• Navigation

  • Les Visites!

    • 225,683 à ce jour

Carl Warner, Bodyscapes

Carl Warner: Valley of the Reclining Woman

Déjà connu au travers de ″Foodscapes″, des œuvres à base de denrées alimentaires, le photographe londonien Carl Warner se plait aussi à imaginer des tableaux de chair au sein desquels le corps et sa texture occupent l’espace pour former des paysages qui ne le sont pas réellement. Que ce soit La vallée des gorges coupées, le désert des dos ou encore l’horizon sans tête, chaque œuvre est composée à partir de clichés du corps d’une seule et même personne, pris sous différents angles pour être ensuite assemblés et traités en digital. ″Je considère le corps comme un véhicule qui, malmené par le Temps, porte les stigmates laissés par notre voyage sur la route de la vie…″. C’est ainsi que l’artiste définit l’étonnante série intitulée ″Bodyscapes″!

∗ Arrêt sur Image ∗

Scorpions, ″Love at first sting″

censure Scorpions Love at first sting

Love at First Sting est le neuvième album des teutoniques Scorpions. Sorti en 1984 il se vend à plus six millions d’exemplaires devenant ainsi le plus grand succès commercial de la bande à Klaus Meine. Grâce notamment l’incontournable ballade ″Still Loving You″ – qui n’est pas pour rien dans la croissance du taux de natalité dans certaines contrées –  la notoriété du groupe explose littéralement sur la scène mondiale. Élaborée par l’agence de design Kochlowski sur la base d’un cliché de Helmut Newton, la pochette originale représente un couple enlacé. Elle, légèrement dévêtue, sexy en diable, s’abandonne dans les bras d’un bad boy bon chic bon genre qui est entrain de lui tatouer un scorpion sur la cuisse. A l’époque, et afin de palier à d’éventuels problèmes connus par le passé, la maison de disques prend la précaution de présenter le cover art aux revendeurs avant de publier le disque. Aucun retour négatif n’étant recensé, Love at First Sting est édité en l’état. Malheureusement, après la sortie de l’album Wal-Mart se plaint, qualifiant la jaquette de tendancieuse, subversive et machiste. Rien que çà! Pour le coup Polygram se voit obligé de proposer une version alternative qui consiste ni plus ni moins à utiliser la photo du groupe, la même que celle déjà présente au dos de la version première de l’album.

Marcel Destroy, mai 2017

 Rock et Censure ◆

Hollister Gypsy Tour: Eddie Davenport

Eddie Davenport, Hollister CaliforniaCette célèbre photo prise le 4 juillet  1947 et publiée dans le San Francisco Chronicle était censée illustrer les événements de Hollister. Le cliché montre le biker Eddie Davenport, étendu sur son Harley Davidson, les jambes en avant, visiblement dans un état d’ivresse profond, avec une bouteille de bière dans chaque main et de nombreuses autres dispersées sur le sol. Sur le cliché on peut voir un personnage en arrière. Cet homme c’est Gus Deserpa, un habitant de la ville. Il livra au journal sa propre version des faits. ″Ma femme et moi avons vu deux hommes qui amassaient des bouteilles. Ensuite, ils ont placé une moto au milieu. Quelques minutes plus tard, ils ont interpellé un homme ivre qui sortait du bar, lui ont demandé de s’asseoir sur la moto et ont commencé à faire des photos…″ Eddie ne s’imaginait pas que le photographe était en train de se servir de lui pour illustrer un article à charge, et que cette photo prise le lendemain de la fête et reprise le 21 juillet par Life, ferait non seulement le tour du monde, mais deviendrait aussi le symbole même de la sauvagerie motarde. Source: L’ Assaut des Motards!

∗ Arrêt sur Image ∗

Sam Christmas, photographe: Guy Martin dans le viseur

Guy Martin by Sam Christmas

Ile de Man, je traine du côté des paddocks, essayant de réaliser le cliché susceptible de traduire l’enjeu de la course et la détermination des coureurs. Malheureusement, la sérénité et la décontraction ambiante ne se prêtent pas à ma quête. Je suis sur le point d’abandonner quand soudain, Guy Martin se présente sur la ligne de départ, met son casque et entre en mode course. Son regard exprime la force et l’intensité du moment qu’il est sur le point de vivre.  En tant que photographe vous savez toujours quand vous avez LE SHOT. Je savais que c’était celui là!″ Sam Christmas, motorcycle photographer.

