Drew Struzan – Sabbath Bloody Sabbath

 

Le cinquième album studio du groupe de heavy metal britannique Black Sabbath est publié en 1973. C’est Drew Struzan, peintre et illustrateur américain, qui a été retenu pour illustrer le recto et le verso de la pochette de Sabbath Bloody Sabbath. Réputé pour avoir conçu de nombreuses affiches de films d’horreur, l’artiste met en scène les derniers instants d’un homme allongé sur son lit de mort. Au recto, des couleurs rouges et chaudes évoquent tourments et souffrances. Accompagné de diablotins, Satan est en train de s’approprier le défunt. 666, le nombre de la bête, est bien en évidence au dessus de la couche. À contrario, le verso à dominante bleue baigne dans une ambiance apaisée. Le mourant, veillé par deux lions majestueux, est entouré de ses proches venus l’accompagner lors du départ pour son voyage vers l’au-delà. Pour le marché espagnol, WWA Records se verra obligé de faire figurer au recto l’image du verso. À l’international, la typographie des ″S″ adoptée pour le cover art fera couler beaucoup d’encre. Trop de similitude avec le ″S″ de la Waffen SS. Ach so !

L’histoire et la censure du Cover Art en Livre: In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, octobre 2022

Hipgnosis – Black Sabbath & Rainbow

Particulièrement célèbre pour ses contributions visuelles apportées au rock progressif, le collectif artistique Hipgnosis fut également sollicité par des groupes de hard rock pour réaliser le cover art de certains de leurs albums. Si ces pochettes sont bien moins célèbres que celles de Pink Floyd ou de Yes, elles n’en restent pas moins intéressantes. En voici deux, artistiquement réussies et surtout, étroitement liées par une anecdote.

Paru en septembre 1978, Never Say Die! est le huitième disque studio de Black Sabbath. Deux pilotes de chasse posent devant leur avion. L’histoire raconte que c’est Ozzy Osbourne qui se cache sous l’un des masques, prêt à décoller pour une nouvelle aventure. Et pour cause! C’est le dernier album enregistré avec la formation originelle du groupe avec Ozzy au chant. ″Avec Never Say Die!, nous n’avions aucune chance. Nous étions en train de nous noyer. Nous ne nous entendions plus et nous étions tous défoncés par la drogue et l’alcool. Et j’ai été viré!″. Pendant 35 ans, Osbourne ne participera à aucun autre enregistrement avec Black Sabbath. 

Difficult to Cure est le cinquième album studio de Rainbow. Produit par Roger Glover, il parait en février 1981. Le cliché qui illustre la pochette a d’abord été pris en noir et blanc puis colorisé afin de créer une ambiance inquiétante. L’on imagine bien le patient dans un sale état, allongé sur la table d’opération, son sort entre les mains d’une équipe de chirurgiens. C’est George Galatzon, un ami de Aubrey Powell, qui pose en tant que responsable des opérations. Les autres rôles ont été confiés à Peter Christopherson, Storm Thorgerson et à des assistants de Hipgnosis.

L’anecdote? C’est la jaquette de Rainbow qui à l’origine était prévue prévue pour Never Say Die! Refusée par Vertigo – à l’époque le label du Sabbath Noir – la photo a donc refait son apparition 3 ans plus tard pour habiller le Difficult to Cure de la bande à Ritchie Blackmore. Un point commun? Deux albums dont on peut se passer avec une allégresse sans égale!

D’autres anecdotes sur l’histoire des pochettes de disques et de la censure à retrouver dans le livre:

IN VINYLE VERITAS – ÉLOQUENCE ET DÉSAVEU DU COVER ART

Patrick BETAILLE, mars 2021

Keith Stuart MacMillan – Black Sabbath

 

Bien moins connu que certains illustrateurs œuvrant dans le domaine du fantastique (Frank Frazetta, Ken Kelly, Keith Stuart MacMillan est néanmoins à l’origine quelques pochettes emblématiques, notamment dans les années 60-70 pour le label Vertigo. Pour mettre en scène ses personnages dans des décors plus suggestifs que surréalistes, le designer fait appel à l’infrarouge, aux filtres ou a diverses techniques de saturation des couleurs au moment du tirage. Quand Vertigo lui passe commande d’une illustration pour le premier album de Black Sabbath. Markus Keef s’imprègne de l’ambiance musicale pour concevoir un visuel aussi étrange et inquiétant que les compostions du Prince  of Darkness. En toile de fond du gatefold, un moulin à eau moyenâgeux situé à Mapledurham en Angleterre. La lumière du jour décline sur une bâtisse devenue sinistre, La végétation est rare et automnale. Au premier plan une silhouette énigmatique, celle d’une femme toute de noir vêtue, observée sur sa droite par un corbeau en sentinelle sur un arbre mort. Lugubre et presque surnaturel, le décor est planté et prépare l’auditeur à ce qu’il va subir dès les premières notes. Le tonnerre gronde. La pluie tombe. Au loin résonnent des cloches annonciatrices de funestes événements. C’est l’heure du Black Sabbath!

Patrick BETAILLE, septembre 2021

L’histoire et la censure du Cover Art en Livre: In Vinyle Veritas!

 

Geoff Nicholls – Die young!

Décès Geoff Nichols de Black Sabbath

1980. Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath et est remplacé au chant par Ronnie James Dio. S’en suit l’album Heaven and Hell qui permet au groupe de renouer avec le succès en mettant fin à une production musicale plutôt pauvre depuis 1975. L’album marque également l’arrivée de Geoff Nicholls aux claviers en tant que musicien de session. Bien que multi instrumentiste et contributeur au niveau des compostions, Nicholls n’est jamais clairement crédité en tant que membre officiel du Sabbath. A tel point que très souvent et aussi pour des question de visuel, sa participation aux sessions live se résume à jouer depuis les coulisses. Néanmoins, en 1985 il devient membre officiel du groupe qu’il quitte définitivement en 2004, viré pour laisser le tabouret à Adam Wakeman, le fils de Rick Wakeman (Yes). Après une longue lutte cotre le cancer, Geoff Nicholls décède le 28 janvier 2017 à l’âge de 68 ans. Die Young!

Patrick BETAILLE, janvier 2017

Ronnie James Dio – Heaven or Hell?

Ronnie James Dio LiveParadis ou enfer ? Ronnie James Dio est décédé le 16 Mai des suites d’un cancer de l’estomac. La voix d’Elf, de Rainbow, de Black Sabbath, de Dio et récemment de Heaven & Hell s’est éteinte à jamais, privant ainsi nos sens des frissons de plaisir procuré par l’un des plus beaux timbres de la scène Heavy.

″Today my heart is broken, Ronnie passed away at 7:45am 16th May. Many, many friends and family were able to say their private good-byes before he peacefully passed away. Ronnie knew how much he was loved by all. We so appreciate the love and support that you have all given us. Please give us a few days of privacy to deal with this terrible loss. Please know he loved you all and his music will live on forever. (Wendy Dio). Même s’il nous reste des Coverdale et autres Gillian il sera difficile d’oublier celui qui à donné une deuxième vie à Black Sabbath avec Heaven and Hell, sans conteste le meilleur album du groupe.

Patrick BETAILLE, mai 2010