Décès de Tom Verlaine

 

Tom Miller restera un artiste à l’influence considérable. Son jeu de guitare – parmi les plus frappants de sa génération – inspiré par le jazz de Coltrane et la musique psychédélique et son style vocal ont fait de lui le fer de lance du punk new-yorkais. C’est au cœur de la Big Apple que sous le nom de Tom Verlaine et avec Richard Meyers – futur Richard Hell – il fonde Neons Boys, un groupe de rock garage, qui en 74 sera rebaptisé Television. La formation s’installe au CBGB dont elle partage régulièrement la scène avec les new York Dolls, les Ramones, Stilletos (futurs Blondie) puis les Talking Heads. la collaboration Verlaine/Hell ne durera qu’un temps. En mars 75, Hell quitte Television qui en 77 sort Marque Moon, un premier album aujourd’hui considéré comme l’un des grands événements de l’année et une œuvre géniale. Après l’échec du second album Adventure, Tom Verlaine s’en va et entame une carrière solo discrète dominée par un jeu du guitare de plus en plus raffiné, des textes de plus en plus poétiques et des expérimentations sonores parfois déconcertantes. Occasionnellement il collabore avec David Bowie et Patti Smith. Peu de temps avant sa mort, Jeff Buckley lui demande de produire ce qui sera son dernier album Sketches for My Sweetheart the Drunk (publié à titre posthume en 1998). Cinquante ans exactement après la formation de Television, son leader est mort le samedi 28 janvier, à 73 ans. Avec la disparition de Tom Verlaine c’est toute une page du rock américain qui se ferme, laissant au Panthéon du rock, l’indétrônable Marquee Moon.

Patrick BETAILLE, janvier 2023

 

John Fred – Judy in Disguise

 

Avant de se lancer dans la musique en accompagnant Fats Domino, John Fred Gourrier était un joueur de baseball et de basketball très populaire au sein de la Southeastern Louisiana University. Il crée son groupe – John Fred & His Playboy Band – en 1956 et connaît son premier succès en 1959 avec une chanson intitulée Shirley. En 1967, Fred et un autre membre du groupe composent Judy in Disguise (With Glasses) qui se veut une parodie du Lucy in the Sky with Diamonds des Beatles. Cette année là, le single connaît un franc succès, parvenant même à chasser une autre chanson des Fab Four (Hello, Goodbye) de la première place du classement du Billboard Hot 100. Comique, entrainante, ambiance rhythm’ n’ blues façon Stax, le titre aux paroles psychédéliques dresse le portrait de Judy, une fille quelque peu excentrique (une groupie?).

Judy, un déguisement, voilà ce que tu es avec tes lunettes, ta tarte à la limonade, ta bagnole toute neuve, tes bracelets et ton soutien gorge frétillant. Moineau ramoneur de cheminée, viens me voir ce soir, attrape tout ce que tu peux, sauf les cordes de mon cerf-volant. Que cherches tu? Un cirque ambulant? C’est ce que tu es! Tu m’as broyé et je pense que je vais me contenter de te piquer tes lunettes ″. Je vous avais prévenu, psychédéliques les lyrics! Avec plus d’un million d’exemplaires vendus la chanson est récompensée par un disque d’or mais restera à jamais un one-hit wonder qui lassera vite le public. 

👉  Remets une pièce dans le Juke Box!  👈

Patrick BETAILLE, janvier 2023

Heavy Metal – Yeah!

 
[MANOWAR]: ″They can’t stop us! Let ’em try! For heavy metal we will die! Yeah Ils ne peuvent pas nous en empêcher! Qu’ils essaient! Nous mourrons pour le heavy metal! Ouais!

Patrick BETAILLE, janvier 2023

Anton Corbijn – Miles Davis

 

Né en 1955 à Strijen en Hollande Anton Corbijn est un photographe et réalisateur. Dans les années 70 il s’installe à Londres et travaille pour le new Musical Express. Ses clichés noir et blanc très contrastés le font connaître et de nombreuses stars passent devant son objectif. Parmi elles, les Stones, U2, Nirvana, The Slits, Nick Cave, Siouxsie Sioux, Arcade Fire, Tom Waits, REM, Metallica, Johnny Rotten, Depeche Mode mais aussi Isaac Hayes, the Bee Gees, David Bowie, Joe Cocker, Johnny Cash, Grace Jones et même Johnny Halliday.