∗ Arrêt sur Image ∗

Baron Wolman, ″Groupies and Other Electric Ladies″

Groupies and other Electric LadiesEn 1967 Jann S. Wenner,  qui est en train de fonder le magazine musical Rolling Stone,  rencontre Baron A. Wolman à qui il propose le poste de 1er photographe. Ce dernier accepte et durant trois années il photographie les têtes d’affiche de l’aristocratie du Rock. Les clichés mettent en scène les Stones, Hendrix, Joplin et bien d’autres qui, mêmes s’ils se prêtent à des séances studio, se retrouvent capturés dans leur quotidien, sur scène et bien sûr backstage où ils se laissent aller, notamment avec les filles qui ne manquent pas d’investir les lieux.  Ces filles, souvent très jeunes, Baron Wolman leur rend hommage à l’époque dans un numéro spécial de Rolling Stone qui connait d’emblée un énorme succès. En 2012, le photographe organise un exposition des meilleurs clichés afin de promouvoir la sortie de ″Groupies and Other Electric Ladies″. Le livre, réédité fin 2016, raconte l’époque vue par ces nymphettes en quête de célébrités et de célébrité, plus souvent ingénues et déjantées que réellement perverses. On y croise Pamela Des Barres qui compte parmi ses conquêtes Jagger, Page, Hendrix et Morrison. Présente également, Cynthia Plaster Caster, devenue célèbre grâce à ses moulages de pénis de rockstars dont – encore lui – Jimmy Hendrix. Quant à Miss James, l’une des plus belle, elle a fréquenté Dylan, côtoyé les Beatles,  eu un enfant avec un membre des Moody Blues et des aventures avec Page et Jagger. Encore eux! Avec plus de 150 photos, des interviews et des témoignages, ″Groupies″ est véritable un document social, culturel et historique sur l’une des décennies musicales les plus marquantes du 20e siècle. Rock’n’Roll bordel!

Marcel Destroy, mars 2017

📖 Pour Bouquiner 📖

Élégance: définition

Charme noir & blanc

″Une courbe sortie de nulle part, une ligne tendue, un point de fuite, une arabesque. Fluidité et délicatesse poussées à l’extrême. Les formes deviennent naturellement évidentes, s’impriment dans notre mémoire comme une expression familière. Elles incitent nos mains à les parcourir encore et encore″. Pour ne pas oublier. Pour rêver. Longtemps. Source et inspiration: Veetess Speereet.

 Arrêt sur Image 

Zapping 2016 en images.

Gael Monfils, Open d'Austrlie

Louable démarche que celle du magazine américain The Atlantic qui au travers de clichés soigneusement sélectionnés nous propose de parcourir les événements significatifs de 2016. Un magnifique zapping qui incite à se focaliser sur l’essentiel tout en passant outre l’orgie de clichés insipides et de vidéos inconsistantes consommés quotidiennement. ”La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie” (Milan Kundera). C’est ici et c’est en 3 volets   The Atlantic: 2016, the year in photos!.

 Arrêt sur Image 

Mike Evans, Vinyles

Livre de Mike Evans: VinylesMike Evans connait la Musique. Passé par le Cavern Club, avec deux singles à son actif, il a côtoyé la scène de Liverpool et, en 1969, joué aux côtés de Led Zeppelin et de Bob Dylan. Par la suite il se tourne vers la radio et le journalisme pour Sounds, le Melody Maker et le Guardian. Depuis la fin des années 1980, il a écrit ou édité de nombreux ouvrages. Parmi ceux là certains, généralistes, ont consacrés au Blues, au Rock’n’roll ou aux affiches et billets de concerts. D’autres, plus ciblés, traitent d’Elvis, de Woosdtock, de Bowie, des Beatles, de Ray Charles ou de Fleetwood Mac. Avec ″Vinyles″  publié aux éditions Gründ, Evans propose de remonter le temps. De l’encombrant 78 tours à l’universel 45T, du confidentiel EP au légendaire LP, des Limited Editions aux Picture Discs, l’auteur a exhumé des bacs tout ce qui illustre l’histoire et l’évolution de la mythique et désormais  vintage galette noire. On y apprend ainsi que l’un des premiers 45T fut édité par RCA Victor le 31 mars 1949; on y entend Eddy Arnold qui interprète  ″Texarkana Baby ″. Ouvrage intéressant et instructif à ranger pas loin de ″Vinyles, l’art du disque″.

