Uli Roth – Sky Guitar

Uli Jon Roth Electric SunA la croisée d’un Jimmy Hendrix et d’un Jeff Beck, sorte d’osmose entre feeling cosmo- funky et perversions électroacoustiques, Uli Jon Roth s’impose d’emblée comme l’un des guitaristes les plus novateurs et inspirés. Natif de Düsseldorf en Allemagne, le musicien s’impose au départ avec Scorpions, groupe au sein duquel il restera jusqu’au triomphe Japonnais de Live Tapes en 1978. Lassé d’un répertoire dans lequel il se sent à l’étroit, Roth quitte la formation pour se lancer dans l’aventure power trio d’un Electric Sun à la Hendrix. Il y chante, compose, joue et tente de faire éclater au grand jour sa propre vision d’une musique imprégnée d’ambiances sombres, aériennes et mystiques. Malheureusement et comme souvent, exception faite de quelques curieux et connaisseurs, le public n’adhère pas et l’aventure Electric Sun prend fin en 1985 après trois albums. A cette époque il joue surtout sur une Stratocaster qui, malgré ses qualités, lui impose trop de limites quant à l’expression de sa créativité. Le concept de la Sky Guitar est lancé. C’est avec le luthier britannique Andréas Demetriou qu’il conçoit un prototype qui verra le jour en 82 et connaîtra diverses évolutions. Cinq versions de ces guitares verront le jour. Les modifications successives concernent principalement le nombre de frettes, les micros et le nombre de cordes. Ainsi, le modèle « Mighty Wing » se voit doté d’une 7ème corde et compte 32 frettes pour offrir une gamme de 6 octaves avec des touches creusées en U, à partir de la 8ème frette. De quoi donner à Jon les moyens d’exprimer son approche de l’exploration musicale qui consiste en compositions originales fusionnant guitare électrique et musique classique. La réussite n’est toujours pas au rendez vous. Désormais la carrière de Roth consiste en tournées au cours desquelles il partage la scène avec Michael Schenker, Steve Vaï, Joe Satriani et d’autres, en hommages live à Hendrix et en adaptations discutables de Bach, Vivaldi, ou Beethoven. Il lui arrive aussi de participer avec succès aux concerts du groupe de Klaus Meine, ce qui l’amène à sortir des albums dans lesquels il revisite les titres composés, enregistrés, et publiés au cours de sa période Scorpions. Quel dommage de constater qu’après avoir vécu une période si souterraine, celui qui devait jouer les comètes autour de la planète metal néo-classique se retrouve réduit à racler les fonds de tiroirs pour se faire entendre.

PB, août 2018

 

 

 

 

Joan Jett – I love Rock’n’Roll!

Joan Jett & the BlackheartsClisson. Vendredi 22 juin 2018, 17 heures. Mainstage 01 du Hellfest. Joan Marie Larkin, alias Joan Jett, déboule avec ses Blackhearts. Fine silhouette, coupe courte, débardeur noir, tatouages et bracelets, musicalement elle n’a pas pris une ride. A 58 ans celle qui débute sa carrière en 1975, passant quatre ans au micro du groupe The Runaways a toujours la guitare bien pendue et le timbre vigoureux. Le parterre s’agite aux accords de Cherry Bomb et de You drive me wild des Runaways, s’enthousiasme sur Light of day (Springsteen) et s’époumone sur Crimson & Clover (Tommy James and the Shondells). Accueil chaleureux bien sûr pour des titres du cru comme Bad Reputation ou I Hate Myself for Loving You et, à mi course, ovation prévisible aux premiers accords du titre des Arrows que la pionnière du rock féminin a repris et propulsé au sommet des charts en 1982: So put another dime in the jukebox, baby, I love Rock’n’Roll″!

PB, juillet 2018

 

 

 

Fender – The Tim Armstrong Hellcat

 

Tim Armstrong HellcatGuitariste et chanteur des groupes punk américains Rancid et The Transplants, Timothy Lockwood Armstrong est aussi le gérant d’un label indépendant spécialisé dans le punk, le psychobilly et le hardcore: Hellcat Records. Sollicité par Fender, Tim Armstrong a donné à son acoustique un caractère et un style modernes en reprenant le logo du chat hargneux ″Hellcat″ de son label pour décorer en version nacrée les frettes 3, 5 et 7. La 12ème elle, est ornée de deux têtes de mort. La teinte brune de la table massive en acajou prédomine comme sur la Fender des années 60 que le guitariste utilise pour composer. Récemment relookée, la Fender Tim Armstrong Hellcat existe en plusieurs versions et coloris; on peut citer également la présence d’un pré-ampli Fender à accordeur intégré. Plus d’infos: Thomann.

