The Jimi Hendrix Experience – Electric Ladyland

The Jimi Hendrix Experience censure Electric LadylandPas la peine de tergiverser, l’ histoire est ainsi faite. S’il ne faut retenir qu’un seul album du Jimi Hendrix Experience c’est celui ci. ″Electric Ladyland″ est non seulement le chef d’œuvre d’ Hendrix mais c’est aussi un des albums majeurs sortis ces quarante dernières années. Le gaucher de Seattle y érige son propre style musical afin d’être enfin reconnu pour ses talents de composition et non plus seulement pour ses prestations scéniques. Au départ ce n’est pas l’alchimie entre Blues , Psychédélisme, Folk et Rock qui fait parler d’elle mais bien autre chose: la pochette. Hendrix avait pourtant réfléchi de façon conséquente à un projet en rapport avec le contenu musical du disque et avait même pris la peine d’écrire à sa maison de disques pour exprimer un concept affichant des enfants sur et autour d’une fontaine. En ignorant les exigences de l’Artiste la maison de disque préfère publier l’image d’un groupe de femmes nues. Sur le cliché d’un certain David King certaines de ces femmes tiennent des photos d’Hendrix, d’autres des disques de l’Experience. l’Amérique puritaine ne l’entend pas de cette oreille et interdit la publication en l’état du double LP qui au final sort avec une jaquette arborant le visage stylisé du guitariste. Heureusement et comme souvent, la vieille Europe – et surtout l’Angleterre où tout se passe au niveau du rock – accepte l’édition de la pochette originale. Le disque arrive ainsi dans les bacs le 25 octobre 1968. L’on sait aussi que plusieurs disquaires refusent de vendre ce qu’ils qualifient alors de « pure pornographie « ! D’autres, sûrement aussi frileux, mais préférant privilégier les bénéfices potentiels que représente cette bombe musicale, vendent l’oeuvre emballée dans du papier kraft. Ultime anecdote, on trouve dans les crédits de l’édition originale de l’album une coquille sur le nom de Jack Casady du Jefferson Airplane (crédité ″Jack Cassidy″), qui joue de la basse sur″Voodoo Chile″ ne pas confondre avec ″Voodoo Child″ du même album!). Il est d’ailleurs amusant de constater que l’édition CD de 97 reproduit la même erreur, réparée depuis lors des éditions ultérieures.

PB, juin 2014.