Keith Levene – A Punk is Dead

 

Adolescent, Keith Levene fait ses premiers pas dans le monde du rock en travaillant comme roadie pour le groupe de rock progressif Yes. Un peu plus tard, il fait la rencontre de Mick Jones qu’il rejoint en tant que guitariste et compositeur au sein de la formation qui, en 1976, deviendra The Clash. La collaboration ne sera que de courte durée. Levene quitte le groupe de punk rock juste avant la parution du premier album éponyme en 1977 sur lequel il est crédité en tant que co-auteur du titre What’s My Name. Le guitariste reprend brièvement du service au sein des Flowers of Romance en compagnie cette fois de Sid Vicious, puis, suite à la dissolution des Sex Pistols en 1978,  il s’associe avec Johnny Rotten pour former Public Image Ltd qu’il quittera en 1983 après trois albums – dont le célèbre Metal Box – pour se lancer sans succès significatif dans une carrière solo peu prolixe. Le vendredi 11 novembre, Keith Levene qui souffrait d’un cancer du foie, est décédé à son domicile de Norfolk, en Angleterre. Il avait 65 ans.

Patrick BETAILLE, novembre 2022

 

Décès du Coéquipier de Lemmy: Nik Turner

 

Lorsque en 1971 Lemmy Killmister auditionne pour intégrer Hawkwind, il espère décrocher le job de deuxième guitariste. Au lieu de cela et suite à la défection de John Harrison, il se voit proposé la place de bassiste. Avouant n’avoir jamais joué de cet instrument, il s’entend dire: ″Mec, fais du bruit en Mi et tout ira bien!″ Ce sont les mots prononcés par Nick Turner, alors  compositeur – saxophoniste – flutiste, chanteur et co-fondateur de la formation britannique de space rock. Celui que l’on surnommait ″The Might Thunder Rider″ (NDLR: le grand cavalier du tonnerre) vient d’entamer son dernier voyage cosmique. Le 11 novembre, sa famille a annoncé son décès à l’âge de 82 ans. 

Patrick BETAILLE, novembre 2022

 

Shaka Ponk – Final Fucked Up Tour!

Après vingt ans d’existence, Shaka Ponk annonce mettre fin à son parcours musical. Il ne s’agit pas d’une rupture pour cause de mésententes diverses nuisant traditionnellement à la longévité des groupes, mais plutôt d’une prise de conscience. Les membres de la formation ne vont pas réellement se séparer mais se consacrer à d’autres activités. Frah et Samaha, les deux piliers, vont continuer à œuvrer pour la cause écologique. ″Grâce au public, Shaka Ponk est devenu notre vie, et cette vie nous a nourris″, écrivent-ils. ″Nous voulons maintenant la nourrir en retour et nous investir pleinement dans le développement de projets tels que The Freaks (NDLR – collectif d’artistes et de personnalités qu’ils ont fondé pour lutter contre la surconsommation, la pollution, le réchauffement climatique et protéger la biodiversité) dans lequel nous nous sentons à notre place, utiles et en phase avec les enjeux de notre époque : vivre et agir pour le vivant″.

La fin de l’aventure sera marquée par la parution en 2023 d’un septième et dernier album studio et par The Final Fucked Up Tour, une quarantaine de dates prévues d’octobre 2023 à mars 2024. les places sont déjà disponibles ICI!

Patrick BETAILLE, octobre 2022

In Vinyle Veritas – L’ Esprit Rock

Le jeudi 6 octobre, sur les ondes de Pontacq Radio, l’équipe de l’émission l’Esprit Rock animée par Guillaume Gracia ouvre ses micros à In Vinyle Veritas pour un passage en revue de ces disques qui ont marqué l’histoire du Rock. De 21 h à 23 h il sera bien sûr question de la censure des pochettes de vinyles des années 60 à nos jours mais pas que. Actualité musicale, agenda local des sorties Rock à venir, considérations diverses et variées illustreront le propos avec de quoi procéder à un bon décrassage des cages à miel. Cherry on the cake, pass de concert, instant détente et le livre IN VINYLE VERITAS seront à gagner au cours de cet instant privilégié. Qu’on se le dise,  l’Esprit Rock c’est 2 heures de Musique, 2 heures de Rock et 2 heures de Bien-Être. Rock’ n’  Roll Bordel!

IN VINYLE VERITAS: LE JEUDI 6️⃣ OCTOBRE À PARTIR DE  2️⃣1️⃣ H.

En Direct LIVE et en Podcast: Sur L’Esprit Rock de Pontacq-Radio.fr!

Patrick BETAILLE, octobre 2022

Nine Eleven – Les Interdits du Rock

 

Le 11 septembre 2001, les attentats ayant entrainé la destruction du World Trade Center, ont été l’un des jours les plus tragiques de l’histoire de l’humanité. Changeant le monde à jamais, les attaques contre les tours jumelles ont provoqué d’incommensurables dégâts au cœur de la Big Apple et réduit à néant plus de 3 000 vies new-yorkaises.

