France. Après quelques soucis juridiques, le sympathique greffier investit peu à peu murs et toits pour finir par s’imposer en tant qu’étendard urbain de joie et d’optimisme. Depuis plus de 20 ans il est très fréquent de croiser Monsieur Chat dans les rues ou au détour de stations de Métro de la capitale. Il arrive aussi au gros matou jaune de se balader à Rennes, Nantes, Tours, l’Île de Ré ou La Rochelle, arborant fièrement son large sourire aux dents blanches. Espiègle témoin de la vie des quartiers, cette vedette du Street Art se promène en toute liberté dans des lieux souvent inaccessibles, allant même jusqu’à offrir sa mimique communicative et ses allures cartoonesques aux habitants de New York, Hong Kong, Séoul, ou Dakar. Pour une rencontre avec Thoma Vuille c’est ici: Monsieur Chat.

Patrick BETAILLE, décembre 2018

Hula – Street Art Aquatique

Hula: Aquatic Street Art
Patrick BETAILLE, décembre 2018

C215 – Le Chat fait le Mur

Chat C215Christian Guémy, aka ″C215″ est un artiste urbain, pochoiriste français qui vit à Vitry-sur-Seine au sein du Grand Paris. Haut de 25 mètres sur 6 étages et réalisé sur commande de la Mairie du XIIIème en avril 2013, le chat de C215 situé à l’angle de la rue Nationale et du boulevard Vincent Auriol, pose un regard lointain et majestueux sur l’arrondissement parisien. Cette oeuvre s’inscrit parmi l’une des plus grandes réalisées par l’artiste. ″Je voulais que ce chat devienne le chat du quartier; je voulais que les gens soient heureux de le voir depuis le métro, qu’ils l’aiment. J’espère que bientôt l’on dira: retrouvons nous au chat″. Pour en savoir plus sur Christian Guémy: C215.

Laurent Bagnard – Mexican Street Art

Laurent Bagnard photographeQuelques années de cela, découverte de l’auteur au travers de Rebel Motorcycles Ltd, un beau livre de photos consacré entre autres aux choppers californiens et préfacé par Jake Cavaliere des Lords of Altamont. Laurent Bagnard c’est aussi l’aventure PowerGlide et le malheureusement trop bref épisode de Cast Iron tombé, faute de lecteurs, dans l’oubli après seulement trois numéros. L’exégète a également apporté sa contribution à Carlingue piloté à l’époque par Jean Paul Milhé connement et trop tôt disparu. Véritable Artiste, photographe à l’œil exercé, auteur à la plume juste, passionné de Rock, amoureux de bécanes, Laurent Bagnard revient avec un livre de 136 Pages, sorte de carnet de voyage dédié, une fois n’est pas coutume, au Street Art Mexicain… Lire la suite sur Veetess Speereet!

Laurent Bagnard photographePour tout savoir sur Laurent Bagnard et son récent Mexican Street Art c’est Ici: Laurent Bagnard: Photographie et Publications.

Patrick BETAILLE, septembre 2018