le dimanche on rebranche – Race with the Devil

 

Seulement deux albums à l’actif de The Gun, groupe anglais formé en 1967 par les frères Gurvitz et dissout en 1970.  Le trio enregistre son premier disque éponyme, d’où sera extrait en 45 tours un Race With the Devil gavé de nitrométhane qui sera l’un des gros succès de l’automne 1968 au printemps 1969. ″C’est parti! Tu ferais mieux de courir, tu ferais mieux de fuir le feu du diable. De toutes façons il t’attrapera. Il te cherchera ici et là. Le diable te cherchera partout!″. Une fois n’est pas coutume, il n’est pas question d’un quelconque rendez vous au Crossroads avec à la clef un deal satanique, non. Ici le Malin est à vos trousses et le titre est bâti pour coller à la situation. Ça urge! La rythmique en témoigne et les cuivres omniprésents entretiennent l’angoisse. La peur est bien là aussi, les hurlements le démontrent, et le riff de guitare répété à l’envie vient prouver, si besoin en était, qu’il faut aller vite pour se soustraire à un aller simple vers l’Enfer. Sur sa six cordes Adrian Gurvitz est mélodieux, tranchant, rapide et son gimmick n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. En effet, Francis Rossi a télécastérisé le plan quand Status Quo interprétait Forty-Five hundred Times sur scène.

Au delà du single, le LP reste connu et apprécié pour sa pochette, la première réalisée par Roger Dean le créateur des fameuses pochettes de Yes, entre autres.

Patrick BETAILLE, juillet 2022

Le dimanche on rebranche – My Sharona

 

Il s’agit d’abord d’un tempo et d’un riff – reconnaissable entre tous – composé par un certain Berton Averre. My Sharona sort en juin 1979. Le single est extrait de l’album Get The Knack, un premier album fulgurant qui se vendra à plus d’un million d’exemplaires en moins de deux mois, un record, et restera N°1 au Bilboard 200 pendant 5 semaines. Il s’agit également d’un texte composé par Doug Fieger (chanteur, guitariste et fondateur de The Knack) tombé follement amoureux d’une fille de 17 ans. ″Dis moi ma belle, quand t’intéresseras tu à moi? Ce n’est qu’une question de temps Sharona! S’agit-il du destin ou est-ce que mon esprit me joue des tours? En tous cas, moi je n’abandonnerai jamais″. Chaque fois qu’il pensait à Sharona Alperin, Doug avait en tête le riff de son guitariste avec qui il décide de travailler sur la structure et la mélodie de la chanson. Il s’agit donc d’une passion qui finalement débouchera sur une véritable histoire d’amour avec à la clef un hit mémorable. Mademoiselle ira même jusqu’à poser pour la pochette du single. Enfin et surtout, il s’agit d’un titre qui relève du génie. Y’a un truc (Get The Knack)! Simple, efficace, entêtant, ce I can’t get no du début des années 80 n’a pas son pareil pour vous titiller les esgourdes et vous filer des fourmis dans les guiboles. Et quand l’on s’attarde sur le chorus de Berton Averre, une fois acceptée la verticalité des poils de vos avant-bras, c’est le terme de fulgurant qui vous vient immédiatement à l’esprit. Dave Grohl himself a d’ailleurs déclaré que My Sharona était l’une de ses chansons préférées, toutes époques confondues. En son temps, Michael Youn s’est même fendu d’une reprise toute personnelle avec son Comme des Connards qu’il faut s’empresser de vite oublier. S’il vous plait! Merci.

