Ooh la la – Free at last.

Ooh la la: Free at lastPour faire simple en cette période où il de bon ton de s’abreuver de cocktails divers et variés voici une petite recette qui vous garantira un pur moment de Rock explosif ! Prenez un tiers de rock efficace, un tiers de Soul déjantée et un tiers de Hard Seventies. Versez le tout dans un shaker blindé, ajoutez une bonne dose d’énergie, un soupçon de groove et liez le tout à l’aide de  la plus plombée des rythmiques. Après vous être assuré de l’étanchéité du contenant partez secouer  l’ensemble sous les cieux australiens et dès votre retour consommez le mélange sans modération. Avec ″Ooh la la″ nous avons à faire à un quatuor de Sidney qui a tout compris du Rock High Energy qu’il pratique avec une fougue et une authenticité sans égales. Leur premier album ″Free at last″ est sans conteste une des toutes meilleures surprises de 2009 dans la catégorie gros rock qui tache. Voilà un CD, pour peu que vous puissiez monter le son sans déclencher une avalanche de plaintes, qui va malmener vos cervicales et vous faire sortir les couilles par les oreilles. Une première écoute vous rappellera sans doute Led Zeppelin ou les black Crowes grand cru (Qui s’en plaindrait ?) mais très vite vous serez bluffés par le savoir faire de ce combo talentueux qui avec ses congénères ″Koritni″, ″Airbourne″,et autres ″Jet″ prouve si besoin en était que le Rock n’est pas mort et que c’est en Australie qu’il bande encore. Vivement le deuxième opus mais en attendant play it again et thanks to Bad Reputation ! Pour les sceptiques: C’est en vidéo et c’est ici: You Gotta Move!

PB, décembre 2009