Phil Campbell – We’re the Bastards

Phil Campbell and the Bastard Sons

Quelques mois après la disparition de Lemmy Killmister, le guitariste Phil Campbell reprenait du service. Quand on a passé sa vie sur les planches avec l’une des plus importantes formations de heavy metal du monde, difficile de faire autrement! Dans la foulée, retour donc du grand pourvoyeur de riffs au sein de Motörhead avec une nouvelle formation high energy. Sachant que les chats ne font pas des chiens, pourquoi aller chercher ailleurs ce que l’on a chez soi? Poétiquement présenté sous le nom de PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS, le combo mis à contribution devenait une histoire de famille. Les trois fils sont désormais de la partie. Todd à la guitare et à l’harmonica, Dane à la batterie et Tyla à la basse et c’est Neil Starr, un pote et ex-Attack Attack, qui assure le chant. En 2016, les débuts consistent essentiellement en premières parties de Hawkwind, Guns & Roses, Saxon ou Airbourne et l’année s’achève sur la parution d’un EP éponyme de cinq titres. Le premier long play  The Age Of Absurdity sort en janvier 2018 et connait d’emblée un beau succès, grâce notamment à la patte Motörhead que le gratteux gallois n’a bien sûr pas perdue. Nous sommes les bâtards! c’est ce que clame le groupe en septembre 2020 pour annoncer sur les réseaux sociaux qu’un nouvel album arrive. Et le voici! Produit par Todd Campbell et enregistré au Pays de galles, We’re the Bastards ne change en rien la formule éprouvée d’un hard old school. Gros son, rythmiques bétonnées, chant efficace, grattes en avant et solos inspirés. Bref, la grosse cavalerie qui vous en met plein la tronche. On en redemande, même quand le tempo descend d’un cran (Desert Song, Born to Roam et son intro bluesy ou un Waves sous forme de ballade heavy qui va cescendo). C’est une évidence, la tribu Campbell assure la continuité de l’héritage Motörhead qui squatte leur ADN tout en consolidant leur propre identité avec des compos fort bien tricotées. C’est du vrai rock’n’roll! Un truc hargneux et puissant qui prend à peine le temps de souffler entre deux titres mais avec juste ce qu’il faut d’originalité pour ne pas lasser. D’entrée, Son of a Gun vous en colle une et vous savez déjà qu’on va vous ramasser à la petite cuillère. 13 rafales généreuses qui à elles seules en disent plus que toute la discographie de certains groupes. Un grand merci à Joël et hard on! Phil Campbell and the Bastards c’est sur Nuclear Blast!

Patrick BETAILLE, novembre 2020

Baron Wolman – Décès du Photographe de Rolling Stone

En avril 1967, le photographe américain Baron Wolman fait la connaissance d’un certain Jann Wenner, un jeune écrivain sur le point de lancer un nouveau type de périodique. Séduit par le concept, Wolman accepte d’apporter sa contribution à ce qui allait devenir l’étendard de la culture hippie et, très rapidement, la référence absolue en terme d’actualité musicale: Rolling Stone. Basé à San Francisco, ce boulimique de l’image et fan absolu de musique, mitraille tout ce qui bouge sur une scène en pleine révolution. Ses photographies de Janis Joplin, des Stones, de Frank Zappa, des Who, de Jimi Hendrix, de Joan Baez, Iggy Pop, Pink Floyd, Bob Dylan, des Grateful Dead, de Jim Morrison et de tant d’autres deviennent les références graphiques de la mise en page du magazine. Mais peu à peu, l’approche ″sur le vif″ et quelque peu brute de décoffrage de l’artiste, doit laisser place à des faiseurs d’images plus stylisées – souvent réalisées en studio – publiées uniquement avec l’approbation des musiciens et de leur management. En 1970, après trois ans de collaboration, Baron Wolman quitte Rolling Stone pour fonder Rag, son propre magazine de mode et un peu plus tard il se lance dans la photo aérienne qu’il met en pratique à bord de son Cessna. À la fois spectateur et observateur, ce témoin de moments parmi les plus emblématiques de l’histoire du rock vient de ranger son matériel. Définitivement. Il est décédé le 2 novembre à l’âge de 83 ans. ″Les photos de Baron nous ont donné un aperçu rare, complet et précis de son époque, et son intelligence visuelle restera inégalée″ (Dianne Duenzl, photographe).

En plus d’une visite indispensable sur le site Baron Wolman Photography, des images d’hier pour des souvenirs de demain:  Every Picture Tells a Story. 176 pages de témoignages visuels datant des années Rolling Stone. Groupies and Other Electric Ladies: bel hommage aux groupies qui témoignent sur le monde du rock côté coulisses. Woodstock: Tout est dans le titre. Le festival dans toute sa démesure avec un reportage essentiellement axé sur l’ambiance et le public.