Patrick BETAILLE, juin 2022

 

Alton Kelley – Skull & Roses

 

Au cours des années 60-70, Alton Kelley a conçu bon nombre d’affiches pour les concerts des groupes psychédéliques de San Francisco. Le graphisme aux teintes vives et aux motifs en volutes évoquant les hallucinations provoquées par les drogues révolutionneront l’imagerie musicale, témoignant d’un moment particulièrement créatif de la culture américaine. Son premier succès il le connaît avec Stanley Mouse grâce à une affiche pour une prestation de Big Brother & the Holding Company et Quicksilver Messenger Service. Il a aussi réalisé les pochettes des albums American Beauty pour Grateful Dead et Book of Dreams pour The Steve Miller Band. Sa création la plus connue reste le fameux Skull & Roses. L’idée lui est venue d’une illustration tirée d’un recueil de poésies du poète persan Omar Khayyam. Kelley a agrandi le sujet, modifié l’image et ajouté de la couleur. Le dessin est apparu pour la première fois en 1968 sur une affiche de concert à l’ Avalon Ballroom et, en 1971, utilisé en tant que cover art du 7ème album du Grateful Dead, un double live sans nom mais souvent identifié en tant que Skull & Roses.

D’autres anecdotes sur la censure et l’histoire des pochettes de disques à retrouver dans le livre:

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

 

Patrick BETAILLE, juin 2022

Hellfest – Lemmy par Caroline Brisset

 

Abîmée par les intempéries et par les visiteurs, l’ancienne statue de Lemmy Kilmister, érigée en 2016 – près de la Warzone du Hellfest – a laissé place à une nouvelle œuvre en acier de 12 mètres de haut, pensée et façonnée par la sculptrice contemporaine Caroline Brisset. Avec cette nouvelle représentation, l’emblématique bassiste se retrouve délesté de sa 4 cordes mais il offre aux fans l’occasion d’un hommage à la hauteur de la déférence qu’ils lui témoignent. Peu après le décès du leader de Motorhead, son manager Todd Singerman avait fait parvenir à Ben Barbaud une partie des cendres de Lemmy. Cette urne était jusqu’à présent conservée sur une étagère dans le bureau du patron du Hellfest. Désormais, elle a sa place dans la nouvelle statue, derrière une vitre blindée.

Patrick BETAILLE, juin 2022

In Vinyle Veritas fête les Pères

Papa Rock ou Papa Vinyle… Témoignez lui tout ce que vous voulez en lui offrant LE CADEAU qui lui fera plaisir à coup sûr. Vous pouvez aussi lui demander de vous l’offrir. Après tout si vous êtes là c’est de sa faute et vous avez légalement droit à un dédommagement culturel.

jusqu’au 26 juin: À l’occasion de la fête des paires pères pour toute commande de un ou plusieurs exemplaires du livre, les frais de port en france metropolitaine sont offerts!

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

 

Pink Floyd – Ummagumma

Sorti en octobre 1969, Ummagumma consiste en un album double, composé d’une galette enregistrée en studio et d’une autre issue de deux concerts de Pink Floyd. Comme les deux précédentes (Piper at the Gates of Dawn et A Saucerful of Secrets), la pochette de l’album est conçue par Hipgnosis. Elle consiste cette fois en un montage de photos prises au sud de Cambridge dans la maison de Libby January, la petite amie de Storm Thorgerson. Sous la forme d’une mise en abyme, les musiciens posent sur quatre tableaux placés en perspective. David Gilmour est au premier plan, installé sur un tabouret. Au second plan, Roger Waters est assis par terre. Debout derrière lui, Nick Mason contemple le ciel. L’effet vache-qui-rit s’achève sur un arrière plan campagnard occupé par Rick Wright qui fait la chandelle. En bas à gauche, posée par terre contre le mur, la bande originale de Gigi, une comédie musicale de Vincente Minnelli parue en 1958. Pour des raisons de copyright, la pochette de Gigi sera remplacée par un carré blanc sur les éditions américaines de l’album.

Sur le back cover de l’album, tout l’équipement de Pink Floyd est aligné sur l’aérodrome Biggin Hill Airport de Londres. Deux roadies prennent la pose. Il s’agit de Alan Stiles et Peter Watts. Quatre plus tard ce dernier apportera sa contribution à Dark Side of the Moon. Les rires sur Brain Damage (Dark Side of the Moon 1973)  c’est lui!

