The Wacky Jugs – Wired, wild and wicked

C’est clair! le Concours de l’Eurovision je m’en tape comme de ma première tétine. Que les bretons représentant la France évitent de peu la dernière place, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. Par contre, que l’Ukraine remporte haut la main la compétition ça me met dans une rogne égale à celle d’un pitbull après 2 semaines de régime végétarien. Sans déconner! On parle culture ou on parle politique? Faut il que Vladimir envahisse le Bignouland pour que les chapeaux tournent rond ou que Poutine aille se faire casser la gueule par les bonnets rouge pour que le Morbihan soit célébré? 

Ça ne vas pas faire bondir les adeptes de la soupe médiatique ni interpeler la beaufitude franchouillarde mais, avec un peu de chance, la nouvelle risque de combler les dénicheurs de talents. Car là, on parle de musique, de blues et de reconnaissance qui va bien. Ne me remerciez pas, je ne suis pas payé pour ça! De plus, sans Gaël – résistant rock planqué au fond d’un canapé à Lanester – je serai moi-même-myself passé à côté de cette putain de bonne nouvelle.

La Bretagne se souviendra sans doute longtemps de cette nuit du lundi 9 au mardi 10 mai 2022, quand le jury de l’International Blues Challenge a annoncé le nom du vainqueur : The Wacky Jugs ! Historique! Pour la première fois, un groupe français remporte le premier prix de la catégorie reine de ce prestigieux concours. Les Pontivyens (NDLR: ceux de Pontivy 56300) sont montés sur la première marche du podium, devant 250 participants venus du monde entier. Source et infos: Pontivy Journal.

Il est donc temps de découvrir Wired, wild and wicked. Sorti fin 2020 voici un album intéressant à plus d’un titre. C’est d’abord un hommage au blues des origines pratiqué par des amateurs qui s’exprimaient avec ce qu’ils avaient sous la main, à savoir des instruments classiques (banjo, guitare, violon, accordéon, harmonica…) pour les plus fortunés, ou bricolés (pichet, planche à laver, bassine, cuillères…) pour les autres. C’est aussi un voyage rythmé par le shuffle de Chicago, le Jive made in New Orleans ou le Zydeco de Louisiane. C’est surtout enfin un ensemble de 10 titres jouissifs qui soufflent un véritable vent de fraicheur, au risque risque de surprendre les amateurs du genre et convertir les plus sceptiques. The Wacky Jugs (NDLR: Les pichets farfelus) sont effectivement Wired, wild and wicked (NDLR: câblés, sauvages et méchants) mais ils sont surtout étonnants, détonants et brillants. Vous savez ce qu’il vous reste à faire! Moi c’est fait et fuck l’Eurovision! Allez, je file, y’a un pitbull qui me mate bizarrement.  Kenavo!

Le lundi c’est permis – Égalité

Toutes les femmes étaient égales. Puis certaines d’entre elles ont commencé à faire de la moto.

Patrick BETAILLE, mai 2022

Renée Dunan – Le prix de la Bagatelle

Le catalogue des prix d’amour de Mademoiselle Lapompe! Un descriptif détaillé au lyrisme audacieux. Au point que l’on se surprend à rêver que, moyennant un supplément, mademoiselle puisse être capable de démarrer une moto russe. Un peu trop beau pour être vrai; même l’adresse: 69 rue du Chat Noir. Ben voyons!

Et pourtant, l’on apprend de source wikipédienne que Marcelle Lapompe serait en fait l’un des nombreux pseudonymes de Renée Dunan (1892-1936). Grande admiratrice de Sade, critique littéraire, journaliste, féministe, anarchiste, naturiste, bref, un personnage haut en couleurs au Cv copieux. Également dadaïste, elle a fréquenté – entre autres – André Breton, Louis Aragon, Paul Éluard. Elle a aussi publié une bonne cinquantaine d’ouvrages dont certains aux titres pour le moins évocateurs: La Triple Caresse, La Culotte en jersey de soie, Une heure de désir, La Flèche d’Amour, Le Stylet en langue de carpe ou l’Amant trop aimé en 1925 sous le nom de M. de Steinthal. Pour quelqu’un qui dans sa prime jeunesse a reçu une éducation religieuse… Comme quoi!

Patrick BETAILLE, mai 2022

Andy Warhol – The Velvet Underground & Nico

Voilà un album qui a la banane ! À la fin des sixties, le Velvet Underground joue souvent au sein de la Factory d’Andy Warhol. L’artiste, subjugué par les prestations du groupe, décide de produire le premier album de Lou Reed et John Cale, accompagnés au chant par une actrice mannequin allemande : Christa Päffgen, dite Nico. The Velvet Underground & Nico est commercialisé le 12 mars 1967 et c’est bien le nom du peintre et non celui du groupe qui est mis en avant. À l’époque Warhol ne se contente pas que de la production ; c’est aussi lui qui s’occupe de l’élaboration de la pochette. Pour ce, il fait appel au designer Craig Braun afin de développer les moyens techniques nécessaires à la mise en œuvre du concept dit de La Banane. L’idée consiste à coller un sticker qui, une fois ôté, laisse apparaître une banane rose à connotation phallique. ″Peel slowly and see″ (épluche lentement et mate). La rumeur prétend même qu’ il y aurait du LSD dans la colle du sticker. La distribution de l’album illustré par cette allégorie se prolonge jusqu’en 1971. Par la suite, c’est une simple impression du motif qui, de fait, entraîne la disparition de l’autocollant et donc, du fruit rose. Au dos de la pochette, un cliché du danseur Eric Emerson, une autre figure de la Factory. L’image, exploitée sans autorisation, déclenche une action en justice de la part de l’intéressé. Verve Records doit retirer le disque de la vente pour le ressortir en juin. La photographie incriminée est alors masquée par un encart : ″The Velvet Underground and Nico produced by Andy Warhol″.

