• Navigation

  • Les Visites!

    • 226,733 à ce jour

Carlingue #6, 1969!

Carlingue, Vintage et LocomotionLa RD 001 démarre, l’afficheur du compteur spatio-temporel à compensation gyroscopique amplifiée calé sur MCMLXIX, l’ année érotique selon le beau Serge. Carlingue (mâtin quel mag!) fait une halte dans une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre: 1969! Judy Garland et Jack Kerouac laissent vacants des espaces qui seront vite occupés par ces petits branleurs de Dave Grohl et Michael Schumacher. On ne le sait pas encore mais plus tard ça va faire du bruit, et pas qu’un peu! Pour l’heure, André Turca, aux commande du Concorde, se prépare à franchir le mur du son pour atteindre Mach 2 et rejoindre les USA en moins de 3 heures. Nous sommes en Mars. Le 26 juin, Petre Fonda, Dennis Hopper et Jack Nicholson se retrouvent à l’affiche d’ Easy Rider, le road movie déjanté qui, sur fond de dope, de bécanes et de liberté, allait devenir le fer de lance cinématographique de la contre-culture hippie. En Juillet, le 16 à 13h32 exactement, c’est un mercredi, les 3000 tonnes du lanceur Saturn V s’arrachent de cap Canaveral. 3 jours après, Neil Armstrong descend d’Apollo XI et pose le pied sur la Lune. Le mois suivant à Bethel, Max Yasgur assiste sur son terrain au déferlement des vagues de décibels qui dégueulent des amplis pour se répandre pendant 3 jours sur les 500 000 acteurs du festival de Woodstock. Et c’est pas fini! Dans ce numéro 6 il est aussi question d’aérotrain, celui de Jean Bertin, de Glastron, ces bateaux avec lesquels James Bond met le feu au lac dans ″Live and let die″ et de quelques joujoux (Gordini 24S, Frerrari, Jaguar ou Aston Martin) si chers au cœur et aux délires de Françoise Sagan. Munissez vous quand même d’une bonne paire de solaires parce que l’emballage du mag à remonter le temps pique les yeux et c’est pas peu dire. Le rédac chef nous avait habitué à mieux mais c’est pas grave! Oubliez ″la famille à remonter le temps″ de M6 et réservez sans plus attendre votre place pour ce beau voyage riche, documenté et, comme d’habitude, bougrement bien organisé: Carlingue!

📖 Pour Bouquiner 📖

Carlingue #5, Black & White

Carlingue #5 Vintage & LocomotionJe viens de relire les rubriques consacrées à ce beau trimestriel et soudain je sens pris d’une étrange émotion… Moi le farouche, l’endurci, le caractériel, je sens ma gorge se nouer. Mes doigts tremblent sur le clavier. Le voile du passé se déchire et une clarté indéfinissable inonde la pièce. Il est là, devant moi, ce putain de numéro 5! Oubliés les retards de La Poste, balayés les dégâts occasionnés par de pervers manipulateurs puisque désormais Carlingue coince la bulle dans son enveloppe craft. Black & White les clichés de Robert Frank, le photographe qui ″a tiré de l’Amérique un poème triste qu’il a coulé dans la pellicule″ (Kerouac). Black ″L’étonnante″, le Cafe Racer BMW R69S du Briochin Luwig Ascher. PiiiRaaat! White l’oiseau blanc Levasseur. White la Graham 1938 de Saoutchik et les Chaparral de Jim Hall. Black enfin la musique de St. Paul & the Broken Bones, des faces de craie qui se prennent pour Otis Redding avec une Soul érectile qui claque comme un élastique de string. Pas de couleur dans ce numéro  mais de la lumière c’est sûr! Abonnements et promo Pack Five à 50 € disponible ici > Carlingue!