Même si images, débats, polémiques diverses et variées sur fond de théories parfois complotistes ont peu à peu cédé leur place à une routine quotidienne salvatrice, personne n’a oublié ce qui s’est passé ce jour-là, surtout quand 10 ans plus tard la mort de Ben Laden arrive à point nommé pour faire resurgir le passé. Ce que l’on sait moins c’est que certaines conséquences directes ou indirectes et certaines décisions ont été passées sous silence ou presque. Ce fut le cas pour ce qui concerne le rock qui s’est retrouvé mis au ban des ondes.

Trois jours après les attentats, la société Clear Channel Communications fait parvenir à plus de 1100 radios nationales une liste de chansons – considérées comme lyriquement discutables – dont la diffusion est jugée inappropriée compte tenu des événements. Ainsi, ce listing comprenait des titres qui, de près ou de loin, faisaient référence à la violence, la guerre, les armes, la mort mais aussi aux avions, aux collisions et au… ciel.

Et voilà que plus de 160 chansons se retrouvent bannies du jour au lendemain, souvent de manière absurde et sous couvert de prétextes aberrants, farfelus ou illogiques. Ainsi, d’après Clear Channel, What a Wonderful World de Louis Armstrong se retrouve censurée car trop joyeuse par rapport au contexte lié au désastre (Si, si!). Walk like an Egyptian des Bangles, interdite car son titre fait référence à un pays du  Moyen-Orient.

Bien évidemment, certains groupes à la réputation déjà sulfureuse n’échappent pas à la vindicte moraliste. AC/DC et ses  Shot Down in Flames, Shoot to Thrill, Highway to Hell, TNT et Hell’s Bells. Sabbath Bloody Sabbath de Black Sabbath, Knockin’ on Heaven’s Door par Bob Dylan et Guns’ N’ Roses, Rock the Casbah des Clash, Stairway to Heaven de Led Zeppelin ou encore Jump de Van Halen. Etc, etc. Quant à Rage Against the Machine, c’est tout le répertoire du groupe qui est condamné car globalement trop critique vis à vis de la société américaine. Paradoxalement certaines versions de chansons ont été sanctionnées et d’autres pas. Ce fut le cas de Smooth Criminal, qui interprétée par Michael Jackson, est passée au travers des mailles du filet, contrairement à celle de Alien Ant Farm vouée au silence.

Prémonition? Live Scenes from New-York,  le triple album live de Dream Theater, sort le jour même des attentats. Sur la pochette, une pomme en feu ceinte de barbelés. En arrière plan, Manhattan,  ses Twin Towers et sa statue de la Liberté. Le disque est aussitôt retiré de la vente pour être réédité. Le logo du groupe viendra remplacer la Big Apple embrasée. The Coup devait eux aussi sortir leur quatrième album  début septembre 2001. À cause de la pochette du disque, le lancement est repoussé au mois de novembre. Le montage initialement prévu mettait en scène Boots Riley et Pam the Funkstress déclenchant à distance la destruction du WTC. Le cover art de Party Music sera illustré par la photo d’une main tenant un verre à cocktail.

Merci à l’ami Patrick de m’avoir donné l’occasion de traiter ce sujet, par ailleurs évoqué dans l’ouvrage consacré à la censure des pochettes de disques: In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, septembre 2022

Guy Georges Gremy – Fin de l’Histoire

 

Putain!  Qui connaît Guy Georges? Le violeur et serial killer des années 90, ok, tout le monde en a entendu parler. Mais le Gremy, celui de la Story, à part quelques fans inconditionnels de Little Bob qui le 9 août publiait sur sa page Facebook: ″La nouvelle nous est parvenue cet après-midi. Aujourd’hui est un jour triste pour les fans de La Story : Guy-Georges Gremy  s’est éteint en février dernier. Chez lui, à Nice″. En février? La vie est ainsi faite et les oublis, les silences et autres non-dits en font partie. Guy Georges Gremy a été le guitariste de Little BoB Stoy de 1974 à 1978, puis de 1983 à 1986. Quand il quitte Le groupe, il part vivre à Nice, ne donne plus de nouvelles et sombre dans l’alcool et la dope. Mise à par une brève apparition lors d’un concert commémoratif au havre il s’enferme chez lui et ne veut plus voir personne. C’est ce raconte ″Ti’ Bob″ quand il évoque le titre Looking For Georges paru en mars 2021 sur l’album du désormais Little Bob Blues Bastards: We Need Hope. Roberto Piazza ne cherche plus Georges, hélas définitivement aux abonnés absents.

