Dr. Feelgood: All Through The City (With Wilko 1974-1977)

Wilco Johnson, All through the City 1974-1977C’est un fait! Wilko Johnson a gravé en compagnie de Lee Brilleaux, John B. Sparks et The Big Figure les plus belles pages du pub rock anglais. ″All Through The City″ passe en revue les remèdes prescrits par Dr. Feelgood entre 1974 et 1977. Trois Cd et 1 Dvd compilent les quatre premiers albums de la formation (″Down by the jetty″, ″Malpractice″, ″Sneakin’ suspicion″ et ″Stupidity″), des démos, des inédits dont 3 Live et quelques vingt-deux apparitions télés en 1975.  Véritable témoignage sur une musique ouvrière qui se foutait des modes, du mainstream et de ses conventions. Au total 93 titres portés par une énergie rare symbolisée par la superbe photo en noir et blanc qui illustre l’objet. Pour une fois on ne se fout pas de la gueule du client! Le coffret intègre un livret de 50 pages et surtout, les enregistrements sont remastérisés sans nuire à la fougue, à l’honnêteté et à la vitalité du groupe de Canvey Island. C’est  rare! Bref, un fois conquis, l’amateur pourra ranger ce petit bijou à côté ou pas loin de l’émouvant documentaire de Julien Temple: Oil City Confidential. D’ci là et en attendant, une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal, pas vrai Roxette ?!

Marcel Destroy, Février 2017

♫ Rock’n’Roll bordel! ♫

Mash, la famille s’agrandit

Sima: Side Mash Family SideEn gros et toutes époques confondues, le panier attelé n’a guère connu de réel engouement populaire si ce n’est auprès de quelques rares passionnés convaincus par le côté pratique et original du concept. Depuis longtemps tombé en désuétude, le Side Car semble désormais attirer l’attention des fabricants à la recherche d’idées pour tirer le maximum de la ferveur qui anime la tendance Néo Retro. Pourquoi pas! Aujourd’hui ce sont les français de la Sima qui s’attaque à l’exception Ural en sortant le premier Side Car homologué d’usine: Le Mash Family Side. Sur une base de Five Hundred la marque propose une machine dans laquelle le passager embarque dans un panier suspendu équipé de ceinture de sécurité et d’un coffre à bagage étanche. Coté pilote, amortisseur de direction réglable, freins à disques et une marche arrière. En route pour une balade en famille qui, au regard des 400 Cm3, des 27 Cv et des 13 litres de carburant, ne pourra être que bucolique. ″Le Family Side″ sera disponible en mai prochain au tarif de 8 990 €. Détails et photos > Ici!

▣ Du nouveau en concession ▣

 

The Young Gods, Gasoline man

Cafe Racer riding

On ne peut pas dire que le rock texan fasse partie du fond de commerce de The Young Gods. Loin de là!. Pourtant en 1992 le combo Suisse fait une entorse à ses habitudes en lorgnant du côté du marché US. ″Sky TV″, quatrième album des helvètes, fait toujours appel aux expérimentations électro, aux ambiances noisy, aux bidouillages fuzzy mais pas que. Pour la première fois les textes sont en anglais et un titre se détache du lot de par sa conception et son ambiance. Riffs et structure bluesy font appel aux standards du rock américain et ressemblent à s’y méprendre à du bon vieux ZZ Top première époque. Une fois n’est pas coutume, les Jeunes Dieux amenés par Franz Treichler jouent comme un groupe de bar avec une signature sonore qui vibre et ronfle comme un bon gros twin qui déboule sur l’asphalte. Hommage à la route et célébration de la moto, c’est ″Gasoline Man″ et ça s’écoute Ici!

Je suis le gasoline man. J’avance, et même si je ne sais où je vais, je veux arriver à temps. Je vais rouler encore et encore pour trouver où tu te caches…[Traduction libre Marcel Destroy, extrait].

≈ Trucs en Vrac ≈

Lynyrd Skynyrd: Street Survivors

Lynyrd Skynyrd Street Survivors Cd Cover

le 17 Octobre 1977, Lynyrd Skynyrd, fer de lance du Southern Rock, sort son sixième album, ″Street Survivors″. Trois jours plus tard, au cours d’une tournée, un avion privé transportant les musiciens entre la Caroline du Sud et la Louisiane, s’écrase. Ronnie Van Zant (chanteur, compositeur et fondateur de la formation) , Steve Gaines (Guitariste) , et sa sœur Cassie, choriste du groupe, décèdent dans l’accident. A l’époque la jaquette de l’album représente les membres du groupe debout dans une rue et cernés par les flammes. A la demande de Teresa Gaines, la veuve de Steve Gaines, MCA Records modifie le concept d’origine en remplaçant le feu par fond noir. Suite au crash ″Street Survivors″ devient l’un des plus grands succès commercial de Lynyrd Skynyrd qui malgré tout se sépare peu après. Trente ans plus tard et pour l’édition Deluxe du CD la version première est remise sur le marché. ″Ain’t no good life″!

Marcel Destroy, février 2017

 Toutes les Jaquettes ◆

John Wetton, fallen angel

Décès de John Wetton AsiaJohn Wetton débute sa carrière en 1967 au sein de diverses formations britanniques, notamment Family, mais c’est en intégrant King Crimson en 1972 qu’il entre dans la légende en remplaçant Greg Lake en tant que bassiste et chanteur. Sur les albums ″Lark’s Tongue in Aspic″ à ″Red″ en passant par ″Starless and Bible Black″ il insuffle une dimension plus heavy au Rock Progressif de Robert Fripp. Bien que le groupe connaisse alors un énorme succès, il est dissout par son leader en 1974, obligeant Wetton à s’investir dans d’autres projets et à prêter ses talents à d’autres artistes. Parmi ceux là, Peter Banks (Yes), Brian Eno, Phil Manzanera ou Brian Ferry (Roxy Music). En 1975 il intègre Uriah Heep avec qui il enregistre deux albums. Au début des années 80, il forme Asia avec Carl Palmer et Steve Howe,  délaissant au passage le rock progressif pour une formule, hélas plus commerciale.  Dans les années 2000, des problèmes d’alcool éloignent Wetton de la scène. Sobre depuis un dizaine d’années, il envisage une série de concerts avec le groupe.  Finalement  la tournée mondiale planifiée pour 2017 n’aura pas lieu. À 67 ans, John Wetton succombe d’un cancer le 31 janvier. Décidément il fait pas bon avoir été courtisan du Roi Cramoisi.

Marcel Destroy, février 2017

La grande Faucheuse

Maksim Burov & Koenigsegg motorcycle

Koenigsegg motorcycle Maksim Burov

A peine 22 ans quand, en 1994, Christian von Koenigsegg  se lance dans la construction d’automobiles de grand standing version cracheurs de feu. Les Supercars qui sortent de ses ateliers peuvent  flirter avec les 450 Km/h grâce à des V8 bi-turbo de 5 litres  qui développent jusqu’à 1300 Cv.  Séduit par l’approche esthétique du constructeur suédois, Maksim Burov a travaillé sur une ébauche similaire applicable aux deux roues. L’artiste designer moscovite a ainsi imaginé ce que pourrait être le haut de gamme du futur de la moto. L’idée n’est pas sans rappeler celle qui a donné naissance à la Lotus C01,  mais il n’en demeure pas moins qu’elle s’affiche uniquement en tant que concept purement numérique. Pour l’instant… Plus de photos > Ici.

 Motothèque ♣

Up around the bend!

Up around the bend

Les lignes droites sont faites pour les bécanes rapides. Les courbes, elles, sont faites pour… les pilotes rapides!

≈ Trucs en Vrac ≈

Gimme Danger, les Stooges par Jim Jarmusch

Gimme Danger l'histoire de The StoogesUn sacré bout de temps que la musique fait partie intégrante de la filmographie de  Jim Jarmusch. En 1986 déjà dans Down by  LawTom Waits apportait sa contribution à la bande son et jouait le rôle de Zack. Mystery Train en 1989 mettait en scène Screamin’ Jay Hawkins. En 1996 le cinéaste faisait appel à Neil Young pour le soundtrack de son western métaphysique Dead Man dans lequel Iggy Pop  tenait un rôle. Iggy Pop est aussi là en 2003 dans Coffee and Cigarettes, un film à sketches dans lequel il partage l’affiche avec entre autres Tom Waits, Meg et Jack White. En salle dès aujourd’hui, Gimme Danger est un rockumentaire consacré à l’histoire des Stooges, le groupe qui a indéniablement influencé le mouvement Punk en sonnant le glas de Sixties. ″Une lettre d’amour au groupe qui restera sans doute l’un des plus importants de l’histoire du rock, Gimme Danger est délirant, foutraque, émouvant, drôle, simple sophistiqué et brut″ [Jim Jarmusch]. Le film, désormais en salle pour les privilégiés, sera disponible en Dvd en juin 2017. D’ci là et en attendant…> Le Trailer!