Quant au titre de l’album – Ummagumma – il s’agit d’un terme désignant l’acte sexuel, souvent rattaché à l’argot de Cambridge, inventé et couramment utilisé par Lain Moore, ami des Pink Floyd et roadie occasionnel, qui disait : ″Je vais à la maison pour une ummagumma″. 

Patrick BETAILLE, juin 2022

D’autres anecdotes sur la censure et l’histoire des pochettes de disques à retrouver dans le livre:

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

Le dimanche on rebranche – Black is Black!

 

Le noir brille parfois de tous ses feux et illumine le Rock. Des groupes: Blackfoot, Black Crowes, Black Rebel Motorcycle Club, Black Flag, Black Keys, Black Oak Arkansas, Black Sabbath, Black Label Society, Blackberry Smoke, Black Country Communion, et j’en passe. Des hits: de Back in Black (AC/DC) à Black Dog (Led Zep) en passant par Black Night (Deep Purple), Paint it Black des Stones ou Black Magic Woman de Santana, ce n’est pas ce qui manque. Alors, le noir, couleur ou pas? La réponse est là, sous nos yeux, dans nos oreilles surtout, et ce sont Los Bravos qui mettent fin au débat: Black is Black épicétou!  Que la lumière soit! En 1966, ce premier single est un véritable succès qui atteint la première place des charts au Canada, la seconde au Royaume-Uni, la quatrième aux États-Unis et se vend à un million d’exemplaires à travers le monde. Un première pour un groupe espagnol. Olé! Paroles simplistes: ″Black is black, I want my baby back″ (NDLR – le mec largué veut que sa nana revienne), ambiance Motown, rythme ensorceleur et ritournelle entêtante tapent irrésistiblement là où il faut. Ce succès, totalement passé inaperçu en France à sa sortie, y deviendra numéro un la même année, repris cette fois en français par un certain Johnny Halliday. ″Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir″ (NDLR – le mec vient d’apprendre que Sylvie Vartan a demandé le divorce). Black is beautiful! Le premier qui me dit le contraire je le démembre avec un coupe-ongles!

Patrick BETAILLE, mai 2022

 

Vangelis – Rain And Tears

Ce musicien grec installé à Paris dès la fin des années 60 connut le succès avec Demis Roussos au sein du trio Aphrodite’s Child en adaptant les thèmes classiques à la mode pop psychédélique de l’époque. Compositeur, claviériste et percussionniste émigré à Londres, Evanghelos Papathanassiou se fit rapidement un nom dans le monde de la musique progressive, notamment en collaborant avec Jon Anderson du groupe Yes. Passionné d’image est devenu l’un des principaux compositeurs de musiques de films en signant notamment les bandes originales de Chariots de Feu (Hugh Hudson – 1981), Blade Runner (Ridley Scott – 1982), Missing (Costa-Gavras – 1982) et Lunes de fiel de Roman Polanski en 1992. Élevé au rang de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, Vangelis, le plus français des musiciens grecs est mort dans un hôpital parisien, des suites de la Covid-19. Il avait 79 ans.

Patrick BETAILLE, mai 2022

The Wacky Jugs – Wired, wild and wicked

C’est clair! le Concours de l’Eurovision je m’en tape comme de ma première tétine. Que les bretons représentant la France évitent de peu la dernière place, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. Par contre, que l’Ukraine remporte haut la main la compétition ça me met dans une rogne égale à celle d’un pitbull après 2 semaines de régime végétarien. Sans déconner! On parle culture ou on parle politique? Faut il que Vladimir envahisse le Bignouland pour que les chapeaux tournent rond ou que Poutine aille se faire casser la gueule par les bonnets rouge pour que le Morbihan soit célébré? 