Patrick BETAILLE, août 2022

Darryl Hunt – Décès du Bassiste des Pogues

 

Né à Christchurch, dans le sud-ouest de l’Angleterre, le 4 mai 1950, Darryl Hunt étudie les beaux-arts à la Nottingham School of Art. Il a d’abord joué avec le groupe de pub rock Plummet Airlines avant de former le groupe punk The Favourites. Il travaille ensuite pour les Pogues en tant que technicien et, en septembre 1986, il intègre officiellement le combo de Shane MacGowan pour remplacer à la basse Cait O’Riordan, partie convoler en justes noces avec Elvis Costello, alors producteur de Rum Sodomy & the Lash.  Hunt a joué pour la première fois avec le groupe sur l’album If I Should Fall From Grace With God, sorti en 1988, et jusqu’à Pogue Mahone (expression irlandaise qui signifie: Embrasse mon Cul), le dernier disque studio sorti en 1996. Le 9 août, les Pogues ont annoncé le décès de Hunt en écrivant : ″Nous sommes attristés au-delà des mots. Notre Darryl est décédé hier après-midi à Londres″. Darryl Hunt avait 72 ans.

Patrick BETAILLE, août 2022

 

Manny Charlton – Son of a Bitch

 

L’histoire de Nazareth commence en 1968, en Écosse, par la formation sur les cendres encore fumantes d’un groupe local: The Shadettes. Le chanteur Dan McCafferty, le guitariste Manny Charlton, le bassiste Pete Agnew et le batteur Darrell Sweet partent pour Londres en 1970, s’y installent et sortent une premier album éponyme sous le nom de Nazareth, suivi en 1972 de Exercises. Début 1973 parait Razamanaz. Produit par Roger Glover, cette troisième tentative connaît le succès avec deux titres en bonne place dans les charts britanniques. Hair of the Dog, le cinquième opus du groupe, sort en 1975. Largement diffusé sur les radios, Hair of the Dog, le titre – connu également sous le nom de Son of a Bitch – offre son nom à album et connaît un succès international immédiat; Il restera d’ailleurs 60 semaines dans les charts norvégiens. En 1990 Manny Charlton quittera la formation pour se lancer dans une carrière solo intéressante mais hélas peu fructueuse. Également compositeur et producteur, le talentueux guitariste dont les riffs de guitare ont élevé Nazareth au rang des célébrités heavy rock des années 1970 vient de décéder à l’âge de 80 ans. 

Patrick BETAILLE, juillet 2022

Ann Powers – Good Booty

 

Comment, au fil des époques, la musique populaire et la danse ont-elles influencé la sexualité, les rapports de genre et de race dans la culture américaine ?

Bonne question à laquelle Ann Powers répond dans ce passionnant pavé de 400 pages. ″L’auteure retrace l’histoire de la musique populaire américaine. Gospel, jazz, blues, rock’n roll, disco, punk, rap et leurs innombrables ramifications sont détaillés par son regard engagé, iconoclaste et fécond. On assiste aux souffrances, aux voluptés et aux frustrations d’une nation pour qui le métissage a toujours été à la fois essentiel et problématique. Et pour qui la danse fut un des plus sûrs moyens que le corps exulte. Good Booty nous fait remuer le cerveau, les sens et les hanches″ (4ème de couv).

Des exaltations religieuses du début du XXe siècle aux syncopes du R’n’B le plus aguicheur, Ann Powers traverse 150 années d’histoire de la musique américaine avec en toile de fond les dérives de l’évolution des mœurs d’une société en dérive. C’est dans ce contexte que la journaliste dresse les portraits des figures de proue de la scène musicale des années 50 à nos jours. Elvis, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Bowie, Alice Cooper et d’autres se présentent sous un nouveau jour ou du moins sous un angle qui nous permet de comprendre le pourquoi du comment de leurs influences, de leurs aspirations, de leurs attitudes et des conséquences de leurs choix, à la ville comme à la scène. Janis Joplin, Madona, Lady gaga, musiciennes, féministes, actrices mais aussi groupies et lolitas occupent également une place de choix en tant qu’influenceuses ou victimes des excès d’un microcosme dominé par une masculinité parfois amenée à assumer son homosexualité en s’accaparant les dérives de la communauté gay et du glam et du disco.  

Très bien écrit, rythmé et admirablement structuré, Good Booty (NDLR: Traduire par ″beau cul″) relève de la prouesse documentaire à connotation historique. L’on comprend désormais comment les danses et transes africaines ont posé les premiers pavés sur le chemin de la musique populaire et l’on découvre aussi l’influence que la sexualité peut avoir sur un courant musical et sur toute une génération. Et inversement.

Traduit par Rémi Boiteux, toujours disponible, Good Booty a été publié fin 2019 par Le Castor Astral.

Patrick BETAILLE, juin 2022

 

Putain, putain – C’est fini pour Arno!

 

Aussi singulier qu’un Tom Waits, aussi bouleversant qu’un Jacques Brel, aussi poétique qu’un Léo Ferré, le plus français des Belges, le plus anglais des Flamands, celui qui chantait – ″putain, putain c’est vachement bien nous sommes quand même tous des Européens″ – nous a quitté. Arno, le fondateur des TC Matic, l’alchimiste du rock est parti. Nous faire ça à nous, en pleine misère électorale! Putain de crabe! Beaucoup ont de l’eau dans les yeux aujourd’hui, mais il pleut, c’est pour ça!

Patrick BETAILLE, avril 2022