Marcel Destroy, décembre 2016

📖 Pour Bouquiner 📖

Jazz – 100 photos pour la liberté de la presse

RSF-Magnum 100 photos JazzReporters sans frontières est une organisation non gouvernementale internationale qui a vu le jour en France en 1985. ″Dans certains pays, un journaliste peut passer plusieurs années en prison pour un mot ou une photo. Parce que emprisonner ou tuer un journaliste, c’est éliminer un témoin essentiel et menacer le droit de chacun à l’information ». C’est en ces termes que depuis 53 ans RSF œuvre au quotidien pour défendre la liberté d’informer et d’être informé. Afin de promouvoir et de soutenir son action, l’association édite et commercialise chaque année un album intitulé ″100 photos pour la liberté de la presse″. Le millésime 2016, fruit d’une collaboration entre RSF et l’agence de photographes MAGNUM, rend hommage aux célébrités du Jazz. La sélection unique de photos qui compose le portfolio met en scène Miles davis, Ray Charles, Sarah Vaughan et tous ceux qui constituent l’essence même de cette musique. Magique!  En savoir plus!

 Arrêt sur Image 

Barock&Roll, le retour!

Barrock&Roll, le retour

Barock&Roll c’est l’histoire d’une passion qui voit le jour en 2006 sous la forme d’un fanzine. A l’époque, Nicolas Wolleb, désireux de partager son amour immodéré  des moteurs et de leurs environnements, se lance dans la publication d’un fanzine. Secrètement, il espère aussi toucher ceux qui se plaignent qu’il ne se passe rien mais qui sont aux abonnés absents lorsqu’un évènement est organisé. Et ça a prend. Une quinzaine de numéros sont édités. La publication s’étoffe et la photo prend de plus en plus de place. Malheureusement, des problèmes de santé ne permettent plus à Nicolas d’être aussi présent qu’il l’aurait souhaité lors des meetings et concerts. Naturellement la photo, son autre passion, prend toute la place, jusqu’à devenir matière à bouquin et à de nombreuses expositions. Enthousiasme et succès sont au rendez-vous mais la médaille à un revers. Le photographe le dit lui même: ″Le livre a bien marché, mais les expos m’ont dérangé sur un point. La valeur affichée des tableaux photos interdisait au  véritable passionné de mécanique ancienne, souvent désargenté, de s’offrir ce qu’il avait sous les yeux.  A cause de tarifs élevés fixés par les exposants, j’avais le sentiment de trahir le sujet photographié…Aujourd’hui Nicolas Wolleb revient aux fondamentaux. La passion est intacte et la photo, considérée avec un peu plus de modestie, reste au cœur du sujet. C’est le retour de Barock&Roll. Le magazine cette fois est mis gratuitement à disposition  des lecteurs sous forme de fichier téléchargeable. Que les amateurs se rassurent, le papier et les nobles sensations qui l’accompagnent ne sont pas mis au rebut pour autant: ″J’ai pour projet d’imprimer à nouveau, mais cette fois sous forme de compilation de l’année écoulée. Je ne sais pas exactement quelle forme aura ladite compil. Mais j’y travaille déjà″.

 Arrêt sur Image 

 

Vinyles, l’art du disque

Vinyles l'art du disqueParu en 2012 aux éditions de la Martinière, l’ouvrage propose une sélection très riche d’albums aux pochettes incontournables. Au fil des quelques 350 pages on retrouve entre autres et avec bonheur Pink Floyd, les Stones, Led Zeppelin ou Hendrix mais aussi quelques raretés qui à l’époque n’avaient pas forcément marqué les mémoires. Au delà d’une nostalgie qui aujourd’hui nourrit une fièvre mercantile sur fond de vintage, ”Vinyles” rend hommage à l’objet Disque en tant que tel. Plus de 250 pochettes emblématiques sont ici reproduites au format originel au travers d’un parcours rythmé par des portraits et entretiens de grand designers de l’univers du disque.  L’ouvrage s’attache  à raconter une histoire visuelle de l’art du disque au travers des styles et des auteurs tel que Mick Rock, Roger Dean ou le collectif Hypgnosis. Que ce soit au travers de photographies ou d’ illustrations on retrouve les sensations éprouvées lors des immersions fébriles dans les bacs des disquaires avec le plaisir de s’attarder sur le sens des détails au riche pouvoir d’ évocation: ”celui de voir ce qu’on allait entendre”. Dites 33!

Marcel Destroy, janvier 2016

📖 Pour Bouquiner 📖

Zapping 2015 en images.

