MV Agusta – Superveloce 2021

MV Agusta profite du passage à la norme Euro5 pour présenter les deux nouveaux modèles de sa gamme 2021, ou plutôt exactement une refonte de la désormais emblématique Superveloce commercialisée en 2018. Superveloce et Superveloce S pour la version sportive, gardent le même moteur de 798 Cc à refroidissement liquide. Pour conserver une puissance de 147 Cv à 13 000 tours, le 3 cylindres en ligne a subit quelques modifications au niveau des soupapes, des injecteurs, de l’ensemble échappement et du système de refroidissement. L’électronique a également été revue, tout comme le châssis, repensé pour gagner en rigidité. Avec une approche esthétique séduisante et de remarquables finitions, on est toujours dans le haut de gamme MV Agusta, y compris avec un ticket d’acquisition à 20 700€ pour la version standard et 23 600 € pour la Sport. Source, détails et photos: Paddock GP.

Toute l’actu MV Agusta chez le concessionnaire du 64: Moto Mania

Patrick BETAILLE, avril 2021

le lundi c’est permis – Harmonie

L’élégance est toujours noire! – Elegance is always Black! [Françoise Giroud]

Patrick BETAILLE, avril 2021

Lee Brilleaux 1952 – 1994

Photo du 18 mars 1988: Concert de Dr Feelgood – Salle du Petit Bonheur de Mont de Marsan.

le 7 avril 1994 disparaissait Lee Green Collinson – dit Lee Brilleaux – L’emblématique chanteur/harmoniciste et fondateur du meilleur groupe de pub rock de tous les temps: Dr Feelgood. Voilà 27 ans qu’un cancer a eu raison de ton incomparable énergie. Voilà 27 ans que tu me manques. Rest in Peace Lee!

Patrick BETAILLE, avril 2021

Prince – Lynn Goldsmith vs Andy Warhol Foundation

En décembre 1981 et à la demande de Newsweek, la photographe Lynn Goldsmith immortalisait Prince sur un cliché qui finalement ne sera jamais publié. Trois ans plus tard, c’est Vanity Fair qui achète la licence de l’image et demande à Andy Warhol d’en faire une illustration pour un article consacré au Kid de Minneapolis. Dans un style reconnaissable entre tous, Warhol réalise alors une série de seize portraits colorés en violet et en rouge. Goldsmith n’a pris connaissance de ces détournements qu’en 2016, après que Vanity Fair les ait republiés après la mort de Prince, et ce sans faire mention de quelque crédit que ce soit. La photographe intente alors une action en justice face à la fondation Andy Warhol et perd son procès. ″Chaque œuvre de Prince Series est immédiatement reconnaissable comme un Warhol plutôt que comme une photo de Prince. De la même façon que les célèbres représentations de Marilyn Monroe et Mao sont reconnaissables comme des Warhol et pas comme des photos réalistes de ces personnes″ précisent les juges. Après des années de bataille juridique, Lynn Goldsmith a finalement obtenu gain de cause en appel. Dans un jugement rendu en mars dernier, la cour d’appel newyorkaise affirme que le peintre a effectivement violé le droit d’auteur d’un photographe en utilisant le cliché de prince sans autorisation et sans crédit. Satisfaite du jugement, Lynn Goldsmith a déclaré: ″Je n’en fais pas une question d’argent! Je me suis battue pour protéger non seulement mes propres droits, mais aussi les droits de tous les photographes et artistes visuels de gagner leur vie en octroyant une licence sur l’utilisation de leur travail créatif″. Reste que la Andy Warhol Foundation a déjà annoncé vouloir faire appel.  C’est reparti pour un tour!

Patrick BETAILLE, avril 2021

 

Analog Motorcycles – Ducati Paul Smart 1000 LE

Chez Ducati, au sein de la gamme des SportClassic, la PAUL SMART 1000 LE se démarque des autres modèles à bien des égards. Comme son nom l’indique, elle rend hommage au pilote qui remporta les 200 Miles d’Imola en 1972 au guidon d’une 750 SS. Apparue en 2006, cette édition limitée à 2000 exemplaires est devenue l’un des plus grands succès de Ducati. Enfin, c’est probablement l’une des plus belles modernes classiques jamais produites. Aussi, quand un client se pointe chez Analog Motorcycles et demande une personnalisation de sa Paul Smart 1000, Tony Prust, le patron se retrouve confronté face à un sérieux dilemme. Comment s’y prendre pour customiser une machine déjà parfaite en tous points? Fidèle à sa réputation, le préparateur américain l’a fait et bien fait. Non seulement la rareté, la beauté et le côté exclusif de la belle italienne ont été respectés, mais en plus Il a donné un judicieux coup de jeune à ce cafe racer emblématique, notamment en allégeant considérablement la ligne d’échappements. Mais ce n’est pas tout! La suite est ici: BikeExif.

