Triumph et la Dame de Fer

Après la fermeture de l’usine de Meriden, Leslie Frederick Harris fait une offre en 1983 afin d’acquérir les droits sur la marque Triumph. Malheureusement, sa proposition n’est pas validée. John Bloor, le nouveau propriétaire retenu lui accorde néanmoins une licence renouvelable de cinq ans. L.F. Harris décide alors d’investir dans des entrepôts plus grands et déménage la production à New Abbot dans le Devon. La couverture médiatique de la relance de l’entreprise est mondiale.  Considéré comme le sauveur de la marque, Harris est invité au palais de Buckingham et, en 1987, il reçoit la visite du premier ministre de l’époque, Margaret Thatcher. Refusant poliment de rouler à l’arrière d’une Triumph, la Dame de Fer a néanmoins accepté de poser devant une Bonneville 750 Cc. In 1988 Harris décide de ne pas reconduire les droits de licence Triumph pour lancer sa propre version de la Matchless G80 à moteur Rotax. 

Patrick BETAILLE, décembre 2021

 

Le lundi c’est permis – Premier Plan

Bon sang! Mais quelle est cette moto? – What the hell! What kind of bike is this?

″I like elegance. I like Art; a stretched line or curve. These things are very much in the foreground of my work – J’aime l’élégance; j’aime l’Art. Une ligne tendue ou une courbe. Ces choses là sont très souvent au premier plan de mon travail. [HR Giger]
The artist is the only kind of person you can never meet on neutral ground. He sees nothing objectively because his own obsessions are always at the forefront of his work – L’artiste est le seul type d’individu que vous ne pouvez jamais rencontrer en terrain neutre. Il ne voit rien objectivement parce que ses propres obsessions sont toujours au premier plan de son travail. [Raymond Chandler].

Patrick BETAILLE, décembre 2021

Covid 19 – Point sur les Variants

Anglais, indien, brÉsilien, Sud-africain… Vivement le variant jamaïcain que l’on puisse se détendre! – English, Indian, Brazilian, South African… Can’t wait for the Jamaican variant so we can relax!

Patrick BETAILLE, décembre 2021

Rainbow & Fin Costello – Long Live Rock’N’Roll

Sorti en avril 1978, le troisième album studio de Rainbow sera le dernier avec Ronnie James Dio au chant. En effet, ce dernier quittera peu après le groupe de Ritchie Blackmore pour aller remplacer Ozzy Osbourne au sein de Black Sabbath. Long Live Rock’N’Roll! L’intention est là et clairement exprimée sur l’intérieur de la pochette. Plan large sur un public dont les premiers rangs brandissent une banderole au slogan pour le moins évocateur. Sauf que!.. Et c’est Fin Costello, photographe & designer de son état, qui raconte l’histoire de ce cliché.

J’étais chez Oyster Records à New York, et je travaillais sur le cover art pour la pochette de Long Live Rock’n’roll dont le titre prévu au départ était: Kill The King. À partir de cette idée j’ai donc élaboré un concept autour d’un squelette engoncé dans une armure de roi et gisant dans les hautes herbes, avec la pochette de Rising redessinée sur un bouclier posé à ses côtés. J’ai présenté la maquette à Polydor. J’avais également proposé une photo prise lors d’un concert de Rush afin d’appuyer le slogan publicitaire que nous pourrions exploiter. Après la sortie du disque en question je me suis rendu à une prestation de Rush avec l’intention de savoir ce qu’ils pensaient de mon idée d’avoir utilisé cette prise de vue. La leur en somme. Accueil glacial et fin de non recevoir. Et pour cause! la maison de disques n’avait pas retenu mon projet pour le recto de la pochette. Je le savais, j’en avais été informé. Ce que j’ignorais c’est ce qu’ils avaient fait avec la photo de la manchette intérieure. Le cliché original a été retourné, recadré et retouché. Un roadie du premier plan a été gommé, dans le public, les tee shirts arborant le logo de Rush ont été effacés et, sur la banderole, un message de bienvenue au groupe canadien a été remplacé par le fameux ″Long Live Rock’n’Roll″. Mis devant le fait accompli j’étais sur le cul, anéanti par le comportement de Polydor et bien évidemment incapable de faire quoi que ce soit. C’était trop tard! Il m’a fallu des années pour regagner la confiance de Rush.

