Norton – Mort Annoncée des 650 Atlas

 

Ça ne va pas en s’arrangeant chez Norton. Problèmes techniques et difficultés de livraison de la Commando censée redorer le blason de la marque anglaise. Condamnation de Stuart Gardner suite à des détournement de fonds et placement de l’entreprise en liquidation judiciaire. Rachat par le géant indien TVS Motors. Nouvelle usine, nouveaux process de production afin d’honorer les commandes et ouverture vers la gamme midsize avec des modèles Atlas 650 censés toucher une nouvelle clientèle. Rien n’y fait

Changement de cap du constructeur qui prétend désormais se tourner vers l’avenir en revenant sur son passé. Nom de Zeus! Norton souhaite produire une nouvelle Commando 961, renouveler sa sportive V4SV, s’attaquer à la mise en œuvre d’un nouveau café racer, et développer une moto électrique, histoire de rester au jus.

Des investissements très lourds sont donc à prévoir et à n’en pas douter le risque devient énorme pour une société déjà au bord du gouffre, qui plus est avec une stratégie de nouveau axée exclusivement sur le haut de gamme. Car oui, s’en est fini des bicylindres 650 Nomad et Ranger qui, bien que sur le point d’être produits, sont officiellement abandonnés. Bien beau tout ça mais quid des sommes déjà investies? Poubelle! Z’ont les moyens les rosbifs! Chant du cygne? Opération commando? Emplâtre sur une jambe de bois? L’avenir le dira mais pour l’instant ça sent quand même un peu le carter fêlé chez Norton.

Patrick BETAILLE, octobre 2022

 

 

In Vinyle Veritas – L’ Esprit Rock

 

Le jeudi 6 octobre, sur les ondes de Pontacq Radio, l’équipe de l’émission l’Esprit Rock animée par Guillaume Gracia ouvre ses micros à In Vinyle Veritas pour un passage en revue de ces disques qui ont marqué l’histoire du Rock. De 21 h à 23 h il sera bien sûr question de la censure des pochettes de vinyles des années 60 à nos jours mais pas que. Actualité musicale, agenda local des sorties Rock à venir, considérations diverses et variées illustreront le propos avec de quoi procéder à un bon décrassage des cages à miel. Cherry on the cake, pass de concert, instant détente et le livre IN VINYLE VERITAS seront à gagner au cours de cet instant privilégié. Qu’on se le dise,  l’Esprit Rock c’est 2 heures de Musique, 2 heures de Rock et 2 heures de Bien-Être. Rock’ n’  Roll Bordel!

IN VINYLE VERITAS: LE JEUDI 6️⃣ OCTOBRE À PARTIR DE  2️⃣1️⃣ H.

En Direct LIVE et en Podcast: Sur L’Esprit Rock de Pontacq-Radio.fr!

Patrick BETAILLE, octobre 2022

 

Pennie Smith – Le Clash du 14 Décembre 79

 

Passionnée par le monde du rock, cette photographe britannique à réalisé de nombreux portraits de légendes et couvert bon nombre de concerts pendant lesquels elle shooté les musiciens témoins actifs des moments forts de la scène musicale. Son premier cachet significatif elle l’obtient en couvrant une tournée de Led Zeppelin dans les années 1970, époque à partir de laquelle elle commence à travailler pour le New Musical Express. Au cours de sa collaboration avec le magazine, Pennie Smith a l’occasion de photographier beaucoup d’icônes et de légendes du Rock. Pink Fairies, Led Zeppelin, The Rolling Stones, The Who, Iggy Pop, The Jam, Debbie Harrie, et beaucoup d’autres se sont ainsi retrouvés au cœur de sa mémoire argentique. L’un de ses plus célèbres clichés est celui de Paul Simonon fracassant son instrument sur la scène du palladium de New York lors d’une tournée en 1979.

Bien avant cet événement mémorable, certains s’étaient déjà prêtés au jeu du ça casse et ça passe. Jerry Lee Lewis incendiant son piano en première partie de Chuck Berry, Pete Townsend éventrant son ampli à grands coups de manche de guitare ou encore Jimi Hendrix immolant sa Stratocaster sur la scène de Monterey. Mais là!.. Dans quelques millièmes de secondes et en gros plan, la Fender Précision Bass va s’écraser on stage et voler en éclats pour exprimer tout ce qui symbolise l’excitation, la puissance et l’urgence énergique du rock. 

Quand il voit le tirage, Joe Strummer envisage de le garder pour le cover art de l’album en devenir. Pennie, elle, trouve la photo de mauvaise qualité et tente de convaincre le chanteur-guitariste de The Clash de changer d’avis. En vain. Il la veut et il l’aura, soutenu en ce sens par le staff du NME qui trouve que le flou incriminé donne encore plus de force au témoignage visuel. 

