Le lundi tout est permis – Le Café

Cafe Racer girlVous l’aimez comment votre café? Arabica ou Robusta? En décoction, en infusion ou en percolation? Corsé, court, allongé ou déca? Expresso, latté, moka ou cappuccino? Noir, Liégeois ou Irish?… Moi le Café c’est Racé! Point!

Robert Johnson & Tom Wilson – King of the Delta Blues Singers

Tom Wilson King of the Delta Blues Singers Vol IIMort dans des circonstances non élucidées, Robert Johnson a rejoint le Club 27 en 1938. La musique jouée par ce natif du Mississippi est bien loin des standards habituels. C’est un Blues sans fioritures aucune, juste quelques notes de guitare acoustique qui accompagnent une mélopée à la fois aiguë et éraillée. Surprenant à la première écoute, le style de l’interprète plonge l’auditeur dans l’ univers d’un Blues des origines qui clame les peines, les joies et les espoirs des esclaves noirs n’ayant pour horizon que les champs de coton du Delta. Pendant sa courte carrière Robert Johnson n’enregistre que 29 titres dont plusieurs furent repris plus tard et aujourd’hui encore par de nombreux interprètes. Parmi les plus célèbres, Cream, Led Zeppelin, The Blues Brothers, Eric Clapton, The Rolling Stones, etc… Keith Richards raconte d’ailleurs qu’en 1962, lorsqu’il entend pour la première fois un disque de Robert Johnson chez Brian Jones, il lui demande: ″Qui est-ce?″ Jones répond que c’est Robert Johnson, un obscur chanteur/guitariste de blues. Keith insiste : ″Ok! mais qui est cet autre type qui joue de la guitare avec lui ?″ Jones lui explique qu’il n’y a pas de second guitariste et que Johnson joue seul. Et Keith de s’exclamer: ″Wow! Ce type doit avoir deux cerveaux !″ Le travail du bluesman ayant été gravé à l’époque en 78 tours, il va sans dire que sa discographie se limite à des compilations techniquement remises au goût du jour et régulièrement rééditées. La totalité des témoignages musicaux récupérés depuis son décès sont disponibles sur double CD et coffret parus en 1990 et 1996: Robert Johnson – The Complete Recordings. Avant cela Columbia publie deux albums contenant 16 titres chacun: King of the Delta Blues Singers en 1961 et King of the Delta Blues Singers, Vol. IIen 1970. Cette dernière édition est tout à fait remarquable notamment par son covert art expressif. Figure au bas de l’image la mention: Robert Johnson first records in a makeshift studio in a San Antonio hotel room – November, 1936 (Premiers enregistrements de Robert Johnson en studio improvisé dans une chambre d’hotel à San Antonio en novembre 1936. NDLR). Le trait, les couleurs, le décor et les personnages traduisent à merveille l’ambiance des conditions spartiates des séances et la solitude de l’artiste qui joue face au mur. En un seul tableau l’auteur de cette oeuvre arrive à exprimer toute la profondeur et la désespérance de la Musique du Diable. Sur les annotations, ce travail exceptionnel est attribué à Tom Wilson. Malgré des recherches assidues, il semble impossible d’en savoir plus sur cet artiste et le seul moyen d’apprécier la splendeur de cette oeuvre dans son intégralité reste la juxtaposition du recto avec l’autre partie du dessin figurant à l’intérieur de la pochette. Dont acte!

Patrick BETAILLE, novembre 2018

Mondial Moto – Anne Hidalgo fait enlever les 2 Roues!

EICMA Girls in MilanAprès Cologne et Paris, avec la clôture du Salon EICMA de Milan prend fin la saison des grands salons consacrés à la Moto. Les stands sont démontés, les projecteurs éteints et les hôtesses parties vers de nouvelles aventures. Ne reste plus qu’à attendre la commercialisation en 2019 des nouveautés mise en lumière. Le bilan en terme de fréquentation semble satisfaisant notamment pour ce qui concerne l’Intermot qui fait un carton plein et confirme sa position de leader dans l’univers du deux roues. Ambiance plus mitigée Porte de Versailles, probablement pour cause de chevauchement de dates avec l’Allemagne mais aussi certainement à cause du fait que la France fait le choix de cumuler Auto et Moto sur la période du 3 au 14 octobre. On constate ainsi que certains constructeurs comme Piaggio font désormais l’impasse sur le Mondial et que d’autres comme Ducati, BMW ou KTM n’y présentent qu’une partie de leur gamme, préférant parader à Cologne. Pour tout arranger la Mairie de Paris se livre à des actions punitives. En effet, madame Hidalgo sanctionne les visiteurs d’un salon destiné à promouvoir la mobilité et le 2RM en tant que solution à la problématique de l’engorgement urbain. Ainsi, Porte de Versailles, certains visiteurs ont été verbalisés ou ont eu la désagréable surprise de voir leur moto embarquée par la fourrière. La FFMC déplore que face au cruel manque de places de stationnement ″la Mairie de Paris ait rejeté la solution clé en main proposée par le mouvement qui, bénévolement, aurait organisé un parking moto extérieur. A savoir au moment où se profile le Salon Moto Légende des 23-24 et 25 novembre.

 

 

 

MV Agusta – SuperVeloce 800

Néo Rétro MV Agusta 800Y’a pas à tortiller, même si c’est dur à admettre (ou pas d’ailleurs!) les ritals sont doués pour tout ce qui touche aux sports mécaniques et à l’Art. L’Art? Les musées en témoignent. Les sports mécaniques? Des trucs en ″I″ par exemple: Ferrari, Lamborghini, Maserati, Ducati, Moto Guzzi et aussi  Rossi, Biaggi, Agostini, etc… etc… Avec la Panigale V4R on a vu récemment de quoi sont capables les transalpins quand ils œuvrent à domicile. Avec cette somptueuse SuperVeloce 800, MV Agusta applique à la lettre la devise qui est sienne: ″Motorcycle Art″. Sur la base d’une F3 boostée, les concepteurs ont planché sur une approche esthétique très années 70 et ont réussi à donner naissance à la première vraie sportive Néo Rétro, bien loin des lignes tourmentées de la récente Brutale 1000. Cette SuperVeloce n’est pour l’instant qu’un concept très abouti mais une version de série devrait arriver au second semestre 2019 au tarif estimé dans les 24.000€. On en reparlera certainement mais en attendant c’est à voir sur Motoplanète!

 

Le Beaujolais Nouveau 2018 est arrivé!

D’après un dessin de Michel Gregeois, alias GRÉMI

Grémi: Beaujolais nouveauFaits divers! Déjà connu des services de police, un homme en situation de récidive pour conduite sous l’emprise d’alcool, a occasionné un accident de la circulation à Brest. Contrôlé à 1.56 gr, ce russe de 47 ans né en Tchétchénie et demandeur d’asile n’en est pas à son premier délit. Non titulaire du permis de conduire il a l’habitude de circuler dans un véhicule qui n’est pas assuré. Amputé d’une jambe à hauteur du genou, il avait bricolé un système artisanal à partir d’un morceau de manche à balai pour pouvoir  appuyer sur l’accélérateur. Pour sa défense, il a avancé qu’il ″n’avait pas beaucoup de distance à parcourir″ et ″pas eu le temps de transformer son permis de conduire passé à l’étranger″. Une amende de 170 €, deux mois de prison avec sursis, 2 ans de mise à l’épreuve. Du balai! 

Musique de merde – Attention danger!

Shit MusicAttention! La musique de merde multiplie les risques de lésions diverses par deux! Ecouter Vianney, Christine and the Queens, Jain ou Fréro Delavega engendre des acouphènes sévères. Se laisser aller à fredonner Bo le Lavabo, La Danse des Canards ou Le Petit Bonhomme en Mousse nuit gravement à l’entendement. Battre la mesure sur du David Guetta ou du Bob Sinclar génère des arythmies cardiaques. L’addiction à The Voice est source de troubles profonds du sommeil. Baver devant les NRJ Music Awards ou le Concours Eurovision de la chanson est révélateur de dégénérescence mentale. Kiffer Booba et Kaaris rend irrémédiablement con, c’est prouvé. Il faut le savoir: le degré d’atteinte par l’un ou l’autre de ces symptômes peut être étalonné grâce au Mètre Gims. En cas d’atteinte sévère, même le grand sorcier Albert Kouloumba N’gué ne pourra rien pour vous. Prudence donc, la vie est trop courte pour accepter d’écouter de la musique de merde. Allez, salut bande d’enkultés, et sutout, Rock’n’roll Bordel!

Patrick BETAILLE, novembre 2018

Piaggio – Vespa GTS 2019

 Vespa GTS 300En 2019 Piaggio étend et modifie sa gamme en apportant à ses modèles des améliorations en terme de confort et de performances. En plus d’un restyling au goût du jour, les Vespa GTS, bénéficient globalement d’une optimisation de la position de conduite et de l’ajout de nouvelles technologies telles que l’éclairage LED et ABS dans tous les cas et la navigation intégrée ou le Start & Stop selon les versions. La grande nouveauté dans cette campagne reste tout de même la mise sur le marché de la Vespa GTS 300 avec son moteur HPE qui, avec 24 Ch, gagne 12% de puissance par rapport à l’ancienne version du Super 300. Et woualaa! Plus d’infos: Vespa Piaggio France.

Le lundi tout est permis – L’infini selon Einstein

L'infini selon Einstein

Deux choses sont infinies: l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue″. [Albert Einstein]

Mike Doud – Physical Graffiti

Mike Doud Physical GraffitiAvant de réaliser en 1979 la pochette de l’album Breakfast in America de Supertramp, Mike Doud avait acquis ses lettres de noblesse grâce à sa contribution au cover art de Physical Graffiti, sixième opus de Led Zeppelin. En 1975en collaboration avec Peter Corriston, l’artiste conçoit une jaquette ludique représentant deux immeubles du New York’s East Village. Selon l’orientation donnée aux enveloppes intérieures du double album, des figurines apparaissent aux fenêtres découpées. Ainsi il est possible de voir passer Elizabeth Taylor, Cléopatre, Marcel Duchamp, Marlene Dietrich, Laurel & Hardy, Jerry Lee Lewis, King Kong, la Vierge Marie, ou encore le couronnement d’Elizabeth II ou le Magicien d’Oz. Peter Grant et les membres du Zep occupent aussi la place, sauf si l’on privilégie l’insert contenant les titres de l’album en lettres rouges. Evidemment, les éditions CD de Physical Graffiti nuisent grandement à la valeur artistique du visuel de l’album mais la version vinyle reste l’une des plus originales dans la discographie du dirigeable et en tous cas à l’époque la plus chère à mettre en oeuvre. L’immeuble quant à lui est toujours debout, il se situe à New York au 97 St Mark’s Place. On y va? Au sous sol il y a désormais un magasin de fringues qui a pour enseigne… Physical Graffiti!

Patrick BETAILLE, novembre 2018

 

Michael Bloomfield – Super Session

Michael Bloomfield Paul Butterfield Blues BandAvant Eric Clapton, avant Jimmy Hendrix, avant Jimmy Page, Michael Bloomfield est l’un des premiers guitaristes à s’mmerger dans le Chicago Blues. En 1964, Bob Dylan ne s’y trompe pas en faisant appel à lui pour électriser l’album Highway 61 revisited. Interpellé par le talent du musicien, John Hammond qui à l’époque assiste aux enregistrements parvient à convaincre CBS de le signer. Des enregistrements ont lieu mais ne voient pas le jour, le label n’ayant aucune idée sur la façon de promouvoir un guitariste de Blues blanc. En 65 Bloomfield rejoint l’exceptionnel harmoniciste, chanteur et compositeur Paul Butterfield, pour former un groupe basé sur le son d’un blues électrique urbain mais en y apportant une approche furieusement novatrice qui séduit immédiatement le public. Malheureusement la collaboration entre les deux artistes ne dure que le temps de deux albums de The Paul Butterfield Blues Band et en 1967 le guitariste part pour fonder The Electric Flag qui oeuvre dans la même veine mais avec une connotation plus Soul via l’apport d’une section de cuivres. Mésentente et cocaïne ont raison du projet après un seul album en 1968: A Long Time Comin’. S’en suit une collaboration avec Al Kooper, rencontré lors des sessions de Highway 61 revisited, et un enregistrement mythique auquel participe également Stephen Stills: Super Session. L’artiste, qui n’accorde aucun importance à la célébrité et encore moins au star system, continue d’enregistrer sur de petits labels confidentiels et écume les scènes de San Francisco avec des groupes locaux sans grande envergure. Le 15 février 1981, Michael Bloomfield est retrouvé mort dans sa voiture victime d’une overdose d’héroïne. Il n’avait que 38 ans et il restera l’un des plus sous-estimés au sein de la confrérie des grands sorciers de la 6 cordes. Pour s’en convaincre il suffit de l’écouter faire décoller avec le BBB ce standard popularisé à une époque par Elmore James: Look over yonders wall!

Ecouter: 1966 – The Paul Butterfield Blues Band: East West. Probablement la genèse de ce qu’allait devenir le Blues Rock dans toute sa splendeur. En prime East West, titre de 13 minutes, prémices d’un Acid Rock fusionnant Blues et Jazz au cours duquel Bloomfield est tout simplement éblouissant! 1968 – Bloomfield/Kooper/Stills: Super Session. Non seulement ce disque est une tuerie mais il n’a pas pris une ride! Une osmose collaborative sans nulle autre pareille.

Patrick BETAILLE, novembre 2018