Boxer – Below the Belt

Nigel Thomas Censure Boxer, Below the BeltLa première tentative du groupe Boxer, Below the Belt, sort en janvier 1976 chez Virgin. Malgré la présence de Mike Patto (ex Spooky Tooth) au chant et aux claviers, ce premier opus se distingue plus par son Cover Art que par des compostions somme toute assez poussives.  A partir d’une photo d’ Alex Henderson, Nigel Thomas élabore le packaging de l’album. Au recto, Stepanie Marrian, une habituée de la page 3 du tabloïd The Sun,  pose nue, jambes écartées, avec pour seul accessoire un paire de talons aiguille… rouges. Dans le prolongement d’un bras, un gant de boxe vient opportunément cacher l’entrejambe du top model. Au verso par contre le bras tendu du boxer disparaît, dévoilant sur la même photo la pilosité généreuse de la belle brune qui à l’occasion se voit affublée d’une paire de gants… rouges. Pas moyen de se concentrer sur le tracklisting qui pourtant figure en bonne place! Pour le marché américain, la toison pubienne sera recouverte dans un premier temps par une ceinture de boxeur à l’effigie du groupe, puis, pour les éditions suivantes par une réduction de la photo illustrant l’intérieur du LP. Malgré tout, ne suscitant que peu d’intérêt et de succès, Boxer splittera deux albums plus tard en 1979.

Patrick BETAILLE, septembre 2019

 

Le lundi c’est permis – Décodage

Cinq expressions dangereuses employées par les femmes. Five deadly terms used by women.

Wow

BIEN: Quand elles persuadées d’avoir raison, terme employé pour clore la discussion et vous faire comprendre que tu vous devez vous taire. FINE: This is the word women use to end an argument when she knows she is right and you need to shut up!

RIEN: Signifie quelque chose et vous invite à la plus grande prudence.NOTHING: Means something and you need to be worried.

CONTINUE: C’est un défi, certainement pas une autorisation. Surtout ne rien faire et se taire, danger! GO AHEAD: This is a dare, not permission. Don’t do it!

QU’IMPORTE: Une manière comme une autre de vous inviter à aller vous faire voir. WHATEVER: A woman’s’ way of saying screw you!

C’EST BON: Madame a besoin de réfléchir avant de décider quand et comment elle va vous aire payer votre erreur. THAT’S OK: She is thinking long and hard on how and when you will pay for your mistake.

BonusGENIAL: Ce n’est pas un compliment. Elle est stupéfaite que l’on puisse être aussi stupide. WOW: This is not a compliment. She is ammazed that one person could be so stupid.

Patrick BETAILLE, septembre 2019

 

Slash – Gibson EDS-1275 Doubleneck

Slash knockin' on Heaven's doorLa Gibson EDS-1275 doit essentiellement sa notoriété à Jimmy Page et son modèle de 1968 en version Cherry utilisé sur scène pour certains morceaux comme The Song Remains The SameThe Rain Song et surtout Stairway to Heaven qui désormais appartient à l’histoire. Autres temps, autres mœurs avec Guns N’ Roses et Slash, lui aussi fan de Gibson Les Paul, et prêt à s’essayer à la désormais emblématique double manche. Le guitariste recherchait impérativement un modèle noir, plus rare à l’époque. Bingo! En 1990 il fait l’acquisition d’une Gibson 1966 EDS-1275 Doubleneck qu’il adopte définitivement lors des concerts du Use Your Illusion Tour et qu’il sublime lors de l’interprétation de la reprise de Knockin’ on Heaven’s Door de Dylan. C’est cette pièce de collection que le Gibson Custom Shop recrée aujourd’hui en édition limitée à 125 exemplaires labellisés Aged Ebony. Techniquement le corps de l’instrument est réalisé à partir d’une seule pièce d’acajou massif et les deux manches collés affichent un profil en ″C″ doté de touches palissandre. Slash lui même précise que le câblage a été revu pour que les boutons de volume soient vers l’avant et ceux de tonalité vers l’arrière, ce qui n’était pas le cas avec l’édition originale. Plus étonnant encore, vintage oblige, la guitare est vieillie via l’ajout de craquelures au niveau du vernis et de quelques pocs disséminés et exécutés ici et là à la mimine pour attester d’un vrai/faux ou faux/vrai usage intensif (!). Chacun des 125 exemplaires sera donc légèrement différent des autres. En bon commercial, Slash précise aussi que le premier prototype qu’il a testé sonne mieux que son originale de 1966 (!). Tout ça vaut bien une tit’ signature apposée de la main du maître sur chaque exemplaire de cette Gibson Custom Shop Slash 1966 EDS-1275 Doubleneck qui sera disponible à partir du 1er octobre 2019 avec son étui vintage, sa sangle Slash Custom et bien sûr son certificat d’authenticité. 11.000$ pour pouvoir frapper à la porte du Paradis! De là à ce que la porte en question s’ouvre, c’est une autre histoire… Détails et Specs: Gibson Guitars.

