Jerry Lee lewis – Décès du Pionnier du Rock’n’ Roll

 

 

Jerry Lee lewis était persuadé que le rock était la musique du diable, que tôt ou tard il serait damné et aurait des comptes à rendre. C’est son appétence pour l’alcool et les drogues, sa vie de débauche mais surtout la puissance de sa musique qui firent de celui que l’on ne tarda pas à surnommer The Killer, l’incarnation même de l’expression de cette fusion novatrice entre gospel et country. Universellement connu grâce à Great Balls of Fire et  Whole Lotta Shakin’ Goin’ On, ce pianiste sauvage, outrancier, déjanté et incendiaire* – au propre comme au figuré – concurrent direct d’un certain Elvis Presley qu’a l’occasion il n’hésita à menacer d’une arme, était l’une des figures les plus marquantes du rock’n’roll. L’artiste américain, l’un des derniers pionniers du genre est parti solder son compte. Jerry Lee lewis s’est éteint chez lui à Memphis, dans le Tennessee. Il avait 87 ans.

* Déjà en 1958 lors d’une soirée au Brooklyn Paramount Theater à New York, furieux de devoir se produire avant Chuck Berry, Jerry Lee Lewis avait foutu le feu à son piano pendant l’interprétation de Great Balls of Fire. ″Voyons c’que t’es capable de faire après ça Chuck!″ dit il en croisant le guitariste en coulisse.

Patrick BETAILLE, octobre 2022

2 commentaires sur « Jerry Lee lewis – Décès du Pionnier du Rock’n’ Roll »

  1. Pas lu, mais ça m’intéresse. En retour, je conseille aussi l’article de Nick Kent figurant dans « l’envers du rock » intitulé « le roman d’un killer ».

Les commentaires sont fermés.