64 – In Vinyle Veritas

Dans le dernier numéro de son magazine 64, le département des Pyrénées Atlantiques accorde une place de choix à In Vinyle Veritas. Un grand merci au magazine et à Jean-Louis Bordenave pour son intérêt, son écoute et la richesse d’une rencontre qui se solde par cet encart flatteur qui me met à l’honneur au cœur de la Rubrique LES GENS D’ICI, celle qui dresse les portraits des habitants du département.

Pour partager cet intérêt sur la censure des pochettes de disques: In Vinyle Veritas!

Patrick BETAILLE, juillet 2022

 

PHOTO – De la Musique Plein la Vue

Photo de FIFOU: Cover Art de Imany le disque de DINOS paru en 2018.

Merci à Philippe qui a zoomé au bon moment sur ce bel exemplaire de Photo actuellement disponible en kiosque. ″Dans son dernier numéro le magazine se transforme en DJ et mixe musique et photographie, deux disciplines artistiques qui se connaissent bien pour s’être embrassées depuis longtemps..″. (édito de Francis Dagnan et Agnès Grégroire, extrait). Entre autres, au sommaire de ce numéro 547 du mensuel, Fifou, l’homme aux 1001 covers du rap, un requiem consacré à Gainsbourg, des sujets sur le studio Harcourt, la fondation Swiss Life et le graphiste Ard Delink. On y croise croise bien sûr des artistes (Daho, M, Jean-Michel Jarre, Renaud, etc) et des photographes comme Martin Parr, Masyoshi Sukita, Pierre & Gilles ou encore William Klein. En prime, un focus sur les femmes photographes et le marché de l’art, et surtout, un magnifique hommage au photographe Richard Aujard qui nous a quittés en février 2021. C’est punchy, documenté, riche et donc indispensable pour tisser un lien entre musique et photographie. Un seul regret, rien sur la censure dont cet art de l’instant a parfois été la victime. Pas grave, pour ça il suffit de se rabattre sur In Vinyle Veritas – Éloquence et Désaveu du Cover Art.

 

Patrick BETAILLE, avril 2021 

L’ OBS – Nos Légendes du Rock

Avec ce hors-série, l’Obs propose d’aller à la rencontre des artistes qui, depuis 60 ans, composent la bande son de nos existences. Des Beatles à Led Zep ou de Joan Baez à Bruce Springsteen, ces légendes contemporaines sont abordées au travers de portraits, enquêtes, témoignages, photos et entretiens. C’est Jason Raish, un illustrateur basé à Brooklyn, qui s’est chargé de la couv en revisitant l’emblématique jaquette du Sgt pepper’s Lonely Hearts Club Band de Daft Punk qui vous savez. Laurent Joffrin, Antoine de Caunes, Michka Assayas, Bayon, Yves Bigot, Hugo Cassavetti et d’autres jouent le rôle de guides lors de la visite de cet Olympe; visite au cours de laquelle ils vous remettent le Graal:  la playlist ultime. Bon, ok, avec un magazine intitulé ″Nos légendes du Rock″ et illustré avec Rihanna, Madona et Britney Spears, certains vont avoir les poils de la guitare qui se hérissent. La bonne nouvelle c’est qu’à aucun moment il n’est fait appel à Philippe Manœuvre. Rien qu’à cause de ça, pour 7.90€, le mag de 100 pages mérite le détour. C’est actuellement en kiosque ou par ici: Nos Légendes du Rock.

Patrick BETAILLE, janvier 2021

Carlingue – Jean Paul Milhé nous a quitté!

Carlingue ean Paul MilhéSardonique, la Grande Faucheuse fredonne un ″too fast to live, too young to dieet embarque dans son funeste cortège celui qui bouffe la vie à pleines dents, écrit Passion avec une majuscule et conjugue le verbe Partager à tous les temps. 49 ans! Jean Paul Milhé vient de nous quitter, victime d’une mort accidentelle. Le Rédac Chef inspiré nous abandonne, submergés par un sentiment de profonde injustice aux accents amers de tristesse et de colère. Carlingue, son bébé, sa revue, restera une belle aventure, un témoignage mécanique éclairé qui se gaussait des modes en prenant le temps de s’attarder sur ces objets emblématiques qui nous font dire aujourd’hui que ″le futur c’était mieux avant″. Repose en paix J.P.