Marcel Destroy, février 2017

♫ Rock’n’Roll bordel! ♫

Geoff Nicholls, Die young!

Décès Geoff Nichols de Black Sabbath

1980. Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath et est remplacé au chant par Ronnie James Dio. S’en suit l’album ″Heaven and Hell″ qui permet au groupe de renouer avec le succès en mettant fin à une production musicale plutôt pauvre depuis 1975. L’album marque également l’arrivée de Geoff Nicholls aux claviers en tant que musicien de session. Bien que multi instrumentiste et contributeur au niveau des compostions, Nicholls n’est jamais clairement crédité en tant que membre officiel du Sabbath. A tel point que très souvent et aussi pour des question de visuel, sa participation aux sessions live se résume à jouer depuis les coulisses. Néanmoins, en 1985 il devient membre officiel du groupe qu’il quitte définitivement en 2004, viré pour laisser le tabouret à Adam Wakeman, le fils de Rick Wakeman (Yes). Après une longue lutte cotre le cancer, Geoff Nicholls décède le 28 janvier 2017 à l’âge de 68 ans. Die Young!

Marcel Destroy, janvier 2017

♠ La grande Faucheuse ♠

Triumph Street Cup, le Thruxton descend dans la rue!

Nouveauté Triumph Street CupCette Triumph Street Cup c’est un peu le Thruxton destiné à celui (ou celle) en quête de look plutôt que de réelles performances. Dans un contexte néo-rétro-vintage-étoussa, le  but devrait être atteint sans problème grâce à des accessoires adaptés. Ligne sobre, selle à dosseret, saute vent, bracelets et rétros en bout de guidon, tout est là pour créer l’illusion caferisante. En terme d’efficacité, opter pour ce type de machine revient à se contenter des petits 55 Cv délivrés par le 900 CC déjà présent sur la Bonneville ou le Scrambler déclinés en version ″je suis nés dans la rue″. De là à prétendre que Street Cup = Thruxton ″low coast″…  Avec un tarif hors options à hauteur de 10 500€, pas vraiment! Infos, détails et essai > Ici

▣ Du nouveau en concession ▣

CRIT’Air, Malus Poena!

Malus Vignette CRIT'AirEn 1956 la vignette auto est imposée pour venir en aide aux personnes âgées. En 1998 la pastille verte fait le distinguo entre les véhicules polluants et ceux qui le sont moins. En 2007 arrive le dispositif de bonus-malus qui doit inciter les usagers à privilégier l’achat de véhicules ″propres″. Depuis peu c’est le diesel qui connait une augmentation constante des taxes auxquelles il est assujetti. 2017 enfin, c’est la vignette Crit’Air qu’il faut payer et afficher pour que soit clairement identifié le niveau d’agression que l’utilisateur du moteur thermique fait subir à l’environnement. Ah le monde merveilleux de l’écologie qui persuade l’individu que, si il est taxé, c’est pour son bien et celui de la planète. Honni soit le collectionneur qui refuse d’admettre qu’en roulant avec la 203 du grand père il contribue à l’augmentation du taux de mortalité des indigents trop indigents. Haro sur le modeste qui se déplace avec sa charrette d’avant 1997 en ignorant la fragile santé de sa descendance. Sus à ceux qui refusent d’exhiber le coloriage ministériel. Et pendant ce temps là?  Étonnamment, est occulté le fait qu’à une époque tout à été mis en œuvre pour favoriser le diesel aujourd’hui incriminé. Bizarrement, en France aucune sanction n’est envisagée à l’encontre des tricheries de l’industrie automobile. Malheureusement, un 4×4 commercialisé en 2015 est jugé moins polluant qu’une petite voiture mise en circulation dans les années 2000. Étrangement, le ferroutage est régulièrement glissé sous le tapis. Curieusement les 2RM ne sont pas considérés en tant que solution, même partielle, aux problèmes de circulation. Etc… Etc… Le propos ne consiste pas à nier le fait qu’il devient urgent de se préoccuper du devenir la planète. Non! Le propos relève d’un simple constat. Seules les mesures à court terme ont droit de cité. La stigmatisation se substitue à la sensibilisation, la taxation à la responsabilisation. Les incohérences sont couvertes par les agitations convulsives de caciques qui brandissent l’étendard d’une écologie fallacieuse, hypocrite et punitive. Les redevances gouvernementales ont la vie belle, à fortiori lorsqu’elles sont complexes et qu’elles renflouent les caisses. Nos dirigeants se perdent dans la multiplication effrénée de mesures invasives, de normes, de labels, sans pour autant se préoccuper des états d’âme d’un peuple qui serait en droit, pour une fois, d’arborer l’estampille du malus poena.  Gratuitement bien sûr!

≈ Trucs en Vrac ≈

Carlingue #4, le Rouge Hemi

Carlingue, vintage et locomotionPlus question de lâcher la manette des gaz ou de freiner! A fond de 4, Carlingue est en zone rouge!  Rouge, la Fiat S76 qui libère ses 290 Cv. Rouge le Speedboat qui flirte avec les 242 Km/h poussé par un v12 de 4.5l. Rouge, la Dodge Coronet avec ses 8 pipes d’admission turgescentes. Rouges, les Futurliners de la Parade of  Progress de General Motors. Rouge, l’Airphibian qui voulait être à la fois avion et voiture. Rouge, le biplan avec lequel Betty Skelton s’envoie en l’air en se mettant sur le dos. Rouge, le Pégase qui perd ses plumes au cours de la saga pétrolière Mobil. Rouge, le béton organique des bulles, pas si coincées que ça, de l’architecte Antti Lovag. Rouges, les discrets liserés qui viennent sublimer cette BSA 500 de 1949 de Max Hazan. Rouge, la manifestation du plaisir généré par le décorticage du moteur hémisphérique Chrysler.  Rouge enfin, l’alerte lancée par le Rédac Chef: Les 4 premiers numéros de la revue Carlingue au prix de 40€ au lieu de 56€! c’est le Full Pack disponible ici > Carlingue!

📖 Pour Bouquiner 📖

Édition limitée: Ducati Diavel Diesel

Ducati Diavel Diesel édition limitée

Pensée par le Ducati Design Center et Andrea Rosso, directeur de Création chez Diesel, voici la Ducati Diavel Diesel. Les concepteurs se sont probablement livrés à un onanisme effréné devant une effigie de Cristina  Cordula pour définir le concept de cette machine: ″the Diavel Diesel was inspired by a hyperkinetic dynamism of a post-apocalyptic and retro-futuristic world″… Ce qui en clair peut se traduire par ″un truc à la Mad Max qui pousse velu″ [NDLR]. Soudures et rivets apparents, quelques touches de rouge, un peu de cuir vieilli, et barbouillage approximo-vintage… Rhââ Lovely! La miction devient réalité. Dans un dernier râle manifaïque les géniteurs balancent une purée de 666 exemplaires steampunkés qui se répandront sur le marché en avril 2017. C’est dia…bolique! Plus d’infos > Le repaire des motards!

▣ Du nouveau en concession ▣

Élégance: définition

Charme noir & blanc

″Une courbe sortie de nulle part, une ligne tendue, un point de fuite, une arabesque. Fluidité et délicatesse poussées à l’extrême. Les formes deviennent naturellement évidentes, s’impriment dans notre mémoire comme une expression familière. Elles incitent nos mains à les parcourir encore et encore″. Pour ne pas oublier. Pour rêver. Longtemps. Source et inspiration: Veetess Speereet.