Patrick BETAILLE, avril 2021

Frank Frazetta – Molly Hatchet

Frank Frazetta, était l’un des artistes américains les plus influents de la science-fiction et de l’heroic fantasy. C’est du moins dans cette catégorie que ce peintre a marqué de son empreinte l’univers de la bande dessinée, des couvertures de magazine comme Creepy, des receuils de nouvelles consacrées à Conan le Barbare et du comic strip avec, entre autres, Flash Gordon et Vampirella. Plusieurs groupes de rock et de hard rock ont fait appel à l’artiste newyorkais pour illustrer les pochettes de leurs albums. C’est le cas notamment de Herman’s Hermits, Nazareth, Yngwie Malmsteen et Wolfmother. Mais question artwork, le travail le plus remarquable de Frazetta est celui qu’il a effectué pour un groupe de rock sudiste dont le nom est tiré de celui d’une prostituée qui avait pour habitude de mutiler et décapiter certains de ses clients: Molly Hatchet. Son personnage du Death Dealer à la hache surdimensionnée illustre le premier album éponyme du combo de Jacksonville en 1978 puis celui de Flirtin’ with Disaster l’année suivante. Même ambiance pour Beatin’ the Odds en 1980 mais cette fois le Pourvoyeur de Mort troquera sa hache contre un glaive. C’est sûr, y’a quand même de quoi perdre la tête!

L’éloquence et le Désaveu du Cover Art en Livre: In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, avril 2021

Vinyle – Cinématique


 
″Playing a record? I’ll show you something interesting… Compare a point on the label with a point on the record’s outer edge.
They both make a complete circle in the same amount of time. Right?
Yeah!
But the point on the record’s edge has to make a bigger circle in the same time. So it goes faster. you See, two points on one disc move at two speeds eventhough they both make the same revolutions per minute!″

D’après la bande dessinée de Bill Watterson: Calvin & Hobbes (Extrait).

Patrick BETAILLE, avril 2021

Softail Harley Davidson en mode Enzo

Récemment et sans complexe aucun, un préparateur allemand a eu l’idée de célébrer un mariage de déraison entre Harley Davidson et Ferrari, les deux marques parmi les plus célèbres du monde Auto-Moto. Pour parvenir à ses fins, NLC a fait le pari de présenter un Softail Breakout 114 en mode cheval cabré sous le nom de… Enzo. Moteur, châssis et bras oscillant on été conservés en l’état. Seuls quelques accessoires ont été ajoutés avec bien sûr une peinture aux couleurs de l’emblématique italienne, logo compris. Bonne ou mauvaise idée? Quoiqu’il en soit, l’acronyme NLC prend soudain tout son sens: No Limit Custom! Il parait que depuis qu’il a été témoin de cette union improbable, Enzo n’en finit plus de se retourner dans sa tombe. Au point que l’à haut, tous les saints le surnomme Enzo la Trottola (Enzo la Toupie)! Qu’en pensent les juristes de la Scuderia? Ça, c’est peut être une autre histoire. Source, infos, détails, dégoûts et douleurs: NLC.

Patrick BETAILLE, avril 2021

In Vinyle Veritas – Ils ont dit! (Part. 1)

… À propos de ce livre que le fantôme du chat de l’auteur considère comme l’entreprise intellectuelle la plus aboutie depuis La Critique de le raison Pure d’Emmanuel Kant…

Pierre COUDOUY : ″L’avertissement de l’auteur au lecteur est sans concession et je m’y suis complètement retrouvé ! Question écriture, il faut parfois savoir prendre des risques et les assumer. C’est ce que fait l’auteur, chapeau ! La mise en page est superbe! Beau boulot, vraiment.  Ce que je trouve vraiment génial, c’est l’approche du sujet. La culture a toujours été (ou presque…) subversive et créative, l’un étant lié à l’autre et ça c’est super bien évoqué. J’adore. Il ya aussi bien sûr de l’engagement et… beaucoup d’humour. Ah, l’humour ! Quelle belle arme ! En parcourant tout ça, non seulement, on apprend plein de choses, mais en plus, ça soulève des questions. Ça interpelle, ça fait sourire, ça fait se mettre en boule, bref, ça fait PLAISIR ! On en arrive à se dire : Mais putain, qu’ils sont cons, avec leur censure à deux balles, ils réussissent à créer l’effet inverse de ce qu’ils souhaitent ! À travers ce travail, c’est notre société qui est pointée du doigt et ça, vraiment, ça me plaît énormément″.

André VIALA : ″C’est un travail de dingue et en plus c’est beau ! À lui seul ce bouquin est une médiathèque″.