Petrol Head – Motos uniques et iconiques

Magazine Moto: Petrol HeadPetrol Head est un nouveau trimestriel entièrement consacré à la Moto dans tout ce qu’elle a de singulier et d’emblématique. Fabrice Roux (l’Integral) et David Dumain (Moto Journal) sont aux manettes du magazine publié par Hero & Co, les éditions déjà présentes en kiosque avec Moto Heroes et Road Trip Magazine. Les machines et l’univers qu’elles occupent sont le cœur de cible d’une publication dans laquelle bien évidemment les ″faiseurs″ ont leur place. Comme en témoigne ce premier numéro, mécaniciens, préparateurs et concepteurs sont à l’honneur. Entre autres au sommaire de ce numéro 1: l’Etoile Noire, une prépa Bobber Triumph, une visite chez les lyonnais de BAAK et surtout 40 pages consacrées à la BMW NineT dans tous ses états. Petrol Head et ses 150 pages au format 210 x 285 est disponible et coûte 6 euros.

Carlingue #7 – Happy Planet

Carlingue7 Vintage & LocomotionLes machines les plus farfelues, les bolides les plus improbables, les véhicules les plus emblématiques, c’est du pain bénit pour Carlingue. Happy Planet ne déroge pas à la règle. Du Flying Pankake au Big Red Truck en passant par la résurrection d’un coupé Willis et la magnificence des Paddle Boats du Mississippi, ce ne sont pas les moyens de transport qui manquent pour faire faire de belles balades à nos neurones engourdis par les prémices hivernaux. Billy Redden s’invite au voyage. Avec un peu de chance il vous jouera ″Dueling Banjos″ et, si besoin, vous pourrez l’en convaincre en lui mettant sous le nez le légendaire Colt 45. Le must reste qu’à la lecture d’un superbe article sur les Converse All Stars vous réalisez qu’en les portant vous avez réussi votre vie. Ça valait le coup de patienter pour la version papier de ce somptueux numéro 7 pour lequel le Rédac Chef s’est battu pour que la qualité soit au rendez vous d’un satisfecit méritoire et mérité. C’est ça la presse indépendante et créative, celle à laquelle il faut s’abonner, celle qu’il faut offrir, celle qu’il faut soutenir avant qu’elle ne disparaisse à jamais: Carlingue!

PB, novembre 2017

Carlingue #6 – 1969!

Carlingue, Vintage et LocomotionLa RD 001 démarre, l’afficheur du compteur spatio-temporel à compensation gyroscopique amplifiée calé sur MCMLXIX, l’ année érotique selon le beau Serge. Carlingue (mâtin quel mag!) fait une halte dans une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre: 1969! Judy Garland et Jack Kerouac laissent vacants des espaces qui seront vite occupés par ces petits branleurs de Dave Grohl et Michael Schumacher. On ne le sait pas encore mais plus tard ça va faire du bruit, et pas qu’un peu! Pour l’heure, André Turca, aux commande du Concorde, se prépare à franchir le mur du son pour atteindre Mach 2 et rejoindre les USA en moins de 3 heures. Nous sommes en Mars. Le 26 juin, Petre Fonda, Dennis Hopper et Jack Nicholson se retrouvent à l’affiche d’ Easy Rider, le road movie déjanté qui, sur fond de dope, de bécanes et de liberté, allait devenir le fer de lance cinématographique de la contre-culture hippie. En Juillet, le 16 à 13h32 exactement, c’est un mercredi, les 3000 tonnes du lanceur Saturn V s’arrachent de cap Canaveral. 3 jours après, Neil Armstrong descend d’Apollo XI et pose le pied sur la Lune. Le mois suivant à Bethel, Max Yasgur assiste sur son terrain au déferlement des vagues de décibels qui dégueulent des amplis pour se répandre pendant 3 jours sur les 500 000 acteurs du festival de Woodstock. Et c’est pas fini! Dans ce numéro 6 il est aussi question d’aérotrain, celui de Jean Bertin, de Glastron, ces bateaux avec lesquels James Bond met le feu au lac dans ″Live and let die″ et de quelques joujoux (Gordini 24S, Frerrari, Jaguar ou Aston Martin) si chers au cœur et aux délires de Françoise Sagan. Munissez vous quand même d’une bonne paire de solaires parce que l’emballage du mag à remonter le temps pique les yeux et c’est pas peu dire. Le rédac chef nous avait habitué à mieux mais c’est pas grave! Oubliez ″la famille à remonter le temps″ de M6 et réservez sans plus attendre votre place pour ce beau voyage riche, documenté et, comme d’habitude, bougrement bien organisé: Carlingue!

