Moto Guzzi – Nouveautés V9

Moto Guzzi s’adapte à la norme Euro5 et en profite pour revoir sa gamme néo-rétro. Après le V7 désormais propulsé par un bicylindre plus gros et plus puissant, c’est au tour du V9 qui hérite d’une déclinaison du moteur de la V85 TT.  Les V9 Roamer et Bobber  ainsi équipés du twin de 850 cm3 gagnent au passage 10 Cv de puissance, 11 Nm de couple et bénéficient d’une modification du cadre avec renforcement de la direction.

Patrick BETAILLE, janvier 2021

 

La Discothèque Idéale 2020

Dany Brillant chantant Aznavour vous en touche une sans faire bouger l’autre? Gad Elmaleh massacrant Nougaro vous donne des envies de suicide? 2020 n’a pas fait preuve de générosité du côté de ce qui s’écoute avec les oreilles, les pieds mais aussi avec le cœur. Pourtant le remède existe. Si, si! Le choix, bien qu’assumé, est bien évidemment relatif, partial et subjectif. Il a juste pour ambition d’entretenir l’espoir que le rock n’est pas encore mort et de prouver que, contre vents et marées, de talentueuses volontés mettent beaucoup de conviction et d’énergie pour que leur passion et leur plaisir deviennent nôtres. Bien sûr, le débat reste entier et ouvert mais il doit obéir à une constante et une seule: ″La musique c’est comme la vie, ça se respire″ (Francis Zegut). La discothèque idéale est ici: Rock’n’Roll Bordel!

Patrick BETAILLE, janvier 2021

Christone Ingram – Kingfish

Voilà ce qu’il se passe quand un père montre un documentaire sur Muddy Waters à son rejeton et le trimbale au Delta Blues Museum de Clarksdale – Mississippi. Christone Ingram joue de la guitare depuis l’âge de 10 ans et la première fois qu’il est monté sur scène il en avait 11.  Toute sa jeunesse il l’a passée sur les routes du Delta et dans les environs de de Chicago pour s’approprier le blues de ses pairs en y apportant des teintes et une énergie que la soul et le heavy-rock des seventies ne renieraient pas. Nominé aux Grammy Awwards, le guitariste a également obtenu plusieurs Blues Music Awards:  Nouveau Talent, Meilleur Gutariste et Meilleur Album pour le bien nommé Kingfish, son premier opus. N’ayons pas peur des mots, ce disque est un petit bijou. La guitare du jeune prodige s’exprime comme celle des King, B.B et Freddie, et ses chorus sont incendiaires. Que ce soit en électrique ou en acoustique, sur tempo lent ou rapide, Christone Ingram a le don de vous mettre les poils de la nuque et des avant-bras à la verticale via un blues qu’il distille avec une fraicheur et une facilité déconcertantes. L’artiste ne se contente pas d’aligner des notes. Il est à l’origine de 8 de 12 titres et son écriture fait preuve d’un feeling unique par les temps qui courent et d’une voix à la beauté quasi surnaturelle. Cherry on the cake, l’album publié sur le label Alligator Records, bénéficie de la présence de Keb Mo’ d’Eric Gale et de Buddy Guy. Fort prometteuse, cette entrée en matière semble confirmer qu’Ingram soit en capacité de garder les deux pieds dans le présent du blues et d’en entretenir la légende en apportant du sang neuf à ses propres influences. Pour l’heure et sans préjuger des conséquences d’une notoriété aussi soudaine, je n’hésite pas à affirmer que, dans son genre, Kingfish est sans conteste le meilleur album blues de l’année et probablement de la décennie. C’est pas une putain de bonne nouvelle ça?

Tracklist: 1-Outside of This Town 4:08. 2-Fresh Out 3:48. 3-It Ain’t Right 3:05. 4: Been Here Before 5:54. 5-If You Love Me 4:03. 6 -Love Ain’t My Favorite Word 5:25. 7-Listen5:29. 8-Before I’m Old 4:15. 9-Believe These Blues 4:24. 10-Trouble 2:55. 11-Hard Times 3:08. 12-That’s Fine by Me 4:42.

