• Navigation

  • Les Visites!

    • 226,733 à ce jour

Pete Townshend, Who’s Next

Pete Townshend jumpAutant que John Lennon ou Keith Richard, le leader des Who est sans conteste l’un des personnages clés de l’histoire du Rock anglais. De la période High Numbers et sont Rhythm & Blues barbare à celle des Who, groupe phare de la Mod Ge-ge-génération biberonnée aux succès pop déjantés, l’on retient surtout la folie scénique avec laquelle le guitariste s’ exprime. Bris de guitares, d’amplis, dynamitage de coulisses et d’hôtels, tout est bon pour imposer une image de révolte ravageuse. Monté sur ressorts, Townshend ne conçoit pas de jouer de sa Rickenbaker autrement qu’à un mètre au dessus du sol. Sa technique est sommaire et bien qu’il soit un bon rythmique il ne s’impose guère par son aisance en solos. Il devient ainsi un guitar-hero à l’esbroufe, passant sous silence (sic!) une technique plus que rudimentaire qui l’oblige parfois à faire appel à des pointures pour mener à bien les enregistrements studio du groupe (Jimmy Page sur ″I can’t explain″). Mais Pete c’est heureusement autre chose! Un compositeur inspiré, celui de la période faste des Who (″Tommy″, ″Who’s Next″, ″Quadrophenia″), un mélodiste avisé et habile et surtout un artiste sensible et intelligent qui porte un jugement éclairé sur la société en général et sur les problèmes de la jeunesse en particulier. Tout cela a définitivement imposé Pete Townshend comme une figure évidemment majeure de l’histoire du Rock. On ne se fera plus avoir!

Ecouter″Tommy″ (1969), Culte! ″Live at Leeds″ (1970) Furieux! ″Who’s Next″ (1971) Majeur!.

Voir: Dans la série Classic Albums, ″Who’s Next″. Sur ce Dvd, Pete Townshend, Roger Daltrey, et John Entwistle offrent avis et anecdotes sur la genèse de l’album. Profond, instructif, drôle et donc indispensable!

PB, août 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞

Procol Harum: Novum

Procol Harum new Cd NovumCinquante ans après ″Whiter Shade of Pale″ Procol Harum revient avec aux manettes Gary Brooker en tant que seul membre restant de la formation d’origine. Novum ne prétend à rien, il ne crâne pas et pourtant il arrive à tout. Premier album studio depuis 14 ans, il est le fruit du travail d’un homme qui, bien qu’entouré de solides musiciens, reste entièrement détaché du spectaculaire et ne souhaite qu’une chose: exercer son art en paix. Ce qui est proposé ici reste la version la plus Rock de la formation anglaise qui, en 1971, avait accueilli en son sein Robin Trower  sur ″Broken Barricades″. Pour s’en convaincre il suffit de s’attarder sur ″Business Man″, ″Can’t say that″ ou encore ″Image of the Beast″. Les instants classiques sont toujours présents notamment avec une brève référence au Canon de Pachelbel sur un ″Sunday Morning″ puissamment lyrique. Et bien sûr les parties piano et la voix sépulcrale de Brooker sont là pour nous replonger avec délice dans les ambiances de Home ou de Grand Hotel des années 70. Les 11 titres du nouvel opus ont peu de rapport avec le Rock et ses couleurs criardes mais qui s’en soucie devant tant de beauté subtile? Novum affiche la classe et la sophistication musicale qui font que Procol Harum restera à jamais éblouissant.

PB, août 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Sir Peter Blake: Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

Peter Blake Beatles album cover art

Publié en Angleterre le 1er juin 1967, considéré comme la plus grande oeuvre des Beatles et comme l’un des albums les plus influents de la musique populaire, ″Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band″ est le huitième album des Fab Four. C’est le directeur artistique Robert Fraser qui suggére au groupe de confier la réalisation de la pochette à l’artiste pop-art Peter Blake. Celui ci accepte et conçoit une image représentant les quatre musiciens au milieu d’une assemblée de personnages auxquels ils souhaitent rendre hommage. Edgar Allan Poe, Bob Dylan, Lewis Caroll, Karl Marx, Marlon Brando, Albert Einstein, Oscar Wilde et d’autres se retrouvent ainsi à l’honneur au sein d’un diorama sur fond bleu ciel. Le plus étonnant reste que le concept ne relève pas d’un photomontage ou d’un collage. En effet, les portraits sont des silhouettes en carton ou des statues de cire grandeur nature et tous les accessoires de la scénographie, y compris un palmier artificiel, sont réels. La préparation du décor nécessite deux semaines de travail et la session de photos elle même dure plusieurs heures. Le coût final de l’opération s’élève à 3000 £, soit à l’époque cent fois le coût habituel d’une jaquette.  Le résultat se soldera par l’obtention d’un Grammy Award, contribuera à la légende de l’album et marquera définitivement un tournant dans l’approche graphique des maisons de disques. Quand à Peter Blake, il concevra d’autres pochettes, beaucoup moins célèbres, pour Brian Wilson, Clapton, les who et plus récemment Oasis.

PB, août 2017

Peter Blake: Who, Clapton, oasis, Wilson

 Toutes les Jaquettes ◆

 

Kenny Wayne Shepherd, Lay It on Down

Kenny Wayne Shepherd, Lay it down

Neuvième album pour ce p’tit gars de la Louisiane qui depuis les années 90 s’est fait une solide réputation sur la scène Blues Rock.  ″Lay It on Down″ vient une fois de plus prouver, si besoin en était, que le genre n’a plus aucun secret pour celui qui dès l’âge de 7 ans a troqué ses Playmobil® contre une 6 cordes. Le Blues reste présent sur ce nouvel opus  mais incontestablement le guitariste élargit sa palette en explorant la Soul et la Country. Quand les cuivres claquent, quand la guitare est débranchée ou quand des accents Folk ou Gospel s’invitent à la fête, les riffs et solos restent présents sur les 10 pistes au sein desquelles virtuosité et sensibilité se taillent la part belle. Variété des genres, qualité de production et exécution sans faille font de ces 41 minutes l’un des albums les plus riches  de Kenny Wayne Shepherd. How low can you go!

PB, août 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

″Is this the life we really want?″ censuré en Italie!

Roger Waters: Is this the life we really want?Pour le dernier album de Roger Waters, les concepteurs du packaging ont fait appel au concept dit de ″la rature″. Cette technique consiste à masquer ou rayer les termes d’un texte pour qu’au final seuls certains mots clés soient mis en valeur. Mal leur en a pris. A la parution de l’album, Emilio Isgrò a déposé plainte contre Sony Italia pour plagiat. La plainte de l’artiste, sicilien de son état, reposerait sur une création que lui même à mis en œuvre il y a plusieurs années et à ce titre il exige que la vente de l’album soit interdite en Italie. Les protagonistes n’étant pas parvenus à un accord, les juges du tribunal de Milan viennent de donner raison à Emilio. L’objet déclaré ″illicite″ restera sera bien sûr disponible en ligne mais la question posée par Le nouvel opus de l’ancien leader de Pink Floyd prend aujourd’hui un sens tout particulier: ″Is this the life we really want?″.

PB, juillet 2017

 Rock et Censure ◆

MusiCorps: Wounded Warrior Band

MusiCorps Wounded Warrior

L’histoire commence en 2007. Alors qu’il visite un centre médical de l’armée américaine, Arthur Bloom rencontre un soldat victime d’une mine anti personnelle. Ayant perdu une jambe, le combattant était préoccupé de savoir s’il serait un jour en mesure de pouvoir jouer à nouveau de la batterie. Ému, Bloom décide de fonder MusiCorps, un programme de réinsertion destiné aux vétérans qui, blessés en Irak ou en Afghanistan, souhaitent apprendre ou réapprendre à jouer d’ un instrument. MusiCorps a aidé et aide encore de nombreux soldats dans leur rétablissement et leur réinsertion. Qualifiée par le Wall Street Journal de ″Révolutionnaire« , cette belle initiative et son fondateur ont été classés par CNN dans le top 10 des héros de 2014. Grâce à leur courage, leur énergie, et leur talent, les membres de The MusiCorps Wounded Warrior Band ont réalisé avec succès de magnifiques prestations aux côtés d’artistes tels que Aaron Neville, Sheryl Crow ou comme ici avec Roger Waters: Shine on you crazy diamonds!

≈ Trucs en Vrac ≈

 

Chester Bennington, leader de Linkin Park, s’est donné la mort!

Suicide de Chester Bennington

Le 19 mai 2017 sortait ″One More Light, le 11ème album de Linkin Park, l’un des fers de lance d’un genre musical à proprement parler: le ″nu metal″. Les californiens devaient entamer très prochainement une tournée mondiale qui malheureusement ne pourra avoir lieu. Chester Bennington, chanteur écorché vif et leader charismatique du groupe, vient de mettre fin à ses jours. Il s’est donné la mort par pendaison le 20 Juillet 2017, jour de l’anniversaire de son ami de toujours, Chris Cornell. Il avait 41 ans. Leave out all the rest!

PB, Juillet 2017

La grande Faucheuse

Pierre Henry: Ceremony, An Electronic Mass

Pierre Henry & Spooky Tooth, An Electronic Mass

Iconoclaste, volontiers provocateur mais surtout l’un des grands inventeurs de la musique du XXe siècle, Pierre Henry est décédé le 6 juillet 2017 à l’âge de 89 ans. Souvent présenté  comme le père de la musique concrète cet artiste français, de formation classique, a construit sa renommée selon le principe de la quête du ″jamais entendu″. Inlassable chercheur de l’inouï, ce compositeur a notamment collaboré avec Maurice Béjart  sur l’album ″Messe pour le temps présent″. Nous sommes en 1968 et le titre Psyché Rock contribue à faire de l’album en question un succès incontestable. A partir de là Pierre Henry multiplie à la marge de son œuvre des expérimentations diverses, et, selon ses propres mots, ″impures″. En 1969 il croise le chemin des anglais de Spooky tooth. ″Coup de foudre. Coup de musique. Les guitares et l’orgue électriques, la batterie et les deux voix lui ouvrent le chemin d’une collaboration nouvelle avec la musique vivante. Il leur suggère une improvisation concertée sur le texte anglais de la liturgie catholique. Il se jette à son tour sur ses modulateurs, ses filtres et ses phonogènes pour commenter, contrepointer, approfondir et sublimer ce matériau de base de toutes les ressources de son immense palette sonore artificielle. D’où le chant naturel et profond, la grande incantation magique de Ceremony″ [Note de Maurice Fleuret sur le rabat de l’édition française de l’album]. Le résultat de cet OSNI, objet sonore non identifié, est surréaliste, sombre et inquiétant, à l’image de l’illustration de la pochette du peintre anglais John Holmes. Les fans du groupe ne comprennent pas et, déçus, ils boudent l’album qui fait un flop.  Dans la foulée Gary Wright quitte Spooky Tooth en déclarant que ″Ceremony, An Electronic Mass″ est responsable de la dislocation du groupe. Have Mercy!

PB, Juillet 2017

La grande Faucheuse

Dax: Motors n’ Blues 2017

Laura Cox & Popa Chubby

Neuvième édition pour ce festival qui a vu le jour en 2009. Organisé dans les Landes par la ville de Dax, le Motors n’ Blues propose de nombreuses animations avec en point d’orgue des événements autour de la Moto et de la Musique. Cette année encore le Blues est à l’honneur avec des têtes d’affiche de haute tenue. Le vendredi 7 juillet les filles de Little Girl Blue et de Minnie Marks conjugueront le Blues au féminin qui, en clôture, exprimera toute son énergie et sa puissance avec Laura Cox. Samedi 8 Juillet c’est la nuit des Tributes. Deux groupes rendront hommage à Stevie Ray Vaughan et ZZ Top avant de laisser la place à l’ immense (!) Popa Chubby qui lui se consacrera au répertoire de Jimi Hendrix. Le dimanche 9 juillet Mountain Men fermera la scène musicale avec leur dernier album ″Black Market Flowers″ mais pas que. Voilà pour une partie des 14 concerts gratuits sur 3 jours. Mais le Motors n’ Blues festival c’est aussi des tremplins jeunes talents, des balades moto, des expos, des stands (Indian, Victory…) et surtout une ambiance qui fait qu’ en quelques années la fréquentation des lieux est passée de 4000 à 25 000 visiteurs. Infos, détails, programmation et extraits video:  Motors n’ Blues 2017.

PB, juin 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞

Cordes sensibles: la guitare en mode mineur chez Fender & Gibson

Guitares Eric Clapton

La guitare a allumé le feu du Rock dans les années cinquante et s’est rapidement imposée en tant qu’arme absolue de la révolution musicale qui allait bouleverser le paysage sonore des 60’s et des 70’s. Aujourd’hui les chiffres sont sans appel. En 10 ans, le nombre de guitares électriques vendues aux États Unis est passé de 1,5 millions à moins d’un million d’instruments par an. Il n’y a jamais eu autant de fabricants dans l’histoire de la 6 cordes mais paradoxalement la demande est en baisse constante. Les fabricants sont aux abois, les leaders Fender et Gibson croulent sous les dettes et pour tenir le coup PRS est en train de licencier. Au delà des aspects purement financiers liés aux stratégies commerciales des uns et des autres, force est de constater que le phénomène est assujetti à une mutation profonde quant aux  données sociétales et culturelles. A l’évidence c’est tout un pan de la musique américaine qui est en train de s’effondrer. La faute à qui, à cause de quoi? Les virtuoses d’ hier sont morts et les Clapton, Page, Townsend et consorts trop âgés pour inspirer une jeune génération qui consomme ou fait de la musique électronique. ″What we need is guitar heroes dit George Gruhn, vendeur d’instruments, auteur et surtout, expert mondial incontesté de la guitare. Sources et info: Washington Post > The death of the electric guitar.

PB, juin 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞

Chris Spedding, Motorbikin’

Chris Spedding, Motorbikin'Ils ont eu beau tout tenter, ils n’ont jamais décroché le banco dans la grande loterie du Rock. Chris Spedding fait partie de ces fils maudits tout simplement parce qu’ au début de sa carrière il eut la malencontreuse idée de se cantonner au rôle de session man. Son énorme talent a été constamment employé à contresens par des têtes d’affiche aussi variées que Bryan Ferry, les Sparks, John Cale et beaucoup d’autres. Chris Spedding est pourtant un vrai rock’n’roll man qui, victime d’une personnalité pas toujours très claire, n’a compris qu’un peu tard qu’il pouvait exploiter pour son propre compte sa virtuosité et ses compostions intéressantes. La popularité, il la rencontre en 1977 à la sortie de son cinquième album. Eponyme, le disque en question contient le fameux ″Guitar jamboree″ au cours duquel Chris imite le jeu d’ Albert King, Chuck Berry, Jimmy  Hendrix, Keith Richard, Eric Clapton, Jimmy, Page etc… En bonne place également, un single déjà publié en 1975 et qui a pour thème la Moto:

″… Too fast to live, too young to die. Écoute, c’est pas des blagues, j’ai eu ma nouvelle bécane aujourd’hui, c’est à couper le souffle! Viens je t’emmène où tu veux! Crois moi, à 150 c’est tellement bon de se sentir vivant″ [Traduction libre: Marcel Destroy, extrait]. Ce titre, qui à l’époque est entré au top 20 anglais, c’est Motorbikin’ !

PB, juin 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞

Chuck! Le nouvel album de Berry

Le dernier disque sorti du vivant de Chuck Berry date de 1979! A sa sortie, ″Rock it″ ne suscite que peu d’intérêt et, dépité, le chanteur guitariste décide alors de laisser tomber les compos pour se consacrer à la scène. Il se remet toutefois à l’écriture dans les années 2000 et enregistre chaque fois que l’envie et l’enchainement des tournées lui en laisse le loisir. La sortie de ″Chuck″, le nouvel opus, était prévue le jour du 90ème anniversaire de l’artiste. La grande faucheuse en a décidé autrement et c’est 3 mois après la mort de ″Crazy Legs″ que l’on peut découvrir ces dix nouveaux titres qui se révèlent être source d’indéniable plaisir. La voix est claire, assurée et énergique et le jeu de guitare, reconnaissable entre tous, toujours aussi incisif et assuré. Les riffs sont immédiatement reconnaissables; ils sont ceux avec lesquels le Maître a défini les règles du Rock’n’Roll dans les années 50 et 60. Malgré un ″Jamaica moon″ aux accents du même tonneau et ″Enchiladas″, une reprise de Tony Joe White, Chuck fait la part belle au Blues et Berry glorifie ce Rock qui résonne encore des échos de ″Roll Over Beethoven″ ou ″Maybellene″. Qui va s’en plaindre? Certainement pas la Lady B. Goode ou les Big Boys!