London Calling sort au Royaume-uni le 14 décembre 1979. Considéré comme LE manifeste social de l’Angleterre de la fin des seventies, il se vend à plus de 2 millions d’exemplaires et ne tardera pas à se retrouver sur le haut de la pile des plus grands albums de l’histoire du Rock. Quant à son illustration, elle recevra en 2002 le prix de la meilleure photo rock de tous les temps décerné par la presse. Pas mal! Surtout quand on sait que le soir de la prise de vue, Pennie Smith était sur le point d’accepter de sortir avec des amis et donc de faire l’impasse sur le concert. Pourquoi fit elle le choix de s’installer du côté de Paul Simonon et non sur la partie opposée de la scène occupée par le guitariste Mick Jones? Elle même ne le sait pas. Comme quoi!

Patrick BETAILLE, octobre 2022

D’autres anecdotes sur les pochettes de disques dans le livre: IN VINYLE VERITAS!

 

Le lundi c’est permis – Étincelle!

″… Revenir à l’état sauvage, forcer les portes, les barrages. Sortir le loup de sa cage, sentir le vent qui se déchaîne, battre le sang dans nos veines, monter le son des guitares et le bruit des motos qui démarrent…″ [Zazie: Allumer le Feu – Extrait].

Patrick BETAILLE, octobre 2022

Aphrodite’s Child – Rain and Tears

 

Demis Roussos, Loukas Sideras et Vangelis Papathanassiou jouissent déjà d’une solide réputation dans leur pays, la Grèce, quand ils décident pourtant de changer d’air suite au coup d’état et à la dictature instaurée par les militaires. Le trio veut tenter sa chance Grande-Bretagne et, en mai 1968, c’est le départ d’Athènes en direction de Londres. À ce moment là, ça balance pas mal à Paris où leur avion reste bloqué à cause des grèves. N’ayant toujours pas obtenu leurs permis de travail anglais, les musiciens décident de rester dans la capitale française et d’y enregistrer leur premier album sous le nom de Aphrodite’s Child. Mercury Records investit alors les studios parisiens de Philips et suggère de commencer par travailler sur un single musicalement basé sur Canon per tre Violini e Basso. Vangelis ne tarde pas à adapter les arrangements du fameux Canon de Pachelbel et c’est à Boris Bergman, jeune auteur français, débutant et glandeur de première, qu’incombe l’écriture des paroles en anglais. Non productif, il se retrouve enfermé par le staff dans son bureau: ″Tu ne sortiras de là qu’après avoir pondu un texte″! C’est de sa fenêtre qu’il aperçoit un cortège funéraire sortant d’une église voisine. Il pleut – rain – et certains sont en pleurs – Tears. La chanson Rain and Tears et son cortège de mélancolie sur fond d’amour déchu est enfin enregistrée. ″La pluie et les larmes c’est la même chose. Quand tu pleures en hiver, tu peux prétendre que ce n’est rien d’autre que de la pluie, mais au soleil tu dois assumer″. Sniff!

Se pose alors le problème du pressage. Les usines sont à l’arrêt. L’équipe finit par dénicher dans une arrière boutique de Saint-Ouen une ancienne unité de pressage qui est redémarrée pour la circonstance. Sorti en juin, le single devient très rapidement le tube de l’été 1968. il Disque d’or avec plus d’un million d’exemplaires vendus, il culmine pensant 5 mois à la première place du hit-parade en France où il sera également la meilleure vente de l’année. End of The World – le LP – sort en novembre. La tracklist comporte évidemment le dégoulinant et accrocheur Rain and Tears qui ne sera pas étranger au succès international de l’unique groupe pop/rock hellénique: Aphrodte’s Child.

  Patrick BETAILLE, septembre 2022

 

 

 

 

Nick Ut – Kim Phuc

 

L’enfer, c’est celui dans lequel se retrouve plongée Kim Phuc Phan Thi un jour de juin 1972.  La petite fille a neuf ans lorsque une bombe au napalm larguée par l’armée sud-vietnamienne tombe sur Trang Bang, son village au sud-ouest de son pays. Touchée par les projections d’essence gélifiée, Kim court en hurlant sur la route avec d’autres enfants suivis par des soldats. Elle a été happée par les flammes. Son dos, sa nuque et ses bras son brûlés et le reste de ses vêtements sont réduits à l’état de cendres qui collent à sa peau. Nick Ut, mandaté par Associated Press, capte l’horreur de cet instant. Juste après avoir pris le cliché devenu tristement célèbre, le jeune photographe décide d’amener la victime à l’hôpital où on lui dit clairement que, dans son état, des soins sont inutiles car elle allait mourir de ses blessures. ″J’ai montré ma carte de presse et j’ai dit que si elle mourait, ma photo serait à la une de tous les journaux et qu’ils auraient des comptes à rendre″ raconte le journaliste.