📖 Pour Bouquiner 📖

Passions Pêle-Mêle

Passions Pêle Mêle

Au détour d’une errance il arrive que s’offre à nous la résultante de centaines d’heures d’expérimentations, de jours, de semaines de mois ou d’années, de doutes, de frustrations  mais aussi de joies immenses. Privilégiés nous sommes, nous qui frissonnons de plaisir en ignorant ce qui se cache derrière l’obsession positive de ces amoureux  animés par une obsession dévorante. Accéder aux articles:

  • 01 Veetess Speereet de Vincent Debacker. De ces ateliers sortiront des chefs-d’oeuvre.
  • 02 Cyclone Motor Gallery de Nicolas Wolleb. Quand la lumière donne une âme au moteur.
  • 03 The Guitar Tank de Joël Gruau. Les accords parfaits sur des guitares qui se bidonnent.
  • 04 Vintage America de Patricia de Gorostarzu. Clichés de rêves d’ Amérique et de ses vestiges.
  • 05 Aristocratic Motocyclist de Lorenzo. C’est lui qui le dit: Il aime les femmes et la moto.
  • 06 Carlingue de Jean Paul Milhé. La revue Vintage & Locomotion, trimestriel haut en couleurs.
  • 07 Shot of Rhythm & Blues de Patrick Higgins. Au pays du Pub Rock avec Dr FeelGood.
  • 08 Turboflat de Phippe Gürel. Pin Up, Moto, Rock, sont les moteurs de crayons habiles.
  • 09 Pin-Up de Hubert de Lartigue. Hyperréalisme sexy qui pique agréablement les yeux.
  • 10 Caricatures de Philippe Moine. Lou Reed, Keith Richard, Miles Davis, etc.. caricaturés.
  • 11  Rock’n’roll de Marcel Destroy. Rock’n’Roll bordel! La discothèque idéale qui s’écoute avec les pieds.

Qu’ils soient amateurs, artisans, autodidactes ou professionnels, tous vivent par et pour une indicible envie de partager leur part de rêve et d’en proposer le fruit. Souvent auto-produit ou édité à compte d’auteur, le livre, le support musical et le tirage ont bien sûr un coût mais ce n’est pas l’objet que l’on achète. Pas que! En réalité on se porte acquéreur d’un morceau de cœur, d’une parcelle d’âme, d’une tranche de vie de ceux qui font ce qu’ils aiment et qui aiment ce qu’ils font.

≈ Trucs en Vrac ≈

 

Carlingue #4, le Rouge Hemi

Carlingue, vintage et locomotionPlus question de lâcher la manette des gaz ou de freiner! A fond de 4, Carlingue est en zone rouge!  Rouge, la Fiat S76 qui libère ses 290 Cv. Rouge le Speedboat qui flirte avec les 242 Km/h poussé par un v12 de 4.5l. Rouge, la Dodge Coronet avec ses 8 pipes d’admission turgescentes. Rouges, les Futurliners de la Parade of  Progress de General Motors. Rouge, l’Airphibian qui voulait être à la fois avion et voiture. Rouge, le biplan avec lequel Betty Skelton s’envoie en l’air en se mettant sur le dos. Rouge, le Pégase qui perd ses plumes au cours de la saga pétrolière Mobil. Rouge, le béton organique des bulles, pas si coincées que ça, de l’architecte Antti Lovag. Rouges, les discrets liserés qui viennent sublimer cette BSA 500 de 1949 de Max Hazan. Rouge, la manifestation du plaisir généré par le décorticage du moteur hémisphérique Chrysler.  Rouge enfin, l’alerte lancée par le Rédac Chef: Les 4 premiers numéros de la revue Carlingue au prix de 40€ au lieu de 56€! c’est le Full Pack disponible ici > Carlingue!