Patrick BETAILLE, décembre 2020

 

Ducati – Le Monster change de Look

Ducati change la donne. Au bout de quasiment trois décennies, les italiens mettent fin au look dépouillé et trapu de son emblématique L-Twin en remplaçant le traditionnel treillis tubulaire par un cadre en aluminium. Esthétiquement parlant, en perdant un peu de son âme au profit de la modernité, ce Monster est prévu pour gagner de l’efficacité, des parts de marché et de nouveaux clients chez les adeptes du look manga made in Japan (Mâtin quel putain d’album!). Que l’on se rassure, le rouge Ducat’ reste néanmoins d’actualité. L’arrivée en concession du Monster revu, corrigé et boosté en 950 cm3 est prévue pour avril 2021; ça laisse le temps de se pencher sur les aspects techniques d’un renouveau que MotoPlanete détaille ici

Patrick BETAILLE, décembre 2020

 

MV Agusta version Alpine A110

La firme italienne MV Agusta vient de dévoiler un projet pour le moins original: une nouvelle moto développée en partenariat avec un constructeur d’automobiles françaises. Un seul indice pour le moment: la moto sera habillée de bleu et d’argent, tout comme comme les emblématiques Alpine. Il y a fort à parier que le résultat sera à la hauteur d’ambitions sportives en version haut de gamme pour cette édition spéciale de la 800 Superveloce. Allusion à la Berlinette sportive fabriquée à Dieppe sous l’appellation Alpine A110, l’auguste 2RM italien sera produit à hauteur de – je vous laisse deviner – 110 exemplaires. Il faudra encore patienter quelques semaines pour connaître les caractéristiques définitives et le prix du modèle exclusif qui sortira prochainement des chaines de production de Lombardie. Sources et info: Auto-Moto.

110 exemplaires donc. Le soixante-quatrième sera disponible dans le département – je vous laisse deviner –  64, pour Pyrénées Atlantiques! Si, si!  à Lescar précisément et chez MotoMania (mâtin quel bouclard!), nouvellement promu concessionnaire MV Agusta et GasGas, qui se fera un plaisir de vous présenter la bête dès que dispo.

Patrick BETAILLE, décembre 2020

 

La Fabuleuse Histoire de Brough Superior

En 1919, la marque Brough Superior voit le jour en Angleterre. George Brough a en tête la mise en chantier d’un nouveau concept: la moto de luxe. C’est à ce titre qu’en 1924 arrive la SS100, présentée comme la Rolls Royce des motos. Le livre, La Fabuleuse histoire de Brough Superior depuis 1919, retrace l’histoire de la marque anglaise et de son fidèle client qui a possédé pas moins de sept SS 100: Thomas Edward Lawrence, plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie. L’ouvrage de Jean-Louis Basset et David Dumain revient largement sur les premières années et passe en revue l’évolution des différents modèles jusqu’en 2018, l’année du changement au cours duquel les motos Brough Superior sont fabriquées en France sous la direction de Thierry Henriette. Le patron de Boxer Design et aujourd’hui propriétaire de la marque anglaise aime le rappeler: ″Même si la marque appartient à un Anglais, ce sont des motos 100% françaises″. 240 pages d’histoires, 440 photos, un Dvd documentaire (Road Trip sur les traces de Sir Lawrence) et le film Lawrence d’Arabie en Blu-ray sont réunis dans un coffret. L‘ensemble est une exclusivité Fnac disponible en deux versions dont l’une, en version standard, au prix de 59 €. L’autre version, dite collector, contient en plus une plaque numérotée en acier brossé avec le logo Brough Superior et deux reproductions de dessins signées et numérotées de la moto de Lawrence d’Arabie en 1908. Cette édition, limitée à 1000 exemplaires, est affichée au prix de 99 euros. Pas cent hein! 99!.. Non Mais!