Cinquante ans plus tard, le cliché ″Napalm Girl″ – qui a valu à son auteur le prix Pulitzer – demeure incontestablement l’une des images les plus marquantes de la guerre du Viêt Nam. Quant à Kim, elle vit désormais au Canada. Elle a tout pardonné, s’est réconciliée avec la photo qui très longtemps lui a rappelé sa souffrance et la perte de son enfance. ″Je ne peux pas changer le passé, mais avec de l’amour je peux changer l’avenir″ confiait elle dans une interview.

Patrick BETAILLE, octobre 2022

 

Martin Sharp – Cream

 

Dans les années 60, Martin Sharp (1942 – 2013) devient directeur artistique du magazine satirique australien OZ.  Les représentations psychédéliques de Bob Dylan, Jimi Hendrix, Donovan ou encore lMona Lisa entourées de bananes font de lui un artiste immédiatement reconnaissable. Sharp est alors le maitre incontesté des entrelacs tourmentés, des couleurs criardes et des lettrages surréalistes qui deviendront l’apanage de l’un des plus beaux courants artistiques des sixties. À Londres, il se lie d’amitié avec Eric Clapton avec qui, pendant un temps, il partage le même appartement. Au cours de cette période il offre au guitariste un poème qui aboutira à la chanson Tales of Brave Ulysse figurant en 1967 sur Disraeli Gears de Cream, album pour lequel le groupe bénéficiera du travail du designer quant à la réalisation du cover art. L’année suivante, Martin Sharp sera de nouveau de la partie pour l’illustration – en noir et blanc cette fois – du troisième opus du power trio Eric Clapton/Ginger Baker/Jack Bruce: Wheels of Fire.

Patrick BETAILLE, septembre 2022

D’autres anecdotes sur les pochettes de disques dans le livre: IN VINYLE VERITAS

 

Gangsta’s Paradise – Décès de Coolio

 

Né le 1er août 1963 en Pennsylvanie sous le nom de Artis Leon Ivey Jr, Coolio est devenu mondialement célèbre en 1995 avec Gangsta Paradise, titre figurant sur la bande originale du film Dangerous Minds (Esprits rebelles) avec Michelle Pfeiffer. Avec une mélodie empruntée à Pastime Paradise de Stevie Wonder le single s’est vendu à des millions d’exemplaires dans le monde entier, a atteint le sommet des classements dans 16 pays et a obtenu un Grammy Award pour la meilleure performance rap solo. Le 28 septembre Coolio été trouvé inconscient à Los Angeles, dans la salle de bains d’un ami. Pour l’heure, aucune cause officielle du décès n’a été communiquée par les proches de l’artiste et une enquête a été ouverte. Le rappeur américain avait 59 ans. ″Alors que je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je regarde ma vie et réalise qu’il n’en reste plus grand-chose″ [Gangsta Paradise – Extrait].

Patrick BETAILLE, septembre 2022

 

Jan Rose Kasmir – Jeune Fille en Fleur

 

Citoyenne américaine, Jan Rose Kasmir était lycéenne lorsque le 21 octobre 1967, à Washington, elle prit part aux mouvements contre l’engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Ce jour là, des milliers de pacifistes manifestant leur indignation étaient réunis devant le Pentagone. C’est alors que la jeune fille de 17 ans se détache de la foule et va au devant de la garde nationale. Le photographe français Marc Riboud est sur le lieux, il couvre l’événement pour l’agence Magnum et immortalise la scène avec cette photo de Jan Rose tenant une fleur et faisant face, seule, à une rangée de soldats qui pointent leurs fusils équipés de baïonnettes. L’instinct de Riboud fait mouche. L’image va devenir un parfait symbole du mouvement pacifiste des sixties, et même un véritable cas d’école en tant qu’analyse photographique, tant les oppositions visuelles sont nombreuses : baïonnette phallique contre fleur virginale, multitude contre solitude, fleur contre arme et, par extension, la vie contre la mort.

C’est l’artiste psychédélique Michael Bowen qui fournit ce jour là les fleurs aux manifestants, inventant par la même occasion le Flower Power.

De longues années s’écoulent avant que Jan Rose Kasmir ne prenne connaissance du cliché. C’est son père qui, au beau milieu des années 80, découvre par hasard l’image de sa fille dans un magazine de photo acheté en Écosse. Plus tard, la ″Jeune fille à la fleur″ est devenue kinésithérapeute. Depuis 2001 elle vit avec sa famille au Danemark mais n’a jamais cessé de s’engager contre la guerre. En 2004, elle réapparaissait à Londres lors d’une manifestation contre l’invasion de l’Irak par les américains. ″Je reste une vieille hippie qui se fond dans la masse, comme Superman, dont la cape est cachée dans le placard″ disait-elle alors.

Patrick BETAILLE, septembre 2022

 

 

Le lundi c’est permis – Stiletto

 
″Le Stiletto est une arme féminine que les hommes n’ont tout simplement pas – The Stiletto is a feminine weapon that men simply do not have″. [Christian Louboutin].

Patrick BETAILLE, septembre 2022