PB, juin 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Hotel California: Les Eagles attaquent

Joe Walsh & Don Felder, Hotel California″Welcome to the Hotel California, such a lovely place…″ Bien que les Eagles n’aient jamais entrepris quelque démarche que se soit pour protéger le nom lié à leur tube planétaire, et à l’album du même nom, les voilà qu’ils se réveillent tout chafouins. Au moment du check out, le groupe attaque en justice les propriétaires de l’Hotel California, situé à Todos Santos au Mexique, en les accusant de violer leurs droits d’auteurs. Les Eagles se plaignent que les propriétaires actuels des lieux diffusent des titres du groupe pour faire croire aux clients que l’endroit a un rapport avec la chanson et vendent des goodies sur lesquels figurent la mention ″Legendary Hotel California″. Ils réclament donc une injonction pour empêcher l’Hotel California d’utiliser le nom ou d’en tirer profit. Le titre quant à lui a, de toute évidence, été inspiré par ″We used to know″ de Jethro Tull que Don Henley, en tant que fan inconditionnel, suivait de près à l’époque. Restent 6 minutes et 30 secondes de l’une des plus grandes chansons de tous les temps et plus de 2 minutes au cours desquelles Joe Walsh et Don Felder offrent une prestation à mettre au Panthéon des solos de guitare, comme en témoigne cet enregistrement!

PB, juin 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞


Seratones, Get gone!

Seratones, premier Cd: Get GoneBeaucoup s’y sont essayé, peu y sont parvenu. Mais les Detroit Cobras ou les Bell Rays font partie de ces groupes qui ont réussi a mettre en œuvre un subtil mélange de Garage Rock, de Soul et de Rhythm & Blues. The Seratones eux, semblent passer à la vitesse supérieure avec un répertoire qui tape sévère tout en respectant de la plus belle manière l’essence même des genres précités. Sur ce premier album, ″Get Gone″, ces débutants de la première heure jouent avec la maitrise et l’assurance de vieux briscards qui ont parfaitement intégré les codes musicaux qu’ils affectionnent. A.J Haynes, guitariste et chanteuse, s’exprime avec l’émotion d’une diva de la Soul et l’énergie d’une Rock’nRoll queen. Connor Davis, le guitariste, a fait sienne la technique du riff de rock basique et ravageur  aux teintes bluesy. Quant à la section rythmique, la basse de Adam Davis et du batteur Jesse Gabriel sont à l’unisson pour insuffler à l’ensemble un swing musclé terriblement subtil et efficace. Enregistré live en studio baigne dans une ambiance de club du samedi soir qui fait la part belle à la fusion de Rock et de Soul. Grâce à une production de qualité rien n’est sacrifié quant aux détails de la musique et aux talent des exécutants. Les 11 titres de Get Gone, sont incontestablement une bien belle surprise, qui plus est prometteuse. Très prometteuse. La preuve: Sun!

PB, juin 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Gregg Allman, Hittin’ the Note

Allman Brothers: Décès de Greg AllmanNé en 1947, Gregg Allman est surtout connu pour avoir, en 1969, fondé  avec son frère Duane le premier groupe de Southern Rock. Avec The Allman Brothers Band les deux frères fusionnent Soul, Blues et Country, parfois dans de longues improvisations dans lesquelles tous deux excellent. Bien que guitariste à l’origine, Gregg laisse vite sa place à Duane pour se consacrer, en plus des compostions, à l’orgue et à l’interprétation portée par une voix émotionnellement chargée de tonalités blues-rock. La consécration s’accompagne pourtant d’effets indésirables. Addiction aux drogues dures, morts accidentelles de Duane puis, un an plus tard, du bassiste Berry Oakley et ennuis judiciaires mettent à mal le groupe qui explose en 1976. Entre contributions diverses, reformations épisodiques du groupe et problèmes de santé, le chanteur entame une carrière solo et renoue avec le succès lors de la parution en 1987 de l’abum ″I’m No Angel″ et de ″Slow Country Blues″ en 2011. Atteint d’une hépatite C en 1999, Gregory LeNoir Allman subit une greffe du foie en 2010. Finalement, le 27 mai 2017 un communiqué publié sur le site officiel du chanteur annonce son décès en son domicile de Savannah, en Géorgie. Il avait 69 ans. Une de ses plus belles er récentes contributions, du moins la plus représentative, reste celle au cours de laquelle sa voix et son jeu de claviers communient à merveille avec la sublime guitare de Warren Haynes sur ″Hittin’ the Note″, le dernier album studio des Allman Brothers paru en 2003. Ancré dans l’âme du Sud, le titre en question est un Blues terreux à la puissance mélodique absolue qui évolue vers une fusion subtile entre Rock’n’Roll électrique et Jazz fiévreux: Desdemona!

PB, mai 2017

La grande Faucheuse

Lee Brilleaux: Rock’ n’ Roll Gentleman

Lee Brilleaux Rock'n'roll GentlemanLee Brilleaux: Rock’ n’ Roll Gentleman. His musical journey with Dr. FEELGOOD 1974-1994. Tout est dans le titre! Ce bookset couvre 20 années de prescriptions émises par Lee Brilleaux, mort prématurément en 1994. Il comprend donc les premiers enregistrements de l’ époque Wilko Johnson, la production du line up Gypie Mayo et bien sûr toute la période 80-90 qui vit passer Gordon Russel (guitare),  Kevin Morris (Batterie), Phil Mitchell (Basse) et le talentueux Steve Walwyn (Guitare). Une anthologie de 93 titres sur 4 Cd, incluant deux inédits: Let’s Have A Party″ issu des sessions de Private Practice et ″Poison Yvy″ exhumé des séances de Primo en 91. L’ensemble est livré avec un livret de 48 pages qui intègre des photos et des notes Zoe Howe, auteure de la biographie qui porte le même nom que ce magnifique coffret. ″Lee Brilleaux: Rock’ n’ Roll Gentleman″ sort le 7 Juillet mais les fans de Dr Feelgood peuvent déjà prendre rendez vous pour une pré-consultation ici.

PB, mai 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

 

Scorpions, ″Love at first sting″

censure Scorpions Love at first sting

Love at First Sting est le neuvième album des teutoniques Scorpions. Sorti en 1984 il se vend à plus six millions d’exemplaires devenant ainsi le plus grand succès commercial de la bande à Klaus Meine. Grâce notamment l’incontournable ballade ″Still Loving You″ – qui n’est pas pour rien dans la croissance du taux de natalité dans certaines contrées –  la notoriété du groupe explose littéralement sur la scène mondiale. Élaborée par l’agence de design Kochlowski sur la base d’un cliché de Helmut Newton, la pochette originale représente un couple enlacé. Elle, légèrement dévêtue, sexy en diable, s’abandonne dans les bras d’un bad boy bon chic bon genre qui est entrain de lui tatouer un scorpion sur la cuisse. A l’époque, et afin de palier à d’éventuels problèmes connus par le passé, la maison de disques prend la précaution de présenter le cover art aux revendeurs avant de publier le disque. Aucun retour négatif n’étant recensé, Love at First Sting est édité en l’état. Malheureusement, après la sortie de l’album Wal-Mart se plaint, qualifiant la jaquette de tendancieuse, subversive et machiste. Rien que çà! Pour le coup Polygram se voit obligé de proposer une version alternative qui consiste ni plus ni moins à utiliser la photo du groupe, la même que celle déjà présente au dos de la version première de l’album.

PB, mai 2017

 Rock et Censure ◆

Chris Cornell, ″Like Suicide″

Décès de Chris Cornell

Guitariste, chanteur, originaire de Seattle, Chris Cornell fonde Soundgarden en 1984.  Très vite, grâce à un répertoire alternatif teinté de Hard Rock,  le succès est au rendez vous faisant du groupe l’un des précurseurs de ce style grunge qui fera les riches heures de Pearl Jam, Alice in Chains ou Nirvana.  En 1994, Soundgarden devient un phénomène international avec la sortie de son quatrième album ″Superunknown″. Les tournées qui s’enchaînent, la pression de la reconnaissance, vont, comme souvent, mettre à mal l’unité de la formation, qui se sépare en 1997. Cornell débute une carrière solo puis  en rejoint Audioslave 2001. En 2012, Soundgarden refait surface avec à la clef un nouvel album, Kings Animal, qui grimpera à la cinquième place des meilleures ventes aux Etats-Unis.  Mercredi 17 mai, alors que le groupe venait de se produire en concert à Détroit, Chris Cornell a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel; il avait 52 ans et se serait suicidé par pendaison. Avec cette disparition le monde du rock vient de perdre une des figures emblématiques de la scène grunge que l’artiste a dominée de sa voix intense et de son charisme puissant et fascinant.

PB, Mai 2017

La grande Faucheuse

Joe Perry, Dream on!

