Triumph Bobber – BAAK Moon Rising

À partir d’un modèle Triumph 1200 de 2020, une préparation Bobber US est récemment sortie des ateliers de BAAK. Baptisée Moon, cette réalisation savamment dépouillée se distingue au premier coup d’œil par ses roues lenticulaires et sa fourche Springer; des éléments qui confèrent à l’ensemble un look à la fois original et radical. À n’en pas douter le préparateur lyonnais se donne les moyens d’exporter le savoir-faire français vers l’ouest américain en donnant du grain à moudre à sa filiale désormais implantée à Los Angeles. Cherry on the cake, les pièces et accessoires nécessaires à la transformation du modèle d’origine sont au catalogue. Toutes les infos ici: BikeExif  et là: BAAK.

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Le lundi c’est permis – Démarche

Her walk is like a shot of whiskey. Neat and strong and full of purpose. So many underestimate her punch – Sa démarche est comme une rasade de whisky. Élégante, vive et très prometteuse. Beaucoup sous-estiment son audace″. [JM Storm]

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Joanne Shaw Taylor – The Blues Album

On ne présente plus Joanne Shaw Taylor, l’une des plus fines gâchettes du blues rock accordé au féminin. La talentueuse guitariste anglaise nous revient avec un neuvième opus enregistré dans le studio de Joe Bonamassa qui, avec Josh Smith, assure la production. 11 titres pour un hommage aux sommités du blues et de la soul que sont Albert King, Little Richard, Magic Sam, Aretha Franklin, Otis Rush, Peter Green ou Little Milton. Taylor ne se contente pas d’une resucée de quelques standards judicieusement sélectionnés; elle y apporte une touche vraiment personnelle aidée en cela par Bonamassa qui s’est attaché à ne pas laisser la guitare dominer le chant. Joanna est une chanteuse à la fois audacieuse et puissante qui sait, quand il le faut, faire preuve de l’émotion sans laquelle le blues électrique ne peut tout simplement pas exister. Que l’on se rassure, elle reste avant tout et surtout une guitariste volcanique au talent considérable. Comme son titre le laisse supposer, The Blues Album est bien un album de blues (si, si!) mais pas que. Grâce à une production soignée et à l’apport de claviers et de cuivres admirablement bien dosés il parvient à célébrer une union qui devrait ravir les amateurs d’un mélange parfait qui puise directement dans le british blues boom de la fin des sixties, comme en témoigne ce Stop Messin’ Round de Fleetwood Mac époque Peter Green. Vous savez ce qu’il vous reste à faire!

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Jack Daniel’s – Whiskey Girl

She’s no whiskey in a teacup girl… She’s more of a straight from the bottle kinda gal – Boire du whiskey dans une tasse à thé, c’est pas son truc… Elle est plutôt du genre à boire directement à la bouteille. [JL. Macdougall]

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Masahisa Fukase – Sasuke

Masahisa Fukase (1934-2012) a toujours vécu avec des chats. En 1977, il recueille un petit chaton auquel il donne le nom d’un célèbre ninja. Malheureusement, l’animal s’enfuit. Fukase placarde alors des affiches de recherche dans toute la ville et une dame lui apporte finalement un chaton, en rien semblable au premier. Qu’importe, il le garde à ses côtés et lui redonne le nom de Sasuke. Tout au long de l’été, Fukase s’amuse à prendre le chat en photo et va bientôt se concentrer sur ses bâillements qui révèlent une langue proéminente, cet organe qui sert au chat à communiquer autrement que par le langage et qui fait écho à la volonté artistique du photographe qualifié de tactile par les critiques. Un an plus tard, il accueille une chatte, surnommée Momoe, qui entrera elle aussi dans le cadre de cet ouvrage étonnant paru en juin 2021. Source et infos > Blind Magazine et merci à Sandrine.