 

The Atlantic: 2015, the year in photos

Le zapping est une institution et tous les ans, ça et là, nous y avons droit sous une forme ou sous une autre. Louable démarche que celle du magazine américain The Atlantic qui au travers de clichés soigneusement sélectionnés nous propose de parcourir les événements significatifs de 2015. Un magnifique échantillon de 120 images, souvent terribles, qui nous incitent à réfléchir et surtout à nous focaliser sur l’essentiel tout en passant outre l’orgie de clichés insipides et d’infos aseptisées que nous consommons quotidiennement parfois même nous en rendre compte. ”La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie” (Milan Kundera). C’est ici et c’est en 3 volets:  The Atlantic: 2015, the year in photos.

 Arrêt sur Image 

Hapchot Wheels et le Mot&Arts d’Hossegor

Hapchot Wheels; Mot & Arts Hossegor

Hapchot Wheels, association à but non lucratif  créée en Janvier 2015, organise prochainement un événement principalement autour de la moto, des arts Graphiques et de la musique. En partenariat avec l’Office du Tourisme et la Mairie d’Hossegor, Le MOT & ARTS aura lieu le week-end du 26 et 27 Septembre. Préparateurs, motoristes, peintres carrossiers, selliers, créateurs de bijoux, seront là pour faire connaître leurs savoir-faire. Seront également présents des artistes des Landes et du Pays Basque: peintres, sculpteurs, graphistes, tatoueurs et photographes… L’initiative est louable et la manifestation semble riche et prometteuse. Infos, détails et programme Ici.

≈ Trucs en Vrac ≈

 

Le Monde à la plage: la Une de l’horreur !

Le monde

La photo représente le corps échoué et sans vie d’un petit Syrien de 3 ans. Aylan Kurdi gît sur une plage de Turquie. Que le journal Le Monde, comme d’autres, décide d’en faire sa une pour illustrer les affres des problèmes migratoires c’est son choix et le débat déjà lancé reste entier et pourrait se suffire à lui même.  Malheureusement, dans ce même quotidien et quelques pages plus loin un autre cliché. Celui d’une jeune femme blonde, pâle, les yeux cernés de noir, étendue elle aussi sur le sable mouillé. Elle est mannequin. Sa tête repose sur un sac. Un sac de luxe. Il s’agit d’une campagne publicitaire pour GUCCI. Mises côte à côte par manque de discernement, les deux photos deviennent tout à coup le symbole absolu de la révulsion, du cynisme, du mauvais goût et de l’obscénité. Elle est là aussi la véritable horreur! Pauvre Monde! Triste monde!

≈ Trucs en Vrac ≈

 

Jesse Lee Denning, tattooed lady

Jesse Lee Denning

Jesse Lee Denning est sans doute l’un des modèles tatoués les plus photographiés. La trentaine, d’origine à la fois russe et allemande, la inked lady  est née et a grandi dans le West Village de New York. C’est d’ailleurs là que pour la première fois elle fit connaissance avec les aiguilles, à une époque où le tatouage était interdit pour les mineurs. Depuis, pas mal d’encre à coulé. Jesse fait régulièrement la Une de la presse spécialisée, participe à de nombreux shows, apporte sa contribution à des campagnes Harley Davidson et figure en bonne place sur des calendriers dédiés aux tattoes. En 2013, elle s’offre à l’objectif de Hassan Kinley  pour une cause qui lui est chère: son propre calendrier. 12 Mois rien que pour elle, en édition limitée et bien sûr épuisé dès le lancement des précommandes.

 Pin-Up à l’Affiche 

Furygan c’est Dingo!

Dingo catalogue Furygan 2015

Depuis 2011, le manufacturier français Furygan se distingue par des campagnes de communication pour le moins originales. Cette année encore l’équipementier moto a confié l’illustration de son catalogue au photographe Dingo dont l’une des spécialités consiste en une mise en scène de la moto et de son environnement d’une manière artistiquement provocante et décalée. Bien évidemment, on s’en serait douté, l’artiste est assez porté sur les beaux châssis mais son talent lui permet de traiter le sujet en sortant des éternels poncifs liés aux Pin-Up et autres Umbrella Girls. Les jolies filles sont certes présentes et même si de temps en temps le résultat flirte avec le porno chic, au final ce sont l’humour, la créativité, l’originalité et l’esthétisme des situations qui font de la parution du Catalogue Furygan un événement tous les ans très attendu.