Patrick BETAILLE, décembre 2020

Phil Campbell – We’re the Bastards

Quelques mois après la disparition de Lemmy Killmister, le guitariste Phil Campbell reprenait du service. Quand on a passé sa vie sur les planches avec l’une des plus importantes formations de heavy metal du monde, difficile de faire autrement! Dans la foulée, retour donc du grand pourvoyeur de riffs au sein de Motörhead avec une nouvelle formation high energy. Sachant que les chats ne font pas des chiens, pourquoi aller chercher ailleurs ce que l’on a chez soi? Poétiquement présenté sous le nom de PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS, le combo mis à contribution devenait une histoire de famille. Les trois fils sont désormais de la partie. Todd à la guitare et à l’harmonica, Dane à la batterie et Tyla à la basse et c’est Neil Starr, un pote et ex-Attack Attack, qui assure le chant. En 2016, les débuts consistent essentiellement en premières parties de Hawkwind, Guns & Roses, Saxon ou Airbourne et l’année s’achève sur la parution d’un EP éponyme de cinq titres. Le premier long play  The Age Of Absurdity sort en janvier 2018 et connait d’emblée un beau succès, grâce notamment à la patte Motörhead que le gratteux gallois n’a bien sûr pas perdue. Nous sommes les bâtards! c’est ce que clame le groupe en septembre 2020 pour annoncer sur les réseaux sociaux qu’un nouvel album arrive. Et le voici! Produit par Todd Campbell et enregistré au Pays de galles, We’re the Bastards ne change en rien la formule éprouvée d’un hard old school. Gros son, rythmiques bétonnées, chant efficace, grattes en avant et solos inspirés. Bref, la grosse cavalerie qui vous en met plein la tronche. On en redemande, même quand le tempo descend d’un cran (Desert Song, Born to Roam et son intro bluesy ou un Waves sous forme de ballade heavy qui va cescendo). C’est une évidence, la tribu Campbell assure la continuité de l’héritage Motörhead qui squatte leur ADN tout en consolidant leur propre identité avec des compos fort bien tricotées. C’est du vrai rock’n’roll! Un truc hargneux et puissant qui prend à peine le temps de souffler entre deux titres mais avec juste ce qu’il faut d’originalité pour ne pas lasser. D’entrée, Son of a Gun vous en colle une et vous savez déjà qu’on va vous ramasser à la petite cuillère. 13 rafales généreuses qui à elles seules en disent plus que toute la discographie de certains groupes. Un grand merci à Joël et hard on! Phil Campbell and the Bastards c’est sur Nuclear Blast!

Patrick BETAILLE, novembre 2020

LAURENT BAGNARD – Rebel Motorcycles Ltd II

Certains connaissent peut être déjà le lascar. Soit parce qu’ils ont en main le premier volume de Rebel Motorcycles Ltd paru en 2009 et préfacé par jake Cavaliere des Lords of Altamont. Soit parce que, de près ou de loin, ils ont participé aux aventures PowerGlide, Cast Iron ou Carlingue. Soit enfin, parce qu’ils sont tombés sur son carnet de voyages en images: Mexican Street Art. Pour les autres, disons que Laurent Bagnard est à la fois un narrateur diligent, un photographe accompli, mais aussi et surtout un passionné de bécanes, mais pas n’importe lesquelles. Surtout pas. Ici les notions de vintage et autre steam punk sont définitivement reléguées au fin fond des oubliettes de la bobologie hispster. Pourtant, du Norton, du Harley Davidson, Triumph, MV Agusta et même du Brough Superior il y en a. Mais pas de celles que l’on aurait l’occasion de mater depuis la terrasse du Café de la Gare par beau temps. Et pour cause. Dans ce livre, c’est de mode de vie dont il s’agit. Laurent Bagnard met en lumière des préparations qui sont à l’image de leurs proprios. De ceux qui, comme lui, se foutent de la technologie et de la norme euro comme de leur première tétine. Rebel Motorcycles Ltd II c’est 144 pages et pas moins de 200 photos. 23 bécanes et leurs créateurs respectifs sont là pour témoigner de l’existence d’une contre-culture motorisée qui sent bon l’huile et d’un mode de vie à contre courant des modes et des tendances. Comme dit l’ami Vince sur son blog: ″Il faut penser à mettre quelque chose d’intelligent au pied du sapin et 30 balles c’est pas la ruine. C’est par ici: Laurent Bagnard!