Patrick BETAILLE, septembre 2019

 

Tattoed Lady – Citation

Inked Girl Guitar
When words fail, Music Speaks. Quand les mots viennent à manquer, la Musique s’exprime!

Rival Sons – Feral Roots

Rival Sons nouvel albumDepuis le premier Before the Fire sorti en 2009, Rival Sons s’est peu à peu installé dans une notoriété hautement méritée que vient confirmer avec justesse la parution d’un nouvel album. Même si avec Feral Roots le revival du rock des 70’s semble toujours d’actualité, faire référence à Led Zeppelin ou Black Sabbath doit désormais rester l’apanage de Greta Van Fleet ou Blues Pills. Aujourd’hui Rival Sons évolue dans une autre dimension artistique et s’éloigne un tantinet d’un horizon Classic Rock pour s’ouvrir d’avantage à d’autres influences. Bien sûr le Heavy Rock vintage reste d’actualité avec  ″Do Your Worst″, ″Back In The Woods″ et ″Sugar On The Bone″ gavés de feeling, de riffs et de soli affûtés à la sauce Scott Holiday; on ne change pas une équipe qui gagne! Changement de cap avec ″Look Away″ et son intro folk  suivie d’un tempo lourd et plombé sur le quel s’appuie la voix chaudement éraillée d’un Jay Buchanan en pleine forme. Total dépaysement avec ″Feral Roots″ qui oscille entre folk et rock avec une classe rare. ″Too Bad″, ″Imperial Joy″et ″End Of Forever″ explorent des territoires à la fois moites et ravagés par de sauvages guitares. Surprenant, il y a de la soul teintée de gospel dans ″Stood By Me″ et ″Shooting Stars″ dans lesquels les chœurs féminins font des merveilles. ″All Directions″ démarre sous forme de ballade Pop Rock et va crescendo pour finir en explosion de décibels au cours de laquelle voix et guitares partouzent allègrement. Avec Feral Roots, l’album, la force de Rival Sons réside dans un subtil mélange des genres sur fond de Blues Rock que le groupe maîtrise à la perfection. 11 titres, 45 minutes d’intensité bienfaitrice et émotionnellement aussi puissant qu’un Led Zeppelin II ou III (merde je l’ai dit!). Ce sixième opus enregistré au Muscle Shoals Sound en Alabama et admirablement produit, marque un tournant dans une carrière pourtant déjà pavée de bonnes intentions pour ces californiens qui pour l’occasion signent chez Atlantic et confortent leur statut de probable meilleure formation de Heavy Rock de la décennie. j’ai dit!

Patrick BETAILLE, septembre 2019

 

 

Krautmotors – BMW F 850 Bauhaus 100

Krautmotors - BMW Bauhaus 100Il y a 100 ans, un dénommé Walter Gropius fondait à Weimar en Allemagne sa Staatliches Bauhaus, une école d’architecture et d’arts appliqués axée sur le design avec pour mot d’ordre simplicité et pureté des lignes. C’est pour célébrer ce centenaire que BMW Motorad a fait appel à Rolf Rieck de Krautmotors afin que soit mise en oeuvre une préparation commémorative à partir d’une F 850 GS. A part le moteur, il ne reste rien du trail d’origine. En effet, pour cette réalisation, fourche, réservoir, échappement et selle ont été construits de A à Z par le préparateur. Idem pour le cadre tubulaire issu d’une R60/6 que Rieck a épuré au maximum, clin d’oeil à la Wassily Chair que  Marcel Breuer, alors designer à l’Ecole de Weimar, avait imaginé et créée dans les années 20. Avec ses roues lenticulaires et bien que totalement opérationnelle cette réalisation ne fera, ni de près ni de loin, l’objet d’une production de série. Destinée à devenir une pièce de musée, la F850 Bauhaus 100, minimaliste et singulière en diable, devrait néanmoins participer à quelques courses de Flat Track. Source et infos: Pipeburn.

Patrick BETAILLE, septembre 2019

Henry Diltz – Doors: Morrison Hotel

Henry Diltz Morrison HotelAlors qu’il se promène avec sa femme dans les rues de Los Angeles, Ray Manzarek, clavier et bassiste de son état, tombe au 1246 South Hope Street sur un hôtel du nom de Morrison Hotel. Belle occasion!  Le musicien en parle aux autres et dans la foulée le groupe se rend sur place avec le photographe Henry Diltz, un de leurs amis. Le propriétaire de lieux refuse que son établissement soit photographié. Un peu plus tard, Diltz, remarquant qu’il n’y a plus personne à la réception, demande aux gars d’entrer et de se mettre derrière la devanture. La photo est faite et c’est celle qui figure au recto de l’album qui du coup s’intitule Morrison Hotel. Le même jour, quelques rues plus loin au 300 East 5th Street, The Lizard King remarque un bar dont le nom l’inspire et toute la troupe entre pour y écluser quelques bières. Nouvelle série de photos dont une avec le groupe accoudé au comptoir qui est retenue pour l’intérieur de la pochette de ce cinquième opus des Doors; quant à la façade du troquet, elle en illustre le verso. Un an plus tard, le patron du café reçoit un appel. Un certain Peter Morton lui demande l’autorisation d’utiliser le nom du lieu car il a en tête la création d’une nouvelle chaîne de restauration. Le Hard Rock Cafe était né!

