Carlingue #7 – Happy Planet

Carlingue7 Vintage & LocomotionLes machines les plus farfelues, les bolides les plus improbables, les véhicules les plus emblématiques, c’est du pain bénit pour Carlingue. Happy Planet ne déroge pas à la règle. Du Flying Pankake au Big Red Truck en passant par la résurrection d’un coupé Willis et la magnificence des Paddle Boats du Mississippi, ce ne sont pas les moyens de transport qui manquent pour faire faire de belles balades à nos neurones engourdis par les prémices hivernaux. Billy Redden s’invite au voyage. Avec un peu de chance il vous jouera ″Dueling Banjos″ et, si besoin, vous pourrez l’en convaincre en lui mettant sous le nez le légendaire Colt 45. Le must reste qu’à la lecture d’un superbe article sur les Converse All Stars vous réalisez qu’en les portant vous avez réussi votre vie. Ça valait le coup de patienter pour la version papier de ce somptueux numéro 7 pour lequel le Rédac Chef s’est battu pour que la qualité soit au rendez vous d’un satisfecit méritoire et mérité. C’est ça la presse indépendante et créative, celle à laquelle il faut s’abonner, celle qu’il faut offrir, celle qu’il faut soutenir avant qu’elle ne disparaisse à jamais: Carlingue!

PB, novembre 2017

Gasolin’ – PinUp complètement timbrée

PinUp GasolinTotalement méconnu mais souvent considéré comme la réponse du Danemark aux Beatles, Gasolin’, fondé en 1969 par Kim Larsen, a tout d’abord bâti son répertoire sur la langue de Shakespeare. Le succès n’étant pas au rendez vous, les musiciens décident d’enregistrer dans leur langue maternelle, touchent le jackpot et deviennent, dans les années 70, le groupe pop le plus vendu au pays de la Petite Sirène. Toujours de façon aussi anecdotique, il convient également de s’attarder sur ce qui visiblement faisait partie d’un aspect artistique cher aux danish boys. En effet, question cover art, les quatre premiers opus du groupe font clairement référence aux comics en général et aux pin ups en particulier. Leur troisième album paru en 1973,  Gasolin’ 3, est illustré d’une œuvre de Tage Hansen représentant une pin up dans la plus pure tradition des maîtres du genre: Alberto Vargas, Art Farhm ou Gil Elvgren. La reproduction a été utilisée sans l’autorisation de l’artiste qui quelque temps plus tard a donné son consentement moyennant 2 exemplaires du LP en question. Étonnant non?! Plus étonnant encore, en 2010 un vote des auditeurs de la Danish Broadcasting Corporation a donné lieu à l’émission d’un timbre; la pochette originale du disque en est le motif. Sexy Linda!

Discographie Gasolin'

PB, novembre 2017

Tattooed Lady – It’s only Rock’n’Roll!

Wear your heart on your skin in this life

Tatouage Rock'n'Roll!

Dans la vie, ce que tu as dans le cœur, écris le sur ta peau

 

Fabien Novarino – Artiste Pop & Co

Fabien Novarino: Bike girl, Marlo & SteveDepuis 2010, cet artiste peintre savoyard intègre la photographie dans son art  afin de donner à ses peintures une connotation contemporaine et urbaine. À partir de clichés, Fabien Novarino conçoit des œuvres graphiques originales qui relèvent d’un style aux accent Néo Pop et Vintage. Réalisées à partir d’un subtil mélange de collages, dessins et pochoirs, ses toiles s’inspirent des icônes du cinéma, de Street Art et de l’univers des Comics. Fermement actuel, son art est un bel hommage à la société du divertissement où moto et rock occupent une place non négligeable. A découvrir Ici!

The Beatles – Butcher cover de Yesterday & Today

Beatles: Butcher Cover

Considérée comme outrageuse, la pochette de l’album Yesterday and Today des Beatles à été publiée à 750 000 exemplaires avant d’être censurée et retirée du marché. La photo de la désormais célèbre Butcher Cover, quasiment introuvable et souvent vendue plus de 10 000$, a bien sûr fait le bonheur financier de quelques heureux possesseurs de l’édition originale. Aujourd’hui c’est une version rarissime, le Graal pour certains collectionneurs, qui va être mise en vente aux Etats Unis le 11 novembre.  En 1972, John Lennon avait confié un exemplaire de l’album au collectionneur Dave Morrell. L’album en question est dédicacé : ″Pour Dave, de la part de John Lennon – 7 déc. 1971″. D’après les spécialistes, les enchères pourraient atteindre les 200 000$, un montant qui s’explique également par le caractère unique de l’objet. Il s’agit en effet d’un prototype stéréo qui aboutira finalement à l’album Yesterday and Today.

PB, novembre 2017

.

La guitare sort de l’ombre

La Musique est dans la rueLa musique est partout, y compris dans la rue. Quand ombre et lumière s’expriment en un jeu inattendu, seul un œil exercé et attentif peut détecter la présence évocatrice et silencieuse d’un accord parfait et éphémère″. [Marcel Destroy, musicologue alambiqué].

Annie Leibovitz – Born in the USA

Annie leibovitz: Born in the USAElle est effectivement née aux Etats Unis Annie Leibovitz, dans le Connecticut. De 1970 à 1983, bien avant donc d’opérer derrière l’objectif pour la réalisation du calendrier Pirelli 2016, la photographe devient célèbre alors qu’elle travaille pour le magazine Rolling Stone. Au cours de cette période elle suit le Tour of Americas des Stones et en ramène plus de 400 clichés. Grâce à ses photos, Annie devient vite la mémoire argentique du rock et fixe pour la postérité de très nombreuses figures représentatives de l’époque. John Lennon, Beach Boys, Armstrong, Marley, Joan Baez, Leonard Cohen, Ray Charles, Chuck Berry, Elton John, Marvin Gaye, Miles Davis et tant d’autres, dont Bruce Springsteen. C’est d’ailleurs pour le patron du  E Street Band qu’en 83 Annie Leibovitz réalise les images qui seront utilisées pour la jaquette de l’emblématique Born in the USA. A la sortie de l’album, le Boss de dos, en jeans, debout devant le drapeau américain ne fait pas l’ unanimité. Le drapeau, que Springsteen souhaitait voir apparaître sur le disque, est évidemment en rapport avec le premier morceau de l’album Born in the USA, véritable hymne aux vétérans du Vietnam méprisés au retour dans leur patrie. Certains Républicains accusent le chanteur de laisser penser qu’il est en train d’uriner sur le Stars & Stripes. A contrario, d’autres y voient un hymne patriotique et nationaliste, à commencer par George Bush en 84 et Ronald Reagan en 88 qui utilisent la chanson à des fins électorales. Springsteen n’apprécie pas du tout, d’autant plus que le détournement a eu lieu sans son consentement.

PB, octobre 2017