Patrick BETAILLE, novembre 2020

 

AC/DC – Power Up

On ne peut pas dire que ces dernières années se soient déroulées sous les meilleures auspices dans le milieu du power rock australien. Des problèmes d’auditions chez Brian Johnson, certains déboires judiciaires pour Phil Rudd et surtout le décès de Malcolm Young ont imposé un sérieux coup d’arrêt aux activités de la bande à Angus. Mais, contre vents et marées, AC/DC revient avec un dix-septième album: Power Up! Six ans se sont écoulés avant pouvoir écouter le successeur du dispensable Rock or Bust et c’est sans surprise que le verdict tombe. Les guitares aux rifs puissants, les rythmiques imparables, la voix éraillée de Brian Johnson, le gros son, les chœurs omniprésents (trop?), tout est là. Tous les titres sont bâtis selon la même formule, celle qui depuis trente ans nourri les fans des australiens. Produit par Brendan O’Brien et enregistré aux Warehouse Studios de Vancouver, Power Up est à inscrire au registre des accomplissements honorables d’AC/DC, sans pour autant flirter avec le niveau d’un Highway to Hell ou de Back in Black. Qu’espérer de plus? Pas grand chose de la part d’un groupe honnête qui – avec des hauts et des bas – n’a jamais changé de stratégie et apprécier à leur juste valeur – et même avec un arrière goût de déjà entendu – des titres tels que Realize ou Demon Fire. Se réjouir enfin d’un retour sur lequel peu de headbangers auraient misé 1 kopeck.

Tracklist: 1 – Realize: 3.37. 2 – Rejection: 4.06. 3 – Shot in the Dark: 3.06. 4 – Through the Mists of Time: 3.32. 5 – Kick You When You’re Down: 3.10.  6 – Witch’s Spell: 3.42. 7 – Demon Fire: 3.30. 8 – Wild Reputation: 2.54. 9 – No Man’s Land: 3.39. 10 – Systems Down 3.12. 11 – Money Shot: 3.05. 12 – Code Red: 3.31.

Patrick BETAILLE, novembre 2020

The Jaded Hearts Club – You’ve always been there

En ces temps difficiles, s’agissant de  trouver une échappatoire à la sinistrose ambiante, tout est bon à prendre. Alors pourquoi ne pas jeter une oreille – surtout pas distraite – sur The Jaded Hearts Club qui jusqu’alors n’existait que sur scène sous le nom de Dr. Pepper’s Jaded Hearts Club Band (Salut sergent, ça va?). Initialement, l’idée vient du guitariste Jamie Davis qui pour son anniversaire décide de monter un groupe pour rendre hommage aux 4 de Liverpool. Davis fait donc appel à quelques potes. Miles Kane (The Last Shadow Puppets), Nic Cester (Jet), Matthew Bellamy (Muse), Sean Payne (The Zutons) et Graham Coxon (Blur) se retrouvent réunis pour une série de gigs. C’est ainsi qu’en 2019 un premier album live issu d’un concert donné au 100 Club de Londres est publié en édition limitée (vinyle blanc 180 gr) au profit du Shooting Stars Children’s Hospice. Le plaisir est au rendez-vous, public et musiciens y trouvent leur compte et l’alchimie de ces instants se traduit par l’envie d’entrer en studio et de mettre sur bande leur appétence pour la Soul de chez Motown. ″De la même manière que le jazz réinvente de vieux morceaux, nous entretenons la tradition de groupes comme les Beatles ou les Stones à leurs débuts : trouver de bons standards de blues et de soul pour ensuite les jouer dans une veine plus moderne″ (Matthew Bellamy). Des Isley Brothers aux Sonics en passant, entre autres, par Marvin Gaye et Screamin’ Jay Hawkins, les 11 titres de You’ve always been there rendent hommage aux sixties de la plus belle des manières. Avec ce premier essai (transformé), on redécouvre en versions rock des titres mythiques dont certains maintes fois repris. Pour en apprécier la fraicheur et l’énergie brute il faut bien sûr laisser de côté tout ce que peut susciter le concept de supergroup et éviter de se poser la question du pourquoi et du comment ça va durer ou finir. Il faut juste se laisser embarquer par un brillant revival conduit de main de maitre par une poignée de musiciens talentueux. Ok! Cet album ne va ni réécrire l’histoire du rock, ni sauver le monde. Reste qu’en tant que remède à la mélancolie, entre 30 minutes de fun et 3 minutes de Gad Elmaleh qui massacre Nougaro, le choix est vite fait!

Tracklist: 1 – We’ll Meet Again. 2 – Reach Out I’ll Be There. 3 – Have Love Will Travel. 4 – This Love Starved Heart of Mine. 5 – Nobody but Me. 6 – Long and Lonesome Road. 7 – I Put a Spell on You. 8 – Money. 9 – Why When the Love Is Gone. 10 – Love’s Gone Bad. 11 – Fever.

Patrick BETAILLE, novembre 2020