Patrick BETAILLE, mai 2022

D’autres anecdotes sur la censure et l’histoire des pochettes de disques à retrouver dans le livre: IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

Andy Warhol – Shot Sage Blue Marilyn

Exécuté en 1964 par le ″Pope of the Pop″ – deux ans après la disparition de l’icône glamour Norma Jeane Baker – le tableau intitulé Shot Sage Blue Marilyn a été mis en vente hier chez Christie’s, au cœur de Manhattan. Il n’aura fallu que quatre minutes pour que les enchères atteignent des sommets avec une adjudication à hauteur de 195 millions de dollars. La toile de Warhol qui aurait été acquise par le marchand d’art américain Larry Gagosian devient ainsi l’œuvre d’art du XXe siècle la plus chère jamais vendue lors d’enchères publiques. Christie’s, la société propriété de François Pinault, n’a pas souhaité faire de commentaire. Pooh pooh bee doo!

Patrick BETAILLE, mai 2022

9 Semaines ½ – Chapeau!

Rendu célèbre par Joe Cocker en 1986, pour son utilisation dans la scène de strip-tease du film 9 Semaines ½ d’Adrian Lyne avec Kim Basinger et Mickey Rourke, You Can Leave Your Hat On est un titre écrit par Randy Newman. Il figure sur son album de 1972 Sail Away.

… Chérie, ôte ton manteau. Tout doucement. Déchausse toi aussi. Enlève ta robe. Oh oui! Tu peux garder ton chapeau… Viens par ici et monte sur cette chaise. Vas y, bouge, oui comme ça! Tu peux garder ton chapeau…

Patrick BETAILLE, mai 2022

Neal Adams – The Groundhogs

Certains fans de Comics se souviendront de Neal Adams en tant qu’artiste ayant participé aux aventures de Super Heros popularisées par DC Comics, Marvel ou encore Strange Magazine. L’illustrateur new-yorkais est en effet connu pour avoir brillamment contribué au renouveau de nombreux personnages parmi lesquels Batman, Superman et Deadman. Dans les années 1980, invité au Festival d’Angoulême, le dessinateur met en scène Superman aux côtés de Superdupont dans la revue Fluide Glacial.

D’autres, probablement plus rares – mais en tous cas fans de blues rock puissant anglais – sont peut être tombés un jour sur l’excellent septième album de The Groundhogs paru en 1972. L’illustration du LP met en scène les membres du groupe représentés en super-héros qui combattant les maux générés par la surpopulation, la pollution et les dérives de la politique et de la religion. Un pochette comme on savait les faire à l’époque car, une fois ouvert, le gatefold offrait des sections dépliables intégrant la bande dessinée qui relate cette histoire des Mighty Groundhogs. C’est bien Neal Adams qui est derrière ce cover art si étonnant qui illustre Who Will Save the World?  L’un des plus grands artistes de l’histoire de l’illustration américaine vient de décéder à l’âge de 80 ans.

Patrick BETAILLE, mai 2022

D’autres anecdotes sur la censure et l’histoire des pochettes de disques à retrouver dans le livre: IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

Le lundi c’est permis – Frank & Jack

″Basically, I’m for anything that gets you through the night. Be it prayer, tranquilizers or a bottle of Jack Daniels″.
En fait, je suis pour tout ce qui peut vous aider à passer la nuit – que ce soit la prière, les tranquillisants ou une bouteille de Jack Daniels. [Frank sinatra]

Patrick BETAILLE, mai 2022

 

1er Mai – Union des Gauches?

Veuillez nos excuser pour cette interruption de nos programmes

Patrick BETAILLE, mai 2022

Jax Hollow – Underdog Anthems

Classic ou Revival, il arrive que le rock arrive à produire des choses intéressantes. Originaire de Nashville, Jax Hollow fait partie de ces artistes qui mettent toutes les chances de leur côté pour se placer sur le dessus de la vague. Entourée de la bassiste Leilani Kilgore et de la batteuse Angela Lese, la musicienne a donc mis sur les rails un power trio exclusivement féminin. Jusque là rien de très exceptionnel, je vous l’accorde. Là où le projet ne manque pas d’intérêt c’est que l’ensemble affiche quelques très bonnes dispositions pour faire parler la poudre avec détermination et à-propos. Pour preuve, ce premier album autoproduit paru fin 2021: Underdog Anthems. Globalement, Jax et ses deux copines lorgnent incontestablement vers un blues rock qui fait taper du pied et un heavy rock testéronisé qui envoie de quoi se chauffer l’hiver prochain. En plus d’un charme certain – ou d’un certain charme – la chanteuse/guitariste, ne manque pas d’atouts. La voix est claire et puissante, en parfaite adéquation avec son jeu souvent déchainé d’où sortent riffs qui tuent et solos ébouriffants, le tout mis en valeur par une rythmique pétaradante. Quant aux compos, elles sont largement à la hauteur, même lorsqu’il s’agit d’explorer des terres plus aériennes (Rebound) ou plus émotionnelles (Drift Together). Underdog Anthems est court, très court: 7 titres seulement pour 25 minutes d’écoute. On se  surprend à en vouloir un peu plus. Gageons que Jax Hollow a su éviter le piège de la redite en montrant ce dont elle est capable et en nous laissant espérer qu’elle en a encore sous les cordes. L’avenir le dira. D’ici là il serait dommage de ne pas prêter une oreille attentive à ce premier essai.

Tracklist Underdog Anthems: 1. High Class Bitch – 2. Rebound – 3. Say My Name – 4. Drift Together – 5. Wanted Woman – 6. 52 Pickup – 7. Breathe.

Patrick BETAILLE, avril 2022