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Tal Wilkenfeld – Under the Sun

Tal Wilkenfeld est une jeune, talentueuse, et ambitieuse musicienne. Née en 1986 à Sydney elle commence la musique à 14 ans et pratique la guitare pendant trois ans avant de se consacrer à la quatre cordes. Elle n’a que 21 ans quand elle apprend que Chick Correa cherche un bassiste. Au culot elle envoie une démo de son travail et se retrouve sélectionnée pour la tournée de 2007. Quelques mois plus tard, repérée par Jeff Beck, elle le rejoint pour une série de sets en Europe. À 23 ans, elle collabore avec Prince. Elle a aussi joué avec Sting et Herbie Hancock, enregistré avec Ryan Adams, Ringo Starr, mais aussi Brian Wilson, Toto, Joe Walsh, David Gilmour, Warren Haynes, Jimmy Page et les Who pour lesquels elle a assuré la première partie des concerts de 2016. Sans compter qu’en parallèle, elle se produit en club avec sa propre formation, au sein de laquelle elle joue parfois de la guitare et chante ses propres compos. Pas étonnant que Tal soit aujourd’hui considérée comme faisant partie du futur de la basse. Under the Sun.

Patrick BETAILLE, octobre 2021

 

 

Le lundi c’est permis – Cuir

Arrêtez tout, dans les magazines: nouvel Homme, tweed et fiches cuisines. Amenez les jarretelles, les bas résilles, les sexy dentelles, les talons aiguilles. J’veux du cuir! Pas du peep show, du vécu, J’veux des gros seins, des gros culs. J’veux du cuir!″ [Alain Souchon]

Patrick BETAILLE, octobre 2021

MV Agusta – 800 Superveloce 2022

La 800 Superveloce 2022 est là! Un look à damner un saint, épurée, désirable, érectile et prometteuse de grands frissons, elle est visible et disponible dans sa classieuse robe rouge et grise chez le concessionnaire MV Agusta du 64: MotoMania.

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Vinyles – Ça fait rêver!

LES MANUSCRITS DE LA MER MORTE DU COLLECTIONNEUR DE DISQUES. Au bout de 40 ans, il est enfin à moi! Bel exemplaire en plus… regardez l’état de ces sillons!″ APRÈS DES MOIS DE NÉGOCIATIONS FASTIDIEUSES, IL VIENT D’ARRIVER! (Illustration Robert CRUMB).

Patrick BETAILLE, octobre 2021

Deep Purple – In Rock

En juin 1969, Jon Lord, Ian Paice et Ritchie Blackmore louent un petit local de répétition à Londres. Ils sont rejoints par Ian Gillan (chant) et Roger Glover (basse), désignés à remplacer Rod Evans et Nick Simper. C’est l’avènement de Deep Purple Mark II et un nouvel album est en préparation.
Peu après le Led Zeppelin II et le premier album de Black Sabbath, In Rock sortira en juin 70 et posera avec ces deux prédécesseurs les bases d’un nouveau genre musical: le hard rock. Mais préalablement et une fois le titre choisi il convient décider du cover art du quatrième album du Pourpre. Tony Edwards, le manager du moment, propose l’idée qui sera retenue:  reproduire le mont Rushmore en remplaçant les têtes présidentielles américaines par celles des musiciens. C’est à l’agence londonienne Nesbit, Phipps & Froome qu’est confiée la mise en œuvre du projet. Une fois sélectionnés, les clichés sont découpés et collés sur un agrandissement de la photo de la sculpture en granite. À l’époque les outils de retouche numérique n’existent pas, le montage est donc entièrement réalisé à la main. Idem pour le lettrage. Incapables de trouver une police de caractères originale et représentative, les designers créent de toutes pièces une typographie qu’ils mettent en valeur sur un fond uni bleu. Plus simple, l’intérieur se contente d’héberger paroles et photos des musiciens, le tout en noir et blanc. Nesbit, Phipps & Froome fera deux autres illustrations pour le groupe : Burn en 1974 et la compilation 24 Carat Purple en 75.

L’histoire et la censure du Cover Art en Livre: In Vinyle Veritas!

 

Patrick BETAILLE, octobre 2021