Ça ne vas pas faire bondir les adeptes de la soupe médiatique ni interpeler la beaufitude franchouillarde mais, avec un peu de chance, la nouvelle risque de combler les dénicheurs de talents. Car là, on parle de musique, de blues et de reconnaissance qui va bien. Ne me remerciez pas, je ne suis pas payé pour ça! De plus, sans Gaël – résistant rock planqué au fond d’un canapé à Lanester – je serai moi-même-myself passé à côté de cette putain de bonne nouvelle.

La Bretagne se souviendra sans doute longtemps de cette nuit du lundi 9 au mardi 10 mai 2022, quand le jury de l’International Blues Challenge a annoncé le nom du vainqueur : The Wacky Jugs ! Historique! Pour la première fois, un groupe français remporte le premier prix de la catégorie reine de ce prestigieux concours. Les Pontivyens (NDLR: ceux de Pontivy 56300) sont montés sur la première marche du podium, devant 250 participants venus du monde entier. Source et infos: Pontivy Journal.

Il est donc temps de découvrir Wired, wild and wicked. Sorti fin 2020 voici un album intéressant à plus d’un titre. C’est d’abord un hommage au blues des origines pratiqué par des amateurs qui s’exprimaient avec ce qu’ils avaient sous la main, à savoir des instruments classiques (banjo, guitare, violon, accordéon, harmonica…) pour les plus fortunés, ou bricolés (pichet, planche à laver, bassine, cuillères…) pour les autres. C’est aussi un voyage rythmé par le shuffle de Chicago, le Jive made in New Orleans ou le Zydeco de Louisiane. C’est enfin un ensemble de 10 titres jouissifs qui soufflent un véritable vent de fraicheur, au risque risque de surprendre les amateurs du genre et convertir les plus sceptiques. The Wacky Jugs (NDLR: Les pichets farfelus) sont effectivement Wired, wild and wicked (NDLR: câblés, sauvages et méchants) mais ils sont surtout étonnants, détonants et brillants. Vous savez ce qu’il vous reste à faire! Moi c’est fait et fuck l’Eurovision! Allez, je file, y’a un pitbull qui me mate bizarrement.  Kenavo!

Andy Warhol – The Velvet Underground & Nico

Voilà un album qui a la banane ! À la fin des sixties, le Velvet Underground joue souvent au sein de la Factory d’Andy Warhol. L’artiste, subjugué par les prestations du groupe, décide de produire le premier album de Lou Reed et John Cale, accompagnés au chant par une actrice mannequin allemande : Christa Päffgen, dite Nico. The Velvet Underground & Nico est commercialisé le 12 mars 1967 et c’est bien le nom du peintre et non celui du groupe qui est mis en avant. À l’époque Warhol ne se contente pas que de la production ; c’est aussi lui qui s’occupe de l’élaboration de la pochette. Pour ce, il fait appel au designer Craig Braun afin de développer les moyens techniques nécessaires à la mise en œuvre du concept dit de La Banane. L’idée consiste à coller un sticker qui, une fois ôté, laisse apparaître une banane rose à connotation phallique. ″Peel slowly and see″ (épluche lentement et mate). La rumeur prétend même qu’ il y aurait du LSD dans la colle du sticker. La distribution de l’album illustré par cette allégorie se prolonge jusqu’en 1971. Par la suite, c’est une simple impression du motif qui, de fait, entraîne la disparition de l’autocollant et donc, du fruit rose. Au dos de la pochette, un cliché du danseur Eric Emerson, une autre figure de la Factory. L’image, exploitée sans autorisation, déclenche une action en justice de la part de l’intéressé. Verve Records doit retirer le disque de la vente pour le ressortir en juin. La photographie incriminée est alors masquée par un encart : ″The Velvet Underground and Nico produced by Andy Warhol″.

Patrick BETAILLE, mai 2022

D’autres anecdotes sur la censure et l’histoire des pochettes de disques à retrouver dans le livre:

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART