Miles Davis – Rubberband

Miles davis album posthume28 ans après la disparition de Miles Davis, le label Rhino fait les fonds de tiroirs et sort un album posthume du génial et visionnaire trompettiste. A n’en pas douter ce Rubberland doit être aux amateurs de jazz ce que le monstre du Loch Ness est aux écossais: une apparition toujours espérée mais jamais constatée. Les onze titres Rubberband nous arrivent finalement d’outre-tombe grâce à l’initiative de Vince Wilburn neveu de l’artiste et producteur des derniers enregistrements du tonton. Les sessions se situent entre octobre 1985 et janvier 1986, donc entre You’re under Arrest et Tutu. A n’en pas douter, les adeptes de Kind of blue, In a silent way, ou de Sketches of Spain ne vont pas y trouver leur compte tant l’ensemble de ces inédits sonne très années 80 avec à la clef une forte présence des claviers. Rubberband est funk, électrique, plus vocal que d’ordinaire et les effets électroniques sont très présents. En 1982 l’artiste avait été victime d’une attaque paralysant partiellement sa main droite et entraînant donc des difficultés à jouer. Ceci expliquant peut être cela. Quoiqu’il en soit,  un inédit du grand Miles, même posthume, ça ne se refuse pas. Au fait Davis est il vraiment mort?

Patrick BETAILLE, octobre 2019

 

Jean Paul Pagnon – Blues & Jazz entoilés

J.P Pagnon Muddy WatersDu Delta du Mississippi à Chicago,  des ruelles de la Nouvelle-Orléans aux quartiers de New-York, l’univers de ce peintre français héberge chanteuses et musiciens, micros, guitares et cuivres dans des univers qui ont la chaleur d’une tasse de café qui fume, la rondeur d’une volute de cigare de La Havane et la moiteur d’un été en Louisiane. Jean-Paul Pagnon donne des couleurs à ce rêve américain, et met en images l’éternelle bande-son du Jazz et du Blues. Infos et galeries: Art Paintings J.P Pagnon.

Patrick BETAILLE, octobre 2018

Décès du guitariste Allan Holdsworth

Allan Holdsworth Soft MachineAllan Holdsworth, guitariste et compositeur britannique a à son actif une bonne douzaine d’albums solos et affiche un nombre impressionnant de contributions tous style musicaux confondus. Ainsi au début des années 70 il fait un passage dans le monde du rock progressif de Tempest, puis en 1974 il rejoint Soft Machine pour l’album ″Bundles″ qui lui apporte rapidement une reconnaissance internationale. Véritable magicien de la 6 cordes c’est surtout pour son travail dans le domaine du jazz fusion qu’il fait sensation. Une approche originale et surtout une connaissance approfondie de la musique l’amènent à travailler avec entre autres avec Gong, Jean Luc Ponty, John Wetton, Bill Brufords, Stanley Clarke et bien d’autres. Technicien gigantesque, il a eu, sans le vouloir vraiment, une influence considérable dans le milieu du Rock. Il n’est pas vain d’affirmer que sans lui des Eddie Van Halen, Joe Satriani, Stev Vaï et Yngwie Malmsteen auraient peut être eu un parcours différent. Robben Ford a dit de lui: ″Je pense que Allan Holdsworth est le John Coltrane de la guitare″ et, dans une interview,  Frank Zappa lui a rendu hommage le qualifiant de ″l’ un des instrumentistes les plus intéressants et les plus créatifs dans le monde de la guitare″. Âgé de 70 ans, Allan Holdsworth est mort chez lui en Californie le 16 avril 2017. Solo!

PB, avril 2017

Jazz – 100 photos pour la liberté de la presse

RSF-Magnum 100 photos JazzReporters sans frontières est une organisation non gouvernementale internationale qui a vu le jour en France en 1985. ″Dans certains pays, un journaliste peut passer plusieurs années en prison pour un mot ou une photo. Parce que emprisonner ou tuer un journaliste, c’est éliminer un témoin essentiel et menacer le droit de chacun à l’information ». C’est en ces termes que depuis 53 ans RSF œuvre au quotidien pour défendre la liberté d’informer et d’être informé. Afin de promouvoir et de soutenir son action, l’association édite et commercialise chaque année un album intitulé ″100 photos pour la liberté de la presse″. Le millésime 2016, fruit d’une collaboration entre RSF et l’agence de photographes MAGNUM, rend hommage aux célébrités du Jazz. La sélection unique de photos qui compose le portfolio met en scène Miles davis, Ray Charles, Sarah Vaughan et tous ceux qui constituent l’essence même de cette musique. Magique!  En savoir plus!

 

Diana Krall – Glad rag doll.

Diana Krall: Glad Rag Doll. Cd 2012

J’ose ! j’aime bien cet album! Tout de go je précise que cette allégation chapeaute les considérations superfétatoires intello-jazzy du moment. Que Madame Costello soit trop ceci ou pas assez cela je m’en tape comme de ma première tétine. En outre, je dois avouer que je ne possède pas les compétences requises pour juger à l’aune de la créativité le bien fondé de certitudes masturbatoires que je respecte dans l’indifférence la plus totale. Point de créativité d’ailleurs ; juste une collection de standards de Jazz des années 20-30 qui fait de Glad Rag Doll une machine à voyager dans le temps pilotée par T-Bone Burnett qui assure la production. Pour la circonstance le Doc  s’est contenté de dépoussiérer délicatement la vieille poupée de chiffon pour lui donner un petit air joyeux sans pour autant en dénaturer l’âme. Il découle de cette approche une ambiance singulière qui, paradoxalement, colle parfaitement à la voix et au jeu de Diana Krall (à moins que ce ne soit l’inverse…) qui visiblement prend du plaisir à s’exprimer dans ce contexte. Certes, la démarche et l’interprétation peuvent étonner, voire hérisser. Néanmoins, en outre et cependant, dès l’instant où l’on parvient à faire abstraction du reste de la production de la belle, l’ensemble s’avère cohérent, original et séduisant. Certains titres sont même assez surprenants ; à l’instar de ″I’m a Little Mixed Up″ (Betty James) et  son piano Rock’n’Roll ou encore de ″Lonely Avenue″ (Doc Promus) dont la lecture bluesy assez radicale reste un des meilleurs moments. Chaleur, humour, sophistication et rigueur ; Diana se laisse aller et, quoique l’on en dise, sa performance vocale Rock’ n’ Blues est remarquable. Tout aussi remarquable la prestation des musiciens comme en témoigne, entre autres, le jeu du ″Picasso de la six cordes″ (dixit la patronne), Marc Ribot himself. Quant à la jaquette… Elle parle d’elle même! De toutes façons on s’en fout! Glad Rag Doll reste un putain de bon disque.

PB, décembre 2012