Alice Cooper – Detroit Stories

Soyons clairs! La première chose à faire en abordant le vingt-septième album de Vincent Damon Furnier c’est de passer outre cette pochette qui n’a de cover art que le nom. Bref! À 73 ans et 52 ans après Pretties for You, son premier album, Alice Cooper revient avec ce Detroit Stories annonciateur d’un retour aux sources sincère et efficace. Aux oubliettes le métal clinquant et les errances granguignolesques! Il y a déjà longtemps que Mr Nice Guy n’a plus 18 ans mais il revient en force avec un rock sans fioritures, comme au bon vieux temps de Love it to Death et de Killer. Pour remonter aux origines, la sorcière androgyne a convoqué le gratin d’une génération qui a écrit les plus belle pages de l’histoire d’une ville industrielle aujourd’hui au bord de l’anéantissement: Detroit-Michigan-USA. Sur cet album on retrouve ainsi les survivants du Alice Cooper Group original – Neal Smith, Michael Bruce, Dennis Dunaway – mais aussi des invités tels que Wayne Kramer de MC5, Mark Farner de Grand Funk Railroad, Steve Hunter et Johnny Badanjek, les musiciens des Detroit Wheels, le groupe formé en son temps par Mitch Rider. Joe Bonamassa fait aussi une apparition sur Rock & Roll, une reprise du classique du The Velvet Underground en ouverture des hostilités! Tout ce beau monde est supervisé et produit par Bob Ezrin qui réalise un mariage parfait entre voix éraillées, rythmiques efficaces, cuivres funky et guitares incisives sur les 15 pépites auxquelles le patron des Hollywood Vampire ne nous avait pas habitué depuis longtemps. Si avec Detroit Stories Alice Cooper joue sa dernière carte c’est tant mieux car là, il (elle?) vient d’abattre un putain d’atout. Vous avez bien l’bonjour de ma sœur Anne!

Patrick BETAILLE, mars 2021

In Vinyle Veritas-Éloquence et désaveu du Cover Art

Après 15 mois de sévices envers mon neurone, le voici ! Conçu et écrit by myself, autofinancé et auto-distribué – mon bouquin est désormais disponible. In vinyle Veritas évoque, de façon illustrée et argumentée, la censure des pochettes de disques dans l’histoire de la musique populaire, mais pas que ! Il y est aussi question de la petite histoire du rock, celle qui se cache derrière certaines pochettes emblématiques!

276 pages – 155 Chroniques – 362 Artistes référencés – 245 Images – Format 24 cm x 16.5 cm – Reliure dos collé – Imprimé sur papier couché 170 grammes – Couverture brillante 300 Grammes. Poids 930 Gr! Tout ça pour évoquer l’Éloquence et le Désaveu du Cover Art au cœur de l’histoire du Vinyle.

Si la passion de ceux qui aiment ce qu’ils font et font ce qu’ils aiment vous interpelle, un petit partage avec vos amis serait le bienvenu. Merci beaucoup et rock’n’roll bordel! Pour en savoir plus sur In Vinyle Veritas – Éloquence et Désaveu du Cover Art: infos, détails, images et modalités de commande c’est par ici: Le livre!

Patrick BETAILLE, Février 2021

Cynthia Albritton – L’ empreinte du Rock!