En promo! Le livre sur la censure des Vinyles et autres anecdotes:

In Vinyle Veritas – Éloquence et désaveu du Cover Art

Patrick BETAILLE, décembre 2021

 

In Vinyle Veritas – Vinyles Censurés sous le Sapin!

Un livre Étonnant et Indispensable!In Vinyle Veritas, le livre qui met en lumière les représentations graphiques qui ont accompagné l’écriture des plus belles pages de la musique populaire. Étranges, intrigantes, choquantes, sublimes ou amusantes, minimalistes ou fantaisistes, les pochettes de disques ont un pouvoir attractif redoutable. Les plus belles, les plus marquantes, les plus originales et surtout les plus réprouvées, sont réunies dans ce recueil de 300 pages. 

Vous rêvez de nager avec le bébé de Nirvana, de mater le popotin de Polnareff et de Keith Moon, de faire un tour aux chiottes avec les Stones, de monter sur le podium avec La Femme, de rencontrer Crumb et Manara, de tout savoir sur le Parental Advisory ou encore de parapher le J’accuse de Damien Saez ?

Offrez ou Offrez vous: In Vinyle Veritas – Éloquence et Désaveu du Cover Art

 

Du 1er au 31 décembre 2021 – Pour toute commande de UN ou Plusieurs exemplaires, les frais de port à destination de la France Métropolitaine sont offerts. Soit 30€ TTC l’exemplaire livré.

Patrick BETAILLE, décembre 2021

 

 

Alain Gouvrion – Rolling Stones

Pas le genre d’ouvrage qui une fois lu se retrouvera relégué au rang de calage d’armoire normande bancale ou d’arme pouvant représenter une dangerosité pour la sécurité publique. Ce livre, une fois ouvert, l’on sait que l’on y reviendra. Plusieurs fois. Pour la richesse du contenu, celle du plaisir de l’œil et celle de l’approche historique. L’auteur? Alain Gouvrion, éminent journaliste et critique musical. Personnellement j’ai pu apprécier la plume de ce grand témoin du rock’n’roll circus dans les pages de Rolling Stone magazine puis, dans la lecture assidue de son ouvrage consacré à Eric Clapton: Clapton Cover. Au point d’oser affirmer tout de go que si à 50 ans t’as pas lu Gouvrion, t’as raté ta vie! Bref. Avec Rolling Stones, l’auteur et son éditeur mettent les petits plats dans les grands. Actualité oblige, tout commence et tout s’achève par un hommage émouvant – et pour une fois original – au regretté Charlie Watts: ″Ce modeste ouvrage est dédié à la mémoire de l’immense Charlie Watts, le plus jazz des batteurs de rock et réciproquement″. Les 285 pages qui affichent plus de 2 kg sur la balance font bien sûr la part belle aux pochettes des albums du bien nommé plus grand groupe de rock’n’roll du monde puisque c’est autour de ces cover art que gravite une biographie à nulle autre pareille. Outre les images, toutes les références indispensables (label, année de parution, titres, lieu d’enregistrement, production, musiciens additionnels, etc) figurent en bonne place. Y compris pour ce qui concerne la discographie solo des membres du groupe. Mais le plus intéressant, ce qui rend la lecture de ce pavé au format 33 tours jouissive, reste bien sûr l’histoire elle même. La grande, brillamment soulignée par de nombreuses anecdotes replacées dans leur contexte, et, la petite, très souvent étayée d’extraits d’interviews aux à-propos pertinents. Nous voici donc à mille lieues de la bio hyper pointue destinée aux fans ultimes ou du catalogue d’images séduisant mais sans grand intérêt. Rolling Stones est plus qu’intéressant. Il est accessible, riche, passionnant et donc essentiel. Joli coup de maitre de la part d’une maison d’édition qui outre cette nouveauté propose, entre autres publications, des ouvrages consacrés aux Beatles, à Higelin, Pink Flyod, Springsteen, Led Zeppelin ou encore Deep Purple : Éditions du Layeur!

Patrick BETAILLE, novembre 2021

Le lundi c’est permis – Doigt

Faire un doigt d’honneur: Appelé katapugon, le geste sensé représenter un phallus dressé remonte à la Grèce antique. Étymologiquement, le terme faisait référence à la pénétration anale et avait sa place essentiellement dans les comédies helléniques (NDLR: le bénef). À partir des années 1800, ce doigt d’honneur a été de plus en plus utilisé pour exprimer de façon agressive désaccord, colère et irrespect vis à vis d’un interlocuteur. Très prisé chez les acteurs, les musiciens, les sportifs, les politiciens et autres célébrités, le geste obscène est désormais pratique courante dans tous les milieux et toutes les classes sociales pour dire: Va te faire foutre!