Joe Perry, Dream on!Années 70. Avec son faciès de gitan à la Keith Richard, Joe Perry brille par ce style brouillon et volcanique qui provoque toujours le grand frisson parmi le public. Il est vraiment l’âme éruptive, incontrôlable et merveilleusement culottée d’ Aerosmith, alors à son apogée. Son jeu démesuré, son âme de rock’n’roller, tout rappelle chez lui son maître Jeff Beck, et sans doute s’acoquina t’il à Steven Tyler parce que celui ci avait été le roadie de son idole. Joe jette l’éponge en 1979, commet 3 albums solos,  et fait son come back au sein du gang de Boston en 1984. Tout ce que vénère Perry dans le Blues et le  Rhythm ‘n’Blues se retrouve dans l’inoubliable attaque de ″Walk this way″ et dans une des rares power ballads à vraiment mériter ce nom: Dream on!

PB, mai 2017

∞ La Guitare dans tous ses états ∞

Cruzados: Motorcyle girl

Cruzados, Motorcycle GirlComme pour beaucoup de groupes rock, drogues et alcool ont eu raison des Cruzados. Quatre ans de carrière pour ce combo de Los Angeles qui après de nombreux changements de personnel splite définitivement en 1990, laissant pour témoignage deux albums mineurs, aujourd’hui tombés dans les oubliettes. La séparation laisse sur la touche un certain Tito Larriva qui formera Tito & Tarantula, connu pour son apparition  dans le film culte de 1995 ″From Dusk Till Dawn″, écrit par Quentin Tarantino et réalisé par Robert Rodriguez. Chanteur, guitariste et compositeur, Larriva est notamment l’auteur de  l’un des titres figurant sur le premier album éponyme des Cruzados en 1985: Motorcycle Girl.

Motocycle girl, pourquoi ne veux tu pas m’embrasser? Petite fille bourrée du Tennessee, reine du vol à l’arraché aux yeux malicieux. A supposer que tu trouves ce que tu cherches, que vas tu faire? Passer tes journées à te défoncer avec le gus qui t’as mis le grappin dessus? Dommage, toi qui chante si bien. Arrête de me mater comme un péquenot obsédé, je ne suis pas un client! Réveille toi, parle! Motocycle girl, je t’aime et tu ne connais même pas mon nom!″ [Traduction libre Marcel Destroy, extrait]

≈ Trucs en Vrac ≈

St Paul & the Broken Bones: Sea of Noise

The Broken BonesSea Of NoiseQuand j’ai entendu ce groupe sans voir leurs bobines je me suis dit, Wow, voilà de la soul comme je l’aime. Ce black chante magnifiquement. Paf, mauvaise pioche! C’est une bande de faces de craie qui nous gratifie de cette Soul digne des meilleures. Saint Sam Cooke, Otis Redding et consorts se sont assurément penchés sur le berceau de Paul Janemay qui fait montre d’une puissance vocale étonnante, généreuse mais toujours maitrisée et portée par une formation de six musiciens prêts à péter la baraque. Apparemment les Stones eux mêmes ne s’y sont pas trompés puisque nos loustics ont eu le plaisir de faire plusieurs premières parties pour la mythique formation″. Bon que dire de plus? Ben rien, Ed Fairlane a tout dit, ces propos lui appartiennent et je m’y rallie!  Reste qu’il ne faut pas hésiter à jeter une oreille sur la production de St Paul & the Broken Bones.Sea of Noise″ et ″Half the City″, leur premier album, sont des nourritures de l’âme hautement bienfaitrices et recommandables. Démonstration >Sugar Dye!

PB, mai 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Nita Strauss, la ″Poison″ d’ Alice Cooper

Nita Strauss Alice cooper Poison

Née le 7 Décembre 1986 Nita Strauss est une guitariste américaine reconnue en tant que première des 10 instrumentistes qui conjuguent la guitare au féminin (Guitar World). D’abord célèbre pour sa participation au sein de The Iron Maiden (un groupe de filles qui reprennent le répertoire de Iron Maiden), Nita rejoint en 2013 Lorraine Lewis et Courtney Cox lors de la re-formation de Femme Fatale. En Juin 2014 elle renforce son audience en remplaçant Orianthi sur la tournée mondiale d’ Alice Cooper. Poison!

PB, mai 2017

∞ La Guitare dans tous ses états 

Emerson Lake & Palmer: Brain Salad Surgery

HR Giger: Brain Salad Surgery

Printemps 1973, Emerson Lake & Palmer sont en tournée européenne. Lors d’un passage en Suisse le promoteur local propose au groupe une visite chez le peintre Hans Rudolf Giger qui vit à Zurich. Tout d’abord surpris par la décoration gothique à outrance des lieux, les musiciens sont subjugués par le travail de l’artiste et décident de faire appel à son talent pour la jaquette du quatrième album alors en préparation: Brain Salad Surgery (qui signifie en slang « Fellatio »). A l’origine le portrait de l’épouse de Giger contient en filigrane une représentation phallique qui, pour des raisons évidentes, sera supprimée. La pochette s’ouvre en son milieu comme la porte d’un caisson cryogénique. L’ ambiance froide, métallique et futuriste du visuel est à l’image de l’ensemble de l’œuvre du génial visionnaire qui, quelques années plus tard, conçoit la créature bio-mécanique pour l’Alien de Ridley Scott. ″Brain Salad Surgery″ reste probablement le meilleur album du combo et figure à la 56ème place dans le top 100 des plus belles pochettes de disques de Rolling Stone Magazine. H.R. Giger a réalisé d’autres visuels de disques, notamment pour Magma (Attahk en 1978) et Debbie Harry (Koo Koo en 1981), mais aucun d’entre eux ne peut rivaliser avec celui qu’il imagina pour ELP et pour lequel il n’a d’ailleurs jamais été payé.

Marcel Destroy, Mai 2017

 Toutes les Jaquettes ◆

Iggy Pop, Asshole Blues!

Asshole Blues l' iguane sur flexi discLe label indépendant Jacuzzi Boys’ Mag Mag réhabilite le Flexi Disc! A une époque, ce type de support était avant tout un moyen promotionnel bon marché, fréquemment inclus en supplément avec certains magazines.  ″Les flexis vont être un moyen pour les artistes de faire ce qu’ils veulent. Ils peuvent laisser libre cours à leurs désirs les plus expérimentaux ou au contraire rester sur leurs gardes. Il n’y a aucune règle. On essaye juste de faire en sorte que les gens s’intéressent à ce qui nous parle″ (JBMM).  Pour le premier volume de la série le label a sollicité Iggy Pop qui, séduit par l’idée et très inspiré par la situation mondiale actuelle, en profite pour s’adresser aux ″connards″ qui lui pourrissent la vie. Muni de sa seule guitare acoustique, l’Iguane effectue un retour aux source, bouscule les codes, et pose la question: ″Asshole, when are you gonna die?″ (Quand est ce que tu crèves pauv’ con?). C’est roots, c’est jubilatoire et c’est le Asshole Blues!

PB, avril 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Disquaire Day: 22 avril 2017

Disquaire Day: Pink Floyd Interstellar OverdriveLe Disquaire Day 2017, septième du nom pour l’édition française, fait sa fête au vinyle le samedi 22 avril. Sur tout le territoire, quelques 300 références sont disponibles ce jour là exclusivement chez les 260 disquaires indépendants. L’occasion de dénicher quelques pépites sous forme de pictures discs, de raretés, de rééditions ou d’inédits. Parmi ceux là, Pink Floyd et son “Interstellar Overdrive“ en Maxi Vinyle édité à 4000 exemplaires dans le monde. Il s’agit d’une version en mono du morceau de 1966 long de presque 15 minutes. le prix? A voir! La valeur d’un disque comme celui-ci n’a jamais été dans son prix, puisqu’il ne s’est jamais vendu neuf. D’une manière générale, disons que le bon prix est celui que vous êtes prêts à payer. Même si à cette occasion toutes les sorties ne sont pas à jeter, certains disques sont onéreux, trop onéreux, et avec le Record Store Day, on crée la rareté afin de vendre des disques plus chers, ou de revendre des disques qui ont déjà rempli les poches de ceux qui les ont édités. Avec le retour en grâce du Vinyle, le business prend le dessus et, comme l’an passé, n’ hésite pas à proposer des disques à plus de 30 euros. Tout simplement inadmissible! Allez quand même faire un tour au Record Store Day, restez vigilants et rentrez chez vous pour vous adonner à l’activité la plus jouissive du collectionneur: la première écoute de l’indispensable Graal fraîchement déniché.