En 1967, Cynthia Albritton a 20 ans et poursuit ses études à Chicago. Au collège, son professeur d’art demande à la classe de réaliser des moulages en plâtre à partir d’un objet quelconque. La jeune fille a une idée: appliquer la consigne sur des sexes masculins en érection. Avec l’une de ses amies, elle se rend à un concert de Paul Revere and the Raiders et parvient à se faufiler en coulisses. Elle y rencontre Mark Lindsay, le chanteur du groupe, et lui propose d’effectuer un plâtre de son pénis. Celui-ci refuse mais qu’à cela ne tienne! Le projet fait son chemin, Cynthia peaufine sa technique et opte pour une matière utilisée par les dentistes pour réaliser des empreintes dentaires: l’ Alginate. En 1968, elle fait la rencontre de Frank Zappa qui, séduit par l’originalité du concept, parvient à la convaincre de le suivre à Los Angeles, alors paradis de la libération sexuelle, du rock et des groupies qu’elle se met à fréquenter assidument. Jusqu’en 1971, celle que l’on surnomme ″Plaster Caster″ et qui ne se déplace jamais sans son kit logé dans un valise, parvient à convaincre de nombreuses figures du milieu musical de se faire mouler le pivot de la joie en bonne et due forme. Parmi ses premiers clients, Jimi Hendrix et Noël Redding. Viendront ensuite Clapton, Eric Burdon, Richard Cole, Wayne Kramer, le manager de MC5, Richard Cole, le tour manager de Led Zeppelin, etc. Au total, une bonne cinquantaine de braquemards congestionnés passeront entre ses mains expertes; du moins jusqu’à ce que le cambriolage de son appartement mette temporairement fin à son activité. Suite à l’incident, Zappa et Albritton décident de mettre les empreintes péniennes en lieu sûr en prévision d’une exposition future. Ils confient donc les œuvres à la garde de Herb Cohen, l’associé de Frank, qui plus tard refusera de restituer les chibres emplâtrés. Plus aucune reproduction ne verra le jour jusqu’en 1981, année au cours de laquelle, après une longue bataille juridique, l’artiste parvient à récupérer la quasi totalité de son capital érectile. Finalement l’exposition a lieu en 2000 et, par la même occasion, sont proposés au public des moulages de poitrines de femmes destinés à soutenir et promouvoir le mouvement en faveur de l’égalité des sexes. En 2005 l’artiste apparait dans un documentaire de la BBC, My Penis and I puis, en 2010, Cynthia ″Plaster Caster″ Albritton brigue la mairie de Chicago sous l’étiquette The Hard Party mais perd les érections élections. Dur, dur!

Patrick BETAILLE, février 2021

Hilton Valentine – House of the Rising Sun

Combien de guitaristes débutants, la sueur au front, langue entre les dents, bave au coin de la bouche et les doigts en sang, se sont retrouvés au bord de l’extase en réalisant qu’ils arrivaient à enchainer les accords C-D-E-F-Am sur le manche de leur guitare d’occasion. En passant de Jeux Interdits sur la corde de Mi à un enchainement d’accords aux arpèges approximatifs, la voie de la renommée s’ouvrait à eux et désormais le monde – et les filles qui vont avec – leur appartenait. En juin 1964 l’on entend que ça sur les ondes! Basé sur un air traditionnel de folk américain The House of Rising Sun est LE tube de l’année. C’est un énorme succès international – numéro 1 au Royaume-Uni et aux États-Unis – et il deviendra l’un des plus grands titres de l’histoire du rock. La chanson est enregistrée en une seule prise le 18 mai 1964 et commence par le célèbre arpège de guitare électrique de Hilton Valentine. À l’époque, le guitariste avait déjà rejoint l’organiste Alan Price pour former ce qui allait devenir The Animals, un combo de rock britannique rapidement consolidé par un chanteur passionné de blues : Eric Burdon. Au même titre que les Rolling Stones, cette formation a été l’une des pionnières du British Blues Boom et a contribué à importer en Europe le rhythm & blues noir américain. Hilton Valentine joue et enregistre avec The Animals jusqu’à la dissolution du groupe en

Patrick BETAILLE, février 2021

 

 

Décès de Phil Spector, le Wagner du Rock’ n’ Roll!

Natif du Bronx, Harvey Phillip Spector a définitivement laissé son empreinte sur le monde musical des années 60. Derrière ses consoles il a assuré le succès des groupes vocaux féminins (The Ronettes, The Crystals, Darlene Loveen, etc), produisant 25 des 40 plus grands succès de la musique populaire du moment. Sa marque de fabrique? Le Wall Of Sound, processus qui consiste à superposer plusieurs fois les mêmes enregistrements mono de parties instrumentales pour donner plus d’épaisseur au son. Le producteur qualifiait cette technique « d’approche wagnérienne du rock and roll« . au cours des seventies, Phil Spector produit Let it be, le dernier album des Beatles, All Things Must Pass de George Harrison et participe à trois des albums de John Lennon, dont Imagine. Caractériel et bipolaire, l’artiste était aussi capable de violences vis à vis de son entourage. Ainsi, au cours de séance d’enregistrements, il lui est arrivé de virer les proches de Lennon sous la menace d’un fusil, d’intimider Leonard Cohen avec une arbalète et de brandir un revolver sous le nez de Dee Dee Ramone. En 2003, l’actrice Lana Clarkson est retrouvée morte chez lui en Californie, une balle dans la tête. Après un premier procès duquel il est sorti libre, il est condamné en 2009 à 15 ans de rétention pour homicide involontaire plus 4 années pour possession d’armes. Après plusieurs rejets de demandes de libération anticipée, Phil Spector est interné au California Health Care Facility où il décède de mort naturelle le 16 janvier 2021.