Carlingue #5 – Black & White

Carlingue #5 Vintage & LocomotionJe viens de relire les rubriques consacrées à ce beau trimestriel et soudain je sens pris d’une étrange émotion… Moi le farouche, l’endurci, le caractériel, je sens ma gorge se nouer. Mes doigts tremblent sur le clavier. Le voile du passé se déchire et une clarté indéfinissable inonde la pièce. Il est là, devant moi, ce putain de numéro 5! Oubliés les retards de La Poste, balayés les dégâts occasionnés par de pervers manipulateurs puisque désormais Carlingue coince la bulle dans son enveloppe craft. Black & White les clichés de Robert Frank, le photographe qui ″a tiré de l’Amérique un poème triste qu’il a coulé dans la pellicule″ (Kerouac). Black ″L’étonnante″, le Cafe Racer BMW R69S du Briochin Luwig Ascher. PiiiRaaat! White l’oiseau blanc Levasseur. White la Graham 1938 de Saoutchik et les Chaparral de Jim Hall. Black enfin la musique de St. Paul & the Broken Bones, des faces de craie qui se prennent pour Otis Redding avec une Soul érectile qui claque comme un élastique de string. Pas de couleur dans ce numéro  mais de la lumière c’est sûr! Abonnements et promo Pack Five à 50 € disponible ici > Carlingue!

Carlingue #4 – Le Rouge Hemi

Carlingue, vintage et locomotionPlus question de lâcher la manette des gaz ou de freiner! A fond de 4, Carlingue est en zone rouge!  Rouge, la Fiat S76 qui libère ses 290 Cv. Rouge le Speedboat qui flirte avec les 242 Km/h poussé par un v12 de 4.5l. Rouge, la Dodge Coronet avec ses 8 pipes d’admission turgescentes. Rouges, les Futurliners de la Parade of  Progress de General Motors. Rouge, l’Airphibian qui voulait être à la fois avion et voiture. Rouge, le biplan avec lequel Betty Skelton s’envoie en l’air en se mettant sur le dos. Rouge, le Pégase qui perd ses plumes au cours de la saga pétrolière Mobil. Rouge, le béton organique des bulles, pas si coincées que ça, de l’architecte Antti Lovag. Rouges, les discrets liserés qui viennent sublimer cette BSA 500 de 1949 de Max Hazan. Rouge, la manifestation du plaisir généré par le décorticage du moteur hémisphérique Chrysler.  Rouge enfin, l’alerte lancée par le Rédac Chef: Les 4 premiers numéros de la revue Carlingue au prix de 40€ au lieu de 56€! c’est le Full Pack disponible ici > Carlingue!

Carlingue #3 – Le Numéro Bois

Carlingue, le numéro boisDans sa troisième livraison Carlingue chantourne un sujet sur Tabarly,  passe le tampon sur la Culture Surf,  dégrossit une Matford de 1948, encaustique les Gee Bee des frères Granville,  vernit une magnifique Triumph 650 de 1964, dégauchit le monde des psychotropes et ponce la Sinclair Oil Corporation. Quant à l’aubier des canadiens de Ought qui marchent dans la sciure des Talkings Heads et de Television… Comment dire?… Musicalement  ″Moi le machin, une fois que j’en ai fait des copeaux, et ben je peux très bien mettre le feu au plumard…!″ [Léodagan, Kamelott]. Somme toute une belle réussite que cet assemblage! De l’ébénisterie plutôt que de la menuiserie. Du travail hors poussière, tout à l’huile de coude. Que des essences nobles, pas un nœud, pas une écharde. Ça flambe, ça réchauffe et c’est beau à regarder. C’est Carlingue et c’est le numéro Bois qui nous fera tenir jusqu’à la parution du Rouge Hémi en janvier.