Patrick BETAILLE, novembre 2020

Tyler Bryant & The Shakedown – Pressure

C’est un fait! 2020 et son coronavirus est une année détestable pour la culture en général et le rock en particulier. Les velléités de tournées ont pris du plomb dans l’aile et, confinement oblige, beaucoup de cessions studios ont été avortées. Beaucoup de musiciens, d’artistes ont joué du renoncement fataliste, préférant s’enfouir sous de douillets plaids pour casser la gueule à quelques bols de popcorn. D’autres ont fait le choix de la tentative de suicide par overdose d’inepties médiatiques prodiguées par d’autoproclamés spécialistes de tout et n’importe quoi. Les plus motivés, eux, on sauté sur l’occasion pour exploiter de nouvelles manières de travailler at home. Un an après Truth & Lies, les texans de Tyler Bryant & The Shakedown parviennent à garder le contact et surtout à finaliser leur quatrième album. ″Il y avait d’innombrables limites à faire de cet album en confinement. Mais ces limites nous ont finalement alimenté de manière créative. Nous n’avions pas de règles et les barrages que nous avons rencontrés nous ont obligé à trouver d’autres moyens″ (Tyler Bryant). Pour partie déjà avancé avant la crise, Pressure a donc été finalisé en home studio mais sans pour autant tomber dans le minimalisme et la facilité. 40 minutes nappées de guitares saturées en parfaite osmose avec la voix éraillée de Tyler Bryant qui, comme d’habitude, excelle dans tous les domaines. 13 titres majoritairement heavy rock, parfois très blues (Misery, Coastin‘), pop rock classieux (Fuel, Wildside, Crazy Days) et même folk (Like the Old Me). À noter également: la présence efficace de Charlie Starr (Blackberry Smoke) sur Holdin’ my Breath. Même en trio (le bassiste Noah Denney n’est plus là), Pressure porte bien son nom et c’est un joli coup d’éclat – un de plus – pour Tyler Bryant & The Shakedown. Un bon moyen d’oublier le couvre-feu. Putain j’adore ce groupe!

Tracklist: 1 Pressure 02:24 – 2 Hitchhiker 03:22 – 3 Crazy Days 03:50 – 4 Backbone 02:48 – 5 Holdin’ my Breath Keep 04:12 – 6 Like the Old Me 03:51 – 7 Automatic 02:54 – 8 Wildside 03:22 – 9 Misery 03:34 – 10 Fuel 02:49 – 11 Loner 03:33 – 12 Fever 03:32 – 13 Coastin’ 02:31. 

Patrick BETAILLE, octobre 2020

Spencer Davis – Gimme Some Lovin’

En 1963 le guitariste-chanteur Spencer Davis voit juste en faisant appel aux frères Winwood (Stevie aux claviers et au chant, Muff à la basse) et au batteur Pete York pour mettre en place ce qui allait devenir l’une des formations phare de la British Invasion des années soixante: The Spencer Davis Group. En trois ans ces gars là se payent le luxe de détrôner les Beatles dans la course aux meilleures ventes de la pop britannique. Keep on Running c’est eux. Le Gimme some Lovin’ survitaminé par The Blues Brothers, c’est aussi eux. Et le I’m a Man qui fit les riches heures du Chicago transit Authority, c’est encore eux! Malheureusement, des problèmes d’egos conduisent à l’éclatement du quatuor de Birmingham. En 1967, Stevie Winwood part fonder Traffic puis Blind Faith avec Eric Clapton en 1969. Spencer Davis lui se consacre désormais au folk et à la country rock. Sans grand succès. Parti aux USA, il travaille pour Island Records, contribue à l’éclosion de Bob Marley, Eddie & The Hot Rods et Robert Palmer. À l’occasion il compose aussi pour les Allman Brothers, Dusty Springfield et Booker T. Malgré des tentatives de réunification en 1973 et en 2006, sans les frères Winwood, le Spencer Davis Group devient bel et bien de l’histoire ancienne. Spencer Davis vient de décéder des suites d’une pneumonie. Il avait 81 ans.

Patrick BETAILLE, octobre 2020

LES SHERIFF – Décès de Frédéric Bessière

Fred, l'une des gâchettes des Sheriff, nous a quitté! Lire la suite...

″On est les Sheriff et on fait du bruit!″ C’est ainsi que se présentent les $heriff, un groupe de punk rock français né en 1984 à Montpellier. Considéré comme l’un des fondateurs de la scène punk rock française, le groupe est souvent comparé aux Ramones pour lesquels ils ont d’ailleurs ouvert lors d’un concert à Pau (au fond , en bas à gauche, près des Pyrénées) en juin 1992. Les $heriff font leurs adieux en 1999 mais reforment occasionnellement pour quelques dates dont le HellFest en 2018. Pile ou face? Pile! C’est perdu! Le guitariste Frédéric Bessière vient de décéder le 6 octobre 2020. Rest In Punk Fred!

Patrick BETAILLE, octobre 2020

Eddie Van Halen – You really got me!

Au cours de leur jeunesse, et alors que toute la famille avait émigré des Pays-Bas vers la Californie, les frères Eddie et Alex Van Halen, se voient contrés et forcés par leur mère de prendre des cours de piano. L’enthousiasme n’est pas au rendez vous, loin de là. À force de persuasion, Alex obtient le feu vert pour prendre des cours de guitare flamenco et Eddie bosse pour se payer une batterie. Pendant les heures de travail d’Eddie, Alex s’approprie les futs et devient rapidement bien meilleur que son frangin. Qu’à cela ne tienne! Eddie se met à la guitare et tous deux forment plusieurs groupe qui, au fil des ans, évoluent pour devenir celui qui sort un premier album éponyme en 1978: Van Halen. Sur ce premier essai, un titre des Kinks assure à la formation un succès foudroyant: You Really Got Me. En troisième position sur la face A, la reprise tonitruante est précédée d’un brulot improbable surgit de nulle part et, selon la légende, totalement improvisé: Eruption .Très bref, le morceau volcanique révèle une technique qui révolutionne les solos de six cordes: le tapping à deux mains. À l’époque souvent copiée mais rarement égalée, la technique innovante d’Eddie consiste à utiliser les deux mains sur le manche de la guitare. Du jour au lendemain, la rapidité, les possibilités mélodiques et l’accession à une profusion de notes, inspire de nombreux guitaristes qui, avec plus ou moins de talent, écriront quelques pages intéressantes du hard rock des années 80. La suite on la connait. À partir de 1986 et après six albums remarqués, une carrière en dents de scie pour Van Halen. Entre splits, reformations, errances, changement de personnel (4 chanteurs en 9 ans!), le groupe tente, jusqu’en 2012, de renouer avec le succès. En vain! Aujourd’hui la dernière page est tournée. À 65 ans Eddie Van Halen vient de décéder des suites d’un cancer.

Ecouter: Les 6 premiers albums du groupe mais s’il ne fallait en retenir qu’un: Van Halen (1978). Premier album et 11 brûlots dont  l’immanquable ″Eruption″. Sismique et indispensable a plus d’un titre; chorus, rythmique, gros son, compos… Aucun groupe n’avait sonné comme ça auparavant. Pour le plaisir et l’anecdote: le chorus de Beat it sur Thriller, l’album de je sais plus qui!

Patrick BETAILLE, octobre 2020.

Harley Davidson – La fin du Sportster?

Ça n’est plus un secret pour personne. Depuis plusieurs années Harley Davidson rencontre des difficultés. Déjà en 2017, les ventes avaient chuté de 7%, le chiffre d’affaire de 6%, et le bénéfice net de près de 25 %. Confronté à un vieillissement de sa clientèle traditionnelle, le constructeur américain n’arrive plus à séduire une clientèle plus jeune qui se tourne désormais vers la concurrence japonaise et européenne. Milwaukee a bien tenté de faire face en optimisant certaines unités de production, en se livrant à des suppressions d’emplois conséquentes et en allant même, jusqu’à très récemment, arrêter ses opérations de vente et de fabrication en Inde en fermant son usine de Bawal où étaient produites les Street 500 et 750. En vain! Même la tentative de se positionner sur le marché de l’électrique avec la Live Wire et des vélos haut de gamme n’a pas empêché le recul significatif des ventes au niveau mondial. Aujourd’hui, un nouveau caillou vient de se glisser dans la godasse du nouveau PDG Jochen Zeitz. La norme EURO 5 s’avère beaucoup trop exigeante pour le Potato-Twin et pour les décideurs de la firme américaine de nouveaux choix s’imposent. Désormais Harley Davidson préfère se focaliser sur la mise aux normes de la gamme cruiser, touring et softails, et ce, au détriment d’un large pan des modèles historiques de la marque. Ainsi, le twin à ailettes qui propulse notamment les Street, Iron, Roadster et autre Forty-Eight semble sous peu condamné à disparaitre. Par voie de conséquence, l’emblématique Sportster dans toutes ses déclinaisons devrait être poussé vers la sortie du marché européen. Apparus à la fin des années 50, les 883 et 1200 s’étaient pourtant octroyé une place de choix chez les motards séduits par un tarif raisonnable, une facilité d’utilisation et d’énormes possibilités de customisation. Is this the end? 