Patrick BETAILLE, janvier 2021

 

Décès du légendaire bassiste Tim Bogert

Début 70, le groupe de rock psychédélique Vanilla Fudge vient de spliter. Pour le bassiste Tim Bogert et le batteur Carmine Appice, le plan consiste alors à convaincre Jeff Beck et le chanteur Rod Stewart de les rejoindre pour former ce qu’il a lieu d’appeler un super groupe.  Mais, suite à un accident de moto, Beck est au tapis pour 18 mois et Stewart est parti retrouver son pote Ron Wood au sein des Faces. Les deux compères recrutent donc le guitariste Jim McCarty des Detroit Wheels de Mitch Ryder et le chanteur Rusty Day des Amboy Dukes de Ted Nugent. Vous suivez? Ainsi naquit Cactus, un groupe de boogie rock vitaminé, qui comporte désormais en son sein l’une des sections rythmiques les plus affutées de toute l’histoire du rock. J’ai dit LA MEILLEURE? Ok, j’assume.  Bogert et Appice maitrisent leurs instruments respectifs comme personne et ils sont alors musicalement fusionnels. Malheureusement, sous cette forme, Cactus perdra ses épines au bout de deux ans et se séparera en 1972, après trois albums studio. Le projet initial refait surface et se concrétise finalement par la formation d’un power trio éphémère – sous l’appelation Beck-Boggert-Appice – que le caractériel et éternel insatisfait Jeff Beck quitte au bout d’un peu plus d’un an et un album studio, entrainant la dissolution définitive de BBA. Tim Bogert a toujours été considéré comme l’un des grands bassistes du rock des années 60 et 70, l’un des rares dont les solos étaient capables de tenir en haleine un public de connaisseurs. Récemment encore, Tim envisageait une tournée avec Beck et Appice, avec à la clef un album live. Le projet ne verra pas le jour, Tim Bogert vient d’être vaincu par un cancer. Il avait 75 ans.

Écouter: Avec Cactus. Le premier album paru en 1970. Parchman Farm, Let me Swim, Oleo et Feel so Good sont des paquets de dynamite mèche courte à la rythmique imparable qui côtoient du blues et une belle reprise de You can’t judge the Book by the Cover de Willie Dixon. One Way or Another  l’année suivante, c’est l’album de la maturité, moins rentre-dedans mais les compos sont plus élaborées et le groupe est au summum. Avec BBA. Beck, Boggert Appice Live. En 1973, le groupe enregistre un double album en public à Ōsaka au Japon. Le concert est dantesque. Le trio est au diapason et la qualité technique de l’enregistrement est superbe. Certainement l’un des grands Live de l’époque. Seule ombre au tableau, les parties vocales. Tim Bogert n’a pas la puissance et le feeling de Rusty Day et il fait ce qu’il peut.

Patrick BETAILLE, janvier 2021

La Discothèque Idéale 2020

Dany Brillant chantant Aznavour vous en touche une sans faire bouger l’autre? Gad Elmaleh massacrant Nougaro vous donne des envies de suicide? 2020 n’a pas fait preuve de générosité du côté de ce qui s’écoute avec les oreilles, les pieds mais aussi avec le cœur. Pourtant le remède existe. Si, si! Le choix, bien qu’assumé, est bien évidemment relatif, partial et subjectif. Il a juste pour ambition d’entretenir l’espoir que le rock n’est pas encore mort et de prouver que, contre vents et marées, de talentueuses volontés mettent beaucoup de conviction et d’énergie pour que leur passion et leur plaisir deviennent nôtres. Bien sûr, le débat reste entier et ouvert mais il doit obéir à une constante et une seule: ″La musique c’est comme la vie, ça se respire″ (Francis Zegut). La discothèque idéale est ici: Rock’n’Roll Bordel!