 Arrêt sur Image 

John Doe: Crossroads, la route du Blues

Crossroads, film John Doe sur Robert JohnsonPour peu que l’on s’intéresse au Blues, vient toujours un moment où se manifeste l’envie d’en savoir plus sur l’une de ses plus belles des légendes. Avec seulement 29 titres enregistrés Robert Johnson est devenu un mythe, la référence suprême, le gardien du panthéon de la musique, celui qui a fait naître chez Jimmy Hendrix, Eric Clapton, Keith Richard, Led Zeppelin et tant d’autres, la passion viscérale pour le Delta Blues qui allait de près ou de loin les influencer musicalement. En 1986, à partir d’un scenario de John Fusco, le réalisateur Walter Hill traite le sujet sous forme de fiction musicale gentillette qui se termine par un duel guitaristique éblouissant entre Ralph Macchio et Steve Vai dans le rôle du serviteur du diable. Il est donc question de ce fameux pacte avec le Malin. Pacte au cours duquel Robert Johnson aurait vendu son âme en échange d’un immense talent.  Avec ″Crossroads, la route du Blues″, John Doe élève le débat au rang d’un subtil mariage des genres qui oscille entre fiction, documentaire et road-movie. ″Fan de Blues, je rêvais depuis mon adolescence de faire la Route 61. Il m’aura fallu 30 ans pour y parvenir avec quelques dollars, un bon copain et une idée : conter les légendes de Robert Johnson. J’ai écrit et vécu cette aventure passionnément. Une année de préparation, 1 mois de tournage, 6 mois de montage et 8 ans de galères pour faire connaitre ce film. Aucun producteur, pas de distribution, pas d’aide financière, juste un entêtement maladif : y croire″. Le résultat est bluffant. La démarche est sincère, les protagonistes étonnants, le ton lugubre et l’ambiance générale très roots. Au final on y croit, on s’y croit même. Au point d’avoir envie de participer, en compagnie de Calvin Russel, à la quête du 30ème morceau, celui  qui délivrera Robert Johnson de sa malédiction. Monsieur John Doe*, qui que vous soyez, merci pour cette belle initiative, pour ce moment intense et pour la mise en images de cette passion dévorante. Enfin et surtout, merci pour le partage sans contrepartie avec la mise à disposition d’infos remarquables et de l’intégralité de l’œuvre au format Dvd ou Divx en Vost.  C’est ici! > La Route du Blues .

*Dans les années 50, John Doe est le pseudonyme utilisé par les réalisateurs américains  qui ne souhaitaient pas ″signer″ leurs œuvres en raison de désaccords avec les règles fixées par l’industrie du cinéma et de la télévision. Une façon de faire de la résistance…

Marcel Destroy, janvier 2017

Zapping 2016 en images.

Gael Monfils, Open d'Austrlie

Louable démarche que celle du magazine américain The Atlantic qui au travers de clichés soigneusement sélectionnés nous propose de parcourir les événements significatifs de 2016. Un magnifique zapping qui incite à se focaliser sur l’essentiel tout en passant outre l’orgie de clichés insipides et de vidéos inconsistantes consommés quotidiennement. ”La mémoire ne filme pas, la mémoire photographie” (Milan Kundera). C’est ici et c’est en 3 volets   The Atlantic: 2016, the year in photos!.

 Arrêt sur Image 

Polaris: la défaite Victory

Polaris: la fin de Victory

Comme Harley Davidson qui à l’époque s’était délesté de Buell, Le groupe Polaris vient de décider de mettre fin à la commercialisation de sa marque Victory. A huit ans d’écart, dans les deux cas la décision relève essentiellement d’un contexte économique difficile. L’Américain Polaris devrait désormais et vraisemblablement concentrer son activité autour de la gamme Indian rachetée en 2011. Comme quoi un titre de cruiser de l’année ou une honorable troisième place au Tourist Trophy avec le roadster éléctrique ″Victory Empulse TT″, ne suffisent pas à rentabiliser le développement de nouveaux modèles sur un marché actuellement axé sur l’authenticité et bien sûr le vintage. Qu’on aime ou qu’on aime pas les  baggers massifs, les tourings suchargés, les cruisers anguleux ou les roadsters musclés, c’est toujours triste d’assister à la disparition d’une marque.

▣ Du nouveau en concession ▣

Gerg Lake, ″Epitath″

King Crimson, Greg Lake

A 12 ans Gregory Stuart Lake prend des cours de guitare auprès d’un professeur qui enseigne également à un certain Robert Fripp. Les deux élèves deviennent amis et quelques années plus tard, en 1968, Fripp demande à Greg Lake de se joindre à lui en tant que bassiste et chanteur. C’est la naissance de King Crimson et de l’un des premier chef d’œuvre de l’étrange qui révolutionne le monde de la musique en devenant l’élément fondateur du Rock Progressif: ″In the court of the Crimson King″. Après ″In the Wake of Poseidon″, le deuxième album, Lake quitte la formation pour aller rejoindre Keith Emerson sur le point de mettre fin à The Nice qui à l’époque partageait souvent la scène avec le Roi Cramoisi. Emerson Lake & Palmer propulse ses cinq premiers albums dans le Top Ten anglais pour finalement splitter en 1979, laissant Greg à une modeste carrière solo au cours de laquelle il collabore entre autres avec Gary Moore. Bassiste subtil, guitariste honnête, chanteur reconnaissable entre tous et compositeur talentueux, Greg Lake décède le 7 décembre 2016. ″No money could save him, so he laid down and he died″ : [ Lucky Man ]

Marcel Destroy, janvier 2017

La grande Faucheuse

Législation: Sale temps pour les motards!