Marcel Destroy, avril 2017

 ≈ Trucs en Vrac ≈

Décès du guitariste Allan Holdsworth

Allan Holdsworth Soft Machine

Allan Holdsworth, guitariste et compositeur britannique a à son actif une bonne douzaine d’albums solos et affiche un nombre impressionnant de contributions tous style musicaux confondus. Ainsi au début des années 70 il fait un passage dans le monde du rock progressif de Tempest, puis en 1974 il rejoint Soft Machine pour l’album ″Bundles″ qui lui apporte rapidement une reconnaissance internationale. Véritable magicien de la 6 cordes c’est surtout pour son travail dans le domaine du jazz fusion qu’il fait sensation. Une approche originale et surtout une connaissance approfondie de la musique l’amènent à travailler avec entre autres avec Gong, Jean Luc Ponty, John Wetton, Bill Brufords, Stanley Clarke et bien d’autres. Technicien gigantesque, il a eu, sans le vouloir vraiment, une influence considérable dans le milieu du Rock. Il n’est pas vain d’affirmer que sans lui des Eddie Van Halen, Joe Satriani, Stev Vaï et Yngwie Malmsteen auraient peut être eu un parcours différent. Robben Ford a dit de lui: ″Je pense que Allan Holdsworth est le John Coltrane de la guitare″ et, dans une interview,  Frank Zappa lui a rendu hommage le qualifiant de ″l’ un des instrumentistes les plus intéressants et les plus créatifs dans le monde de la guitare″. Âgé de 70 ans, Allan Holdsworth est mort chez lui en Californie le 16 avril 2017. Solo!

PB, avril 2017

La grande Faucheuse

Steppenwolf: la ″Dickmobile″ de For Ladies Only

Steve Paige Dickmobile: For ladies only

Une carrosserie maison en fibre de verre sur un châssis de Hillman Minx de 1954, c’est la ″Dickmobile″. Steve Paige, son créateur, lui donne vie un jour de 1969 en Californie et entreprend de solliciter plusieurs galeries d’art de Los Angeles. Toutes le prennent pour un doux dingue et se refusent à exposer la voiture phallique. Qu’à cela ne tienne! Steve décide de mettre la ″Dickmobile″ en conformité avec la législation et de rouler au volant de son œuvre. Il parcourt plus de 500 miles dans la région et bien sûr ne passe pas inaperçu. La police ne manque pas de le contrôler, notamment suite aux attroupements provoqués par le véhicule en stationnement. De nombreuses séances photos ont lieu à cette époque et l’une d’elles, prise sur le Hollywood Walk of Fame, se retrouve en grand format sur l’intérieur de la jaquette d’un disque de Steppenwolf. Sorti en 1971, For Ladies only est la sixième production studio du groupe. Bien que conceptuel, politique, en faveur des femmes et du Féminisme, l’album est mal perçu et surtout mal compris. John Kay et sa bande s’attirent les foudres des critiques hermétiques à l’humour et obnubilés par l’imagerie turgescente. Ce LP, censuré en Espagne, reste malgré tout musicalement riche et abouti, à l’instar du titre éponyme qui brille par l’élégance du piano de Goldy McJohn: For Ladies Only.

PB, avril 2017

 Rock et Censure ◆

Décès de J. Geils, guitariste et fondateur du J. Geils Band

Décès de J. GeilsAu milieu des années 60 le Guitariste John Warren Geils Junior fonde The J. Geils Band, une formation de rock nourri de Blues et de  Rhythn & Blues qui à l’époque se produit en trio acoustique. En 1969, avec l’arrivée de Peter Wolf au chant, le groupe s’électrise et connait très vite une forte renommée grâce à des prestations scéniques au cours desquelles son répertoire à base de rhythm and blues poisseux et énervé fait merveille.  Témoin de cette époque, l’album ″Live Full House″ enregistré en 1972 au cours d’un concert à Detroit. J. Geils y tient à merveille le rôle de serial riffeur, Wolf est imparable au chant et Richard Salwitz, alias ″Magic Dick″, est magistral à l’ harmonica. A quelques exceptions près il n’y a pas grand chose à jeter dans la discographie de JGB mais c’est ″Full House″ qu’il faut retenir en tant que l’un des meilleurs albums live jamais enregistrés. [aparté] C’est d’ailleurs sur la foi de ce disque électrisant qu’un certain Lee Brilleaux traina son copain Wilko Johnson jusqu’à Londres pour le convaincre qu’ils n’étaient pas les seuls à croire en un Rhythm & Blues authentique et rageur. L’aventure Dr Feelgood pouvait commencer [fin de l’aparté]. En 1985, Des tensions opposant le guitariste et Peter Wolf entrainent la dissolution du groupe. Sans pour autant laisser de côté le Jazz et le blues J. Geils s’était retiré à Groton (Massachusetts) où il se consacrait à la restauration de voitures de course. Il a été trouvé mort à son domicile le 11 avril 2017, il avait 71 ans. Le Rhythn & Blues et le Rock’n’Roll lui disent merci en écoutant Full House.

PB, avril 2017

La grande Faucheuse

Boogie Beasts, Come and Get Me

Boogie Beasts: Come and Get MeBoogie Beasts, formé par Jan Jaspers et Mathias Dalle (guitare et chant) nous prouve qu’il n’est pas obligatoire d’ être né au fin fond d’un désert poussiéreux ou sur les bords du Mississippi pour exprimer un amour démesuré pour le Blues du Delta version rock à l’américaine. Avec ″Come and Get Me″, le quatuor Belge accouche d’un album homogène, conséquent et bourré d’énergie. Les rythmes sont hypnotiques, guitares et harmonica se provoquent pour mieux se rejoindre et les voix s’entremêlent pour alimenter de pesantes mélopées que ne renieraient pas R.L. Burnside ou John Spencer. Entre Boogie Rock et Punk Blues, ce premier essai est un aveu à peine déguisé d’ enthousiasme novateur de la part de musiciens qui ouvrent les portes du temps du temps avec une honnêteté absolue. A écouter absolument! Dig

PB, avril 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Roger Waters torpille Donald Trump

Roger Waters: Is This the Life We Really Want?

Roger Waters ne décolère pas contre Donald Trump, il se dit même ″prêt à rejouer The Wall″ en intégralité devant la frontière mexicano-américaine, pour dénoncer le projet de mur voulu par le nouveau pensionnaire de la Maison Blanche. Déjà en octobre dernier à au cours du ″Desert Trip″ Le co-fondateur de Pink-Floyd avait manifesté son dégoût vis à vis du président des USA. Durant la prestation de ″Pigs″ de l’album ″Animals″, il s’est en effet payé le luxe projeter des images de Donald Trump associées à la mention ″pendejo″ (imbécile!)  et de décorer l’arrière scène d’un immense ″TRUMP IS A PIG″. Le bassiste n’a visiblement pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. La tournée mondiale intitulée ″Us + Them″ qui débutera en mai 2017 et passera par la France en 2018 sera ″une démonstration de résistance, pas seulement contre Trump, mais vis à vis de tous les despotes, dictateurs et bons à rien sur cette terre″ (interview Rolling Stone magazine, extrait); à bon entendeur… Il sera donc question de dénoncer le dictat de l’argent, les ravages guerriers, les désastres écologiques et de porter un message humaniste sur fond de révolte; thèmes chers au compositeur et qui seront au cœur  de ″Is this the life we really want?″ (Est ce vraiment la vie que nous voulons?) le nouvel album à paraitre en mai. Roger Waters a toujours quelque chose à dire et c’est autrement plus intéressant que la plastique de Kim Kardashian ou  les frasques de Justin Bieber. Du moins il me semble!

PB, avril 2017

≈ Trucs en Vrac ≈

Le Méliès Pau: Rock this Town!

Gimme Danger & Jim Jones

Le 8 avril 2017, en partenariat avec les associations ACP et AMPLI, le cinéma Le Méliès à Pau, propose un événement musical high energy!

20h15:  Projection de ″Gimme Danger″, le film de Jim Jarmusch qui retrace l’épopée de The Stooges, l’un des plus grands groupes de rock de tous les temps!

22h30: Concert de Jim Jones & the Righteous Mind. Après la fin de Jim Jones Revue, Jim revient en trio et livre un rock plus sombre mais toujours aussi vigoureux. Au répertoire, l’album ″Super Natural″ à paraitre le 12 mai 2017.

Tarif Unique film + concert: 15 euros. Billets en prévente au Méliès (6 Rue Bargoin 64000 Pau) ou via internet sur le site des ACP. Restauration sur place assurée par le food truck The Black Cat.