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Décès du batteur de Uriah Heep, Lee Kerslake

La reconnaissance et le succès international, Lee Kerslake ne l’aura connu que tardivement quand il a participé aux enregistrements des albums de Ozzy Osbourne Blizzard Of Ozz en 1980 et Diary Of A Madman en 1981. Il faut noter que sur cet album, Kerslake ne figure pas aux crédits. Son nom est remplacé par le nom de celui qui lui succéda sans avoir participé aux sessions: Tommy Aldridge. En tant que batteur, ce musicien anglais a passé plus de 30 années derrière les fûts de l’honorable et souvent mésestimé Uriah Heep, groupe de heavy rock progressif qu’il avait donc quitté en 1980 et qu’il rejoindra lors de sa reformation pour y rester jusqu’en 2008. Cette année là, Lee est atteint d’un cancer avec complications contre lequel il luttera jusqu’en ce jour de 2020. Sa mort a été confirmée par son ami et coéquipier d’Uriah Heep, Ken Hensley, qui a déclaré que Kerslake était décédé aux premières heures du samedi 19 septembre.

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Jimi Hendrix – Business is Business!

Il y a 50 ans disparaissait celui à jamais considéré comme le plus prodigieux musicien de l’histoire du rock. De son vivant, Jimi Hendrix n’a sorti que trois albums studio: Are You Experienced et Axis: Bold As Love en 1967, Electric Ladyland en 1968. Peu avant sa mort, le gaucher de Seattle avait autorisé la parution d’un témoignage live tiré du concert qui eut lieu le 1er janvier 1970 au Fillmore East de New York. Band of Gypsys fut enregistré sans l’Experience mais avec le bassiste Billy Cox et le batteur Buddy Miles. Le disque paraitra le 25 mars 1970. Après le décès de Jimi en septembre 1970, une foultitude de disques posthumes ont inondé le marché. Fonds de tiroirs de studios, extraits de concerts, compilations, pirates officiels et non-officiels, maquettes et autres versions alternatives. Au total, une bonne centaine de galettes. Un véritable pillage mercantile et lucratif de l’œuvre et de l’approche artistique d’un musicien d’exception. 50 ans après que reste t’il? Un goût amer dans la bouche de ceux qui, comme moi, restent persuadés qu’Hendrix a changé le cours de l’histoire du rock et qui se demandent encore ce qui aurait pu advenir si la faucheuse n’avait pas frappé à la porte d’une chambre d’hôtel londonien, le 18 septembre 1970.

Ecouter: Parmi la débauche de disques publiés post mortem il faut quand même et à minima en retenir deux. 1 – Le live Hendrix in the West regroupant de belles performances au Royal Albert Hall de Londres et à San Diego en 1969 et à Berkeley et à l’île de Wight en 1970. 2 – BLUES: une magnifique exploration des racines musicales du guitariste, le blues. Il convient également de ne pas passer à côté du beau documentaire Hear my Train a Comin’ qui brosse un portrait riche et émouvant du musicien.

Patrick BETAILLE, septembre 2020

Hibbert Toots – Le Soulman Jamaïcain n’est plus!

Le musicien jamaïcain Frederick Nathaniel Hibbert, dit ”Toots”, est mort vendredi 11 septembre à Kingston à l’âge de 77 ans. Il avait été plongé dans un coma artificiel depuis le début du mois, après avoir été admis à l’hôpital en raison de problèmes respiratoires conséquents à une infection au Coronavirus.

En 1968, le ska est la musique la plus populaire en Jamaïque, The Maytals s’orientent vers le rocksteady, une musique au rythme plus lent et donnant plus de place au chant et aux claviers, et sort Do the Reggay. La chanson restera celle qui donna son nom à un nouveau genre musical car, avec son groupe, Hibbert Toots fut le premier à avoir utilisé le mot « reggae », bien avant avant que Bob Marley ne devienne une icône. Ses tubes – Pressure Drop repris par The Clash et Monkey Man par The Specials – ont été à l’honneur dans les années 1970. Avec sa fougue et sa voix chaude, Hibbert Toots fut l’un des plus vibrants et éloquents chanteurs jamaïcains. « Son esprit est avec nous, sa musique nous remplit d’énergie et je ne l’oublierai jamais » [Ziggy Marley].

Patrick BETAILLE, septembre 2020