Vincent DEBACKER : ″Où est la limite entre provocation gratuite et la réelle démarche artistique ? Ce livre, grâce à tous ces exemples, vous aidera à vous faire votre propre opinion. Vous pourrez également voyager dans un univers musical et graphique, aussi varié qu’intéressant, aussi riche qu’étonnant, montrant sans aucun doute, que les pochettes de disques censurées sont bel et bien le reflet de notre société. Bon voyage sur ces chemins que cette dernière voudrait bien trop balisés, trop lisses ou trop uniformes″.

Patrick HIGGINS : ″Fabuleux!!! Un must pour tous les fans de vinyles et de musique pop/rock. L’histoire de ces pochettes de disques de légende, le cover art tel qu’il aurait parfois dû être avant de subir non-sens de la censure ! Bravo Patrick BETAILLE et Rock’n’Roll bordel!

Gregory HOCQUET : ″Déjà question poids et nombre de pages on est pas volé ! Avec ça et une présentation impeccable, la qualité est là! Un bouquin contenant autant de visuels doit être aussi beau qu’agréable à lire et c’est les cas! Étant plus de la génération CD, j’ai lu/regardé ce livre presque comme un traité sur l’histoire de la musique. Il donne un goût de liberté que j’ai connue petit, mais qui aujourd’hui a disparu … À l’époque, à cause d’un sein nu sur une pochette de disque, la censure frappait l’auteur du délit. Maintenant dans notre monde ultra aseptisé, la musique c’est clean, consensuel et fade! Merci de nous faire découvrir (ou redécouvrir) tout cet environnement musical″.

Jean-François TIDDU : ″Merci pour ce très bel ouvrage″.

Gérard JACQUIN : ″Quel bonheur de retrouver dans cet ouvrage ces instants magiques d’un temps passé où les illustrations des pochettes des disques que nous attendions gravaient dans nos esprits embrumés des œuvres que nous n’avions même pas encore écoutées. L’art pictural et l’art musical se rejoignaient alors pour notre plus grande satisfaction. Voici un livre que j’ai pris plaisir à effeuiller, page après page, pour pouvoir remettre au lendemain quelques belles nostalgies d’hier. Mais aussi un livre d’actualité à l’heure où, sans autre considération de qualité d’écoute, le regain d’intérêt pour les vinyles permet aux plus jeunes de tenir entre leurs mains la réalité d’un univers musical aujourd’hui dématérialisé. Et la plume stylée et efficace de l’auteur qui vient renforcer avec virtuosité l’ambiance historique et parfois hystérique de toute cette aventure. Un livre à écouter, une musique à lire. J’adore!

José NICOLAS : ″Le livre est à l’honneur : dans les chiottes. C’est là que je peux le lire tranquillement″.

Juliette MARCHESAN : ″Un très bel ouvrage qui me donne encore et toujours plus envie d’écouter du rock, du vrai et d’en savoir encore et toujours plus″.

Laurent HOLIN : ″J’ai fini ce livre comme on finit une bouteille de bon vin (in vino veritas) et j’ai adoré. Bien écrit, avec humour, précis, référencé et clair. C’est impressionnant le nombre d’infos contenues dans ce bouquin. Sacré Boulot !

Jean-Marc PEREZ : ″Merci Patrick pour ce In Vinyle Véritas! Un vrai travail de Titan, avec, au final, un très bel ouvrage, concocté avec passion, qui fourmille de détails et d’anecdotes sur le pourquoi et le comment des pochettes choisies par les grands du Rock pour enrober leurs vinyles. On peut le feuilleter à sa guise, le lire au gré de nos gouts musicaux ou de notre intérêt pour les belles illustrations. Bref, à chaque album évoqué le plaisir est au rendez vous. Un régal!

Bruno BRETAGNE :″Il fut un temps où un disque, avant de l’écouter, se regardait, s’admirait, laissant en suspend les questions que l’on pouvait se poser sur la conception des pochettes. Ce livre très bien documenté et bien écrit ravira les amateurs de musique populaire curieux et désireux de parfaire leur culture. Si, si!

Stéphane CERON :″Ce livre est un investissement ! Non seulement les illustrations sont super belles, mais, et c’est le plus important, elles sont mises en valeur par un texte riche et très intéressant. On peut le lire d’une traite ou lire quelques articles par-ci par là, selon l’humeur du moment. À tous les coups, on apprend. Merci.

Gaël TOULEMEONT :″Du Rock ,du Rock et encore du Rock! Visiblement Patrick BETAILLE connait son sujet sur le bout des doigts et j’ai passé un bon moment de lecture. Par contre, pour ce qui est de la Zumba ou de la Tecktonik, Là, il n’y a plus personne!« .

Pour Commander: In Vinyle Veritas Éloquence et Désaveu du Cover Art!

Patrick BETAILLE, mars 2001