♫ Rock’n’Roll bordel! ♫

Laura Cox Band: Hard Blues Shot

Premier Cd Laura Cox BandDepuis ses débuts sur Youtube en 2008, Laura Cox s’est peu à peu imposée comme l’une des valeurs sûre de la guitare conjuguée au féminin. Après s’être distinguée sur le Net avec des covers de Pat Benatar, Led Zeppelin, ACDC ou ZZ Top, la jeune parisienne décide de fonder son propre groupe avec lequel elle sillonne les routes de l’hexagone. Ainsi, depuis 2013 Laura Cox Band fréquente les festivals (Rock en Seine) arpente les scènes de l’hexagone (Trust), à la grande satisfaction d’un public avide de bons gros riffs et de musique énergiquement simple. Étape logique et indispensable, vient le temps de l’album. ″Hard Blues Shot″ vient de sortir et autant l’avouer tout de suite, ce premier essai semble prometteur. 10 compositions majoritairement teintées de heavy rock qui, même si elles ne réinventent pas le genre, s’avèrent très efficaces. Le mérite de cet album c’est avant tout d’être totalement à contre courant de la scène musicale française, surtout quand il explore le genre country (″Barefoot in the countryside″) ou folk (″13″). Actuellement en tournée le groupe se produira notamment le 8 Juillet au Motors’n’ Blues de Dax (40). Qu’on se le dise,  et en attendant: Hard Blues Shot Live!

PB, mars 2017

♫ La Discothèque idéale ♫

Chuck Berry, Bye bye Johnny!

Décès de Chuck Berry

A 18 ans déjà, Charles Edward Anderson Berry fait un séjour en maison de redressement pour vol à main armée. En 1961 il est condamné à 20 mois de prison pour avoir employé dans son club une ado de 14 ans alors poursuivie pour prostitution. Plus tard, Chuck est encore une fois inquiété pour avoir installé des caméras dans les toilettes pour dames de son restaurant. Il s’en tire après avoir versé aux nombreuses plaignantes des indemnités pour un total de plus de 1 million de dollars. Tête brulée, proxénète, voyeur, obsédé ou caractériel, qu’importe! Alors qu’il vient de décéder à l’âge de 90 ans, ce que l’on retient de  Chuck ″Crazy Legs″ Berry, c’est avant tout l’artiste visionnaire et l’immense talent de celui qui a écrit les lettres de noblesse du Rock’n’Roll, le vrai!… Lire la suite!

PB, mars 2017

La grande Faucheuse

St Patrick! Suivez le guide!

Eirin Go Brach St PatrickEn ce 17 mars et pour célébrer la Saint Patrick, les convives sont accueillis par Shane McGowan. Le Lord of the drinks n’a pas son pareil pour vanter les vertus de la Murphy’s, de la Guiness ou de la Smithwick’s qui sont à l’honneur et servies à température ambiante. Après quelques tartines de malt houblonné et sur fond de ”Dirty old Town” il faut s’attaquer à un blend de chez Jameson particulièrement apte à cohabiter avec the Boomtown Rats et Stiff Little Fingers. La température monte. Thin Lizzy et son ”Whiskey in the Jar” escortent le Bushmills tout droit sorti de la plus vieille distillerie du monde. A table maintenant! Irish Stew à la Guinness accompagné d’un Côte de Beaune [St Patrick a séjourné en France! NDLR]. La fougue de The Answer et des Strypes couvre à peine les ”Miam”, ”Scroch” et autres ”Slurp”. Vient enfin le temps du dessert, du café et du digestif: l’ Irish Coffee! Le trois en un est servi par Rory Gallagher et la ”Tatoo’d lady” met un terme à cet Irish Tour commémoratif. Ite missa est!

Marcel Destroy, Mars 2017

≈ Trucs en Vrac ≈

The Rolling Stones, Beggars Banquet

Rolling Stones Beggars Banquet censure

Londres 17 mars 1968. Les Rolling Stones entrent en studio pour enregistrer leur septième album. Si les précédentes tentatives contiennent de nombreuses reprises et pas mal d’ errances psychédéliques,  Beggars Banquet lui, marque un retour aux sources quant à l’inspiration musicale du groupe. Jamais le blues n’a été aussi présent sur cet opus qui reste aussi le dernier à bénéficier de la présence de Brian Jones parti peu de temps après valider son inscription au Club 27. La publication de l’album se voit retardée pour cause de désaccord relatif au packaging. En effet, les Stones entrent en conflit avec leur label Decca à cause de la photo qu’ils ont sélectionnée pour la pochette. Le cliché réalisé à Los Angeles représente des chiottes on ne peut plus crades, aussi crades que les murs du local couverts de graffitis. Malgré le forcing de Jagger & Richard, Decca résiste et finit par imposer sa volonté. La jaquette de ″Beggars Banquet″ prendra finalement l’aspect d’un banal carton d’invitation blanc avec la mention ″R.S.V.P.″ (″Réponse S’il Vous Plait″) en plus du nom du groupe et du titre de l’album. Qu’importe! Avec ″Let it Bleed″, ″Sticky Fingers″ et ″Exile on main St″, ″Beggars Banquet″ reste à jamais parmi les plus inspirés et les plus aboutis de la discographie des Pierres qui Roulent. Et de toutes façons, lors de la réédition du LP en CD, la photo des cagoinces refera son apparition.

PB, mars 2017

 Rock et Censure 

Dr. Feelgood: All Through The City (With Wilko 1974-1977)

Wilco Johnson, All through the City 1974-1977C’est un fait! Wilko Johnson a gravé en compagnie de Lee Brilleaux, John B. Sparks et The Big Figure les plus belles pages du pub rock anglais. ″All Through The City″ passe en revue les remèdes prescrits par Dr. Feelgood entre 1974 et 1977. Trois Cd et 1 Dvd compilent les quatre premiers albums de la formation (″Down by the jetty″, ″Malpractice″, ″Sneakin’ suspicion″ et ″Stupidity″), des démos, des inédits dont 3 Live et quelques vingt-deux apparitions télés en 1975.  Véritable témoignage sur une musique ouvrière qui se foutait des modes, du mainstream et de ses conventions. Au total 93 titres portés par une énergie rare symbolisée par la superbe photo en noir et blanc qui illustre l’objet. Pour une fois on ne se fout pas de la gueule du client! Le coffret intègre un livret de 50 pages et surtout, les enregistrements sont remastérisés sans nuire à la fougue, à l’honnêteté et à la vitalité du groupe de Canvey Island. C’est  rare! Bref, un fois conquis, l’amateur pourra ranger ce petit bijou à côté ou pas loin de l’émouvant documentaire de Julien Temple: Oil City Confidential. D’ici là et en attendant, une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal, pas vrai Roxette ?!

PB, février 2017

♫ Rock’n’Roll bordel! ♫

The Young Gods, Gasoline man

Cafe Racer riding

On ne peut pas dire que le rock texan fasse partie du fond de commerce de The Young Gods. Loin de là!. Pourtant en 1992 le combo Suisse fait une entorse à ses habitudes en lorgnant du côté du marché US. ″Sky TV″, quatrième album des helvètes, fait toujours appel aux expérimentations électro, aux ambiances noisy, aux bidouillages fuzzy mais pas que. Pour la première fois les textes sont en anglais et un titre se détache du lot de par sa conception et son ambiance. Riffs et structure bluesy font appel aux standards du rock américain et ressemblent à s’y méprendre à du bon vieux ZZ Top première époque. Une fois n’est pas coutume, les Jeunes Dieux amenés par Franz Treichler jouent comme un groupe de bar avec une signature sonore qui vibre et ronfle comme un bon gros twin qui déboule sur l’asphalte. Hommage à la route et célébration de la moto, c’est ″Gasoline Man″ et ça s’écoute Ici!

Je suis le gasoline man. J’avance, et même si je ne sais où je vais, je veux arriver à temps. Je vais rouler encore et encore pour trouver où tu te caches…[Traduction libre Marcel Destroy, extrait].

≈ Trucs en Vrac ≈

Lynyrd Skynyrd: Street Survivors

Lynyrd Skynyrd Street Survivors Cd Cover

le 17 Octobre 1977, Lynyrd Skynyrd, fer de lance du Southern Rock, sort son sixième album, ″Street Survivors″. Trois jours plus tard, au cours d’une tournée, un avion privé transportant les musiciens entre la Caroline du Sud et la Louisiane, s’écrase. Ronnie Van Zant (chanteur, compositeur et fondateur de la formation) , Steve Gaines (Guitariste) , et sa sœur Cassie, choriste du groupe, décèdent dans l’accident. A l’époque la jaquette de l’album représente les membres du groupe debout dans une rue et cernés par les flammes. A la demande de Teresa Gaines, la veuve de Steve Gaines, MCA Records modifie le concept d’origine en remplaçant le feu par fond noir. Suite au crash ″Street Survivors″ devient l’un des plus grands succès commercial de Lynyrd Skynyrd qui malgré tout se sépare peu après. Trente ans plus tard et pour l’édition Deluxe du CD la version première est remise sur le marché. ″Ain’t no good life″!