Miles Davis également est devenu le sujet de l’une des photos les plus célèbres prises par Corbijn. À Montréal en 1985, Miles Davis se prêtait au jeu de l’interview face à Richard Cook (NDLR: Journaliste, chroniqueur et spécialiste du jazz). Voici l’histoire racontée par le photographe lui même et traduite par mes soins, rien que pour vous.

[Anton Corbijn] Bien qu’autorisé à assister à l’interview, je n’avais pas le droit d’utiliser mon appareil. Miles n’était pas particulièrement agréable avec Richard ce jour là. Chaque fois qu’il répondait à une question, il ajoutait: ″Comment tu t’appelles déjà?″.  J’ai quand même réussi à obtenir un rendez-vous pour un shooting avec le musicien le lendemain: cinq ou six minutes dans une chambre d’hôtel. Nous nous sommes placés près d’une fenêtre car j’utilise au maximum la lumière disponible. Miles était un bel homme au visage expressif et au regard très intense. À l’époque il était malade et souffrait beaucoup; il suivait un traitement qui affectait énormément ses pupilles. C’est ce qui est frappant sur cette photo. Ses pupilles sont vraiment énormes. Je ne me souviens pas pourquoi Miles a pris cette pose mais c’est celle qu’il souhaitait pour illustrer son album Tutu alors en préparation. Malheureusement, Warner Bros a exigé que la photo du cover art soit réalisée par un photographe reconnu et, évidemment, à l’époque je ne l’étais pas. C’est alors Irving Penn qui a eu le job. J’adore le cliché de Penn, mais vous pouvez facilement deviner d’où vient l’inspiration.

Il y a une histoire qui circule à propos de Miles dînant avec Ronald Reagan à la Maison Blanche. L’épouse du président lui demande: ″Qu’as-tu fait pour être invité ici?″  Et Miles de répondre: ″J’ai changé cinq fois le cours de la musique. Et vous? Qu’avez-vous fait à part baiser avec le président ?″ Je ne sais pas si l’anecdote est vraie mais en tous cas je la trouve savoureuse.

Patrick BETAILLE, janvier 2023

Laura Cox – Head Above Water

 

Laura Cox était en train de se noyer? C’est ce que laisserait entendre le titre de cet album: Head Above Water. Bon d’accord, en toile de fond des deux précédents opus (Hard Blues Shot en 2017 et Burning Bright en 2019) c’est du bon gros blues rock efficace et sincère qui domine. La musicienne française aurait pu continuer à pratiquer l’apnée dans un genre qui lui a apporté reconnaissance et succès, mais non! Pour ce troisième essai, Laura part explorer de bouveaux horizons et elle nous offre quelque chose d’un peu plus intime avec un Old Soul et un Seaside mid tempo. Before we get burned est en mode électro acoustique et c’est la balade country à la slide de Glassy Day, ponctuée de picking au banjo, vient clôturer l’album de 11 titres. C’est bien là que l’on est forcé d’apprécier l’auteure-compositrice et ses talents de guitariste. Pour le reste des compos c’est bien sûr l’énergie brute mais contrôlée qui domine quand la cavalerie déboule. Des riffs velus, des solos simple, efficaces et une rythmique appuyée. Emballé c’est pesé, mon pt’it mec t’es refait! Head Above Water n’est peut être pas l’album que l’on attendait mais il reste celui que l’on peut apprécier tant il fait preuve d’homogénéité, de sincérité et d’élégance portée par la voix souvent éloquente de la Coxy Lady.

