Zapping Photo – 2018 en images

26 août 2018, Grand Prix de Belgique: Crash de Fernando Alonso sur McLaren dès le premier virage.

Crash McLaren Fernando AlonsoLouable démarche que celle du magazine américain The Atlantic qui au travers de 120 clichés soigneusement sélectionnés propose de parcourir les événements significatifs de 2018. Un magnifique zapping pour se focaliser sur l’essentiel en passant outre l’orgie d’images insipides et de vidéos inconsistantes consommées quotidiennement. La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie″ (Milan Kundera). C’est ici et c’est en 3 volets   The Atlantic: 2018, the year in photos.

Patrick BETAILLE, décembre 2018

Le lundi c’est permis – Pénombre

Charme du clair-obscurIl y a quelque chose de magique quand la lumière d’un clair-obscur met en valeur les surfaces qu’elle frappe en laissant dans l’ombre le superflu.

Patrick BETAILLE, décembre 2018

Volkswagen – Quand t’es dans le désert!

Désert de Mojave, épaves WolkswagenDes milliers de voitures abandonnées dans le désert de Mojave aux Etats-Unis. C’est, selon le National Geographicla meilleure photographie de l’année. Pris d’avion par le Californien Jassen Todorov, le cliché montre des milliers de véhicules Volkswagen, Audi et Porsche stockés au beau milieu de l’immensité californienne. Ces voitures, épaves en devenir, sont le résultat du rappel massif des modèles fabriqués entre 2009 et 2015. L’ opération avait été causée par le scandale des révélations sur la fraude liée aux tests antipollution allemands. Le photographe, déclare avoir capturé cette scène baptisée ″Unreal » en espérant que les conséquences de ce Dieselgate puisse créer une prise de conscience sur la nécessité de préserver l’environnement.

Patrick BETAILLE, décembre 2018

Billie Holiday – Strange Fruit

Strange FruitAccusés d’avoir volé et assassiné un ouvrier blanc et violé sa petite amie, Thomas Shipp et d’Abram Smith sont arrêtés et mis en prison à Marion dans l’Indiana. Le 7 août 1930, un groupe de personnes, femmes et enfants compris, pénètre par effraction dans la prison, sort les deux hommes et les roue sauvagement de coups avant de les pendre à un arbre en présence de policiers ayant participé au lynchage. Sur les lieux Lawrence H. Beitler, un photographe local, immortalise le drame. Ces deux corps inertes et sanguinolents, ces gens affreux, leurs sourires ignobles et leurs yeux gonflés par la haine témoignent de la violence et de l’horreur de l’événement. Pendant les dix jours qui suivent Beitler imprime et distribue des milliers d’exemplaires de son cliché mais malgré l’intervention de la représentation locale de la NAACP (une association nationale pour la défense des gens de couleur) et du procureur général de l’État, personne ne fut poursuivi par la justice pour les meurtres de Shipp et Smith. Extrêmement choqué par la photo, Abel Meeropol, un enseignant juif d’origine russe vivant dans le Bronx, écrit alors le poème Strange Fruit qu’il publie sous le pseudonyme de Lewis Allan. Ce réquisitoire poignant contre le lynchage, est repris en 1939 par la chanteuse afro-américaine Billie Holiday. ″Les arbres du Sud portent des fruits étranges qui les tachent de sang des feuilles à la racine. Des corps noirs qui se balancent sous le vent du Sud, les yeux exorbités, la bouche tordue et soudain, l’odeur de chair brûlée…Strange Fruit!

The Beatles – La Rumeur Abbey Road

MacMillan photographe d'Abbey Road1969. Pour illustrer l’album qu’ils sont en train d’enregistrer et qui au départ devait s’appeler Everest, les Fab Four envisagent de se faire photographier au pied de l’Himalaya. Rien que ça! face au refus de leur label, McCartney propose de sortir dans la rue, devant les studios EMI, pour prendre quelques clichés. Rendez vous est pris avec un ami de John Lennon, un photographe écossais indépendant. Le 8 août 1969 vers 11h30, la circulation est arrêtée sur Abbey Road et MacMillan, perché sur un escabeau, prend des photos des quatre Beatles traversant la rue sur le passage piétons. Il fait chaud, Macca le gaucher ôte ses pompes, marche pieds nus avec une démarche en décalage avec celle des trois autres et tient une cigarette dans la main… droite. S’en suivront de délirantes spéculations sur la prétendue mort du bassiste et son remplacement par un sosie. Quelques jours avant la sortie de l’album le 26 septembre 1969, Lennon annonce son départ du groupe et la théorie conspirationniste enfle. D’après certains, l’immatriculation LMW 28IF de la Volkswagen blanche stationnée à proximité signifierait: ″Living McCartney Would be 28 if″ sous-entendant que Paul McCartney aurait 28 ans s’il n’était pas mort. Plus réaliste et tout aussi anecdotique… Après grand nombre de vols de ses plaques, la Beetle est mise en vente et achetée en 1986 par un collectionneur américain pour être revendue en 1998 et exposée au ZeitHaus Museum, à proximité de l’usine Volkswagen de Wolfsburg… Sur la droite de la photo, au dessus de Lennon, la silhouette d’un passant, celle d’un touriste américain qui assiste à la scène. Ce n’est qu’à la publication d’Abbey Road que Paul Cole, le quidam en question, réalise qu’il est présent sur la pochette de l’album… Enfin, à partir de 2003 aux USA, certains éditeurs de posters décident de gommer la cigarette de l’image d’origine. The End!

Patrick BETAILLE, octobre 2018

Le lundi c’est permis – Réunion Fumeuse

La photo qui réunit Brassens, Brel et Ferré est pratiquement aussi célèbre que le Baiser de l’hôtel de ville de Doisneau ou le portrait de Che Guevarra d’Alberto Korda.

Jean-Pierre Leloir: Brel, Brassens & FerréL’idée de faire asseoir les trois grands poètes de la chanson française pour discuter autour d’une table revient à François-René Cristiani. Pour épater Philippe Koechlin, le rédacteur en chef d’un magazine musical, il lui propose d’interviewer simultanément Brassens, Brel et Ferré. L’idée est acceptée. C’est autour d’une table de salon dans un appartement du VI ème arrondissement, et non dans les locaux de RTL comme on le croit généralement, que les trois chanteurs se retrouvent. Le photographe Jean-Pierre Leloir les immortalise. En février 1969, les mesures anti-tabac ne sont pas encore d’actualité et les canettes de bière sont à la parade. La photo fait la couverture du N° 25 de Rock & Folk dans lequel l’interview est à la Une.

Patrick BETAILLE, octobre 2018

Led Zeppelin by Led Zeppelin – Le livre

Led Zeppelin by Led Zeppelin le livreA l’occasion du 50ème anniversaire du groupe, Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones ouvrent leurs archives. De la première prestation des New Yardbirds au concert de reformation de 2007, Led Zeppelin by Led Zeppelin retrace en images la carrière du dirigeable; en studio, à la scène comme à la ville, ce sont 400 pages de témoignages photographiques dont certains renvoient en fin d’ouvrage vers des commentaires ou anecdotes de la part des membres du groupe. L’ouvrage publié aux éditions Reel Art Press trouvera facilement sa place aux côtés de celui de Barney Hoskins: Gloire et décadence du plus grand groupe du monde.

Patrick BETAILLE, octobre 2018

 

Morrison Hotel Gallery – Janis Joplin & Grace Slick

Janis & Grace the queen Bees of RockLe lieu doit son nom à l’album des Doors sorti en 1970. Il est devenu une référence mondiale en terme de témoignages photographiques liés à la culture musicale des années 40 à nos jours. Que ce soit à New York, Los Angeles ou Hawaï la Morrison Hotel Gallery propose expos et tirages des plus beaux clichés des grandes stars shootées par pas moins de 125 photographes. Entrée > Fine Art Music Photography.

c’est Jim Marshall qui en 1967 a réalisé cette photo de Janis Joplin et Grace Slick (Jefferson Airplane) à San Francisco. ″Bien que n’ayant jamais été photographiées ensemble, Janis et Grace étaient de grandes amies. Tous ces ragots a propos de leur rivalité pour l’obtention du titre de Reine du Rock’n’Roll ne sont que des conneries. Elles se sont toujours très bien entendues″[Jim Marshall].

Patrick BETAILLE, septembre 2018

Laurent Bagnard – Mexican Street Art

Laurent Bagnard photographeQuelques années de cela, découverte de l’auteur au travers de Rebel Motorcycles Ltd, un beau livre de photos consacré entre autres aux choppers californiens et préfacé par Jake Cavaliere des Lords of Altamont. Laurent Bagnard c’est aussi l’aventure PowerGlide et le malheureusement trop bref épisode de Cast Iron tombé, faute de lecteurs, dans l’oubli après seulement trois numéros. L’exégète a également apporté sa contribution à Carlingue piloté à l’époque par Jean Paul Milhé connement et trop tôt disparu. Véritable Artiste, photographe à l’œil exercé, auteur à la plume juste, passionné de Rock, amoureux de bécanes, Laurent Bagnard revient avec un livre de 136 Pages, sorte de carnet de voyage dédié, une fois n’est pas coutume, au Street Art Mexicain… Lire la suite sur Veetess Speereet!

Laurent Bagnard photographePour tout savoir sur Laurent Bagnard et son récent Mexican Street Art c’est Ici: Laurent Bagnard: Photographie et Publications.

Patrick BETAILLE, septembre 2018

Mondial Auto Moto – Dingo, le Tôle Art

Dingo photographe
Mondial de l’Auto: le premier salon automobile au monde en terme de fréquentation (plus d’un million de visiteurs) et de couverture médiatique. Créee en 1898, la plus ancienne manifestation consacrée à la voiture fête cette année son 120ème anniversaire et prend ses quartiers à la Porte de Versailles à Paris du 4 au 14 octobre. Pour la circonstance le Paris Convention Center accueille aussi le Mondial de la Moto dans l’enceinte du Pavillon 3. Au programme également, un hommage exceptionnel au photographe DINGO sous la forme d’une exposition intitulée: Dingo, le Tôle Art. L’occasion peut être de découvrir un artiste hors du temps et hors du commun dont certaines des œuvres ont jalonné avec humour les campagnes publicitaires de la marque Furygan.