📖 Pour Bouquiner 📖

Carlingue #3, le Numéro Bois

Carlingue, le numéro boisDans sa troisième livraison Carlingue chantourne un sujet sur Tabarly,  passe le tampon sur la Culture Surf,  dégrossit une Matford de 1948, encaustique les Gee Bee des frères Granville,  vernit une magnifique Triumph 650 de 1964, dégauchit le monde des psychotropes et ponce la Sinclair Oil Corporation. Quant à l’aubier des canadiens de Ought qui marchent dans la sciure des Talkings Heads et de Television… Comment dire?… Musicalement  ″Moi le machin, une fois que j’en ai fait des copeaux, et ben je peux très bien mettre le feu au plumard…!″ [Léodagan, Kamelott]. Somme toute une belle réussite que cet assemblage! De l’ébénisterie plutôt que de la menuiserie. Du travail hors poussière, tout à l’huile de coude. Que des essences nobles, pas un nœud, pas une écharde. Ça flambe, ça réchauffe et c’est beau à regarder. C’est Carlingue et c’est le numéro Bois qui nous fera tenir jusqu’à la parution du Rouge Hémi en janvier.

📖 Pour Bouquiner 📖

Carlingue #2, promesse tenue!

Trimestriel Carlingue, Vintag & LocomotionLe numéro 1 de ce nouveau trimestriel était prometteur… Essai transformé! Le cap du deuxième numéro vient d’être franchi de belle manière. Toujours aussi riche, documenté et agréable à lire… Le plaisir est toujours là! Le numéro Deux, c’est Le Numéro Bleu ! Un canot Liuzzi Star-5 de 1960 magnifiquement restauré, le photographe Stephen Shore, un pick-up Ford 32 hot-rod, l’historique du poste de télévision, l’Aerotrain de la General Motors, le dragster Pontiac GXP de Christophe Dubois, l’histoire du Burkini Bikini… et tout le reste, y compris et surtout une réplique du 100P, l’avion qu’Ettore Bugatti n’a jamais pu faire voler. Projet maudit s’il en est puisque le pilote qui a développé le 100P, Scotty Wilson,  a perdu la vie dans le crash le 6 août, après le bouclage donc. Dis m’sieur Milhé? Tu pourrais pas enrichir Carlingue de quelques pages supplémentaires? Infos et abonnements: Carlingue.

📖 Pour Bouquiner 📖

Carlingue #1, Vintage & Locomotion

Carlingue, vintage & locomotion

Bienvenue dans Carlingue #1, un tout nouveau trimestriel ″qui va vous faire passer une bonne fois pour toutes le goût du présent″ en se consacrant de la plus belle des manières aux hommes, aux machines et aux belles sensations.Un must! Autos, motos, locos et avions sont décortiqués et exposés de belle manière. Ici, la Nimbus Type C de 1934 côtoie l’ Excelsior KJ JS Streamline. Là, Ford est à l’honneur avec un Street Rod à la française ou une GT40 version Jim Kellison. Les avions Gee Bee des frères Granville et les locomotives ″Bulldog Nose″ de General Motors.  Des sujets qui font du bruit. Même si le son n’y est pas, l’évocation de l’aventure des gens qui sont derrière ces merveilleux engins est un pur bonheur. D’ Histoire il est question également à l’évocation de la saga Texaco et via un coup de zoom sur le légendaire microphone Shure 55. Les sujets sont éclectiques. Ils ont pour décor la période des années 30 aux 70’s qui confère à l’ensemble une homogénéité délicieusement vintage. Vintage, Miss Liz Chérie l’est et elle le prouve. La French Pin Up du moment se dévoile… dans une interview. Le ton général est décontracté. Priorité est donnée  à l’écriture, au fond, sans pour autant négliger la forme qui se traduit par une mise ne page aérée et des photos de grande qualité. Reste que, et c’est l’essentiel, les articles abordés sont pointus et fouillés.  Il faut dire que le rédacteur en chef, en connait un rayon. Il est passé par la case Rod & Kustom et il a à son actif la création de  Bullitt Racing, un atelier de restauration de muscle cars dans lequel un nombre impressionnant de voitures est passé entre ses mains. Jean-Paul Milhé est un passionné qui bosse seul à la maison, du côté de Magny-Cours, en s’octroyant les services d’un maquettiste, d’auteurs et photographes aussi enthousiastes que lui. Même Laurent Bagnard a craqué sur Carlingue, il devrait participer à ce beau projet dès le prochain numéro qui à n’en pas douter va continuer à embarquer les curieux qui aiment lire et les amoureux de belles histoires mécaniques. Alors si vous voulez profiter du voyage et participer à cette belle aventure qui doit absolument continuer vous savez ce qu’il vous reste à faire…Moi c’est fait! Détails, infos et abonnement: Carlingue.

📖 Pour Bouquiner 📖

Passions Pêle-Mêle

Passion Pêle- Mêle

Au détour d’une errance il arrive que s’offre à nous la résultante de centaines d’heures d’expérimentations, de jours, de semaines de mois ou d’années, de doutes, de frustrations  mais aussi de joies immenses. Privilégiés nous sommes, nous qui frissonnons de plaisir en ignorant ce qui se cache derrière l’obsession positive de ces amoureux  animés par une obsession dévorante:

  • 01 Veetess Speereet de Vincent Debacker. De ces ateliers là sortiront des chefs-d’oeuvre.
  • 02 Cyclone Motor Gallery de Nicolas Wolleb. Quand la lumière donne une âme au moteur.
  • 03 The Guitar Tank de Joël Gruau. Les accords parfaits sur des guitares qui se bidonnent.
  • 04 Vintage America de Patricia de Gorostarzu. Clichés de rêves d’Amérique et de ses vestiges.
  • 05 Aristocratic Motocyclist de Lorenzo. C’est lui qui le dit: Il aime les femmes et la moto.
  • 06 RAD le Mag. Pas si fou que ça le Pierro quand il s’agit de vraies bécanes de caractère.
  • 07  Shot of Rhythm & Blues de Patrick Higgins. Au pays du Pub Rock avec Dr FeelGood.
  • 08 Turboflat de Phippe Gürel. Pin Up, Moto, Rock, sont les moteurs de crayons habiles.
  • 09 Pin-Up de Hubert de Lartigue. Hyperréalisme sexy qui pique agréablement les yeux.
  • 10 Caricatures de Philippe Moine. Lou Reed, Keith Richard, Miles Davis, etc.. caricaturés.
  • 11  Rock’n’roll de Marcel Destroy. Rock’n’Roll bordel! La discothèque idéale.

La liste n’est pas exhaustive! Qu’ils soient  amateurs, artisans, autodidactes ou professionnels, tous vivent par et pour une indicible envie de partager leur part de rêve et d’en proposer le fruit. Souvent auto-produit ou édité à compte d’auteur, le livre, le support musical ou le tirage ont bien sûr un coût mais ce n’est pas l’objet que l’on achète. Pas que! En réalité on se porte acquéreur d’un morceau de cœur, d’une parcelle d’âme, d’une tranche de vie de ceux  qui font ce qu’ils aiment et qui aiment ce qu’ils font.

≈ Trucs en Vrac ≈

 

MAXIMOTO, Style & Performance

MaxiMoto le culte de l'exceptionAprès quasiment 15 ans de bons et loyaux services, 144 numéros, un redressement judiciaire et la prononciation de sa liquidation le mensuel Maximoto revient en kiosque après un an d’absence. Sous la forme d’un trimestriel publié par les éditions de la FFMC la formule change complètement. Désormais chaque numéro traitera d’un thème spécifique, comme en témoigne ce premier numéro consacré au culte de l’exception. Au fil de 196 pages grand format défilent Egli-Vincent, Japauto, Martin, Lotus C01 et autres Ducati, BMW ou Honda qui passent entre les mains de préparateurs et d’artisans. Les spécifications sont là, les commentaires sont succincts et clairs et les photos, souvent pleine page, sont magnifiques. Un réel plaisir que cette publication qui, avouons le, se consulte et se garde plus sous la forme d’un catalogue de luxe que d’un mensuel classique. Le prix quant à lui reste raisonnable. 7, 5 euros par trimestre pour un magazine alléchant exempt de toute publicité. Pourvu que ça dure!

📖 Pour Bouquiner 📖

PlayBoy se rhabille!

