Spencer Davis – Gimme Some Lovin

En 1963 le guitariste-chanteur Spencer Davis voit juste en faisant appel aux frères Winwood (Stevie aux claviers et au chant, Muff à la basse) et au batteur Pete York pour mettre en place ce qui allait devenir l’une des formations phare de la British Invasion des années soixante: The Spencer Davis Group. En trois ans ces gars là se payent le luxe de détrôner les Beatles dans la course aux meilleures ventes de la pop britannique. Keep on Running c’est eux. Le Gimme some Lovin’ survitaminé par The Blues Brothers, c’est aussi eux. Et le I’m a Man qui fit les riches heures du Chicago transit Authority, c’est encore eux! Malheureusement, des problèmes d’egos conduisent à l’éclatement du quatuor de Birmingham. En 1967, Stevie Winwood part fonder Traffic puis Blind Faith avec Eric Clapton en 1969. Spencer Davis lui se consacre désormais au folk et à la country rock. Sans grand succès. Parti aux USA, il travaille pour Island Records, contribue à l’éclosion de Bob Marley, Eddie & The Hot Rods et Robert Palmer. À l’occasion il compose aussi pour les Allman Brothers, Dusty Springfield et Booker T. Malgré des tentatives de réunification en 1973 et en 2006, sans les frères Winwood, le Spencer Davis Group devient bel et bien de l’histoire ancienne. Spencer Davis vient de décéder des suites d’une pneumonie. Il avait 81 ans.

Patrick BETAILLE, octobre 2020

Welcome to the Chelsea Hotel

Construit en 1883, l’immeuble de douze étages situé dans le quartier de Chelsea à Manhattan devient un hôtel en 1905. Imposant édifice de briques rouge le Chelsea Hotel devient très rapidement le centre névralgique de la vie artistique new-yorkaise. En mauvais état, l’établissement n’a pas acquis sa notoriété grâce à ses chambres poussiéreuses, son mobilier dépareillé, ni même son service. Lieu de vie bohème, ce sont les artistes qui, lors de leurs passages dans la Big Apple, écrivent son histoire et bâtissent sa réputation en séjournant dans l’une ou l’autre des 400 chambres du 222 West de la 23ème rue. Certains l’ont même évoqué en chanson: Chelsea Morning de Joni Mitchell, Chelsea Girl pour Lou Reed et Third Week in the Chelsea par Jefferson Airplane. Milos Forman, Bob Dylan, Mark Twain, Arthur Miller, Andy Warhol, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir ou encore Patti Smith, Tom Waits, Jimi Hendrix, Joan Baez et d’autres y ont effectué des séjours plus ou moins longs. En 1978, Nancy Spungen, la compagne de Sid Vicious, y sera même assassinée à coups de couteau dans la baignoire de la chambre 100.

Printemps 1968, après une nuit d’errances solitaires, Leonard Cohen et Janis Joplin regagnent leurs chambres respectives aux premières lueurs de l’aube. Lui occupe la 424, Pearl la 411. Ils se retrouvent par hasard dans le hall pour prendre l’ascenseur et entament la conversation. Vous cherchez quelqu’un? Oui, je cherche Kris Kristofferson répond Janis. Le chanteur tente alors une blague: Jeune fille, vous avez de la chance, je suis Kris Kristofferson! Quand l’ascenseur arrive au quatrième les dés sont jetés, ils passent la nuit ensemble. Trois ans plus tard, peu après le décès de la chanteuse, Cohen est assis au bar d’un restaurant de Miami. Nostalgique, il repense à Janis et commence à écrire quelques mots pour lui rendre hommage: I remember you well in the Chelsea Hotel. You were talking so brave and so sweet. Giving me head on the unmade bed. While the limousines wait in the street… (Je me souviens très bien de toi à l’hotel Chelsea. Tu étais si volubile et si gentille. Tu m’as fait une gâterie sur un lit défait alors que les limousines attendaient en bas…). Remaniée à plusieurs reprise, la chanson Chelsea Hotel #2 parait finalement en 1974 sur l’album New Skin for the Old Ceremony mais ce n’est qu’en 1976, lors d’un concert à Montreux, que le chanteur canadien avoue que les paroles font référence à cette nuit partagée avec Janis Joplin. Aujourd’hui complètement rénové, le Chelsea Hotel entretient sa légende. Pour la postérité, des plaques à l’entrée affichent les noms des artistes ayant séjourné dans ses murs.