Henry Diltz. Doors Morrison HotelDès sa sortie en février 70 Morrison Hotel connait un gros succès, mettant ainsi fin à une période difficile pour The Doors. Période marquée par l’échec commercial du précédent The Soft Parade et les démêlés judiciaires de Jim Morrison. Quant à Henry Diltz il a à son actif quelques 200 pochettes d’albums pour des artistes tels que Buffalo Springfield, The Lovin’ Spoonful, James Taylor ou encore les Eagles. Certains clichés du photographe font les couvertures de BillboardNewsweekRolling Stone et The Los Angeles Times.

Patrick BETAILLE, septembre 2019

Le lundi c’est permis – Chat Perché

Chatons qui grimpentOn le remarque chez tous les chats normalement constitués: ils adorent grimper aux arbres, sur les meubles ou sur les toits. Grimper est donc ce que l’on pourrait appeler un besoin naturel instinctif chez le chat. Dès leur plus jeune âge, certains le font par défi afin de mieux dominer leur territoire ou identifier d’éventuelles proies quand pour d’autres il s’agit simplement d’échapper à un danger ou d’apprendre à tester leur agilité et leurs griffes. Sinon comment expliquer qu’un chaton dépense de l’énergie à escalader une porte de grange – quitte à se faire aider par un congénère – alors qu’il pourrait aisément passer dessous. Hein? Sauf s’il s’agit de jouer à chat perché bien sûr!

Patrick BETAILLE, septembre 2019

Femme & Guitare – Citations

Quote about Guitar & woman″A guitar is like a woman. Touch her in the right place and in the right way and she will move you in ways you never dreamed about. Une guitare c’est comme une femme. caressez la au bon endroit, de la bonne façon et elle vous amènera vers des horizons insoupçonnés″. [Anonyme]

″Guitars are like women. You’ll never get them totally right. Les guitares sont comme les femmes. Vous ne les maîtrisez jamais complètement″. [Saul Hudson, aka Slash]

″To me a guitar is kind of like a woman. You don’t know why you like them but you do.  Pour moi une guitare c’est un peu comme une femme. Tu ne sais pas pourquoi tu les aimes mais tu les aimes ″. [Waylon Jennings]

″Guitar is like a woman in love. She sings when beeing carressed. La guitare c’est comme une femme amoureuse. Elle chante quand on la caresse″. [Henri Salvador]

″A guitar it’s okay but a woman it’s better. Une guitare c’est bien mais une femme c’est mieux″. [Roch Voisine]

Patrick BETAILLE, septembre 2019

 

Christophe Goffette – Get your Kicks!

Christophe Goffette Highway 61Infatigable! Incontestablement Christophe Goffette l’est. Déjà plus de 30 années consacrées à l’Humain, à la Musique et au Cinéma avec pour moteur un indicible besoin de transmission et de partage de tout ce que notre société peut produire en terme de valeurs aujourd’hui hélas en perte de crédibilité. Le Rock’n’Roll Motherfucker part sur les routes à la rencontre du monde de la Pop Culture au sens noble du terme. Au programme, un voyage de près de trois mois aux USA sur la Route 61, ″The Blues Highway″ qui relie le Minnesota à la Nouvelle Orléans, et sur la ″Mother Road″, la bien nommée Route 66 qui va de Chicago à Santa Monica en Californie. Cette aventure  fera l’objet d’un carnet de route alimenté au quotidien de textes et de photos sur un blog d’ores et déjà à jour question itinéraire et disponible ici: Road Trip. Le départ est prévu entre le 17 et 25 septembre et la publication de deux livres est planifiée pour 2020: ″Démons Bleus et Idées Noires (En remontant le Mississippi)″ et ″La Mère de toutes les Routes et les Racontars du Père (En route vers l’ouest sauvage)″. Deux films sont également prévus. Un documentaire sur la Route du Blues bien sûr et un autre consacré à la Route 66. Ce genre de projet a évidemment un coût et le financement n’est pas encore tout à fait bouclé. Se refusant d’adhérer à la facilité du financement participatif, Christophe Goffette préfère proposer aux lecteurs la gratuité des frais de port et d’emballage sur une partie des indispensables ouvrages dont il est l’auteur. Si Cinéma et Musique font partie de vos émotions, si vous aimez les beaux ouvrages et si encourager la passion de ceux qui aiment ce qu’ils font et partagent ce qu’ils aiment a pour vous encore du sens, c’est ici que ça se passe: GoofProd!

Patrick BETAILLE, septembre 2019