In Vinyle Veritas fête les Pères

Papa Rock ou Papa Vinyle… Témoignez lui tout ce que vous voulez en lui offrant LE CADEAU qui lui fera plaisir à coup sûr. Vous pouvez aussi lui demander de vous l’offrir. Après tout si vous êtes là c’est de sa faute et vous avez légalement droit à un dédommagement culturel.

jusqu’au 26 juin: À l’occasion de la fête des paires pères pour toute commande de un ou plusieurs exemplaires du livre, les frais de port en france metropolitaine sont offerts!

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

 

In Vinyle Veritas – La Censure en 33 Tours

IN VINYLE VERITAS – Éloquence & Désaveu du Cover Art

Le livre qui raconte de manière illustrée et argumentée la censure des pochettes de disques des années soixante à nos jours. 300 pages – 170 chroniques – 570 artistes référencés – 275 illustrations. Un témoignage culturel unique pour l’histoire, pour la mémoire et pour la musique qui s’écoute avec le cœur mais aussi avec les yeux. 

Disponible en Auto Édition:

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE & DÉSAVEU DU COVER ART

Patrick BETAILLE, mars 2022

Camel – Mirage

Paru en 1974, le deuxième disque de Camel a été élu comme l’un plus grands albums de rock progressif de tous les temps. Mirage est sans doute l’album le plus connu du groupe britannique. Musicalement d’abord, grâce notamment aux ambiances folk rock et jazz sophistiquées, parfois teintés de metal, mais aussi et surtout à cause de son cover art. Malgré les apparences, le choix du nom Camel n’a rien à voir avec un hommage quelconque au vaisseau du désert qu’est le Camelus dromedarius. En fait c’est bien de cigarettes dont il s’agit; celles de la Reynolds Tobacco Company que les musiciens apprécient et consomment sans modération. Ainsi, pour le visuel de Mirage, l’agence de design Modula détourne délibérément l’image de l’emballage du cigarettier américain. Soupçonné de promouvoir la marque, la formation du Surrey doit immédiatement faire face à une levée de boucliers. Pour l’industrie musicale, question marketing, il est très mal vu de faire l’apologie du tabac, et ce, même au cours des années 70. De son côté, Reynolds Tobacco n’apprécie pas du tout l’utilisation de son logo et le sort réservé à l’emblématique ″Old Joe″. Au final, sur la version américaine de Mirage, c’est un dragon ailé qui fait partir en fumée le paquet de clopes de l’édition originale.

La censure des vinyles et autres anecdotes dans  le livre:

in vinyle-veritas – eloquence & desaveu du cover-art/

Patrick BETAILLE, février 2022

 

In Vinyle Veritas – Ils ont dit! (Part. 3)

…Ils ont dit À propos de ce livre que le fantôme du chat de l’auteur considère comme l’entreprise intellectuelle la plus aboutie depuis La Critique de le raison Pure d’Emmanuel Kant…

NDLR: Temps de lecture attentive estimé: 3 minutes: Plus court qu’un touché rectal mais surtout beaucoup plus agréable!

Dominique MARSAULT :Je viens de parcourir ce livre – un peu comme lorsque j’ouvre le nouveau Rock’n’Folk – avec l’impatience de découvrir les dernières infos rock. Quel beau livre! Je n’ai qu’une trentaine de ces disques chez moi et il y a donc une grosse majorité dont je n’avais jamais entendu parler. Un grand merci d’avoir participé à l’enrichissement de ma culture rock personnelle. Il n’est jamais trop tard !
Simon ROBINSON (Site : EasyOnTheEyeBooks): Normalement, je ne chronique que les livres en ma possession mais je fais une exception pour ce point de vue intéressant sur 250 pochettes de disques. Le hic, bien sûr, c’est qu’il faut pouvoir comprendre le français. Sur le site de Patrick j’ai vu des jaquettes qui nous sont familières mais aussi d’autres jamais vues auparavant. Ce livre raconte de manière illustrée et argumentée, la censure des pochettes de disques dans l’histoire de la musique populaire, et l’auteur nous montre des pochettes originales aux côtés des versions censurées afin d’être diffusées au grand public. Nous en avons déjà évoqué sur notre site le Country Life de Roxy Music, mais il y a beaucoup d’autres exemples dans ce livre.
Laurent DOMERGUE : Patrick, tu peux être fier de ton « bébé » que, pour l’instant, j’ai survolé. Par contre, j’ai lu avec attention les différents textes du début et de la fin, encore félicitations pour ton travail de recherche !!! Je suis ravi du cadeau que je vais faire à ma fille!
Patrick VIALA : Super moment passé à lire ton bouquin. De plus ça coïncidait avec le branchement de ma nouvelle platine et un nouveau classement de mes vinyles. J’étais en en plein dedans. Merci mille fois.
Olivier LECLÈRE (BlogRideYourLife): Un livre d’une intelligence et d’une acuité exceptionnelle, qui révèlent une culture musicale et une compréhension de celle-ci vraiment rares.
Medhi EL GLAOUI  (Café-Théâtre le Petit Bijou à Biarritz) : On reconnaît un véritable ami au fait que, lorsqu’il vous fait un cadeau, il ne se trompe pas parce-qu’il vous connaît bien, parce-qu’il connaît vos passions et même vos obsessions. C’est ainsi que Joël Gruau, luthier de grand talent, eut la merveilleuse idée de m’offrir IN VINYLE VERITAS de Patrick BETAILLE. Voilà un petit bijou d’ouvrage qui m’a enchanté. Rien que l’objet : une merveille de présentation, des vinyles cultes, – ou non -, des histoires secrètes et des révélations inédites sur la vie – et la mort – de nombreuses pochettes. De Zappa à Led Zep en passant par Nirvana ou les Ramones, on découvre les tractations, les concessions et parfois les renoncements qui accompagnent inéluctablement une œuvre artistique. IN VINYLE VERITAS se boit comme un bon vin qui a bien vieillit et le vigneron en chef est inépuisable en anecdotes et en connaissances musicales. Un régal. Bravo !
Patrick DUCHER (Auteur de Pink Floyd en France aux Éditions Éclipse) : Si vous êtes amateur ou collectionneur de « liquorice pizzas » (galettes vinyliques), alors il vous faut lire IN VINYLE VERITAS . Patrick BETAILLE – du blog Rock The Bonnie – détaille en 170 chroniques l’histoire méconnue de certaines pochettes de disques : censure, sens caché, esthétique… Une mine d’informations en 300 pages et 275 illustrations.

Pour Commander ce livre:
in vinyle veritas – eloquence & desaveu du cover-art/

Patrick BETAILLE, février 2022

 

 

 

Tulaviok – Dèche à la Ch’touille

Hiver 1984, à Uzès dans le Gard, une bande de potes gamberge à propos d’un nom évocateur et provoc pour leur groupe. À l’époque, les méfaits de Thierry Paulin – le ″tueur des vieilles dames – tournent en boucle sur les antennes. TUE LA VIOCQ surgit comme une évidence et est adopté à l’unanimité avant de devenir, après quelques concerts sur le circuit du rock alternatif, TULAVIOK. Partant du principe que le rock reste l’ultime manifestation païenne, le combo punk s’en donne à cœur joie. Enregistré à Montpellier, leur premier album sort en 1987 sur leur propre label: Bollock’s Produktion. Distribué par New Rose, Dèche à la Cht’ouille (labellisé Queue Pon Paillard et Queue Rock au dos de la pochette) est un concentré de paillardises dans lequel le vin, le sexe et la fête sont à l’honneur. Sur des rythmes aussi déjantés qu’une bacchanale, c’est la naissance de la Zob Musik! Paradoxalement, ce brûlot de punk grivois ne sera pas censuré. Par contre, son packaging va défrayer la chronique. En cause, le sexe turgescent de 38 cm qui jaillit à l’ouverture de la pochette double.

BANDE OF ROCK’ N’ ROLL ! L’organe en question fut fixé à la main par le groupe et quelques amis sur les 5000 exemplaires de la première édition de Dèche à la Ch’touille, référencée ZOB 001. Au recto, ambiance nocturne; un poivrot gît sur le pavé aux pieds d’une catin version gonflable. Au verso, la même prostituée entourée des six musiciens grimés en poupées sexuelles, bouches ouvertes. Les textes sont manuscrits sur l’enveloppe du vinyle labellisé ZOB 01-A : FESSE NANA en Face A et ZOB 01-B : FESSE MEC sur la Face B. Ami artiste, réalise toi même ton pochoir en découpant les parties hachurées avec ta lame″. Ainsi est présenté le Paf Gadget offert avec l’album. En 2009, sur la réédition vinyle en double LP de Dirty Punk Records, le pop-up érectile disparaît. Un sexe dessiné et enrichi des paroles occupe désormais l’intérieur de la pochette trifold. ″On joue mal, vite, fort et faux, on est heureux !″. C’est Tulaviok qui le dit.

Retrouvez l’article complet et autres infos sur Tulaviok dans le livre : In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, janvier 2022

Oenix – Ils veulent coucher avec Sheila!

Dès ses débuts dans les années 80, ce groupe punk rouennais s’est taillé une solide réputation. Avec la parution de son premier 45 tours, Oenix laissera une trace anecdotique mais pérenne dans l’histoire du rock français. Annie Chancel, plus connue sous le nom de Sheila, est à l’époque victime de la rumeur selon laquelle elle serait en réalité un transexuel. Pochette et paroles du single Il veulent coucher avec Sheila jouent à fond sur cette ambiguïté et déclenchent un énorme tollé. La maison de disques de la chanteuse fulmine et menace. Le scandale a sûrement permis au groupe de signer chez Virgin et de ressortir le disque avec une pochette retravaillée et le même titre ponctué de bip* sonores. Désormais chez Oenix, Ils veulent coucher avec*… « Wouap dou wouap chibidoua… Ils veulent coucher avec… bip… mais dommage qu’elle ait de gros bras. Il veulent coucher avec… bip … mais dommage que ce soit un gars. Il veulent coucher avec… bip… mais non, mais non, mais t’as vu un peu les cuisses qu’elle a ! Y’a pas à dire, mais quel gros tas. Oui mais voilà ils aiment ça. Wouap dou wouap chibidoua…« 

Plus de censure et plus d’anecdotes dans: In Vinyle Veritas – Éloquence et désaveu du Cover Art

Patrick BETAILLE, octobre 2021

In Vinyle Veritas – L’ Épopée du Vinyle

IN VINYLE VERITAS raconte de façon illustrée et argumentée, la censure des pochettes de disques dans l’histoire de la musique populaire, mais pas que! Il y est aussi question de la petite histoire du rock, celle qui se cache derrière certaines pochettes emblématiques ! Tout ça pour évoquer l’Éloquence et le Désaveu du Cover Art au cœur de l’épopée du Vinyle. Des groupes, des artistes, des labels, des images, des anecdotes, pour l’histoire, pour la mémoire et pour la musique qui s’écoute avec le cœur mais aussi avec les yeux.

Pour commander le livre:  IN VINYLE VERITAS

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Scorpions – Pure Instinct

Kolossal! In Trance en 75, Virgin Killer en 76, Taken by Force en 78, Lovedrive en 79, Animal Magnetism en 80 et Love at First Sting en 84. Scorpions reste sans conteste le groupe pop rock dont les pochettes d’albums ont été les plus controversées et censurées.

Dixit Klaus Meine, le treizième album des hardos teutons était sensé être un paquet de dynamite à mèche courte. En réalité, paru en 1996 et destiné à séduire le plus grand nombre, Pure Instinct n’est qu’un album conçu, formaté et produit en mode MTV à des fins de diffusion radiophonique. Ach! Mauvaise pioche! Globalement l’album est mal reçu par le public qui n’apprécie guère, ni l’orientation musicale, ni la production clinquante des onze titres. Pour ne rien arranger, la censure jette une fois de plus son dévolu sur l’allégorie imaginée par Jo Mirowski. Sur le cliché de Gered Mankowitz, des animaux sauvages contemplent une famille en cage. C’est un rejet catégorique au pays de l’Uncle Sam. À plus forte raison si, derrière les barreaux, les homo sapiens sont exhibés dans leur plus simple appareil. Pour palier à l’incongruité et au cynisme de la situation, le cover art de Pure Instinct sera banni aux USA, remplacé par un montage photo de 4 des 5 membres du groupe (NDLR: il manque le batteur) affichant une fougue hélas absente des compositions.

L’histoire et la Censure du Cover Art en Livre In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, septembre 2021

Pedro Almodóvar – Madres Paralelas

Tourné en grande partie à Madrid entre février et juin 2021, Madres Paralelas met en scène deux femmes ayant accouché le même jour et dont les vies prennent des trajectoires différentes. ″Avec ce film, je reviens à l’universel féminin, à la maternité, à la famille. Je parle de l’importance des ancêtres et des descendants, de la présence inévitable de la mémoire. Les femmes qui forment une partie de cette histoire sont très différentes. En tant que conteur, ce sont les mères imparfaites qui m’inspirent le plus en ce moment″ déclarait le réalisateur Pedro Almodovar. Porté par Penélope Cruz et Milena Smit, le film sera présenté le 1er septembre à la Mostra de Venise et devrait arriver en salle en fin d’année ou début 2022. Pas encore sorti donc, mais déjà sujet à polémique. L’affiche du film partagée sur Instagram par Javier Jaén, son concepteur, a été censurée sous prétexte que l’image – représentant une goutte de lait suintant d’un téton en forme d’œil – enfreignait les règles concernant la nudité! À la suite de plaintes sur les réseaux sociaux et d’accusations de censure à l’encontre d’Instagram,  Facebook, a présenté ses excuses à Almodóvar et à Jaén en précisant faire une exception à la règle pour autoriser la nudité dans certaines circonstances, notamment lorsqu’il y a un contexte artistique clair. Instagram a ensuite rétabli les posts sur lesquels figuraient l’affiche à propos de laquelle Jaén a déclaré: ″C’est probablement la première image que j’ai vue quand je suis né. Instagram me dit que mon travail est dangereux, que c’est de la pornographie. Allez comprendre! Ils disent que leur technologie ne leur permet pas de prendre en compte le contexte. Je m’en fiche, qu’ils en change!″

Patrick BETAILLE, août 2021

Censure Rock – Back in USSR

Cette liste – qui visait à interdire la diffusion de certains artistes dans les clubs, les discothèques et la radio – a été distribuée aux responsables politique de l’Union Soviétique en janvier 1985, deux mois avant que Mikhaïl Gorbatchev ne soit à la tête du pays. Elle a été établie en 1985 par le Komsomol, l’Union des jeunesses léninistes communistes: ″Liste non-exhaustive des groupes et artistes musicaux étrangers dont les répertoires contiennent des compositions idéologiquement nuisibles″. 38 groupes ou interprètes y sont référencés. En pleine guerre froide et compte tenu du contexte politique et culturel de l’époque, l’on peut à la rigueur faire l’effort d’éventuellement admettre de façon hypothétique la mention d’obscurantisme religieux attribuée à Black Sabbath ou Iron Maiden. De là à croire que Ten CC ou Julio Iglesias (si, si!) sont des suppôts du néofascisme ou que les Village People prônent la violence et Canned Heat l’homosexualité, y’a tout de même un monde! Entre ça et les ricains qui prévenaient des dangers de propos explicites contenus dans des disques totalement instrumentaux (Frank Zappa), je me demande où se situe le pire. En tous cas, les censeurs ne doutent de rien et sont capables de tout, même de nous faire rire. Ou pas! Pour le document original c’est Ici

Patrick BETAILLE, juillet 2021

la Censure du Cover Art: Le livre: In Vinyle Veritas!