Patrick BETAILLE, octobre 2020

LES SHERIFF – Décès de Frédéric Bessière

Fred, l'une des gâchettes des Sheriff, nous a quitté! Lire la suite...

″On est les Sheriff et on fait du bruit!″ C’est ainsi que se présentent les $heriff, un groupe de punk rock français né en 1984 à Montpellier. Considéré comme l’un des fondateurs de la scène punk rock française, le groupe est souvent comparé aux Ramones pour lesquels ils ont d’ailleurs ouvert lors d’un concert à Pau (au fond , en bas à gauche, près des Pyrénées) en juin 1992. Les $heriff font leurs adieux en 1999 mais reforment occasionnellement pour quelques dates dont le HellFest en 2018. Pile ou face? Pile! C’est perdu! Le guitariste Frédéric Bessière vient de décéder le 6 octobre 2020. Rest In Punk Fred!

Patrick BETAILLE, octobre 2020

Eddie Van Halen – You really got me!

Au cours de leur jeunesse, et alors que toute la famille avait émigré des Pays-Bas vers la Californie, les frères Eddie et Alex Van Halen, se voient contrés et forcés par leur mère de prendre des cours de piano. L’enthousiasme n’est pas au rendez vous, loin de là. À force de persuasion, Alex obtient le feu vert pour prendre des cours de guitare flamenco et Eddie bosse pour se payer une batterie. Pendant les heures de travail d’Eddie, Alex s’approprie les futs et devient rapidement bien meilleur que son frangin. Qu’à cela ne tienne! Eddie se met à la guitare et tous deux forment plusieurs groupe qui, au fil des ans, évoluent pour devenir celui qui sort un premier album éponyme en 1978: Van Halen. Sur ce premier essai, un titre des Kinks assure à la formation un succès foudroyant: You Really Got Me. En troisième position sur la face A, la reprise tonitruante est précédée d’un brulot improbable surgit de nulle part et, selon la légende, totalement improvisé: Eruption .Très bref, le morceau volcanique révèle une technique qui révolutionne les solos de six cordes: le tapping à deux mains. À l’époque souvent copiée mais rarement égalée, la technique innovante d’Eddie consiste à utiliser les deux mains sur le manche de la guitare. Du jour au lendemain, la rapidité, les possibilités mélodiques et l’accession à une profusion de notes, inspire de nombreux guitaristes qui, avec plus ou moins de talent, écriront quelques pages intéressantes du hard rock des années 80. La suite on la connait. À partir de 1986 et après six albums remarqués, une carrière en dents de scie pour Van Halen. Entre splits, reformations, errances, changement de personnel (4 chanteurs en 9 ans!), le groupe tente, jusqu’en 2012, de renouer avec le succès. En vain! Aujourd’hui la dernière page est tournée. À 65 ans Eddie Van Halen vient de décéder des suites d’un cancer.

Ecouter: Les 6 premiers albums du groupe mais s’il ne fallait en retenir qu’un: Van Halen (1978). Premier album et 11 brûlots dont  l’immanquable ″Eruption″. Sismique et indispensable a plus d’un titre; chorus, rythmique, gros son, compos… Aucun groupe n’avait sonné comme ça auparavant. Pour le plaisir et l’anecdote: le chorus de Beat it sur Thriller, l’album de je sais plus qui!

Patrick BETAILLE, octobre 2020.