Marcel Destroy, février 2017

 Toutes les Jaquettes ◆

John Wetton, fallen angel

Décès de John Wetton AsiaJohn Wetton débute sa carrière en 1967 au sein de diverses formations britanniques, notamment Family, mais c’est en intégrant King Crimson en 1972 qu’il entre dans la légende en remplaçant Greg Lake en tant que bassiste et chanteur. Sur les albums ″Lark’s Tongue in Aspic″ à ″Red″ en passant par ″Starless and Bible Black″ il insuffle une dimension plus heavy au Rock Progressif de Robert Fripp. Bien que le groupe connaisse alors un énorme succès, il est dissout par son leader en 1974, obligeant Wetton à s’investir dans d’autres projets et à prêter ses talents à d’autres artistes. Parmi ceux là, Peter Banks (Yes), Brian Eno, Phil Manzanera ou Brian Ferry (Roxy Music). En 1975 il intègre Uriah Heep avec qui il enregistre deux albums. Au début des années 80, il forme Asia avec Carl Palmer et Steve Howe,  délaissant au passage le rock progressif pour une formule, hélas plus commerciale.  Dans les années 2000, des problèmes d’alcool éloignent Wetton de la scène. Sobre depuis un dizaine d’années, il envisage une série de concerts avec le groupe.  Finalement  la tournée mondiale planifiée pour 2017 n’aura pas lieu. À 67 ans, John Wetton succombe d’un cancer le 31 janvier. Décidément il fait pas bon avoir été courtisan du Roi Cramoisi.

PB, février 2017

La grande Faucheuse

Gimme Danger, les Stooges par Jim Jarmusch

Gimme Danger l'histoire de The StoogesUn sacré bout de temps que la musique fait partie intégrante de la filmographie de  Jim Jarmusch. En 1986 déjà dans Down by  LawTom Waits apportait sa contribution à la bande son et jouait le rôle de Zack. Mystery Train en 1989 mettait en scène Screamin’ Jay Hawkins. En 1996 le cinéaste faisait appel à Neil Young pour le soundtrack de son western métaphysique Dead Man dans lequel Iggy Pop  tenait un rôle. Iggy Pop est aussi là en 2003 dans Coffee and Cigarettes, un film à sketches dans lequel il partage l’affiche avec entre autres Tom Waits, Meg et Jack White. En salle dès aujourd’hui, Gimme Danger est un rockumentaire consacré à l’histoire des Stooges, le groupe qui a indéniablement influencé le mouvement Punk en sonnant le glas de Sixties. ″Une lettre d’amour au groupe qui restera sans doute l’un des plus importants de l’histoire du rock, Gimme Danger est délirant, foutraque, émouvant, drôle, simple sophistiqué et brut″ [Jim Jarmusch]. Le film, désormais en salle pour les privilégiés, sera disponible en Dvd en juin 2017. D’ci là et en attendant…> Le Trailer!

PB, février 2017

♫ Rock’n’Roll bordel! ♫

Geoff Nicholls, Die young!

Décès Geoff Nichols de Black Sabbath

1980. Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath et est remplacé au chant par Ronnie James Dio. S’en suit l’album ″Heaven and Hell″ qui permet au groupe de renouer avec le succès en mettant fin à une production musicale plutôt pauvre depuis 1975. L’album marque également l’arrivée de Geoff Nicholls aux claviers en tant que musicien de session. Bien que multi instrumentiste et contributeur au niveau des compostions, Nicholls n’est jamais clairement crédité en tant que membre officiel du Sabbath. A tel point que très souvent et aussi pour des question de visuel, sa participation aux sessions live se résume à jouer depuis les coulisses. Néanmoins, en 1985 il devient membre officiel du groupe qu’il quitte définitivement en 2004, viré pour laisser le tabouret à Adam Wakeman, le fils de Rick Wakeman (Yes). Après une longue lutte cotre le cancer, Geoff Nicholls décède le 28 janvier 2017 à l’âge de 68 ans. Die Young!

PB, janvier 2017

♠ La grande Faucheuse ♠

John Doe: Crossroads, la route du Blues

Crossroads, film John Doe sur Robert JohnsonPour peu que l’on s’intéresse au Blues, vient toujours un moment où se manifeste l’envie d’en savoir plus sur l’une de ses plus belles des légendes. Avec seulement 29 titres enregistrés Robert Johnson est devenu un mythe, la référence suprême, le gardien du panthéon de la musique, celui qui a fait naître chez Jimmy Hendrix, Eric Clapton, Keith Richard, Led Zeppelin et tant d’autres, la passion viscérale pour le Delta Blues qui allait de près ou de loin les influencer musicalement. En 1986, à partir d’un scenario de John Fusco, le réalisateur Walter Hill traite le sujet sous forme de fiction musicale gentillette qui se termine par un duel guitaristique éblouissant entre Ralph Macchio et Steve Vai dans le rôle du serviteur du diable. Il est donc question de ce fameux pacte avec le Malin. Pacte au cours duquel Robert Johnson aurait vendu son âme en échange d’un immense talent.  Avec ″Crossroads, la route du Blues″, John Doe élève le débat au rang d’un subtil mariage des genres qui oscille entre fiction, documentaire et road-movie. ″Fan de Blues, je rêvais depuis mon adolescence de faire la Route 61. Il m’aura fallu 30 ans pour y parvenir avec quelques dollars, un bon copain et une idée : conter les légendes de Robert Johnson. J’ai écrit et vécu cette aventure passionnément. Une année de préparation, 1 mois de tournage, 6 mois de montage et 8 ans de galères pour faire connaitre ce film. Aucun producteur, pas de distribution, pas d’aide financière, juste un entêtement maladif : y croire″. Le résultat est bluffant. La démarche est sincère, les protagonistes étonnants, le ton lugubre et l’ambiance générale très roots. Au final on y croit, on s’y croit même. Au point d’avoir envie de participer, en compagnie de Calvin Russel, à la quête du 30ème morceau, celui  qui délivrera Robert Johnson de sa malédiction. Monsieur John Doe*, qui que vous soyez, merci pour cette belle initiative, pour ce moment intense et pour la mise en images de cette passion dévorante. Enfin et surtout, merci pour le partage sans contrepartie avec la mise à disposition d’infos remarquables et de l’intégralité de l’œuvre au format Dvd ou Divx en Vost.  C’est ici! > La Route du Blues .

*Dans les années 50, John Doe est le pseudonyme utilisé par les réalisateurs américains  qui ne souhaitaient pas ″signer″ leurs œuvres en raison de désaccords avec les règles fixées par l’industrie du cinéma et de la télévision. Une façon de faire de la résistance…

PB, janvier 2017

Gerg Lake, ″Epitath″

King Crimson, Greg Lake

A 12 ans Gregory Stuart Lake prend des cours de guitare auprès d’un professeur qui enseigne également à un certain Robert Fripp. Les deux élèves deviennent amis et quelques années plus tard, en 1968, Fripp demande à Greg Lake de se joindre à lui en tant que bassiste et chanteur. C’est la naissance de King Crimson et de l’un des premier chef d’œuvre de l’étrange qui révolutionne le monde de la musique en devenant l’élément fondateur du Rock Progressif: ″In the court of the Crimson King″. Après ″In the Wake of Poseidon″, le deuxième album, Lake quitte la formation pour aller rejoindre Keith Emerson sur le point de mettre fin à The Nice qui à l’époque partageait souvent la scène avec le Roi Cramoisi. Emerson Lake & Palmer propulse ses cinq premiers albums dans le Top Ten anglais pour finalement splitter en 1979, laissant Greg à une modeste carrière solo au cours de laquelle il collabore entre autres avec Gary Moore. Bassiste subtil, guitariste honnête, chanteur reconnaissable entre tous et compositeur talentueux, Greg Lake décède le 7 décembre 2016. ″No money could save him, so he laid down and he died″ : [ Lucky Man ]

PB, janvier 2017

La grande Faucheuse

Steppenwolf: Born to be wild

Steppenwolf, Born to be wildEn 1958, John Kay fuit l’Allemagne de l’Est pour s’installer au Canada où en 1965 il intègre un groupe de blues local: The Sparrows. Le succès n’est pas au rendez vous. En 1967 la formation est dissoute pour réapparaitre sur la scène de Los Angeles sous le nom de Steppenwolf . Le nouveau un line up propose désormais un répertoire plus rock et entre en studio en 1968 pour élaborer leur premier album. Cette fois ci le public est au rendez vous et réserve un bel accueil au troisième single de l’album: Born to be wild. Le titre écrit à l’origine par l’ex Sparrows Mars Bonfire (de son vrai nom Dennis Edmonton) se vend à plus d’un million d’exemplaires dès lors qu’il figure sur la bande son de Easy Rider, film emblématique de la contre culture hippie de l’époque. Désormais Born to Be Wild est associée à jamais l’univers des bikers, Steppenwolf est au sommet et Mars Bonfire entre dans la légende du Rock.