Kate Moss Playboy Bunny

Finie l’époque au cours de laquelle Playboy effeuillait sans compter, se lisait en loucedé,   ou servait de prétexte à un onanisme libératoire. A 89 ans, Hugh Hefner, le fondateur, vient de donner son accord pour une nouvelle formule de son magazine. A partir de mars 2016 l’ édition américaine fera une croix sur ce qui est son cœur de métier, la nudité. Subsisteront bien sûr quelques clichés suggestifs et osés mais c’en est définitivement fini du nu intégral et naturel. Un comble pour une publication qui bâtit son succès et sa fortune en publiant des photos qui, de Marilyn Monroe en 1953 à Kate Moss en 2014, ont de près ou de loin contribué à la révolution sexuelle et à l’émancipation des mœurs. Dixit le patron, il s’agit aujourd’hui de remédier à la chute vertigineuse des ventes (6 millions d’exemplaires en 1975, 800 000 aujourd’hui!), à la concurrence du porno sur internet et au vieillissement du lectorat… Il faut absolument que je retrouve mon exemplaire de 1990 consacré à Sharon Stone!

≈ Trucs en Vrac ≈

RAD Magazine: Circuits en Danger!

RAD: Campagne Circuits en Danger!La cohérence voudrait que lorsque l’on déploie des moyens disproportionnés pour matraquer automobilistes et motards sur le réseau routier ouvert, tout soit fait pour d’un autre côté rendre accessible les circuits de pilotage. Prévention, apprentissage, loisir, exutoire… doivent être le pendant de la répression organisée. Ce fut le cas en France, mais c’était trop beau pour durer. La situation se dégrade et pas forcément à cause des Pouvoirs Publics”. Ainsi débute, dans le dernier numéro RAD Motorcycles Magazine, un état des lieux de JL Nobleaux qui, exemples à l’appui, sert de trame à une initiative pour le moins intéressante de la part du magazine. Dans un article de 4 pages l’auteur met le doigt sur la menace de fermeture des circuits en butte, notamment et entre autres, à des exigences environnementales. De quoi méditer sur le bien fondé de ces contraintes administrativement délirantes qui exercent une pression directe sur la pérennité des circuits mais aussi par exemple sur le déroulement de manifestations telles que les courses d’Enduro. Et ça bordel c’est pas Rock’n’Roll! Les différentes entités motocyclistes concernées ne devraient elles d’ailleurs pas  s’unir pour donner un peu plus de poids à ce genre d’action?

≈ Trucs en Vrac ≈

Erick Runyon: Photo Moto

CB 750 Photo Erick Runyon

C’est une valeur sûre dans le domaine de la photographie consacrée aux deux roues. Le travail d’Erick Runyon figure toujours en bonne place dans les pages de la presse spécialisée. A l’instar de “Iron & Air”, “Motorcycle Classic” ou encore “Cafe Racer”, des magazines accordent régulièrement une place de choix aux clichés de cet esthète qui apporte également sa contribution au « Discovery Channel Networks”. A ce titre Erick s’est vu attribué par l’émission “Velocity’s Cafe Racer le titre de “One of the World’s top Motorcycle Photographer. Excusez du peu! En cas de doute un passage par la galerie de l’artiste devrait pouvoir convaincre les plus sceptiques s’il en est.  A minima, d’aucuns se délecteront probablement de ces belles réalisations sur bases Guzzi, Honda, Triumph ou  Norley joliment mises en valeur par Erick Runyon.

 Arrêt sur Image 

Cast Iron #3: Lifestyle, Automotive, Motorcycle, Fun.

Cast Iron Magazine #3En mars 2012 Cast Iron franchissait haut la main le cap difficile du Deuxième Numéro. Aujourd’hui c’est une évidence, c’est de montée en puissance dont il s’agit avec la parution du  #3 de ce  Mag  qui s’installe définitivement en tant que référence dans le petit monde de la presse indépendante consacrée à la contre culture bruyante. Les Hot Rods et Speedsters sont toujours là, les Kustoms aussi bien sûr; quant aux bécanes de rêve… La Norton 1948 de Chris Hosegood, le Cafe Racer Egli-Vincent-Godet de Howard R.Davies… Sublimes et rares !  Rares aussi les Indian des années 20 que Dave Seymour fait tourner en cascades sur son mur de la mort ; manque que le son ! Eh bien non ! Figurez vous que le Demon Drome fait l’objet de l’un des reportages inclus dans le programme du Dvd qui accompagne cette publication. Elle est bien là la montée en puissance de Cast Iron ! Plus d’une heure consacrée à la Kustom Culture sous toutes ses formes, dans tous ses états et sur fond d’accords bien choisis. Et il s’y connaît en Rock couillu Laurent Bagnard ! Like A Mother Fucker! Comprenne qui pourra mais Johnny Thunders et ses Heartbreakers ne diraient pas le contraire. 

📖 Pour Bouquiner 📖

T&T: Twin and Triple, le magazine des motos anglaises

Twin & Triple Magazine #1

Une nouveauté publiée  par les Editions du Dollar qui diffuse également Café Racer Magazine. Pas vraiment de concurrence pourtant avec ce dernier car T&T est de fait un bimestriel exclusivement consacré aux motos anglaises. Anciennes ou modernes, elles y sont toutes, pour le plus grand plaisir des amoureux de la BBC (British Bike Culture). Le format se situe dans les standards mais d’emblée on est séduit par le dos collé, la qualité du papier  et l’ image attrayante de la couv qui aurait tout de même supporté un peu plus de sobriété. Voilà pour le contenant. A la lecture d’un édito très original le contenu parait prometteur et c’est le cas. Beaucoup de rubriques !  Portraits, interviews, tests, news, prépas, agenda, pièces et accessoires, rien ne manque. Au fil des pages cohabitent entre autres Daytona revisitée, BSA Goldstar ou Royal Enfield off road. On y croise aussi une Explorer en goguette et une Norton au TT. Le gros morceau consiste en un beau dossier consacré à l’histoire de la Triple, de la T301 à la Speed1050. Pas d’emphase stylistique ni de frime, pas d’exubérance intello non plus et point de considérations masturbatoires diverses. Twin & Triple est très bien écrit, les articles sont clairs, précis et bien dosés, ni trop, ni trop peu. La mise en page soignée et les photos de grande qualité rendent la lecture passionnante et très agréable. Une  première réussie avec classe et brio; you guys rock! De là à rêver d’ une réconciliation définitive entre la France et l’Angleterre… quoique…Je vais apprendre le God Save the Twin, on ne sait jamais !

📖 Pour Bouquiner 📖

 

RAD Motorcycles Magazine: Dernier né de la presse Moto.

Rad Motorcycles Magazine #1Monsieur Pierre Wild et Mme Magzine ont l’honneur de vous faire part de la naissance de RAD, un beau bébé de plus de 100 pages soignées et brillamment illustrées. Passionnés sectaires de deux roues, amateurs éclairés de réalisations bruyantes ou encore chineurs de bon plans, vous êtes tous conviés au baptême de ce bimestriel qui, à n’en pas douter, sera l’occasion de découvrir qu’il  existe encore des énergies et des volontés d’aller de l’avant dans ce monde de publications aseptisées et convenues qui dégueulent de nos kiosques. Radical dans son concept, Authentique dans son accroche et Différent dans sa substance, ce périodique attrayant semble prometteur. RAD ne se contente pas de rouler sur les traces laissées par d’autres ; il s’ingénie plutôt à établir un itinéraire bis en prenant bien soin de poser ça et là des indicateurs originaux et bien sentis. Qu’il s’agisse de tourner sur circuit, de zoomer sur une belle réalisation, de bander devant une restauration ou même de laisser s’exprimer le Rock ou la photo, la passion suinte de RAD comme l’huile d’un moteur de vieille anglaise et vibre autant qu’un gros mono ; honnêtement ? A part les adeptes d’infos pré mâchées (les pisse vinaigre qui vont se focaliser sur quelques imperfections inhérentes à tout #1 en prenant bien soin d’occulter les difficultés générées de nos jours par la gestion d’un tel projet) qui s’en plaindrait ? Attention tout de même, et il faut le savoir, il se peut fort que vous vous retrouviez contaminé… Par le Mag lui-même mais aussi par les agrafes avec lesquelles vous vous serez, comme moi, fébrilement niqué les doigts pour détacher le beau poster central. 