The Dirty Knobs : Wreckless Abandon

En 1976, Mike Campbell rejoint Tom Petty pour former Tom Petty & the Heartbreakers. Au sein de la formation, le guitariste ne se contente pas d’occuper le poste de lead guitariste discret mais talentueux. Il compose également et apporte sa contribution à de nombreux succès des Heartbreakers. Ce rôle il le jouera jusqu’en 2017, date à laquelle la mort de Tom Petty entraine la dissolution des briseurs de cœurs. En 2018, Fleetwood Mac annonce que lors de sa tournée mondiale Campbell rejoint le groupe pour remplacer Lindsey Buckingham. Aujourd’hui, Campbell est à la tête d’un nouveau groupe: The Dirty Knobs et il nous offre avec Wreckless Abandon, un album pour le moins prometteur. Bien évidemment l’ombre de l’ami de 40 ans plane sur ce premier essai mais l’ex-second couteau des Heartbreakers parvient à dévoiler d’autres facettes de son art. Entre compositions bien léchées, solos ravageurs et gouaille révélatrice le musicien nous offre une performance qui, à n’en pas douter, devrait lui assurer une place sur la première marche du podium. Seule ombre au tableau concernant ces 13 titres de classic rock convaincant: la pochette signée Klaus Voormann. L’artiste en question nous avait habitué à beaucoup mieux, notamment en 1966 avec le cover art de Revolver pour les Beatles. Produit par George Drakoulias (Black Crowes, Jayhawks) le disque arrivera en novembre 2020. D’ci là…

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Décès du batteur de Uriah Heep, Lee Kerslake

La reconnaissance et le succès international, Lee Kerslake ne l’aura connu que tardivement quand il a participé aux enregistrements des albums de Ozzy Osbourne Blizzard Of Ozz en 1980 et Diary Of A Madman en 1981. Il faut noter que sur cet album, Kerslake ne figure pas aux crédits. Son nom est remplacé par le nom de celui qui lui succéda sans avoir participé aux sessions: Tommy Aldridge. En tant que batteur, ce musicien anglais a passé plus de 30 années derrière les fûts de l’honorable et souvent mésestimé Uriah Heep, groupe de heavy rock progressif qu’il avait donc quitté en 1980 et qu’il rejoindra lors de sa reformation pour y rester jusqu’en 2008. Cette année là, Lee est atteint d’un cancer avec complications contre lequel il luttera jusqu’en ce jour de 2020. Sa mort a été confirmée par son ami et coéquipier d’Uriah Heep, Ken Hensley, qui a déclaré que Kerslake était décédé aux premières heures du samedi 19 septembre.

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Jimi Hendrix – Business is Business!

Il y a 50 ans disparaissait celui à jamais considéré comme le plus prodigieux musicien de l’histoire du rock. De son vivant, Jimi Hendrix n’a sorti que trois albums studio: Are You Experienced et Axis: Bold As Love en 1967, Electric Ladyland en 1968. Peu avant sa mort, le gaucher de Seattle avait autorisé la parution d’un témoignage live tiré du concert qui eut lieu le 1er janvier 1970 au Fillmore East de New York. Band of Gypsys fut enregistré sans l’Experience mais avec le bassiste Billy Cox et le batteur Buddy Miles. Le disque paraitra le 25 mars 1970. Après le décès de Jimi en septembre 1970, une foultitude de disques posthumes ont inondé le marché. Fonds de tiroirs de studios, extraits de concerts, compilations, pirates officiels et non-officiels, maquettes et autres versions alternatives. Au total, une bonne centaine de galettes. Un véritable pillage mercantile et lucratif de l’œuvre et de l’approche artistique d’un musicien d’exception. 50 ans après que reste t’il? Un goût amer dans la bouche de ceux qui, comme moi, restent persuadés qu’Hendrix a changé le cours de l’histoire du rock et qui se demandent encore ce qui aurait pu advenir si la faucheuse n’avait pas frappé à la porte d’une chambre d’hôtel londonien, le 18 septembre 1970.

Ecouter: Parmi la débauche de disques publiés post mortem il faut quand même et à minima en retenir deux. 1 – Le live Hendrix in the West regroupant de belles performances au Royal Albert Hall de Londres et à San Diego en 1969 et à Berkeley et à l’île de Wight en 1970. 2 – BLUES: une magnifique exploration des racines musicales du guitariste, le blues. Il convient également de ne pas passer à côté du beau documentaire Hear my Train a Comin’ qui brosse un portrait riche et émouvant du musicien.

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Hibbert Toots – Le Soulman Jamaïcain n’est plus!