 

 

Fender – Telecaster Elvis Presley

Fender Telecaster RosewwodCe prototype de Fender Telecaster Rosewood fait partie d’un lot de 6 exemplaires fabriqués en 1968 par le luthier Phil Kubicki pour être offerts aux artistes populaires de l’époque. Parmi eux Jimmy Hendrix et George Harrison qui s’en servit lors des sessions d’Abbey Road et du fameux Rooftop Concert de 1969. Le tout premier exemplaire de cette série fût remis à Elvis Presley qui l’utilisa quelques mois puis, la trouvant trop lourde, la renvoya à Fender. Après être passée entre les mains du compositeur Scott Turner, la guitare aujourd’hui estimée entre $90 000 et $100 000, a récemment été mise aux enchères chez Julien’s Auctions, sans toutefois trouver preneur. Pour le moment…

PB, juillet 2018

Ted Nugent – The Motor City Madman

Autant le préciser tout de suite. Ted Nugent est connu pour son engagement au sein des associations Gun Owners of America (GOA) et National Rifle Association (NRA). Très ancré dans les mouvements de droite, il a soutenu l’élection de Donald Trump et il est un fervent supporter de la peine de mort. ″He’s a goddamn motherfucker! [NDLR]. Et sinon?Ted Nugent, Gonzo!Sinon? Sinon, Theodore Anthony Nugent grandit à Détroit dans le Michigan, temple de l’industrie automobile. Connue pour son siège de la Motown et ses groupes de rock garage comme les Stooges, MC5 et The Frost apparus à la fin des années 1960. De cette véritable poudrière musicale viennent également Alice Cooper, Grand Funk Railroad et, plus près de nous, les White Stripes. A l’époque c’est au sein des Amboy Dukes que Ted Nugent fait ses débuts, avec, il faut le reconnaitre un succès très inégal. Le guitariste se lance alors dans une carrière solo et pour assurer sa promotion il a le coup de génie de s’auto-proclamer meilleur guitariste du monde. Ceux qui croyaient à une farce sont allés voir et… Le ″fou furieux de la Motor City″ en fait un musicien accompli, un bon compositeur et un mélodiste avisé. Même si la débauche de décibels masque un peu l’ensemble, ce monstre qu’est la Gibson Byrdland a incontestablement trouvé son maître. Ted Nugent est aussi un sacré loustic et un bonimenteur de première qui vocifère à l’envie ″si c’est trop fort c’est que t’es trop vieux!″. A une grande sobriété de vie il associe chasse à l’arc et conduite de hot rods afin d’amplifier son image de tornade électrique.

Ecouter: Culte!: Ted Nugent (1975) et le fantastique solo de Stranglehold. Majeur!: Cat Scratch Fever (1977). Furieux: Double Live Gonzo! (1978). Tout le reste est dispensable à part ″Spirit of the Wild″ sorti en 1995 avec lequel le Mad Man met fin à une longue période d’approximations diverses.

PB, juin 2018

Jared James Nichols – Black Magic

Jared James Nichols Heavy Blues RockAprès un prometteur un ″Old glory and the Wild Revival″ sorti en 2015 revoici Jared James Nichols avec un deuxième essai moins speed mais tout aussi pêchu. Avec ses acolytes Erik Sandin (basse) et Dennis Holm (drums), le guitariste américain reste fidèle au modèle du genre. A la ville, le Power Trio brûle les planches avec Zakk Wylde, Glen Hughes ou Lynyrd Skynyrd et en studio les chevelus malmènent les consoles en peaufinant leur répertoire stéroïdé. Plus varié et moins bourrin que le premier opus, globalement le nouvel album offre néanmoins 10 titres bougrement efficaces. Même teinté de slide, de gospel, de funk ou de talkbox, le répertoire fait bien évidemment la part belle au guitariste dont le jeu pourrait consister en un savant mélange de Ted Nugent pas encore végétarien et de Billy Gibbons sur 380 triphasé. Amateurs du genre foncez, Black Magic n’ est pas un album de technicien mais celui d’un virtuose qui a su faire sienne la magie énergique et déjantée du Heavy Blues Rock born in the 70’s et qui sur scène affiche sans vergogne une efficacité redoutable. Jugez plutôt: Blackstar Basement Session!

PB, juin 2018

Eastwood Guitars – Crestwood Astral II

Eastwood Guitars Crestwood Astral IILa désignation ″Hollow Body″ s’applique à des guitares à corps creux. Les premiers modèles sont fabriqués dès 1930 afin de répondre aux exigences des musiciens de jazz qui ont besoin d’un volume sonore important. Au cours des 70’s, après maintes évolutions techniques, c’est la la Gibson ES-335 qui marque à jamais les esprits, grâce notamment à Chuck Berry ou Alvin Lee. D’autres marques ont occupé, avec plus ou moins de succès et de bonheur, le créneau de la ″Hollow Body″. Parmi elles, Epiphone et Gretsch bien sûr, mais aussi Hofner ou Ibanez et bien d’autres. Depuis 2001 la société canadienne Eastwood Guitars a investi le marché en proposant des fac-similés de guitares électriques ″Vintage″. Ces guitares, fabriquées en Corée du Sud, sont vendues sous les marques Eastwood et Airline. Aujourd’hui et via un financement participatif, Eastwood a décidé de rendre hommage à Jack White en sortant la ″Crestwood Astral II″, une copie de l’instrument que l’on peut entendre sur les premiers enregistrements des White Stripes, bien avant que Jack ne tombe amoureux de sa Airline fabriquée à l’époque aux USA par Valco et aujourd’hui également répliquée par Eastwood qui en a acquis les droits. Plus d’infos: Eastwood Custom Shop.

PB, juin 2018