Born to be wild: ″Démarre et fonce. Roule vers l’aventure et quoiqu’il se passe fais que tout devienne possible. Prends le monde à bras le corps, fais feu de tout bois et éclate toi. Quand je fais la course avec le vent  j’aime le rugissement du métal  et la sensation qu’il me domine. Tels les enfants de Mère Nature nous sommes nés pour être libres et notre pouvoir est grand. Je ne veux pas crever″. [Traduction libre Marcel Destroy, extrait].

Marcel Destroy, janvier 2017

≈ Trucs en Vrac ≈

Le Boogie Rock est en deuil, Rick Parfitt n’est plus!

Rick Parfitt 1948-201629 janvier. J’y étais. Un peu par hasard mais j’y étais. Port du Havre, il pleut, il fait froid et le grand hall de la gare maritime résonne du bruit d’un foule dont la densité me laisse muet et m’empêche d’entendre mon pote qui jubile tout en me trainant vers le premier rang. Les lumières s’éteignent, la clameur explose en même temps que mon ventre qui tente de résister  à la pression des barrières métalliques. ″Junior’s Wailing″ ouvre à cent à l’heure. Les filles sont aussi de la partie; ″Big fat Mama″ est venue avec la ″Little lady″ et sa copine ″Caroline″. Avec une frénésie hors du commun le show de deux heures s’achève sur un ″Bye bye Johnny″ apocalyptique. Dehors la pluie a cessé et le froid ne fait qu’accentuer les acouphènes nés de ″Don’t Waste My Time″, ″Roll Over Lay Down″, ″Roadhouse Blues″ et ″Is there a better way″. Nous sommes en 1977 et je venais de m’enrôler dans l’armée du ″Number one Rock’n’Roll band in the world″: Status Quo! Aujourd’hui c’est ce moment qui refait surface et je revois encore une fois Rick Parfitt qui assure la rythmique avec une constance métronomique. C‘en est fini des duels de guitares à faire fumer les amplis Marshall. Richard John Parfitt vient de raccrocher sa Telecaster. Suite à une blessure à l’épaule il avait été admis dans un hôpital de Marbella en Espagne. Il y est mort d’une infection le 24 décembre. Wo-oh-oh-oh-ooooh!

PB, décembre 2016

La grande Faucheuse

Le Pire Noël est passé!

Il se passe une chose incroyable dont les médias ne parlent pas. Muselés par l’industrie du disque, ils cachent l’information. Trop énorme! Tous les gamins ont la rage contre le Père Noël. Ils ont tous eu des disques nases en guise de cadeaux et digèrent mal l’affront. Hors de question que leur Noël soit toc et pas rock. Ils se dirigent donc en masse vers les magasins. Tous avec les mêmes intentions.

Patchwork et onomatopées Rock

• Peter 13 ans: ″Je voudrais échanger ce Cd de Springsteen c’est d’la daube! J’veux Nevermind!″.
• Lisa 12 ans: ″Rien à foutre de Christine & the Queens, filez moi Led Zeppelin, çui où y’a Black Dog!″.
• ″Maître Gims! C’te honte!″. C’est Paul, qui du haut de 11 ans, exige qu’on lui commande Down by the Jetty du Doctor. Pour lui c’est mal barré; le vendeur ahuri lui demande: ″quel docteur?″.

PB, décembre 2016

 La Discothèque idéale 

Manu Lanvin: Blues, Booze & Rock’n’Roll

Manu Lanvin, Blues Booze & Rock'n'Roll

Manu Lanvin et son power trio ″the Devil Blues″ clôturent joliment l’année 2016. ″Blues, Booze & Rock’n’Roll″ succède à l’excellent ″Sons of the Blues″ paru en 2015. Classiques, acoustiques, heavy ou traditionnelles, les compositions de l’album confirment définitivement que Manu  est fait pour le Blues. Le résultat est une musique qui électrise l’atmosphère en se réservant le droit d’y apporter une teinte rhythm & blues via un piano déjanté, des cuivres incisifs ou des chœurs entêtants. A noter au passage 3 titres coécrits avec Neal Black et un hommage au regretté J.J. Cale. Une véritable invitation à s’offrir pour les fêtes 12 morceaux de Lanvin bien emballés. Vous voulez goûter? Soul Revolution!

PB, décembre 2016

 La Discothèque idéale 

Jean Vern, house of the Blues

Jean Vern, House of the Blues artwork

Né au Havre en 1940, décédé en 1998, musicien et dessinateur de bande dessinée (″La Maison du temps qui passe″, ″Mort sous la Tamise″…) Jean Vern est parvenu à mettre en commun ses deux passions en réalisant de superbes pochettes de disques de Blues et de Jazz. Il a notamment œuvré pour une série initialement éditée par Barclay: House of the Blues. Ses dessins sont remarquables. La finesse du trait et l’expression traduisent admirablement l’ambiance d’une période au cours de laquelle le Blues offrait  une place de choix à des artistes tels que John Lee Hooker, Freddie King, Lousiana Red ou Buddy Guy.

Jean Vern, House of the Blues artwork

 Toutes les Jaquettes 

 

 

Nancy Wilson, guitariste de cœur

Nancy Wilson on stage

Il était une fois deux sœurs. Ann Wilson, l’ainée, s’installe à Seattle en 1973  et contribue à la formation du groupe Heart au sein duquel elle chante. Sa sœur Nancy intègre la formation en 1974. Bien qu’à l’ époque les femmes ne soient pas légion dans le monde du Rock, Nancy Wilson parvient à s’imposer sur le devant de la scène. De réels talents de compositeur et un jeu de guitare à la fois subtil et efficace lui valent rapidement  la reconnaissance du public et du milieu professionnel. Après avoir vendu 35 millions d’albums, le groupe Heart en tant que tel n’existe plus mais même si l’esprit à la fois folk et hard rock des débuts fait défaut, les frangines sont toujours opérationnelles. Nancy surtout. 1986, elle épouse le scénariste et réalisateur Cameron Crowe et s’implique dans les BO de films tels que, et entre autres, ″Jerry Maguire″ en 1995 ou ″Almost Famous″ en 2000. Intronisation au Rock’ n’ Roll Hall of Fame en 2012, une étoile sur le Hollywood Walk of Fame la même année et, en 2013, les sœurs Wilson se retrouvent au Kennedy Center Honors où hommage est rendu à Led Zeppelin.  Devant John Paul Jones,  Jimmy Page aux anges, Robert Plant parfois ému aux larmes et accompagnées aux drums par Jason Bonham, Ann et Nancy se livrent à une reprise éblouissante de ″Stairway To Heaven″.

PB, décembre 2016

 La Guitare dans tous ses états 

Actualité musicale, cuvée 2016

Un clic sur chaque image donne accès à la chronique de l’album correspondant!

Tyler Bryant & the Shakedown EP The Wayside   Blues Pills Cd Lady in gold   Buddy Guy, Born to play guitar

Maitre Gims vous donne des envies de suicide? Fréro Delavega vous en touche une sans faire bouger l’autre? Bien que l’année écoulée soit particulièrement pauvre dans le domaine de la musique qui s’écoute avec les oreilles mais aussi avec les pieds, le remède existe! Le choix est bien évidemment partial, subjectif, et assumé. Il a juste pour ambition d’entretenir l’espoir que le Rock n’est pas encore mort et de prouver que, contre vents et marées, de bonnes volontés mettent beaucoup de conviction et d’énergie pour que leur passion et leur plaisir deviennent nôtres. Le débat reste entier et ouvert mais il doit obéir à une constante et une seule: ”La musique c’est comme la vie, ça se respire” (Francis Zegut).

Black Pistol Fire: Don't Wake the Riot   kaleo A/B   Rolling Stones Blue & Lonesome

PB, décembre 2016

 La Discothèque idéale 

%d blogueurs aiment cette page :