Rogntudju!

Nouvelles contraintes, lois, réformes, interdictions, répressions diverses et variées sont en train de tuer le monde du Deux Roues.

  • Réfléchir! Gilet jaune: détention et port obligatoires en certaines circonstances. Pour défaut de présentation de gilet amende de 1ère classe 11 € qui passe à 135 € en cas de non-port dans les situations d’urgence.
  • A Paris à vélo…! Les deux-roues motorisés antérieurs au 1er juin 1999 interdits de circulation à Paris.
  • Heeeiin? Échappements: non homologués, sanction de 5ème classe, confiscation de la moto, 1500 euros d’amende et en bonus le fait que la constatation du niveau sonore peut se faire à l’oreille.
  • Critique! Vignettes ″Crit’Air″ obligatoires à Paris. Amende de 68 à 135 € en cas d’absence ou de non-conformité de la vignette.
  • Formatage! Plaques immatriculation: passage aux dimensions 210 x 130 mm obligatoire pour les motos. Par défaut, amende forfaitaire de 135 euros.
  • Pouce! Port des gants: obligatoires et homologués en 2 et 3 roues. Amende de 68€ et retrait d’un point sur le permis en cas d’infraction.

  • Flashback? Permis moto: La perte totale des points implique l’obligation de repasser par la case permis A2, ce qui revient à conduire une moto bridée à 35Kw pendant deux ans.

Certaines de ces mesures (circulation, vignettes, etc) ne sont pour l’instant applicables qu’à Paris mais elles commencent à s’étendre et leur généralisation ne relève pas de l’illusoire. Piètre compensation dans tout ça: la fin du bridage des motos de plus 100 chevaux  avec la publication de l’arrêté autorisant la remise en configuration d’origine des motos bridées. Pas de quoi occulter le fait que le pire reste à craindre:

  • Flash Dance! Radars: Incessamment sous peu et peut être même avant l’État va déléguer la gestion des radars mobiles. Quelques 500 voitures banalisées avec radars embarqués seront désormais gérées par des sociétés privées.

  • Motosur! Contrôle Technique: bien qu’actuellement en stand by, le CT obligatoire, dans un premier temps en cas de vente d’un véhicule d’occasion, reste d’actualité.
  • Branché! Stationnement: ″Pour donner un avantage supplémentaire aux 2RM électriques et favoriser le basculement vers l’ électromobilité″ Paris envisage de faire payer le stationnement moto.
  • Souriez! La verbalisation par vidéo est en train de se développer de manière fulgurante en zone urbaine et périurbaine.

La France n’aime pas les 2 Roues. Sous couvert de d’arguments fallacieux sécuritaires ou écologiques, nos dirigeants se livrent à un harcèlement qui fait mal, très mal dès lors qu’il s’agit de passer à la caisse ou de compter les points. (Sources: Le repaire des motards). Rogntudju!″ 

 Ça Roule! 

Señor Mayor, Amazon et Máquina

Amazon y Maquina: Motos et Actrices

Senor Mayor a étudié les Arts Appliqués au sein de la School of Art and Design de Merida. En 1995, diplôme de designer d’intérieur en main, il commence à travailler pour des cabinets d’ingénieurs et d’architectes. Lassé des exigences et des caprices de la clientèle, il décide de tout laisser tomber, s’achète une moto et s’installe en tant qu’illustrateur et publicitaire freelance. Il vit aujourd’hui à Badajoz en Espagne et c’est de chez lui, libre de toute contrainte, qu’il met en œuvre des créations graphiques destinées à illustrer poèmes, affiches et autres travaux personnels. Parmi ceux là une série créative intitulée ″Amazon y Maquina″. L’artiste y célèbre, à sa façon, le charme d’une époque révolue en mettant en scène motos et actrices mythiques. Ornella Muti au guidon d’une Benelli 750, Monica Vitti posant à côté d’une MV Augusta Monza, Virna Lisi et sa Moto Guzzi GP 500… Des unions improbables et uniques qui constituent une iconographie toute empreinte de sensualité mécanique authentique et palpable. Plus d’infos Señor Mayor: Creationes Gráficas.

Amazon y Maquina, Motos et Actrices

%d blogueurs aiment cette page :