Le musicien jamaïcain Frederick Nathaniel Hibbert, dit ”Toots”, est mort vendredi 11 septembre à Kingston à l’âge de 77 ans. Il avait été plongé dans un coma artificiel depuis le début du mois, après avoir été admis à l’hôpital en raison de problèmes respiratoires conséquents à une infection au Coronavirus.

En 1968, le ska est la musique la plus populaire en Jamaïque, The Maytals s’orientent vers le rocksteady, une musique au rythme plus lent et donnant plus de place au chant et aux claviers, et sort Do the Reggay. La chanson restera celle qui donna son nom à un nouveau genre musical car, avec son groupe, Hibbert Toots fut le premier à avoir utilisé le mot « reggae », bien avant avant que Bob Marley ne devienne une icône. Ses tubes – Pressure Drop repris par The Clash et Monkey Man par The Specials – ont été à l’honneur dans les années 1970. Avec sa fougue et sa voix chaude, Hibbert Toots fut l’un des plus vibrants et éloquents chanteurs jamaïcains. « Son esprit est avec nous, sa musique nous remplit d’énergie et je ne l’oublierai jamais » [Ziggy Marley].

Patrick BETAILLE, septembre 2020

George Hardie – De Led Zeppelin à Pink Floyd

George Hardie est un designer britannique né en 1944. Il fait ses études à Londres à la central Saint Martins et au Royal College of Art. C’est à ce moment là qu’il commence à créer illustrer des pochettes de disques, comme celle du premier album de Led Zeppelin en 1969. Il rejoint ensuite les studios NTA où il travaille sur de nombreuses galettes emblématiques avec le groupe de design Hipgnosis. de 1973 à 1976, il participe ainsi à celles de The Dark Side of the Moon et Wish you Where Here de Pink Floyd, How Dare You de 10cc, Technical Ecstasy de Black Sabbath et Presence de led Zeppelin. Parallèlement à cette activité l’illustrateur oeuvre en tant qu’indépendant. À partir de 1982 il enseigne à l’université de Brighton et en 1989 il ouvre le master Sequential Design/Illustration. depuis 1994 George Hardie est membre et secrétaire de l’Alliance Graphique Internationale et en 2005 il est élu Royal Designer for Industry. [Source: Plaquette de l’exposition Voir et Faire Voir du Bel Ordinaire 64140 Billère]. D’autres ont également bénéficié de la contribution de l’artiste. Parmi eux et entre autres, Peter Frampton, Genesis, Be+Bop Deluxe, Wings, Hollies, Paul McCartney, Golden Earring ou Yes.

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Décès du producteur Martin Birch

Martin Birch nous a quittéEn 1969, Martin Birch n’était qu’un humble ingénieur de studio quand il s’est retrouvé derrière les consoles pour superviser l’enregistrement de Then Play On’ de Fleetwood Mac, période Peter Green. En 1972, Wishbone Ash fait appel à lui pour leur troisième album Argus. La même année c’est le succès mondial de Machine Head de Deep Purple qui propulse la carrière de Birch au firmament en lui assurant le crédit de producteur incontournable pour les années à venir. C’est d’ailleurs à lui que fera appel Ritchie Blackmore pour l’album Rising en 1976. C’est aussi grâce à lui, qu’en 1980 le Heaven and Hell de Black Sabbath (version Ronnie James Dio) devient une référence absolue et qu’est relancée la carrière de Blue Oyster Cult avec Fire of Unknown Origin. Désormais, Martin Birch s’impose en tant que plus grand producteur/ingénieur du son de l’histoire du hard rock et du heavy metal avec en point d’orgue, Killers qui marque le début d’une collaboration de 10 albums avec Iron Maiden qui dure jusqu’en 1992, date à laquelle Birch se retire des studios. Dans l’intervalle une bonne vingtaine d’artistes ou de groupes  auront bénéficié des talents de ce magicien du son. Parmi eux, Jeff Beck, John Lord, Whitesnake, Faces, Gary Moore, Groundhogs, Michael Schencker ou Roger Glover. Martin Birch vient de décéder et sa disparition est une perte immense pour le monde du rock.

Patrick BETAILLE, août 2020