Patrick BETAILLE, janvier 2023

 

Jessica Serra – Dans la Tête d’un Chat

[4ème de couv] Si vous aviez la capacité de vous projeter dans la tête d’un chat, comment verriez-vous le monde ? Vous vous dites : à peu de choses près, pareil. En réalité, vous vivriez l’aventure la plus incroyable de votre vie. La personnalité unique du chat et ses sens exceptionnels lui permettent d’appréhender une réalité invisible à nos yeux, son intelligence et ses émotions font de lui un être à part. Voici l’expérience inédite que vous offre ce livre. En s’appuyant sur les dernières avancées en éthologie, Jessica Serra décrypte la manière dont notre compagnon apprend, perçoit le temps ou apprécie un certain type de musique. Elle dévoile ses talents insoupçonnés de thérapeute, ses facultés d’orientation phénoménales et… sa capacité à mener une double vie à l’insu de son propriétaire. À la lumière de l’histoire, vous comprendrez aussi le lien si particulier qui unit le chat et l’Homme.

Un regard inattendu, sérieux et plutôt scientifique porté sur le chat, loin des considérations futiles et des poncifs puérils qui font les riches heures des exploits félins sur la toile. Le livre en version reliée, brochée ou au format poche est disponible un peu partout et même ailleurs. 

Patrick BETAILLE, janvier 2023

Böhmerland – Le Retour!

 

Disparue lors de la seconde guerre mondiale, la marque Böhmerland – née en 1924 et quasiment inconnue de tous – s’apprête à faire son retour en petite série sous l’impulsion de l’entrepreneur tchèque Peter Knobloch. Monocylindre de 600cc à refroidissement liquide et compressé développant 47 chevaux, 170 kg, la Böhmerland 21 sera produite en 2023 en édition limitée à 10 exemplaires. Comptez quand même 58 000 €! Source et infos: Caradisiac.

Aparté: Nous sommes d’accord, esthétiquement parlant, l’arrière de la  Böhmerland 21 présentée ici a largement de quoi séduire. Non?

Patrick BETAILLE, janvier 2021

Le lundi c’est permis – Smith & Wesson

 
You can tell a lot about a girl by her hands. For example if she is holding a gun, either run or marry her. –  Vous pouvez en apprendre beaucoup sur une fille grâce à ses mains. Par exemple, si elle tient un revolver, fuyez ou épousez-la″.

Patrick BETAILLE, janvier 2023

Shocking Blue – Venus

 

Un soir de 1968, Mariska Veres, hongroise et fille de violoniste tzigane, se produit avec son groupe lors d’une fête en l’honneur de Golden Earing, une formation batave couronnée de succès à l’extérieur de ses frontières. Un certain Robbie Van Leeuwen qui assiste à la prestation tombe sous le charme et vire le chanteur du groupe qu’il manage à l’époque et au sein duquel il joue de la guitare: Shocking Blue. Très inspiré par les yeux soulignés de khôl, les longs cheveux noirs et la voix de la belle Mariska (NDLR: Physiquement intelligente selon les standards de l’époque), le musicien détourne le riff d’intro de Pinball Wizard des Who et compose Venus, le premier titre de la nouvelle mouture de sa formation. ″Une déesse au sommet d’une montagne. Elle brûlait telle une flamme d’argent. Summum de la beauté et de l’amour, venus était son nom… Elle était aussi sombre que la nuit. Son arme, ses yeux de cristal qui rendaient tous les hommes dingues. Je suis ta Venus, le feu de tes désirs ″. Là c’est clair, le mec il est en mode Wolfie!

Le single sort en juillet 1969 et Shocking Blue va devenir aux Pays-Bas ce que plus tard Los Bravos seront en Espagne: les créateurs d’un tube inusable (NDLR: Black is Black) qui occupera la première place des ventes en Belgique, en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne, avant de décrocher la première place aux États-Unis en 1970. Malgré d’autres succès (Mighty Joe, Never Marry a Railroad Man, Shocking You) certes moins retentissants, le groupe est dissout en 1974. Venus connaitra une nouvelle jeunesse avec la reprise du trio Bananarama sur son troisième album True Confessions paru en 1986. De quoi faire oublier la version de Sacha Distel sortie en France en1978. Quant à Mariska, elle a été foudroyée par le cancer en 2006, à l’âge de 59 ans.

👉  Remets une pièce dans le Juke Box!  👈

Patrick BETAILLE, janvier 2023