Patrick BETAILLE, janvier 2021

Décès de Leslie West, le guitariste de Mountain

Guitariste autodidacte, chanteur et compositeur, Leslie West enregistre en 1969 un premier album avec un bassiste et ancien producteur de Cream: Félix Pappalardi. Tous deux constituent dans la foulée l’un des premiers groupes de hard rock U.S: Mountain. Dans tous les sens du terme, le musicien est un poids lourd. Musicalement, c’est un excellent guitariste rythmique et un soliste inspiré au son puissant et à la technique particulière très inspirée de celle d’ Albert King. Physiquement, les 130 kilos du colosse aux cordes agiles nécessitent un hélicoptère pour rejoindre la scène de Woodstock et entre ses mains, les Gibson (Les Paul Junior, Standard et Flying V) qu’il affectionne particulièrement, semblent reléguées au rang de jouets. Après trois ans de bon et loyaux services et quatre albums, Pappalardi décroche. Il est remplacé par Jack Bruce et Mountain devient l’espace d’une très courte période le power trio: West, Bruce and Laing. Après le split en 1973, West continue seul puis erre de reformations peu convaincantes de Mountain en collaborations diverses (Popa Chubby, Ken Simmonds de Savoy Brown). En , à cause des conséquences de son diabète, il est amputé d’une partie de la jambe droite mais il continue à se produire sur scène. En 2015 parait Soundcheck sur lequel on retrouve Peter Frampton, Brian May et Jack Bruce. L’album atteint la deuxième place du Top Blues Albums au Billboard mais il y a longtemps que le public n’est plus au rendez-vous. Le 24 décembre 2020, l’on apprend la disparition de Leslie West, dont la santé s’était brutalement dégradée quelques jours auparavant.

Écouter:  Climbing (1970) et le riff imparable de Mississippi Queen. Nantucket Sleighride (1971) et le saisissant morceau du même nom en hommage à Owen Coffin, un jeune marin américain qui, après le naufrage de son bateau, a accepté de se sacrifier pour être mangé par les autres rescapés, leur permettant ainsi de ne pas mourir de faim.

Patrick BETAILLE, décembre 2020

Noël en toc et Rock en stock

Difficile de s’y soustraire! À l’approche des fêtes et avec l’arrivée éminente du Père Noël, le mercantilisme hivernal ciblé gère sa masse critique en vomissant son trop plein de consommables divers et déjà avariés. Le monde du rock, hélas, ne déroge ni à la règle, ni à ce déluge de trucs compilés, incontournables, indispensables, méga-top et déjà dans les bacs, à côté des invendus d’une saison déjà trop pauvre. Les artistes les plus intègres, les interprètes les plus déjantés, les musiciens les plus destroy, les groupes les plus cloutés s’y sont essayés. Tous ou presque – Doors, Beatles, Elvis, Ramones, Pearl Jam, etc – de près ou de loin et tôt ou tard, se sont commis avec plus ou moins de bonheur dans la célébration du White Christmas et ce sans forcément se déshonorer sur les lauriers de Petit Papa Noël ou Jingle Bells.  Certains mêmes, comme Dutronc, Bijou, Arno & Beverly Jo Scott, se sont adonnés avec humour à la célébration de Marie-Noël et de Jean-Baltazar. Admettons ! Tout le monde peut trouver son bonheur dans ces hommages de circonstance mais il est temps de reprendre le pouvoir et de lutter contre les ringardises auto-tunées des uns ou la soupe samplée des autres. Pour la préservation de vos cages à miel et de votre intellect, il ne vous reste plus qu’à vous rabattre sur les quelques valeurs sûres qui échappent aux saisons et n’obéissent ni au forcing des majors, ni à la bouillie assénée H24 par les médias. Or donc, et pour la lettre au Père Noël, il n’est pas encore trop tard: Rock’ n’ Roll Bordel!

Patrick BETAILLE, décembre 2020