📖 Pour Bouquiner 📖

 

CAST IRON #2: Lifestyle, Automotive, Motorcycle, Fun.

Cast Iron #2

Ici même avait été annoncée la parution du premier numéro du trimestriel Cast Iron! Avec l’arrivée de ce numéro 2 on ne peut que constater que le mag High Energy tient ses promesses. Pas évident pourtant de mener à bien ce genre d’exercice. Pari réussi ! Les thèmes sont les mêmes. Roadsters Ford, Chevrolet 59 côté caisses ; question bécanes, Harley FL 1950, MV Agusta Shinya Kimura, Chopper Triumph. Des News, de la Pin Up (il a la belle vie le Boss !) aussi et un portrait du photographe Julien Lachaussée. Musicalement c’est Big Audio Dynamite qui s’y colle et pour couronner le tout Mike Ness décortique le dernier skud de son groupe Social Distorsion (Kwouaah ?! vous n’avez pas encore « Hard Times and Nursery Rhymes » ?!). Sur fond de contre-culture salvatrice Cast Iron reste une parution couillue et prometteuse. Bravo Laurent Bagnard, “you guy rock”!

📖 Pour Bouquiner 📖

 

CAST IRON #1: Hot Rods, Motos, Pin Up et Rock’n’Roll.

Cast Iron #1

Vous ne le saviez pas encore mais la publication que vous attendiez depuis si longtemps est désormais disponible. Grâce à Laurent Bagnard un projet ambitieux vient d’aboutir: ‘’un magazine indépendant, volontairement anachronique, solidement ancré dans le siècle’’. Au sein d’un univers où les sensations vibratoires occupent toutes les pages, CAST IRON revisite, sur fond de Rock’n’roll et de Pin Up, les grands mythes d’une culture auto-moto à haut indice d’octane.  Dragsters, Hot Rods, Harleys, Triumph…voilà pour les 4 temps motorisés. Jim Jones Revue, Foo Fighters, Lords of Altamont occupent eux la partie Rock Vitaminé. Quand en prime on y croise Denis Sire, Bianca Diamond ou encore Julian Balme on réalise que l’on a entre les mains un truc pas commun que l’on ne va pas ranger de si tôt. Il s’agit en effet de 130 pages de plaisir renouvelable quatre fois par an. Format 30 x 23 et jaquette cartonnée, c’est du sérieux ! La maquette est originale et bien foutue. L’écriture (bilingue siouplaît) rigoureuse et claire, est en phase avec une mise en page moderne et des photos de qualité.

Cast Iron Magazine

Il faut se rendre à l évidence, d’emblée CAST IRON met la barre très haut et ne joue pas dans la même cour que les publications insipides et laborieuses du moment. Conséquence, il faudra, pour intégrer les rangs de la CAST Culture, passer par la case souscription car l’Objet n’est pas disponible en kiosque. C’est ici que ça se passe > Abonnement . En préalable à l’abonnement vous aurez la possibilité de feuilleter ce magnifique premier numéro en écoutant du bon rock, celui qui, comme le dit si bien Tonton Zégut, ’’vous fait sortir les couilles par les oreilles’’.  Un dernier conseil ? Bon d’accord !.. On ne range pas CAST IRON, ou alors à portée de main, juste à côté de Veetess Speereet  de Vince Debacker et de toutes façons pas avant la sortie du numéro suivant ! Compris ?!

📖 Pour Bouquiner 📖

 

%d blogueurs aiment cette page :