 Arrêt sur Image 

Patrick Higgins: A Shot of Rhythm and Blues

Patrick Higgins Doctor FeelgoodVoilà une bien belle surprise que cet ouvrage consacré à un groupe qui a écrit les lettres de noblesse du Pub Rock: Dr Feelgood. 80 pages et 130 photos,  couleur et noir & blanc, prises lors de concerts en France et en Angleterre. Durant une décennie, de 1983 à 1993, Patrick Higgins a suivi, côtoyé et lié une relation toute particulière avec Wilko Johnson et Lee Brilleaux qui se retrouvent donc immortalisés ici. ”A Shot of Rhythm and Blues” rend donc hommage à ces deux allumés notoires qui, pour notre plus grand bonheur, apparaissent tout empreints d’énergie et de fougue. Le Doctor clope, transpire, bouffe son micro ou son harmonica avec ou sans Gordon Russel ou Steve Walwyn à ses côtés. Wilko, pour le coup en congé du Medecine Man, triture sa Telecaster et tente d’hypnotiser le public avec ses airs de clergyman halluciné. Les dernières pages du livre regroupent pochettes de disques, posters et souvenirs personnels de l’auteur qui évite de se perdre en commentaires superflus pour privilégier et partager l’ambiance de la scène. En tirage limité à 1000 exemplaires ce témoignage à ne rater sous aucun prétexte ne coûte que 18 euros (Frais de port en sus selon destination).

Alors mettez ”Down by the Jetty” sur la platine, décapsulez une bière et prenez contact avec Patrick qui se fera un plaisir de rédiger votre ordonnance. Contact et infos: phiggins21091963@gmail.com – Tel: 0623482150.

Marcel Destroy, Mars 2015

📖 Pour Bouquiner 📖

Maurizio Marcato, Pin Art

Agrandir les photos de Maurizio Marcato!

Cet artiste italien développe très tôt des talents qu’il exprime au travers de la peinture. Il découvre ensuite que la photographie lui permet de donner plus aisément corps à sa propre interprétation du quotidien et de sa réalité. En 1979 Maurizio Marcato ouvre à Vérone un studio depuis lequel il réalise divers projets touchant à la photo industrielle, l’architecture, la publicité et bien sûr au portrait. Ces clients se trouvent aux USA, au Japon, en Europe et il collabore également pour de nombreux magazines de design. L’artiste expose également. L’une de ces expositions, ”Pin Art”, célèbre la beauté de la femme au travers de 25 clichés pour lesquels mise en scène et décors sont délibérément axés sur le modèle des Pin-Up des années 60. Comme quoi les italiens savent faire autre chose que des trucs rouges qui font du bruit!

Pin-Up Maurizio Marcato

 Pin-Up à l’Affiche 

Zapping 2014 en images.

The Atlantic 2014

Le zapping est une institution et tous les ans nous y avons droit, ça et là, sous une forme ou sous une autre. Louable démarche que celle du magazine The Atlantic qui au travers de clichés soigneusement sélectionnés nous propose de parcourir les événements significatifs de 2014. Un magnifique échantillon de 140 images qui nous incitent à réfléchir et surtout à nous focaliser sur l’essentiel tout en passant outre l’orgie de clichés insipides et d’infos aseptisées que nous consommons quotidiennement sans même nous en rendre compte. ”La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie” (Milan Kundera). C’est ici que ça se passe et c’est en 3 volets: The Atlantic: 2014, the year in photos.

 Arrêt sur Image 

David Redfern, The Unclosed Eye

David Redfern: Led Zeppelin, Miles Davis, Charlie Mingus, Jimmy Hendrix

Né en 1936 ce photographe anglais fait très tôt de la musique sont domaine de prédilection. Il commence sa carrière en parcourant  les manifestations musicales et devient vite un visiteur assidu du Marquee Club ou du Jazz Festival de Beaulieu. Pendant 45 ans il shoote les artistes du Rock et du Jazz. Led Zeppelin, Miles Davis, Jimmy Hendrix, buddy Rich, Bob Marley et tant d’autres se retrouvent ainsi immortalisés sur quelques 10 000 clichés dont les plus représentatifs font l’objet de The Unclosed Eye, magnifique ouvrage publié en 1999 et  réédité en version augmentée en 2005. Dans les années 80 David Redfern monte une agence (à laquelle collaborent quelques 400 photographes) qu’il revend en 2008 à Getty Images. Celui que l’on appelait le ”Cartier Bresson de la Musique” vivait depuis longtemps en France. Il meurt à Uzès d’un cancer le 23 Octobre 2014 à l’âge de 78 ans.

📖 Pour Bouquiner 📖

%d blogueurs aiment cette page :