Giving the finger: Called katapugon, the gesture supposed to represent an erect phallus dates back to ancient Greece. Etymologically, the term referred to anal intercourse and was used primarily in Hellenic comedies. From 1800 onwards, the middle finger was increasingly used to aggressively express disagreement, anger and disrespect towards an interlocutor. Very popular among actors, musicians, sportsmen, politicians and other celebrities, the obscene gesture is now common practice in all circles and all social classes to say: Fuck you! 

Patrick BETAILLE, novembre 2021

Le Chat – Je Mange donc je Suis

I think about food all the time. It’s my passion, it’s my profession!″ – ″Je pense à la bouffe tout le temps. C’est ma passion, c’est mon Boulot!

Patrick BETAILLE, novembre 2021

Sonic Youth – Goo and the Moors Murders

Après Evol et Sister, deux albums sortis en 86 et 87 sur SST Records, et Daydream Nation en 88 sur Blast Records, le succès et la popularité de Sonic Youth vont grandissant et ouvrent au groupe les portes du label Geffen qui en 1990 publie Goo.  L’occasion de s’attarder sur la petite histoire la pochette de ce septième album de la formation de rock alternatif. Raymond Pettibon en est l’auteur. Dessiné en noir et blanc, un couple occupe un espace qui s’apparente plus à une illustration de fanzine qu’à autre chose. À la sortie de l’album les spéculations vont bon train. Beaucoup sont persuadés que le cover art met en scène le tandem Thurston Moore/Kim Gordon, respectivement guitariste et bassiste de Sonic Youth, mariés à la ville comme à la scène. En réalité le dessin est tiré d’une photo prise par un paparazzi lors du procès d’un couple de serial killers dont les crimes ont secoué l’Angleterre des années 60. Il s’agit donc de Maureen Hindley et David Smith, tous deux témoins clés dans l’affaire des Moors Murders. Maureen était la sœur de Myra Hindley qui, avec son amant Ian Brady, comparaissaient pour avoir torturé, abusé sexuellement, mutilé et assassiné plusieurs enfants. Les tueurs n’auraient peut-être jamais été arrêtés sans le témoin principal David Smith, le beau-frère de Maureen. Invité pour un apéro chez les Hindley, David arrive alors que ses hôtes venaient de commettre l’un de leurs crimes. Après avoir aidé le couple à nettoyer les lieux et à se débarrasser du cadavre, très choqué et pris de remords, Smith a révélé les faits à la police. Finalement le couple diabolique a été condamné à la prison à perpétuité en 1966. Comme à son habitude, histoire de titiller les imaginations tout en entretenant le mythe des tueurs psychotiques en cavale, Raymond Pettibon s’est fendu d’une annotation à la hauteur des faits:  ″J’ai piqué le petit ami de ma sœur. C’était un véritable tourbillon de chaleur et d’éclairs. Au bout d’une semaine, nous avons zigouillé mes parents et taillé la route″. Merci à Gaël (actionnaire majoritaire chez Pochtron & Sofa, et voilà!).

Censure et autres anecdotes dans le livre : In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, novembre 2021

Musique & Gastronomie – Désaccord Majeur

Annonce de la part d’un restaurateur: ”Nous sommes un petit restaurant situé en centre ville. Nous recherchons des musiciens bénévoles souhaitant profiter de notre établissement pour se faire connaître et vendre leurs disques. Il ne s’agit pas d’une activité à temps plein mais simplement de l’opportunité de pouvoir se produire lors de soirées que nous pourrions organiser régulièrement si les échos étaient positifs. Artistes de jazz, pop, rock ou variété, seriez vous intéressés par la promotion votre travail? Merci de répondre rapidement.

Réponse de la part d’un musicien: ”Je suis musicien et propriétaire d’une grande maison. Je recherche un restaurateur bénévole souhaitant profiter de mon domicile pour se faire connaître en venant cuisiner pour mes amis et moi même. Il ne s’agit pas d’une activité à temps plein mais simplement de l’opportunité de pouvoir assurer les repas lors de soirées que nous pourrions organiser régulièrement si les échos étaient positifs. Restaurateurs en cuisine familiale, traditionnelle, gastronomique ou exotique, seriez vous intéressés par la promotion votre travail? Merci de répondre rapidement”.

Patrick BETAILLE, novembre 2021